Posté par le dans Actus marques

2020 : Une bonne année pour le nombre de parcours joués et la vente de clubs de golf ?

 

Dans les premiers jours du confinement, en France, en Angleterre, et une bonne partie du monde, un vent de panique a soufflé sur l’économie de la filière golf, des propriétaires de parcours jusqu’aux dirigeants des marques de matériel. Même le premier marché mondial, les Etats-Unis, où le confinement n’a pas été aussi important, en avril dernier, deux parcours sur trois étaient bel et bien fermés avec des conséquences directes sur l’économie. Près de 6 mois ont passé, et les premiers chiffres sur le nombre de parcours joués par les golfeurs/golfeuses, et la vente de matériel pourraient, finalement et au contraire, faire état de records !

Découvrez nos formules d'abonnements

En l’espace de quelques semaines à peine, l’ambiance a changé dans la filière golf aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, et même en France.

De l’état de panique général, de crise, et de craintes de licenciements massifs chez les fabricants, le ton a bien changé. Les chiffres des ventes de cet été y ont largement contribué.

La pratique du golf a le vent en poupe, et comme c’était presque prévisible après plusieurs semaines consécutives de frustrations sans jouer, et au moment où habituellement, les golfeurs, et les golfeuses prennent plaisir à reprendre le chemin des fairways.

Les pratiquants ont rapidement renoué avec le jeu.

De nouveaux joueurs et de nouvelles joueuses se sont initiés.

En France, le confinement aura duré un total de 55 jours (du 17 mars au 11 mai 2020), période habituellement faste pour la pratique du golf, et si la météo n’est pas exceptionnellement défavorable.

55 jours de fermeture pour près de 700 structures de golf qui peuvent accueillir près de 410 000 licenciés, en temps normal…

Au-delà des 55 jours, cela a été aussi un temps supplémentaire en amont, et en aval, d’incertitudes, parfois d’angoisses, et au moins d’anxiétés sur l’étendue de la crise sanitaire, et par extension, la crise économique.

Anxiété qui a forcément pesé sur la consommation autour du golf : Achats de clubs, de drivers, de gants ou de balles…

A fin mai, une majorité des marques de matériel constataient une baisse de leur volume de ventes d’environ 50% par rapport à une saison précédente, sans épisode du Coronavirus.

Au cœur du Printemps, dans la plupart des directions des grandes marques américaines, et japonaises, l’heure était à faire les comptes, et surtout à les geler.

Gel des dépenses de communications, gel des dépenses de promotions, usage du chômage à temps partiel pour la majorité des équipes pour lesquelles c’était possible, interruption et même certainement annulation des commandes en cours…

La Chine n’a jamais réellement interrompu ses productions plus de 15 jours, et pourtant, elle a été accusée d’être la responsable de longs retards de livraisons…

Au cœur de la crise, les marques de matériel ont surtout appuyé sur le bouton « stop » ou « freinage d’urgence ».

Et puis, toujours pour l’exemple Français, en mai, le confinement a été levé. Les golfs ont ouvert à nouveau leurs parcours.

Peu à peu, la vie a repris son cours sur les greens, avec bien entendu, de nouvelles habitudes à prendre, des gestes barrières, de règles de distanciations sociales…

La consommation de matériel de golf a repris. Les marques ont réalisé des campagnes de sensibilisations sur l’éco-système, et notamment le soutien aux détaillants.

Surtout, depuis la fin du printemps, il a fait beau !

Par exemple, sur Paris, la station météorologique de Montsouris a relevé un gain d’ensoleillement très net en mai 2020 avec 319 heures contre 193 en moyenne saisonnière.

La station a observé le même phénomène sur les mois suivants, et même si les proportions ont varié. En gros, en juin, il a fait à peine un peu plus beau que la tendance moyenne, alors qu’en Juillet et en Août, l’écart s’est de nouveau creusé positivement.

Dans un métier extrêmement météo dépendant, cela ne pouvait qu’avoir un effet favorable à la pratique du golf, ajouté à une expression avérée d’un besoin pour plus de vie en espace vert.

Alors que l’on aurait pu croire la crise du COVID-19 fatale à la filière golf, les premiers chiffres laissent penser qu’il y a une véritable augmentation du nombre de parcours joués, que ce soit en France, mais aussi au Royaume-Uni, et aux Etats-Unis, pour lesquels, Golf DATATECH fournit déjà des premiers chiffres.

Non seulement les chiffres sont en hausses, mais, on peut parler littéralement de boom, ce qui ne va pas poser d’autres conséquences à moyen-terme sur les fabricants, et notamment causer des retards d’approvisionnements.

Aux USA, la vénérable National Golf Foundation qui compile des chiffres de la filière, rapporte qu’aujourd’hui, et malgré la continuité de la circulation du virus Outre-Atlantique, 98% des parcours sont ouverts.

Toujours selon Golf Datatech, le nombre de parties jouées aux USA a grimpé de +14% en juin, ce qui représente 7 à 8 millions de parties supplémentaires.

Ce nombre de parties en hausse a eu un effet immédiat et direct sur les ventes. On peut parler de mois record pour les ventes de clubs, aussi bien les fers, les bois, les wedges, les putters, et les balles.

En unité, les ventes de séries de fers ont progressé de +83% ! Chiffres comparables pour les bois de parcours à +74% !

Significatif, les ventes de balles ont progressé de +27%.

Bien entendu, alors que l’année n’est pas terminée, ces chiffres correspondent aussi à un phénomène de rattrapage. Un rattrapage, qui pour l’heure n’est pas encore tout à fait complété.

Cependant, en septembre 2020, on commence à se demander si finalement, les marques ne vont pas finir en positif !

Pour Golf Datatech, si le trend reste haussier sur les semaines à venir pour le seul marché américain, le nombre de parties jouées sur toute l’année 2020 pourrait finalement être supérieur à 2019 d’environ 1.7%, et alors qu’il manque plusieurs semaines de pratiques !

Pour atteindre ce chiffre, il faudrait que la tendance reste supérieure à +5% comme actuellement, et sur les derniers mois de l’année.

D’une année catastrophe, 2020 pourrait bien être l’une des années les plus prolifiques pour les marques de matériel de golf.

Prolifiques ?

Souvenez-vous, comme évoqué plus haut, elles ont appuyé fort sur le bouton « Stop », et avec des conséquences directes sur les sous-traitants, et tous les acteurs indirects du business.

Le rythme soutenu des ventes observé partout dans le monde, y compris en France, depuis la fin de confinement, et particulièrement cet été, a permis de « faire rapidement baisser le niveau » des stocks.

Ombre au tableau, et à venir, les marques considérant que la contrainte la plus forte sur leurs marges provient de la politique de stockage, ces derniers, les stocks sont de plus en plus abaissés, au point qu’au rythme des ventes actuelles, la dernière partie de l’année pourrait très vraisemblablement être marquée par… des ruptures de stocks d’une durée plus ou moins très longue.

Votre prochain driver pourrait ne pas être disponible avant… janvier 2021 ! Sera-t-il disponible en même temps que le prochain modèle à venir ?

On est loin du scénario envisagé pendant le confinement de surstockage des détaillants.

Le phénomène ne se borne pas aux Etats-Unis.

En Août 2020, une enquête menée par nos confrères de Golf Business auprès de 75 golfs au Royaume-Uni a révélé que le nombre de parties jouées était déjà supérieur au niveau total observé en 2019, et dont des golfs fermés pendant 2 mois !

Les parcours de golf britanniques ont enregistré une hausse du nombre de parties jouées de près de +40% en juillet, qui avait suivi une hausse de +61% en juin.

La pratique avait pourtant baissé de -100% en avril, et de -27% en mai.

Comme aux Etats-Unis, ce retour massif à la pratique a eu un impact direct sur les ventes.

Golf DATATECH a d’ailleurs publié un rapport indiquant un mois de juillet de tous les records, pour les ventes de clubs de golf. La société d'analyse n’avait d’ailleurs jamais enregistré de tels chiffres depuis la création de son panel en 1997.

Les ventes du mois de juillet sur et en-dehors (magasins) des parcours ont atteint 41 millions de livres sterling, battant largement les deux précédents records de ventes, qui dataient de mai 2019, et mai 2018, pour respectivement 34 et 35 millions de livres sterling.

Toutes les catégories de produits en ont tiré avantage, des balles aux bois de parcours, en passant par les gants.

Autre information capitale révélée par Golf Datatech dans une étude qu’ils nous ont envoyé, les consommateurs ont acheté tous ces équipements à un prix normal, et il n’y a donc pas d’effet d’une quelconque opération de promotion, et donc pas de prix bradés.

Par conséquent, fabricants et distributeurs se trouvent dans une position économique beaucoup plus favorable qu’escomptée.

Concernant le marché Français, nous avons contacté la société, et celle-ci nous a indiqué en exclusivité que les tendances sont comparables. 

Le mois de juillet 2020 correspond au mois où les ventes ont atteint un niveau jamais mesuré auparavant, battant le précédent record vieux d'un... mois, à savoir le mois de juin 2020 !

Selon nos sources, cela suit bien la même tendance mondiale, avec toutefois un effet différent entre les points de ventes dans les grandes villes, et les points de ventes près de lieux de vacances.

Le mois de juillet a été exceptionnel, avec des records battus pour des points de ventes situés en Littoral, et plutôt inversement médiocre près des grandes villes. Les ventes de clubs ont suivi la route des vacances des golfeurs...

A fin mai 2020, Callaway semblait être la marque la plus en avance aussi bien pour les bois, les fers, et les putters, alors que XXIO a aussi marqué des points auprès des consommateurs.

Toutefois, le manque à gagné des mois de confinement ne semble pas encore rattrapé en totalité dans l’hexagone, et il faudra attendre la fin de l’année pour estimer la situation.

Une menace plane : Celle des ruptures de stocks qui pourrait doucher l’euphorie actuelle, et de nouveau mettre un coup de frein sur les ventes à venir.

2020 pourrait donc être une année « bizarre » pour la vente de matériel de golf, avec au début un gros moins, et ensuite, un gros plus.

Ayant appuyé fortement sur le bouton zéro dépenses, les marques pourraient surtout, et contre toute attente, faire une très bonne année, d’un point de vue de la rentabilité financière (moindre charge des stocks et meilleures ventes que prévues).

Au lieu d’être plus faible ou fragile en 2021, elles pourraient repasser à l’offensive dès janvier, pour conforter des parts de marchés, ou au contraire, pour aller chercher des points perdus…

Crédit photo : Iam Anupong / IstockPhoto et GolfDatatech

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 195
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Pourquoi le Sentosa Golf Club à Singapour, est un ...
Tiger Woods dans la moins bonne forme de sa carriè...

Auteur

 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.