Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

10 bonnes raisons de jouer seul au golf

Dix raisons pour jouer seul au golf !

Très peu de sports permettent de pratiquer et de se faire plaisir seul. Bien que nous soutenions la théorie que les plus belles parties de golf sont celles que l’on peut jouer à plusieurs. Passons ici en revue la liste des dix raisons qui justifient de jouer au golf en solo.

Le rapport des golfeurs au golf est souvent obsessionnel. Vous ne verrez jamais un joueur de tennis, rêver d’un terrain de tennis ou alors il rêvera plutôt de fouler un jour la mythique terre battue du central de Roland-Garros, non pas pour le terrain, mais pour le stade.

Mais entre le joueur de tennis et le golfeur, il existe une très importante différence, le golfeur ne rêvera pas des gradins, mais de défier le parcours…De se tester par rapport au challenge, la difficulté d’un adversaire non pas virtuel, mais environnemental.

Une sorte de bataille silencieuse entre lui et le terrain, dans une sorte d’intimité, de huis-clos sans témoins, qui offre la possibilité d’être en fait totalement libre.

Ci-dessous, retrouvez une liste de dix bonnes raisons pour jouer tout seul au golf, et n’hésitez pas à en ajouter d’autres en commentaires.

No. 1: Jouer vite

Les golfeurs solitaires peuvent jouer vite, car ils ne sont pas obligés de perdre du temps à regarder leurs partenaires jouer.

Pas besoin d’attendre que son partenaire ait joué, pas besoin de rester sur le côté du green pendant qu’il ou elle est en train de putter, et encore moins de passer de longues minutes à chercher la pro V1 qui a été balancée dans le rough.

Si vous jouez seul, vous pouvez, sans problème, terminer le parcours en moins de trois heures (à partir du moment où il n’y a pas une partie de quatre devant vous).

Bref, c’est l’idéal !

No. 2: Jouer à son rythme

Quand vous jouez au golf en partie de trois ou quatre, le rythme de votre partie est déterminé par vos partenaires.

Dans certains cas, il peut arriver qu’il y ait des ruptures de rythmes dues à des pertes de balles.

Conséquence, il n’est pas toujours facile de rentrer dans sa partie, et de trouver son propre rythme.

A l’inverse, un golfeur qui tape plus de coups que la plupart de ses partenaires sur chaque trou va se sentir frustré, et sous pression en permanence.

Le fait de jouer seul permet de contrôler son propre rythme. Chaque coup peut être étudié, tapé et analysé selon ses propres critères de temps.

Et logiquement, le temps de jeu entre chaque coup est relativement uniforme, puisqu’il s’agit de son propre rythme.

Ce rythme constant aide à se concentrer, et à mieux jouer.

Plus fort encore, le fait de jouer seul permet de mieux gérer ses moments de hauts et de bas sur le parcours.

Quand vous jouez bien, vous pouvez continuer sur votre rythme, alors que si vous avez un passage à vide, rien ne vous empêche de vous arrêter quelques minutes pour faire le vide, voir même taper quelques coups pour retrouver son swing.

No. 3: Jouer pour s’entraîner

Le fait de pouvoir jouer rapidement et seul, fournit la parfaite opportunité de s’entraîner sur le parcours.

Victor Dubuisson, le prodige du golf français, admet être un fervent adepte de cette méthode d’entraînement, préférant de loin travailler sur le parcours, plutôt que d’enchaîner les longues séances de practices.

Si vous voulez taper des coups très particuliers, c’est justement l’occasion d’emmener quelques balles, et de parfaire vos gammes.

Le fait de taper des coups réels en situation réelle, est la meilleure préparation à la performance, d’autant plus que cela ne peut pas réellement être fait au practice.

Coups en pentes, obstacles précis à passer…c’est l’occasion de varier les situations de jeux.

No. 4: Jouer dans les règles de l’art

Théoriquement, quand vous jouez seul sur le parcours, vous pouvez vous accorder des coups comme vous le voulez. Personne ne saura jamais que vous vous êtes affranchis de certaines règles.

Pourtant, si vous décidez de jouer dans les règles, de ne jamais placer vos balles, de vous appliquer des pénalités quand c’est l’usage, de ne pas vous donner les putts, vous vous mettez dans des conditions de jeux plus proches de la réalité.

Jouez dans les règles finira par vous permettre de devenir un meilleur golfeur.

No. 5: Jouer sans avoir besoin d’impressionner ses partenaires

Regardons les choses en face ! Tous les golfeurs aiment réussir le plus long drive du groupe.

Souvent par machisme, nous nous mettons en compétition contre les autres plutôt que contre le parcours.

Bien que cette réaction instinctive puisse être une bonne motivation,  cela peut aussi nous amener à prendre de mauvaises décisions.

Le fait de jouer seul réduit ce désir d’impressionner les autres. Vous pouvez rester dans votre propre stratégie sans avoir la tentation de surjouer.

Arpenter le parcours seul...

No. 6: Jouer sans se mettre sous pression

Beaucoup d’entre nous avons déjà expérimenté la sensation du stress sur le tee de départ du premier tour.

Ressenti les symptômes de mains moites, de tensions nerveuses, et d’incapacité de correctement mettre sa balle sur le tee, pris dans un flot de pensées négatives, alors que nous nous trouvons entouré de gens que nous ne connaissons pas.

C’est tout simplement humain.

La peur d’être jugée n’a pas lieu quand on joue seul. Il est plus facile d’exprimer son potentiel naturel sans stress.

No. 7: Jouer à sa façon

Dans une partie à plusieurs, vous êtes parfois obligés de jouer depuis les boules de départs jaunes, alors que vous auriez envie de jouer depuis les blanches…Vous perdez du temps à définir qui à l’honneur.

Autre exemple, vous avez envie de marcher, mais votre partenaire a loué une voiturette…

Pas de souci quand vous jouez seul ! Vous pouvez jouer du tee que vous voulez, et selon le mode de transport que vous souhaitez…

No. 8: Jouer à n’importe quel moment

Le golfeur solitaire est le spécialiste du jeu spontané.

Quand un golfeur s’accommode de jouer seul, il peut partir sur le parcours à n’importe quel moment, et en fonction de l’humeur du moment.

Pas besoin de réserver une heure de départ ou de résoudre des problèmes d’agendas !

Une fois sur le parcours, vous pouvez jouer comme vous le souhaitez. Vous voulez commencer par les trous du retour plutôt que l’aller…c’est possible.

Une partie de trois vous gêne au départ du six, pas de problème, passez directement au huit !

Envie d’arrêter au quinze ? Jouez comme il vous plait !

No. 9: Jouer la carte de score ou pas

Certains jours, tout fonctionne. Le plaisir de jouer se conjugue avec la carte de score.

En revanche, si vous n’avez pas envie de vous soucier du score, vous pouvez aussi vous en détacher.

Au contraire, si vous avez besoin de vous mettre sous pression, vous pouvez vous créer un maximum  de petits défis : Jouer en stroke play, jouer deux balles l’une contre l’autre, jouer plusieurs balles pour noter la meilleure. A vous de voir…

No. 10: Jouer sans faux semblants

Quand vous jouez seul…vous n’avez pas besoin de vous fendre en formules toutes faites du type « ah, quel beau coup! » ou alors « Pas de chances ».

Vous n’avez pas besoin de feindre de l’intérêt pour le jeu de votre partenaire, ses soucis personnels, ou pire, ses soucis de swings.

Vous n’avez pas pas besoin de partager vos histoires personnelles. Vous pouvez simplement vous concentrer sur votre jeu, et seulement votre jeu !

Ci-dessus, nous vous avons listé dix raisons qui peuvent justifier de jouer au golf tout seul.

Dans ces raisons, certaines sont fondées, d’autres un peu moins.

Si vous n’avez jamais joué seul, essayez au moins une fois pour découvrir une autre façon de golfer.

En revanche, je reste persuadé que le golf est surtout une formidable occasion de partager une expérience avec ses partenaires, amis ou inconnus.

A mes débuts sur le parcours, il m’est souvent arrivé de jouer seul sur le parcours, et d’y prendre du plaisir pour une partie des raisons évoquées ci-dessus, et notamment, le fait de pouvoir me concentrer sur des problématiques techniques que je ne maîtrisais pas encore, histoire de prendre confiance, ou aussi dans le but de faire un score.

Aujourd’hui, je n’aurai plus envie de jouer seul, car ce n’est pas très motivant. Au contraire, l’autre vous apporte une forme d’émulation.

Certes, nous n’avons pas toujours envie de partager un mauvais coup de golf, mais de mon expérience, on a toujours envie de partager un beau coup.

Dommage de ne pas avoir un témoin quand on réussit un très beau coup !

Enfin, le golf est un loisir de détente, mais pour ceux qui veulent faire de la compétition, jouer seul est la plus mauvaise répétition.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2811
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.