Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Pourquoi craint on le premier coup sur le premier tee ?

Premier départ d'un parcours de golf

Vous êtes sur le premier tee de départ, et le joueur qui vous précède vient d’envoyer un énorme drive en plein milieu du fairway. Vous souhaitez faire aussi bien, et en tout cas commencer cette partie de golf par un bon premier coup, comme si de ce premier coup dépendait toute la suite de votre partie.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les raisons pour lesquelles un grand nombre de joueurs amateurs ratent leur premier coup de départ, sont au moins aussi nombreuses que les alvéoles à la surface des balles de golf.

Et aussi sympathique que puisse être l’histoire de David Bernard Mulligan que nous rappelons à la fin de cet article, une chose persiste un siècle plus tard, c’est notre capacité à rater le premier coup de départ, et celle de beaucoup mieux jouer le coup suivant.

Comment se fait-il qu’après avoir tapé un très mauvais premier coup sur un tee de départ, le second au même endroit peut être parfaitement réussi ?

À tel point qu’au départ de nombreuses parties amicales, il est à peine besoin de rappeler aux autres partenaires du jour, que notre ami à tous « Mulligan » fait partie du jeu.

Le Mulligan est l’invention la plus sympathique du golf de par son indulgence. Il tend aussi à démontrer l’incroyable capacité des joueurs de golf à se ressaisir après un mauvais coup, pour réussir le suivant.

Après tout, ce n’est pas pour rien que les joueurs de tennis ont droit de jouer deux balles sur leur engagement…

Pourquoi les golfeurs amateurs, avons-nous cette tendance à rater le premier coup ?

La crainte, la nervosité, les objectifs trop ambitieux, la mécanique du swing pas vraiment bien installée, la pression, le manque de confiance, l'incapacité à faire confiance à notre swing, la difficulté de rester dans le présent, et tout un tas d'autres choses peuvent être à titre individuel suffisantes pour provoquer un mauvais coup de départ.

Golf de Salvagny

Et lorsque vous accumulez deux ou plusieurs de ces problèmes, vous pouvez avoir une combinaison terrible qui empêche effectivement de ne pas réussir à frapper ce premier coup de départ.

La raison la plus évidente pour laquelle le deuxième coup, donc le Mulligan, est meilleur que le premier coup, est sans aucun doute que ce qui a causé cet échec du premier coup a disparu, ou tout au moins c’est fortement atténué.

Les raisons qui entraînent cette difficulté à prendre correctement un premier épart sont beaucoup plus mentales que physiques, même si l’on voit un grand nombre de joueurs prendre le départ d’un parcours sans n’avoir effectué auparavant aucun échauffement, ce qui ne favorise pas un swing fluide et peut également entraîner des blessures musculaires.

Peu importe son niveau de jeu, le premier départ reste un moment d’inquiétude pour la grande majorité des golfeurs.

Dans les situations de pression, la nature humaine nous pousse à vouloir évacuer le plus vite possible cet état de stress, mais en générant trop de précipitation.

Les coups d’essai, la routine, restent sans aucun doute le meilleur moyen de limiter les difficultés de ce premier coup.

Victor Dubuisson Open de France 2016

La préparation de sa partie avant d’en prendre le départ joue un rôle important sur la façon dont nous allons aborder ce premier coup. Avez-vous bien mangé avant votre départ ? Vous êtes-vous hydraté ?

Avez-vous l'eau et des collations dans votre sac ? Avez-vous un marqueur de balle, des tees et un relève pitch dans votre poche? Votre téléphone est-il éteint ? Est-ce que votre gant est en bon état ? Avez vous suffisamment de balles?

Faire une check-list avant de quitter votre domicile, et une autre quand vous quittez le practice pour aller au premier tee, vous aidera à vous détendre.

Passer en quelques minutes du parking au premier tee de départ ne fera qu’engendrer du stress. Avec un minimum d’échauffement vous allez vous sentir mieux et plus confiant.

Une fois sur la zone de départ, en attendant votre tour, respirez et continuez à vous étirer.

Regardez autour de vous et prenez le temps d’apprécier. Profitez de la beauté de votre environnement, essayez de vous concentrer sur le ciel, les arbres et le vallonnement des fairways.

Gardez votre esprit aussi loin que possible du premier coup que vous allez devoir jouer, et dites vous simplement que vous êtes chanceux d'avoir la possibilité de jouer le jeu que vous aimez pendant les quatre ou cinq prochaines heures. Dites-vous que vous allez bien en profiter, quoi qu'il arrive.

Cette difficulté à réussir le premier coup de départ ne concerne pas que les golfeurs amateurs

On peut se rassurer en constatant que même les plus grands champions et avec la meilleure préparation possible ne sont pas à l’abri, ils peuvent craindre aussi le premier coup d’un tournoi de golf. Ainsi Tiger Woods qui semblait pourtant cool et capable de gérer ses émotions, a souvent eu des problèmes lors de ses premières mises en jeu. Son pire trou étant le N°1 à Augusta, et ses quatre vestes vertes ne l’empêchait pas de se retrouver sur le fairway du trou N°9.

Lors de l'US Open 2008 à Torrey Pines, sur les quatre tours de la compétition, Tiger Woods a raté trois de ses premiers départs, en réalisant à chaque fois un double bogey. Dédaigneux ou provocateur, Tiger Woods a déclaré à l’issue du tournoi, concernant ses trois double bogey sur ce par 4 : « Quand vous tapez 6 coups sur le premier trou, cela aide à vous concentrer pour les suivants ».

Tiger Woods. Photo Mark Newcombe - visioningolf

Au Masters 2001, il a remporté le Grand Chelem sans avoir touché le fairway pour ses quatre premiers départs.

À l’US Open 2001 à Southern Hills et au Championnat PGA 2004 à Whistling Straits, qu’il n'a pas remporté, encore une fois Tiger Woods a raté le premier fairway sur chacun des quatre tours.

À l’US Open 2009 à Bethpage Black, le premier jour sur le premier trou, Tiger a envoyé sa balle 50 mètres à gauche du fairway, le plus étonnant est que ce jour là, il a sauvé le par.

Lors de l'Open Championship au Royal St. George, en 2003, Tiger Woods a envoyé son premier coup 30 mètres à droite dans les profondeurs du rough, il a perdu sa balle et a fait un triple bogey.

« Il n'a pas de problèmes pour terminer, mais il lui arrive d’avoir des problèmes pour démarrer », explique Hank Haney, l'entraîneur de Tiger Woods pendant ses six dernières victoires en majeurs. « Pour la majorité des joueurs c’est le contraire ».

Au fait, il vient d’où, notre ami le Mulligan ?

C’est le meilleur allié des golfeurs en partie amicale, le Mulligan a pris naissance aux États unis, entre les années 1920 et 1940. Le Mulligan doit son nom à un golfeur canadien qui jouait à cette époque au Winged Foot Golf Club de New York.

David Bernard Mulligan était un golfeur amateur qui jouait régulièrement avec ses trois amis. Dans les années 1920, le chemin en voiture que parcourait David Bernard Mulligan pour rejoindre ses amis au départ s’avérait particulièrement long et chaotique.

Quand il rejoignait ses amis sur le départ du trou N°1, David Bernard Mulligan se plaignait de son trajet pour arriver là, ses mains étaient engourdies à cause des secousses ressenties à travers le volant de sa voiture.

Un jour, après un premier coup lamentable sur le premier départ, il sorti une deuxième balle, qui elle termina sa course au beau milieu du fairway, et à bonne distance.

Il déclara qu’il trouvait normal de jouer une deuxième balle, étant donné ses difficultés à rejoindre le parcours en voiture sur des routes peu carrossables. Il déclara à ses amis qu’il jouait tout simplement « un coup de compensation ».

Comme ses partenaires lui demandaient comment il pouvait appeler cette entorse aux règles du golf, il répondit en riant : « Un Mulligan… ». Compte tenu des circonstances et du contexte amical, ses partenaires ont accepté cette dérogation au règlement, et l’on laissé continuer sa partie sans lui infliger de pénalité.

À la fin de la partie, David Bernard Mulligan et son partenaire ont gagné avec un coup d’avance sur leurs deux autres adversaires. Il y a eu une longue discussion sur cette deuxième balle jouée sans pénalité sur le trou N°1.

Un consensus fut trouvé entre les quatre amis, à compter de ce jour, ils auraient tous le droit de jouer une deuxième balle au départ, si la première ne leur convenait pas.

Les autres membres du club entendirent parler de cette histoire et de cet arrangement avec les règles du golf, le Mulligan fut adopté par l’ensemble des membres du Winged Foot Golf Club, pendant leurs parties amicales.

Attention, le Mulligan est un petit arrangement entre amis au cours d’une partie amicale. En aucun cas il n’est autorisé par les règles du golf.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.