Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

2 choses à retenir de la victoire de Lydia Ko au ANA Inspiration

2 choses à retenir de la victoire de Lydia Ko au ANA Inspiration

Victorieuse du ANA Inspiration 2016, anciennement Kraft Nabisco Championship, et toujours premier majeur de la saison de golf professionnel féminin, la néo-zélandaise Lydia Ko semble insatiable. Rien ni personne ne semble en mesure de l’arrêter dans sa quête de victoire sur le LPGA Tour. Décryptage du jeu de la numéro 1 mondiale de golf pour retenir deux éléments clés dans sa performance sur le parcours, et qui devraient inspirer tous les golfeurs amateurs.

Découvrez nos formules d'abonnements

Qui pourra arrêter Lydia Ko ?

A 18 ans seulement, Lydia Ko est plus que promise à un très bel avenir golfique.

Déjà détentrice de l’Evian Championship en septembre dernier, elle vient d’enchaîner par une deuxième victoire en majeur, et cette fois de l’autre côté de l’Atlantique, et plutôt du côté Pacifique, où se tenait à Rancho Mirage en Californie, le ANA Inspiration.

A 14 ans, la jeune golfeuse avait déjà remporté son premier tournoi professionnel, tout en étant bien entendu, toujours considérée comme amatrice.

En quatre ans seulement, Lydia Ko a ringardisé toutes les autres joueuses professionnelles de la planète.

Soit c’est un prodige, soit le niveau du reste du champ de joueuses laissait à désirer…

A l’évidence, c’est tout de même la première option qui est à privilégier.

Talent qu’elle a démontré à plusieurs reprises à Evian, et encore en septembre dernier en s’imposant avec six coups d’avances sur Lexi Thompson, un autre talent précoce.

Ce dimanche, l’écart a été beaucoup plus serré avec seulement un coup d’avance sur l’anglaise Charley Hull.

Douze victoires dont deux majeurs pour Lydia Ko en seulement quelques mois, dont deux consécutives, en deux semaines…Qui pourra arrêter Lydia Ko ?

Après sa démonstration sur le parcours de Mission Hills, il semble que cette question va rester ouverte un bon petit moment.

A peine majeure, on peut même se demander si un parcours peut lui résister, et quand sera arrivé le jour de sa fin de carrière, est-ce que seulement un trophée manquera à sa collection ?

Sur le dernier trou, la néo-zélandaise a mise tout le monde d’accord en approchant le trou de quelques centimètres avec son wedge pour un dernier birdie réalisé avec autorité.

ko-victory.jpg

Six mois après Evian où elle était déjà devenue la plus jeune joueuse à remporter un majeur dans l’histoire du golf féminin, elle est devenue la plus jeune joueuse à en remporter deux d’affilés.

A un mois de son dix-neuvième anniversaire, elle compte déjà dix-sept victoires, dont douze sur le circuit LPGA.

« C’était juste mon rêve de joueur sur le LPGA Tour, d’être là, et d’être dans une telle position. »

Ajoutant « Pour pouvoir justement vivre ces choses incroyables, et c’est aussi ce qui me motive à travailler encore plus dur pour me mettre dans de bonnes positions, et même en position de gagner quand je le peux. »

L’avis de son caddie

Son caddie, Jason Hamilton, est en fait le meilleur témoin de l’ascension de Ko. Il porte son sac depuis bientôt un an et demi.

« Elle a une tête de joueuse expérimentée sur des jambes d’une jeune joueuse. » poursuivant son éloge « On a beau beaucoup en parler mais c’est surtout sa maturité qui est impressionnante. Pour une jeune fille de son âge, arriver à autant se concentrer…c’est juste impressionnant. Je n’ai jamais besoin de la pousser. Elle y arrive toute seule. Je suis content pour elle qu’elle soit récompensée de ses efforts. »

caddie-ko.JPG

Et effectivement, Ko est impressionnante. Imaginez qu’elle n’a commis aucun bogey sur les 36 derniers trous du week-end !

Aucun coup de perdue, alors que Charley Hull va finalement la talonner d’un coup au final, et que Lexi Thompson va finir à trois coups.

Cette fois, Lydia Ko a gagné avec des rivales au niveau.

Et sa résistance à la pression est d’autant plus notable qu’elle a joué les 41 derniers trous sans faire de bogeys, au moment où pourtant, l’enjeu peut prendre le dessus sur le jeu.

Sur les neuf derniers trous du dimanche, elle aurait pu craquer, passant même derrière au leaderboard.

Non ! Elle s’est montrée patiente.

Pour sa sœur qui fait aussi office de manager « La patience de Lydia m’a toujours impressionnée. Elle sait attendre pour atteindre son objectif. »

Quel paradoxe pour une jeune femme qui gagne déjà tout ce qu’elle peut ?

swing-lydia-ko.JPG

Cette patience s’est matérialisée en fin de partie alors que la thaïlandaise, Ariya Jutanugarn était en mesure de l’emporter.

Peu avant de rentrer un dernier putt sur le trou 17, Ko a porté un regard sur le leaderboard.

Elle savait qu’elle devait rentrer son putt pour rester deux coups derrière sa rivale du jour.

Elle rentra son putt à 2,5 mètres pour sortir du green, et se diriger vers le dernier trou du tournoi ayant déjà repris un coup suite au bogey de la thaïlandaise, sans doute tétanisée par le retour de Ko.

Néanmoins, deux coups d’avances avec un trou à jouer, comment perdre ? Ou inversement avec deux coups de retards comment gagner sur un trou à jouer ?

A ce stade, Ko savait qu’elle allait devoir faire un truc incroyable pour gagner.

Faire le bon choix

Un temps, elle a pensé aller chercher le green en deux pour tenter l’eagle !

Après son coup de départ, il ne lui restait plus que 180 mètres à parcourir pour atteindre le green.

Ceci dit, sa balle était en pente descendante…Pas une condition idéale pour tenter une approche longue distance !

Elle pensait prendre un bois 3 sans savoir que Jutanugarn avait encore concédé un bogey sur le dernier trou, ouvrant la voie pour une victoire possible de Ko en cas de birdie.

Sauf que son caddie lui savait !

« Avec un coup en légère pente, je savais que nous pouvions perdre le tournoi sur ce coup. Je savais aussi qu’un birdie pouvait suffire pour gagner. »

Hamilton conseilla à sa joueuse de renoncer. Et elle l’écouta.

Au contraire, elle positionna son deuxième coup à 70 mètres du green pour derrière, réaliser une merveille d’approche.

Un coup réalisé à la perfection car le caddie et la joueuse ont admis qu’ils avaient parfaitement mesuré la distance à parcourir.

« Chaque coup est toujours spécial tout comme chaque victoire, surtout parce qu’ils sont tous différents. Cependant, faire birdie sur le dernier trou vous procure toujours un super feeling. »

Ce succès est aussi la démonstration de l’ascendant du putting sur le jeu du tee au green.

Son jeu a été bien plus erratique qu’elle n’aurait souhaité. Par contre, son putting a été extrêmement solide avec des putts de 6.5 mètres au cinq, et de 12 mètres au huit !

Le trou qui aura été indéniablement le plus révélateur de son jeu est très certainement le 11 où elle balança son drive dans les arbres sur la droite du fairway.

Sur le coup suivant, pour être certaine de sortir d’un rough piégeur, elle poussa trop loin son coup de l’autre côté du fairway pour trouver à nouveau un rough bien peu accueillant.

Finalement, elle sortira la balle de façon à la mettre à 3 mètres du drapeau…

Derrière, c’est son putting qui a sauvé le par.

Encore au 13, elle dû rentrer un putt pour PAR de 4.5 mètres.

Au cours du dernier tour, elle n’a touché que 12 greens en régulations, son taux le plus bas de la semaine. Cela ne l’a pas empêché de l’emporter à la faveur d’un putting diabolique.

Par le passé, elle n’avait jamais semblé très à l’aise sur ce parcours. Il faut dire qu’elle l’a joué à 15, 16 et 17 ans.

Aujourd’hui, il semble bien qu’elle peut s’adapter à n’importe quelle condition, et sur n’importe quel parcours.

« Je pense qu’à l’évidence remporter ce tournoi est génial, mais sauter dans le Poppie’s pond restera comme un des plus grands moments de ma carrière. Je n’avais jamais vraiment bien joué sur ce parcours, alors arriver à bien jouer ici, me donne beaucoup de confiance pour la suite. »

poppies.jpg

Tout est dit…Comment arrêter Ko dans les prochaines semaines, et alors qu’elle vient d’enchaîner deux succès consécutifs ?

Sur les six premiers tournois de la saison 2016, elle compte déjà cinq podiums !

Les deux clés du jeu de Lydia Ko :

Tactiquement, la joueuse a fait preuve de patience pour faire les bons choix, notamment sur le 18 en ne cherchant pas un eagle improbable, se plaçant parfaitement pour un birdie plus probable.

Techniquement, comme le démontre son PAR au 11, malgré un jeu du tee au green erratique, la qualité du putting a fait la différence.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1527
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.