Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test driver TaylorMade Aeroburner

Test au trackman du dernier driver TaylorMade Aeroburner

Avec l’Aeroburner, TaylorMade qui cherche à relancer ses ventes, entend capitaliser sur deux facteurs clés de succès : l’excellente image de la gamme Burner dans la mémoire des golfeurs, et les performances reconnues du modèle 2014, le JetSpeed. Nous avons testé cette recette au trackman pour savoir si elle sera réellement gagnante en 2015 !

Sommaire de l'article consacré au test du driver TaylorMade Aeroburner

Préambule

Pour ce test réalisé au sein du magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman, nous avons testé un driver TaylorMade Aeroburner 10,5° monté sur un shaft Matrix Speed RUL-Z 50.

Un shaft graphite qui en regular pèse seulement 50 grammes, et à classer dans la catégorie des manches très légers, ce qui n’est pas une surprise, puisque ce driver est en fait dans la suite logique de son prédécesseur, le JetSpeed, un driver censé procurer un grand gain de vitesse au golfeur.

Nous vous invitons à relire notre article consacré au JetSpeed et notre précédent test.

Ce qu’il faut savoir sur l’Aeroburner

Une fois monté, le nouveau driver Aeroburner pèse moins de 300 grammes !

Rival clairement déclaré du Callaway Big Bertha V Series, l’Aeroburner a été conçu autour de ce que les ingénieurs TaylorMade appellent l’Aero Hosel, une pièce très fine située sur le hosel, et pensée pour réduire au maximum les effets de traînées aérodynamiques pendant le swing, ce qui a un effet direct sur la vitesse de la tête de club, et donc par conséquence sur la distance. Un argument technique qui rappelle celui mis en avant par Ping sur le dernier G30, l’un des champions actuels de la catégorie « distance ».

Les autres éléments majeurs constitutifs de la création de distance comme la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin ont été travaillés à partir de la quatrième génération de speed pocket, d’une taille doublée par rapport aux prédécesseurs de l’Aeroburner, à savoir le driver JetSpeed.

Les conditions du test

Pour les tests de clubs de golf, nous veillons à utiliser le même type de balle, afin de ne pas fausser les mesures entre les différents produits essayés.

Nous avons donc testé plusieurs drivers avec une balle Srixon Z-Star.

L’essai a été mené par un golfeur amateur masculin d’1m83, disposant d’une vitesse moyenne de swing avec un driver de 92 mph (148 kmh).

Nous lui avons demandé de taper une dizaine de balles avec ce driver pour comparer les données avec les autres clubs de notre panel.

Notre radar de mesure a été réglé pour des conditions normales (température de l’air et dureté du sol).

Pour statuer sur ce test, nous allons répondre à 3 questions :

  • Est-ce que ce club est tolérant ?
  • Est-ce que ce club est puissant ?
  • Est-ce que ce club donne une meilleure précision entre la dispersion, et la plage d’atterrissage

- Tolérance ?

Précisons que pour nos tests, nous n’avons pas fitté les club ou changé les shafts, mais bien testé le club sorti du rayon, comme vous pourriez le faire au moment d’un éventuel achat.

Pour déterminer la tolérance d’un club de golf, nous utilisons la mesure du smash factor, qui est le rapport entre la vitesse de swing du golfeur, et la vitesse de balle générée après l’impact.

Ce ratio peut aussi bien témoigner de la tolérance du club que de la restitution d’énergie de la face.

Il s’agit d’une note de maniabilité.Ratios

Pour ce test, nous avons eu l’idée de comparer les performances de l’Aeroburner avec les précédents clubs que nous avions testés avec des shafts de poids compris entre 49 et 52 grammes, pour vous livrer un comparatif à « armes égales ».

Sur le graphique ci-dessus, vous retrouvez les ratios de l’Aeroburner, du JetSpeed, et la moyenne des drivers testés avec des shafts hyper légers (Srixon Z545, Cleveland Altitude, TaylorMade JetSpeed, Mizuno JPX-EZ, Ping G20, Cleveland Classic XL Custom, Mizuno JPX-825, et TaylorMade RBZ Stage2).

Le smash factor du dernier né des drivers TaylorMade est d’1,43, et est tout à fait comparable à celui du JetSpeed.

Pas d’amélioration spectaculaire du côté de la tolérance de la face, et ce n’est finalement pas l’élément le plus frappant sur les drivers TaylorMade conçus pour générer un maximum de vitesse.

A titre de comparaison, la moyenne des clubs sur shafts hyper légers est légèrement supérieure à 1,44.

Cependant, des neuf drivers testés, l’Aeroburner arrive à se classer tout en haut des drivers qui génèrent la plus grande vitesse de balle à l’impact avec 137 mph juste derrière le Mizuno JPX-EZ à 137,1 mph !

Soit 4 mph de vitesse de balle de plus que la moyenne réalisée par notre testeur attitré avec ce type de driver conçu pour la vitesse de swing.

Par rapport au JetSpeed, la vitesse de swing a été augmentée de 0,9 mph, un gain qui suffit à améliorer la vitesse de balle à l’impact de 3 mph.

- Puissance ?

La puissance est un facteur que nous corrélons fortement à la distance générée avec un club de golf.

Comme nous vous l’indiquons très souvent, en matière de clubs de golf, il n’y a pas de recettes miracles…C’est plutôt une affaire de compromis.

Et dans ce contexte, en plus de la vitesse de balle, le taux de spin, et plus globalement le degré d’efficacité du couple golfeur-club peuvent expliquer des écarts de distance.

Comparatif drivers

Le tableau ci-dessus illustre tous les drivers testés, et classés par degrés d’efficacités décroissants.

Le degré d’efficacité est le ratio entre énergie déployée (vitesse de swing), et le rendu final du tandem joueur-club (distance au carry).

La moyenne de ce ratio sur notre panel est de 2.24

Précisons qu’un driver peut générer une grande distance sans être efficace…Simplement, cela traduira une sous-utilisation du potentiel du joueur ou du club.

Pas d’amélioration du côté de la face entre les deux drivers TaylorMade, le JetSpeed et l’Aeroburner, en revanche, le degré d’efficacité est nettement amélioré, passant de 2,19 à 2,33.

Rappelons encore une fois, qu’il ne s’agit pas d’une balle bien tapée, mais d’une moyenne sur dix balles !

Pour expliquer ce très haut niveau de performance, intéressons-nous à deux paramètres : le spin, et l’angle de lancement.

Les ingénieurs qui conçoivent les drivers ont récemment admis que l’angle de lancement idéal d’un driver était de 17° combiné avec un taux de spin avoisinant les 2700 tours par minute, pour obtenir une courbure, et une trajectoire de balle idéale pour un maximum de distance.

Selon ces paramètres, l’Aeroburner est parfaitement dans la ligne pour l’angle de lancement avec une mesure de 17,7° contre 16,6° pour le JetSpeed, et 17,2° pour la moyenne de notre panel.

Ce qui signifie que l’Aeroburner projette la balle un peu plus haut que son prédécesseur.

Concernant le taux de spin, nous touchons à l’un des gros points forts de ce nouvel Aeroburner qui est le club le moins spinnant du panel avec seulement 2450 tours par minute.

Un taux de spin aussi faible signifie une moindre résistance à l’air, et aussi une propension à rouler plus longuement une fois au contact du sol.

Au final, l’Aeroburner est le club qui a permis la moyenne la plus longue au carry avec 202 mètres, et surtout permis de battre le record de distance de notre testeur sur une balle avec 247 mètres (carry+roule).

Incontestablement, ce driver est le grand champion de la distance en ce début d’année 2015.

Sans avoir un smash factor le plus élevé, la vitesse de swing, la vitesse de balle, le taux de spin, et l’angle de lancement parfait favorisent une distance optimisée.

Trajectoire

- Précision et dispersion ?

Quelle est la part de performance imputable au testeur, quelle est la part imputable au club ?

Les résultats publiés ci-dessus peuvent être différents pour d’autres joueurs de golf.

De manière objective, nous prenons en considération deux paramètres : la dispersion latérale, et l’écart entre la balle la plus courte, et la plus longue.

Pour ne pas tomber dans le piège des moyennes entre un coup tapé 10 mètres à gauche, et un coup tapé 10 mètres à droite qui donne une moyenne…au centre !

Nous prenons en compte le nombre de balles tapées le plus près du centre du fairway, soit dans le cas présent, 5 sur 10, un résultat moyen alors que 4 balles s’écartent franchement du centre du fairway.

Précisons toutefois qu’un driver haute vitesse est rarement un club peu dispersant…

Dispersion

Concernant la régularité des frappes, et la plage d’écart entre la balle la plus courte, et la plus longue, nous constatons ici un rayon d’actions de 63 mètres, ce qui est beaucoup trop fort.

Pour notre panel de test, cette mesure est en moyenne à 33 mètres.

Nous pouvons donc considérer que ce critère joue en défaveur du TaylorMade, ce qui signifie qu’avec ce club, notre testeur a été plutôt irrégulier…

Pour nuancer ce constat, 7 balles sur 10 ont été tapées tout près du maximum de distance généré avec ce driver.

Bilan du test

En attendant le test du dernier TaylorMade R15, et du Titleist 915, l’Aeroburner est notre champion de la distance toute catégorie, surtout qu’il sort largement vainqueur de la catégorie des drivers haute vitesse montés sur shafts ultra légers.

Concernant la dispersion et la précision, bien que les chiffres ne lui soient pas flatteurs, il convient de relativiser les 63 mètres d’écarts entre la meilleure et la moins bonne balle tapée, par le fait que 7 balles sur 10 ont été mesurées dans un rayon de seulement 25 mètres.

Ce club aurait été parfait dans la configuration testée, si le smash factor avait été légèrement plus élevé (seulement 1,43), mais c’est aussi le signe de l’orientation technique voulue par TaylorMade, qui a mis l’accent sur la vitesse de swing plutôt que la performance intrinsèque de la face.

Rappelons que ce fabricant propose conjointement un autre driver, le R15, vendu pratiquement 100 euros plus cher, et qui a le mérite d’être de conception encore plus pointu, notamment aux niveaux des matériaux employés ou des possibilités de réglages.

De notre point de vue, l’Aeroburner est un très bon driver qui conviendra à un grand nombre de golfeurs, surtout ceux à la recherche de mètres en plus.

Bilan du test

Toutefois, pour relativiser notre enthousiasme, ces mêmes golfeurs pourront aussi monter un shaft plus léger et plus long d’1/4 de pouce sur une tête donnant un smash très élevé pour optimiser encore la distance.

Tout cela, pour vous dire, qu’en matière de clubs de golf, la vérité est souvent dans le fitting.

Par contre, si vous voulez juste prendre un club sans passer des heures à réfléchir au meilleur réglage, l’Aeroburner sera l’une des grosses cotes du marché 2015 !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.