Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test driver Titleist 915 D2

Test driver Titleist 915 D2« Game changer » pour les ingénieurs Titleist, le nouveau driver 915 D2 fait partie de cette nouvelle génération de clubs qui proposent plus de vitesse de balle à l’impact couplé avec moins de spin pour toujours plus de distance. Est-ce réellement vérifiable par rapport au 913 D2, et qu’en est-il par rapport au PING G30 ou TaylorMade R15 ?

Préambule

Pour ce test réalisé au sein du magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman, nous avons testé un driver Titleist 915 D2 10,5° monté sur un shaft Mitsubishi Rayon Diamana A1 60x5ct regular.

Un shaft graphite qui en regular pèse 60 grammes, et à classer dans la catégorie des manches légers.

Pour autant, sur l’ensemble de notre panel, la moyenne des shafts utilisés a été mesurée 55,25 grammes.

Par conséquence, ce shaft est donc un peu plus lourd que ce nous testons en général.

Ce qu’il faut savoir sur le Titleist 915 D2

Premier argument fortement mis en avant par Titleist : Moins de spin, plus de vitesse en raison d’un nouvel aérodynamique : le Recoil Channel.

Les fentes sous les semelles des drivers sont apparues sur les clubs Adams Golf depuis quelques saisons, concept largement repris à son compte par TaylorMade, et étendu à d’autres marques depuis... qu’elles s’appellent Compression Channel, Speed slot, Speed pocket…

Par le passé, cette technologie a essentiellement permis deux choses :

  • Des vitesses de balles plus rapides depuis toute la surface de la face du club.
  • De meilleures performances pour les coups tapés sous le centre de la face.

La chose qui est en fait la plus intéressante avec ce procédé déclaré comme nouveau mais qui ne l’est pas, c’est que Titleist revendique en plus une réduction du taux de spin, ce qui favorise le vol de la balle.

Comment pense-t-il y parvenir ?

En avançant à l’extrême la position du centre de gravité comme le fait TaylorMade avec son driver R15.

Pour Dan Stone, ingénieur Titleist, ce système conçu pour la réduction du spin est la véritable révolution de ce driver, et sur certains joueurs, ils ont mesuré des gains allant jusqu’à 8 mètres.

« Cela fait quatre ans que nous travaillons sur l’Active Recoil Channel. Cette technologie demande beaucoup de réglages minutieux, surtout si vous voulez faire quelque chose de vraiment utile, et pas seulement de la cosmétique ou du marketing. En réussissant à ajouter de la vitesse de balle et du spin, sans sacrifier en moment d’inertie (MOI), nous pensons avoir atteint un stade de développement qu’aucune autre marque n’avait atteint jusqu’à présent. »

Poursuivant « Avec l’Active Recoil Channel, la balle est compressée de telle façon qu’elle n’a pas la possibilité de consommer autant d’énergie rotative qu’elle pourrait le faire, d’où le fait qu’elle quitte la face du club en produisant moins de spin. »

Un discours beaucoup plus offensif et moins conservateur dans la bouche d’un développeur Titleist que par le passé.

Pour en savoir plus sur le driver Titleist 915 D2, relire notre précédent article.

Les conditions du test

Pour les tests de clubs de golf, nous veillons à utiliser le même type de balle, afin de ne pas fausser les mesures entre les différents produits essayés.

Nous avons donc testé plusieurs drivers avec une balle Srixon Z-Star.

L’essai a été mené par un golfeur amateur masculin d’1m83, disposant d’une vitesse moyenne de swing avec un driver de 92 mph (148 kmh).

Nous lui avons demandé de taper une dizaine de balles avec ce driver pour comparer les données avec les autres clubs de notre panel.

Notre radar de mesure a été réglé pour des conditions normales (température de l’air et dureté du sol).

Concernant le club, nous n’avons pas modifier le shaft ou les réglages de la tête, laissés en standard.

Pour statuer sur ce test, les questions qu’il convient de se poser sont :

  • Est-ce que ce club est tolérant ?
  • Est-ce que ce club est puissant ?
  • Est-ce que ce club donne une meilleure précision entre la dispersion, et la plage d’atterrissage

Tolérance ?

Pour déterminer la tolérance d’un club de golf, nous utilisons la mesure du smash factor, qui est le rapport entre la vitesse de swing du golfeur, et la vitesse de balle générée après l’impact.

Ce ratio peut aussi bien témoigner de la tolérance du club que de la restitution d’énergie de la face.

Il s’agit d’une note de maniabilité.

Le smash factor du dernier né des drivers Titleist est d’1,470 !

Dès ce premier graphique issu de notre test, nous commençons à répondre à la question posée initialement. A savoir que vaut le 915 D2 par rapport au modèle précédent, et par rapport aux principaux concurrents.

Le smash factor du dernier né des drivers Titleist est d’1,470 !

Soit l’un des plus élevés de notre panel à ce jour, seulement devancé par le Srixon Z545 (1,488) pour un driver 10,5° en shaft regular.

Par rapport au 913 D2 (1,442), le gap est spectaculaire confirmant les propos avancés par les ingénieurs de la marque.

Comparativement aux autres drivers, la vitesse de balle générée est très élevée (136 mph), une vitesse qui rappelle celle que l’on constate sur les drivers très légers comme le TaylorMade Aeroburner ou le Mizuno JPX-EZ qui montés sur des shafts de seulement 50 grammes donnaient des vitesses de balles de 137 mph…

Pourtant, le Titleist 915 D2 est bien monté sur un shaft de 10 grammes plus lourd.

A shaft comparable, nous mesurons un écart de 4 mph supplémentaire en faveur du Titleist, confirmant que le système Recoil Channel a bel et bien un impact sur la performance du club.

Puissance ?

La puissance est un facteur que nous corrélons fortement à la distance générée avec un club de golf.

En plus de la vitesse de balle, le taux de spin, et plus globalement le degré d’efficacité du couple golfeur-club peuvent expliquer des écarts de distance.

Le smash factor du dernier né des drivers Titleist est d’1,470 !

Le tableau ci-dessus illustre tous les drivers testés, et classés par degrés d’efficacités décroissants.

Le degré d’efficacité est le ratio entre énergie déployée (vitesse de swing), et le rendu final du tandem joueur-club (distance au carry).

La moyenne de ce ratio sur notre panel est de 2.24

Précisons qu’un driver peut générer une grande distance sans être efficace…Simplement, cela traduira une sous-utilisation du potentiel du joueur ou du club.

Entre le modèle 2013 et le 2015, on constate qu’à vitesse de swing comparable (parfait pour un test comparatif), le degré d’efficacité est en nette progression, soit 2,417 pour le 915 contre 2,270 pour le 913.

Entre le modèle 2013 et le 2015, on constate qu’à vitesse de swing comparable (parfait pour un test comparatif), le degré d’efficacité est en nette progression, soit 2,417 pour le 915 contre 2,270 pour le 913.

Cet écart s’explique par la vitesse de balle plus élevée (3 mph) à vitesse de swing identique (performance de la tête), par un angle de décollage plus élevé (2,8 degrés), et un taux de spin légèrement plus bas (140 tours de moins).

Rappelons encore une fois, qu’il ne s’agit pas d’une balle bien tapée, mais d’une moyenne sur dix balles !

Pour expliquer ce très haut niveau de performance, intéressons-nous à deux paramètres : le spin, et l’angle de lancement.

Concernant le spin, la moyenne idéale est de 2700 tours. Sur ce point, le 915 D2 est encore légèrement au-dessus de cette mesure (2856 tours par minute).

Pour l’angle de décollage, la moyenne idéale est de 17°. Concernant cette mesure, l’angle du 915 D2 est plus élevée de 4 degrés, et démontre que ce driver lève trop la balle.

En termes de distance, le driver Titleist se classe en deuxième position de notre panel derrière le TaylorMade R15.

Entre ces deux très bons drivers, la différence s’est essentiellement faite sur…le taux de spin.

Alors que le R15 donne une moins bonne vitesse de balle à l’impact, et un moins bon smash factor, son taux de spin extrêmement bas lui donne l’avantage en distance au carry (207 mètres contre 204).

Pour l’angle de décollage, la moyenne idéale est de 17°. Concernant cette mesure, l’angle du 915 D2 est plus élevée de 4 degrés, et démontre que ce driver lève trop la balle.

Précision et dispersion ?

Quelle est la part de performance imputable au testeur, quelle est la part imputable au club ?

Les résultats publiés ci-dessus peuvent être différents pour d’autres joueurs de golf.

De manière objective, nous prenons en considération deux paramètres : la dispersion latérale, et l’écart entre la balle la plus courte, et la plus longue.

Pour ne pas tomber dans le piège des moyennes entre un coup tapé 10 mètres à gauche, et un coup tapé 10 mètres à droite qui donne une moyenne…au centre !

Nous prenons en compte le nombre de balles tapées le plus près du centre du fairway, soit dans le cas présent, 4 sur 10, un résultat moyen alors que 3 balles s’écartent franchement du centre du fairway.

Nous prenons en compte le nombre de balles tapées le plus près du centre du fairway, soit dans le cas présent, 4 sur 10, un résultat moyen alors que 3 balles s’écartent franchement du centre du fairway.

Concernant la régularité des frappes, et la plage d’écart entre la balle la plus courte, et la plus longue, nous constatons ici un rayon d’actions de 28 mètres.

Pour notre panel de test, cette mesure est en moyenne à… 29 mètres.

8 balles sur 10 ont été tapées tout près du maximum de distance généré avec ce driver.

Globalement, précision et dispersion sont tout à fait convenables pour ce driver longue distance !

Bilan du test

A ce jour, seul le TaylorMade R15 permet d’aller légèrement plus loin (207 mètres au carry contre 204 pour le Titleist 915 D2), donc sur l’argument de la distance, ce driver se classe deuxième !En conclusion, si vous n’êtes pas fan du contact avec le R15, le Titleist est à ce jour le meilleur rival du TaylorMade, à un niveau très proche.

Deuxième en smash factor (derrière le Srixon Z545), deuxième pour le degré d’efficacité, le temps de vol, et le carry (derrière le TaylorMade R15), en substance, il nous semble que ce driver est en fait très complet dans beaucoup de compartiments techniques différents.

En conclusion, si vous n’êtes pas fan du contact avec le R15, le Titleist est à ce jour le meilleur rival du TaylorMade, à un niveau très proche.

Par rapport aux questions posées préalablement dans ce test, oui le 915 D2 propose un véritable gain par rapport au 913 D2. Il va chatouiller de très près le R15, et devance le G30.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.