Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

5 accessoires d’entraînements pour le golf passés au crible

5 accessoires d’entraînements pour le golf passés au crible

Seul sur le practice, vous vous demandez comment vous pourriez encore améliorer votre swing. Etre plus consistant ? Etre plus régulier ? En somme, arriver à maîtriser votre swing. Sur internet ou des sites marchands, vous pouvez découvrir des outils censés être miracle, et qui, comme par magie, vous apporteront enfin les réponses aux maux dont votre swing souffre. Oui, mais y-a-t-il vraiment miracle ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Envie de progresser avec des aides à l’entraînements spécifiques au golf

Je vous propose ci-après la critique de cinq accessoires à priori utiles à l’entraînement : le swinggyde pour corriger le plan du swing, le système superspeed golf pour gagner en vitesse de swing, le swing shirt pour travailler la connexion bras-buste, le eyelinegolf speed trap déjà présenté dans un précédent sujet, et qui a pour objet de corriger le chemin de golf, et pour finir, une simple baguette pour l’alignement.

Pour cette revue, l’objectif consiste à travailler le swing avec les accessoires pour le rendre plus consistant, et moins dispersant.

Avec le trackman 4 comme support d’analyse, je vais vous proposer ci-après, les résultats concrets liés à l’utilisation de chacun de ces accessoires pour voir, si cela permet de réduire la dispersion, et en fin de compte, si cela a réellement un effet positif sur le swing.

Placebo ou véritable aide au swing ?

Je suis arrivé sur le tapis de practice sans échauffement particulier, et pas forcément en pleine confiance.

Pour ce « test », j’ai décidé de taper 10 balles sans chercher à corriger mon swing. Je cherchais l’impression du moment, le swing le plus « naturel » possible.

Comme vous pourrez le constater, je ne vais pas vous présenter un swing parfait ou trafiqué pour faussement faire croire à un miracle lié à un outil.

C’est vraiment mon swing « du moment » avec ses qualités, et ses défauts.

1-swing-normal.jpg

Pour ces 10 balles, et je vais renouveler l’expérience à chaque fois, je vous propose de nous intéresser à quelques valeurs essentielles que le trackman nous restitue.

Le smash factor est un indicateur du niveau de centrage de la balle dans la face, et donc de l’optimisation de la vitesse de balle après l’impact.

La balle peut être centrée en hauteur et en largeur dans la face, mais si cette dernière arrive fermée sur la balle, la qualité du coup va s’en ressentir.

Ci-dessus, on voit que les coups sont tous tapés à une moyenne de 132,9 mètres au carry, et 141,5 mètres au total avec la roule.

La dispersion en profondeur est de l’ordre de 20 mètres (131 mètres pour la plus courte et 151 mètres pour la plus longue).

La dispersion en largeur est de l’ordre de 15,7 mètres à gauche. C’est le cœur de ce sujet avec une balle la plus à droite à seulement 7 mètres du centre du fairway, et la balle la plus à gauche écartée à 28 mètres.

Pour scorer au golf, il faut réduire cette superficie de dispersion.

Toujours pour expliquer les paramètres clés de ce sujet, je vous propose, encadré en rouge, les données qu’il faut comprendre sur ces swings : la direction du swing, le chemin du club, l’angle de la face, et enfin, la relation entre la face et le chemin.

Pour qu’une balle soit droite, il faut que la relation entre la face et le chemin soit le plus neutre possible (proche de 0 degré).

Attention, pour que cette même balle parte au centre du fairway, il faut alors que le chemin du club et la face se rapprochent aussi et chacun de 0 degré.

Si une balle est tapée sur un « chemin de club » à droite de +5 degrés, avec une « face ouverte » à droite à +5 degrés, la balle toute droite… à droite, et inversement à gauche, si les valeurs sont négatives, et par exemple de -5 degrés.

La direction du swing est en fait la mesure de votre chemin quand le club redescend vers la balle par le trackman, alors que le chemin du club est mesuré par le radar au moment de l’impact.

La direction du swing explique pourquoi le chemin du club est intérieur-extérieur (positif) ou extérieur-intérieur (négatif).

Dans ce premier exemple, d’un test réalisé « à froid », on constate que le « chemin du club » est en moyenne de -4,7 degrés, soit orienté à gauche du fairway. Le club vient de l’extérieur vers l’intérieur.

La face est encore plus orientée à gauche que le chemin.

Le rapport entre la face et le chemin n’est pas abyssal (-2,6 degrés) donc les balles ne courbent pas trop en « hook ».

Dernière valeur à prendre en compte dans ce test, encadré en jaune, la « launch direction » qui nous indique comment la balle démarre sa trajectoire.

Soit -6,6 degrés à gauche.

Tout le but des exercices avec accessoires à suivre va consister à rapprocher cette valeur de 0 degré.

Dernière précision, les valeurs que je fournis ci-dessus ne peuvent pas indiquer que j’ai triché en m’organisant pour taper à gauche, notamment en modifiant le placement de mes pieds, et mon alignement.

Les valeurs ne seraient pas aussi négatives. Je suis bien organisé pour taper au centre, et pourtant, cela part à gauche…

Premier accessoire testé : Le swinggyde

swinggyde-mini.jpg

De tous les outils testés, c’est l’un des plus anciens en ma possession. Je l’ai bien depuis une dizaine d’années. Il était dans un fond de tiroir quand j’ai eu l’idée de le ressortir.

Le swinggyde ne fait pas de miracles, ou surtout il ne fait pas tout comme c’est pourtant suggéré sur des tas de vidéos de coachs.

Vendu pour « guider le swing », il guide surtout la face.

2-swing-swinggyde.jpg

Par rapport au premier écran, effectivement, les trajectoires sont nettement moins à gauche.

La « direction du lancement » (en jaune) n’est plus que de -3,7 degrés à gauche versus -6,6 degrés dans l’exercice précédent.

Avec cet outil fixé sur le shaft pour que l’on ressente l’armement et le désarmement des poignets, il semblerait que j’améliore un paramètre, mais pas tous les paramètres…

Pour réduire la dispersion, et taper des coups plus droits, le plus important, c’est de réduire la tendance extérieur-intérieur des swings ci-dessus (diminuer le chemin de club d’un angle trop négatif ou le rapprocher de 0).

A l’inverse, si vous lancez trop à droite, dans ce cas, il faut aussi diminuer le chemin de club d’un angle trop positif.

Avec le swinggyde, je ressens mieux la position du club dans l’espace, puisqu’assez rapidement au backswing, correctement placé, je le touche avec mon avant-bras, et ce, jusqu’au sommet du swing.

Toutefois, cela n’a pas du tout réduit mon chemin de club.

La seule chose que cela m’a aidé à faire, à consister à réduire l’angle de la face trop négatif ou trop fermé à l’impact.

C’est une bonne chose, mais c’est loin d’être suffisant ou satisfaisant.

La balle la plus à gauche est à 16 mètres du centre, alors que pour le coup, j’ai des balles tapées à droite du fairway (5 mètres du centre et de l’autre côté).

Certaines trajectoires ressemblent même à du fade, comme illustré ci-dessous.

3-swing-swinggyde-fade.jpg

Le swinggyde ne fait pas tout.

Point positif, il est au moins utile pour mieux sentir la position du club, et surtout indirectement la face du club.

De là à dire qu’il guide le swing, je n’irai pas jusque-là.

Deuxième accessoire testé : Le Eyeline Speed Trap

IMG_1741-mini.JPG

Le principe des quatre bâtons en mousse inclinés paraît astucieux pour guider le club sur le bon chemin.

Dans le précédent sujet consacré uniquement à cet outil, j’avais conclu qu’il était utile pour corriger les très grosses fautes de chemin, mais pas quand on veut corriger son swing de seulement quelques degrés.

4-swing-eyeline.jpg

En répétant La procédure, on voit bien que la « trajectoire des balles » démarre toujours à gauche (-4,3 degrés), et surtout le « chemin du club » est toujours très négatif (extérieur) à -7 degrés.

Du coup, il m’est arrivé trois fois sur dix de taper un plot en mousse sur l’extérieur.

A la rigueur, l’outil me permet de constater que je reviens extérieur sans avoir le radar, mais ce n’est pas pour autant que je corrige, et que je tape droit.

Un accessoire de golf ne doit pas seulement pour nous dire que l’on a un problème, mais doit aussi nous aider à le corriger.

A ce stade de l’expérience, le chemin de club est toujours trop extérieur.

Troisième accessoire testé : Le swingshirt

P1000339-mini.JPG

Il s’agit d’un tee-shirt où vous placez les bras dans une languette au centre pour encourager la connexion entre les bras et le buste.

5-swing-swingshirt.jpg

En-dehors du fait que c’est très inconfortable, ce qui pourrait être acceptable si on avait le sentiment de corriger…le résultat n’est pas au rendez-vous.

J’aurai l’occasion de faire un sujet complet sur cet accessoire, car il ne faut sans doute pas le limiter à une seule problématique, et il peut être intéressant pour un débutant.

Dans le cas présent, cela n’a aucun effet sur le chemin de club qui reste à -5,7 degrés à gauche.

Le smash factor baisse fortement, car c’est effectivement inconfortable pour swinguer à pleine vitesse.

Quatrième accessoire testé : la baguette

C’est certainement l’accessoire le plus modeste, le moins coûteux, et le plus utile quand on cherche à modifier le chemin du club.

Posé au sol, il peut servir de guide pour la direction du swing.

baguette-mini.jpg

Jusqu’à présent, on a vu que le problème exposé était surtout le chemin de club trop extérieur.

Que peut-il se passer quand on exagère le problème dans l’autre sens ?

A savoir, en plaçant la baguette sur un chemin intérieur-extérieur (orienté à droite de la cible).

7-swing-baguette.jpg

Pour la première fois de l’expérience, le « chemin de club » commence à se réduire, bien qu’il reste encore négatif.

De -5 degrés, et parfois -7 degrés, en moyenne, le « chemin de club » descend à -1,9 degrés.

Cependant, la face est alors toujours orientée à gauche (-3,5 degrés). Les balles partent donc toujours en moyenne à gauche.

Cependant, sur dix balles, six sont strictement dans l’axe.

Auparavant, mes fautes pouvaient être engendrées par le chemin et la face, et même les deux en même temps. Le cas présent, quand il y a dispersion, c’est majoritairement à cause de la face.

Que se passe-t-il quand on associe la baguette pour s’aider à diriger la direction du club, et le swinggyde pour tenter de mieux contrôler la face ?

8-swing-baguette-swinggyde.jpg

En cherchant à redresser le chemin de club, par une exagération de la direction vers la droite, on voit que le club se déplace plus vers l’intérieur (1,7 degrés) au bénéfice de l’aide visuelle au sol marquée par la baguette.

Combiné au swinggyde, la face est beaucoup moins fermée à gauche qu’à l’accoutumée, soit seulement -1,5 degrés.

Ce n’est pas encore parfait, mais beaucoup plus acceptable pour tenter de produire régulièrement des trajectoires droites et au centre du fairway.

La direction du lancement n’est plus que de 0,7 degrés à gauche, soit quasiment dans l’axe !

En combinant les bons accessoires, on peut arriver à un très bon résultat, et une aide concrète pour progresser. Maintenant que le chemin est redressé, peut-on augmenter la distance ?

Cinquième accessoire testé : Les manches superspeed golf

superspeed-golf.JPG

Vous réalisez cinq swings avec trois manches munis de poids, léger, moyen et lourd pour apprendre à ressentir la sensation de vitesse.

En déconnectant la notion de frappe de balle, vous vous concentrez exclusivement sur la création de vitesse.

Certains pros l’utilisent comme moyen d’échauffement. 

Le fabricant prétend que l’on peut non seulement gagner en vitesse de swing, mais aussi améliorer la mécanique de son swing. C’est une très grosse promesse…

9-swing-baguette-superspeedgolf.jpg

J’ai donc produit cinq répétitions avec le manche muni d’un poids plus léger qu’une tête de driver (vert), le manche moyen et équivalent au poids d’une tête de driver classique (bleu), et le manche plus lourd qu’une tête de driver (rouge).

Ci-dessus, on peut voir que ma moyenne de vitesse de swing est alors passée de 77mph (sans échauffement) à 84,6 mph pour un gain moyen de 13 mètres.

Ma vitesse de croisière habituelle est plutôt autour de 81/82 mph.

Avec cet accessoire, je suis essentiellement monté plus vite à ma vitesse de swing, et légèrement au-dessus.

Attention, j’ai commencé à redégrader légèrement mon chemin de club (+3 degrés).

Bilan : Ces accessoires d’entraînements sont-ils si performants ?

Chaque outil pris individuellement présente des avantages, et des lacunes.

Le swinggyde ne me semble utile que pour améliorer le contrôle de la face du club, ce qui est en soi intéressant.

Aucun impact sur le chemin du club, ce qui fait que si vous n’avez pas un radar pour analyser vos trajectoires, vous pourriez considérer que c’est sans effet.

C’est là où il faut savoir dissocier le rôle du chemin de club, et de la face dans la création d’une trajectoire de balle.

Vendu moins de 25 euros, sur une note de 5, je lui donnerai 4.

C’est plutôt un accessoire à avoir avec soi quand on sent que la frappe de balle se dégrade, à cause de la position de la face.

Pour le Eyeline Golf Speed Trap, autant si vous êtes un enseignant, c’est un outil pédagogique intéressant pour illustrer à un élève de grossiers problèmes de chemins.

Autant, si vous êtes un amateur, et vous savez que votre chemin de club est trop intérieur ou trop extérieur, l’outil ne vous permettra que de le constater.

Pour la correction, vous pouvez faire aussi bien avec une baguette.  Sa note d’utilité ne serait pas supérieure à 2 sur 5.

Pour le swingshirt, à nouveau, cela dépend de votre statut professionnel ou amateur.

Pour un enseignant, cela peut être intéressant d’illustrer la connexion pour un golfeur débutant.

Pour un amateur, sans visibilité sur ce qu’il faut produire, et un minimum de capacité à s’auto-contrôler, il me paraît inutile.

Mon essai ne démontre pas que cela corrige de manière flagrante le « chemin du club », alors que c’est aussi très inconfortable.

Pour la baguette, c’est la note la plus élevée, car c’est à la fois un grand basique, un produit peu coûteux, et elle n’est pas survendue comme produit miraculeux.

Indispensable dans tous les sacs de golfs, car facile à transporter pour vérifier l’alignement ou s’en servir de guide pour la direction du swing.

Enfin, pour le superspeed, les trois manches d’échauffements, je suis encore très partagé.

Comme outil d’échauffement, la réponse serait légèrement positive. Comme outil d’aide pour améliorer la séquence de swing, je n’y crois pas du tout.

Dernier commentaire, ce test illustre qu’il n’y a pas un accessoire tout seul qui aide fondamentalement le swing.

C’est plutôt la combinaison de deux accessoires qui peut commencer à faire une différence, à condition de faire le bon diagnostic.

Posté par le dans Accessoires Golf
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 552
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.