Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

5 golfeurs à suivre sur l’European Tour en 2016

5 golfeurs à suivre sur l’European Tour en 2016

La saison de golf professionnel européenne a démarré officiellement le 26 novembre 2015 à l’occasion du Alfred Dunhill Championship, tournoi de golf disputé en Afrique du Sud. Après une courte pause à l’occasion des fêtes, le circuit reprend sa ronde autour du monde cette semaine, et encore une fois en Afrique du Sud, où la météo est bien plus clémente à l’occasion BMW South African Open. L’occasion de dresser le portrait de cinq golfeurs qui pourraient bien marquer la saison à venir…

Découvrez nos formules d'abonnements

Avec ce top-5, il ne s’agit pas de vous illustrer des noms comme l’actuel leader de la Race To Dubai après seulement trois tournois disputés, à savoir le génial suédois Henrik Stenson qui en une participation a déjà collecté 678 000 points ou le sud-africain Charl Schwartzel, vainqueur du premier tournoi de la saison à Leopard Creek.

Au contraire, nous allons vous proposer cinq noms qui pourraient être des révélations ou des confirmations au plus haut niveau sur la base de leurs performances récentes, et leurs progressions vers le plus haut niveau.

Pas besoin de cet article, si c’est pour vous révéler que Danny Willett, Brendan Grace, Thongchai Jaidee ou même Victor Dubuisson vont s’illustrer en 2016 !

Julien Quesne

Julien Quesne 

Victime d’une hernie discale qu’il qualifie lui-même de discrète en fin de saison dernière, Julien Quesne a fini l’année 2015 inquiet sur son niveau de forme.

Déjà en août dernier, il s’inquiétait de ne pas comprendre l’origine de ses douleurs jouant sous infiltration jusqu’en septembre, avant de finalement découvrir l’origine du mal.

Malgré la douleur, Julien avait jusque-là plutôt bien joué, et ce, sans vraiment pouvoir s’entraîner pleinement.

Entre août et novembre, la période où il a souffert du dos, il a néanmoins réussi à prendre trois top-10 dont notamment un au BMW Masters, tournoi des play-offs de la Race To Dubai.

Pour cet article, Julien a bien voulu nous apporter son commentaire en exclusivité " L'hernie est toujours présente et appuie toujours sur le nerf sciatique. Je suis pour le moment encore obligé de jouer sous anti inflammatoire et d'adapter mon entraînement à ces douleurs. Pas d'objectif de résultats mais plus d'attitude et de travail. J'ai dû couper beaucoup du golf depuis la finale de la race pour essayer de laisser le corps au repos."

Finalement 46ème de la Race, Julien a démontré une belle progression dans ses performances. Il suffit de jeter un coup d’œil à ses stats pour s’en rendre compte.

Sur les cinq dernières saisons, le francilien a régulièrement baissé sa moyenne de score, passant de 72.6 en 2010 à 70.8 en 2015, sa meilleure moyenne en carrière sur l’European Tour.

C’est précisément dans le jeu du tee au green qu’il a le plus progressé prenant 71.4% des greens en régulations contre 64% en 2010.

A bientôt 36 ans, Julien qui s’est déjà imposé à deux reprises sur le grand circuit européen pourrait profiter de 2016 pour se rapprocher du top-30 européen, surtout si son dos veut bien le laisser tranquille !

Lucas Bjerregaard

Lucas Bjerregaard 

A seulement 25 ans, et 2 saisons sur l’European Tour, le danois a le mérite d’apprendre très vite !

Aux portes du top-100 mondial, Bjerregaard est considéré comme un réel espoir pour l’équipe européenne de Ryder Cup.

Comme tout bon golfeur moderne actuel, Thomas est athlétique et très puissant. Cela se retrouve dans ses statistiques au drive. Depuis 2014 et ses débuts à très haut niveau, sa moyenne au drive n’est jamais descendue en-dessous des 304 yards (270 mètres).

Ce n’est pas son seul compartiment de jeu performant. Sa moyenne de score tourne autour de 70,9 par partie surtout à la faveur d’un très bon taux de greens pris en régulation.

Tout comme Julien Quesne, il se situe autour de 70% (en progression en 2015 par rapport à sa première saison).

Deux domaines pourraient être meilleurs (la précision au drive à 55% et le nombre de putts à 30 par tours).

Alors qu’il a encore une grande marge de progression, le danois a terminé à la 34ème place de la dernière Race à la faveur de 5 top-10 sur le circuit.

Sa première victoire chez les pros a bien failli intervenir à Hong Kong où il a terminé second à seulement un coup de Justin Rose !

Performance à laquelle il faut ajouter une belle troisième place en Chine sur le BMW Masters.

A surveiller, mais compte tenu de son récent parcours, sa première victoire ne devrait plus tarder…

Andy Sullivan

andy-sullivan-golf.JPG 

Bon, nous vous l’accordons ! Mettre Andy Sullivan dans un top-5 des golfeurs à suivre en 2016 n’est certainement pas la plus grosse cote de ce classement.

Déjà vainqueur à trois reprises sur le tour européen, l’anglais n’est pas un espoir en devenir, mais plutôt un joueur confirmé.

Ceci dit alors qu’il n’a pas tout à fait 30 ans, Sullivan n’est pas le plus médiatique des golfeurs européens, et vous ne le connaissez sans doute pas tous avec sa bouille rondouillette de gars plutôt sympathique.

Ce n’est pas tout à fait un golfeur athlétique comme Bjerregaard mais son registre est ailleurs.

Huitième de la dernière Race, des meilleurs golfeurs du tour, il est celui qui a le plus joué, soit 28 tournois disputés en 2015.

Bien lui en a pris puisqu’il en a profité pour remporter ces trois premiers tournois (le SA Open qui se joue cette semaine et dont il défend le titre, le Joburg Open, toujours en Afrique du Sud, et enfin le Portugal Masters en fin de saison).

Autant dire que son ascension a été météorique. Peu de golfeurs peuvent se vanter d’avoir gagné trois tournois au bout de quatre saisons seulement au plus haut niveau.

Et une chose ne se voit pas dans les statistiques, Sullivan n’a pas joué son meilleur golf en 2015 !

Au contraire, sa moyenne au drive a chuté à 41% en même temps que sa distance à seulement 285 yards au lieu de 300 yards les années précédentes…

En fait, c’est dans le domaine du putting que Sullivan a le plus progressé avec seulement 28 putts par partie contre 30 les années précédentes.

Plus précis dans ses approches, et plus tueur sur les greens, Sullivan s’est révélé être un des plus sérieux concurrents de McIlroy sur le dernier tournoi de la saison, le DP World Tour qu’il a finalement bouclé à la deuxième place.

Dire qu’à l’aube de cette nouvelle année, il se sent mieux préparé !

Sa philosophie ? « Je sais que le golf n’est pas un jeu parfait, et je n’ai jamais été effrayé de pouvoir mal jouer. Je sais que je peux toujours sortir la bonne carte au bon moment, et je pense que c’est ce qui distingue les meilleurs joueurs. »

Bernd Wiesberger

Bernd Wiesberger 

L’autrichien vainqueur de l’Alstom Open de France en 2015 n’est pas non plus une grosse cote de notre top-5 !

En revanche, notre petit doigt nous dit qu’il va encore franchir un palier cette année, et se rapprocher des tous meilleurs mondiaux.

L’indice étant qu’il a été le joueur qui a scoré le plus bas sur toute la saison de l’European Tour avec un total de 142 coups sous le par ! Personne n’a fait mieux ! Un peu à l’image de sa dernière journée à Paris pour prendre le titre au nez et à la barbe de James Morrison, Victor Dubuisson, Jaco Van Zyl ou encore Martin Kaymer.

9ème de la dernière Race To Dubai après une année très réussie, le 31ème mondial pourrait bien être l’un des tauliers de la prochaine équipe de Ryder Cup qui ira défier les USA à la fin de l’année.

En 25 départs, il n’a manqué que 4 cuts, une autre statistique qui démontre son grand point fort : la régularité.

Finalement, un profil assez différent d’un Andy Sullivan qui joue les montagnes russes tout en ayant des similitudes avec un golfeur athlétique comme Bjerregaard. Les deux golfeurs se ressemblant beaucoup physiquement.

Depuis 2009 et son arrivée sur le grand tour, il n’a cessé de progresser jusqu’à accomplir sa saison la plus aboutie en 2015, et pourtant sa précision au drive n’a pas été la meilleure de sa carrière à seulement 57% de fairways touchés en régulations.

En revanche, avec une moyenne de score de 69.9 marqué un taux de greens en régulation a un impressionnant niveau de 74%, Wiesberger a mis la barre très haute.

Jaco Van Zyl

Jaco Van Zyl 

Le sud-africain a été une des révélations du dernier Open de France, occupant même seul la tête du tournoi au soir du troisième tour.

Finalement rentré dans le rang lors du dernier tour marqué par une interruption de jeu, Van Zyl est bien l’un des golfeurs à suivre en 2016, car en net progrès depuis ses débuts.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est même le leader du SA Open au soir du premier tour joué sur ses terres.

Désormais 65ème mondial, Van Zyl s’est rappelé au bon souvenir des fans de golf français en étant le perdant malheureux du dernier Turkish Open contre un certain Victor Dubuisson.

Si Van Zyl a laissé passer sa chance à cette occasion, il n’arrête plus de se créer des occasions de remporter son premier tournoi sur l’European tour.

Il faut dire qu’il a une certaine expérience de la victoire puisqu’il n’en compte pas moins de 13 sur le Sunshine Tour, circuit sud-africain.

Pas encore aussi à l’aise en Europe qu’à domicile, Van Zyl a tout de même déjà complété quatre top-3 en seulement quelques mois.

Golfeur au sang chaud, il aime jouer sous pression, et ne se prive pas de faire quelques coups d’éclats comme en Turquie où sur le premier tour, il a cassé le parcours avec un score de 11 coups sous le par !

Son point fort est indéniablement le driving car il arrive à être aussi long que droit !

Top 35 pour la longueur et la précision sur le circuit européen, comme les autres membres de notre top-5, c’est dans le domaine des greens en régulation qu’il a le plus progressé en 2015 pour atteindre le score de 70.4%.

Vous l’aurez compris la capacité à accrocher les greens dans un minimum de coups est un élément majeur pour briller au plus haut niveau. Et si en plus à l’image d’un Andy Sullivan vous arrivez à baisser votre moyenne de putts, vous vous rapprochez à grand pas de la victoire.

Quesne, Bjerregaard, Sullivan, Wiesberger et Van Zyl, cinq noms à suivre en 2016 sur les plus grands tournois de l’European Tour, et peut-être jusqu’à la prochaine Ryder Cup pour au moins trois d'entre eux.

Dans ce top-5, nous avons été à deux doigts d’incorporer un Alex Levy qui semble retrouver ses meilleures sensations après une année 2015 en demi-teinte.

Après un passage fitting chez Alexandre d’Incau en fin d’année, le sudiste semble prêt à de nouveau faire chauffer la carte de score…A voir ! 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1536
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.