Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

On joue tous trop court ? Comment faire plus de PAR sur le parcours ?

On joue tous trop court ? Comment faire plus de PAR sur le parcours ?

Depuis quelques semaines, je teste sur différents parcours de l’hexagone l’application ARCCOS 360, pour en comprendre le fonctionnement, et surtout l’intérêt réel pour améliorer le jeu de golf, et en particulier le score. Il y a beaucoup à dire. Pourtant, dans ce premier sujet voué à restituer cette expérience, je me suis attaché à une seule statistique, très révélatrice des difficultés que nous rencontrons tous, et la raison principale d’un manque de PAR : le pourcentage de greens en régulations, et plus particulièrement la cause des greens manqués.

Découvrez nos formules d'abonnements

Mesurer et analyser les coups perdus sur le parcours

Avec ce sujet, plutôt que de parler de technique pure, de mieux driver, mieux chipper ou mieux putter, intéressons-nous à la donnée brute !

Comment mieux scorer ? Comment descendre l’index de 5 ou 10 coups ? Dans quel domaine progresser ?

La chose la plus importante quand on veut obtenir un résultat ou un progrès, c’est déjà d’identifier ce qui bloque le résultat, ou ce qui nécessite de progresser.

L’application ARCCOS 360 et ses capteurs posés sur les clubs a pour vocation de tracker tout ce que nous faisons sur le parcours, pour le restituer sous formes de statistiques.

A l’aide de ces statistiques, on peut justement établir un diagnostic précis des zones de performances, et de contre-performances répartis en 5 thèmes : driving, approches, chipping, bunker et putting.

Sans détailler toutes les mesures, et il en y a beaucoup, ici, j’ai voulu aller à l’essentiel.

Soit le plus gros facteur explicatif de contre-performance pour tous les golfeurs.

En admettant que la majorité des golfeurs a besoin de deux putts pour terminer un trou, si on veut faire le par, une notion est la mère des notions au golf : toucher les greens en régulations !

Jusqu’ici rien de nouveau…

Au mieux de leurs formes, les pros arrivent à monter le taux de greens en régulation à 75/80%, soit un peu plus de 14 greens touchés sur 18.

Sur le PGA Tour, en 2017, la meilleure moyenne de greens en régulation est à mettre à l’actif de Kyle Stanley avec 70,8% de greens touchés.

Kyle Stanley au Genesis Open - Le meilleur golfeur du tee au green sur le pga tour en 2017

La moyenne de l’ensemble des joueurs du tour est de 64%.

En réalité, ils ne sont actuellement que 4 sur 195 à dépasser la barre des 70%, soit environ 12, 6 greens touchés en régulations par parties.

Les moins bons descendent entre 60 et 53%.

Parmi eux, figure Ernie Els avec seulement 56% de greens en régulation… On sent que sa carrière touche malheureusement à sa fin.

Dans ce cas, cela signifie à peine plus de 10,8 greens touchés en régulation par parties.

Premier enseignement : Rêvez de toucher 100% de greens en régulation est donc bien une utopie !

Pourtant, ce chiffre est en lien direct avec le score !

Si on revient sur le cas de Kyle Stanley, golfeur américain de 29 ans, expérimenté sur le PGA Tour, et victorieux d’un tournoi en 2017, sa moyenne de score est de 69,9 coups, soit pratiquement 3 coups sous le par de moyenne.

Dans le cas du sud-africain, Ernie Els, sa moyenne de score se situe à 72,1 coups par parties, et donc autour du PAR total sur 18 trous !

Ernie Els au Genesis Open, un tournoi pour lequel il n'a pas passé le cut faute de pars....

Entre ces deux joueurs, il n’y a finalement que 3 coups d’écarts à la fin de la partie.

Pour gagner un tournoi sur le PGA Tour, sachant que les pros jouent 4 tours... 3 coups x 4 tours = 12 coups à la fin... l’écart est en fait assez conséquent.

Cependant, pour un amateur, jouer 72 est déjà en soi un nirvana golfique !

Pour y parvenir, et c’est le deuxième enseignement statistique. Il n’est pas nécessaire de jouer la perfection absolue du tee au green. 11 greens en régulation sur 18, soit 61%, c’est déjà un objectif plus réaliste.

Ceci dit, pour les 39% de greens en régulations, Ernie Els a un chipping qui lui permet de sauver les meubles dans 65% à plus de 20 mètres, et 86% à moins de 10 mètres. Ce sera l’objet d’un autre article sur la relation entre chipping et score.

Maintenant que nous avons défini le taux de green en régulation suffisant pour très bien scorer, 61%.

Combien fait-on en réalité quand on est amateur, et surtout quelle est la principale cause d’erreur à gommer ?

Plus de 60% de greens en régulation, vous avez de sérieuses chances de jouer entre 0 et 5 selon la qualité du chipping, des sorties de bunkers, et du putting.

Entre 50 et 60%, le score est potentiellement compris entre 5 et 15.

Entre 40 et 50%, le score est potentiellement compris entre 10 et 20

Entre 30 et 40%, le score est compris entre 15 et 25

En-dessous de 30%, on peut jouer au-delà de 20.

Il s’agit d’un ordre d’idée. Il peut toujours y avoir des phénomènes qui sortent du cadre.

Pour l’instant, on est toujours dans le constat.

Olesen sur le 18 au Golf National, son 2ème coup va prendre le green

SI j’en reviens à mon expérience sur une dizaine de parcours différents joués entre juillet et septembre, j’ai pu noter que pour ma part, je me situais en moyenne à 40% de greens en régulation avec une pointe à 50%.

Je précise que si j’avais joué ces parties sur le même parcours, il y a de fortes chances que ce taux aurait pu être plus élevé, au bénéfice de l’expérience et de la récurrence.

ARCCOS 360 me révèle d’autres chiffres très intéressant sur ma capacité à scorer.

Quand je touche le green en régulation, en moyenne, je suis à 8,8 mètres du drapeau.

On peut considérer que la birdie zone se situe plutôt autour de 4 mètres.

Si je touche dans 40% des cas, que se passe-t-il dans 60% du reste du temps ?

12% de coups ratés à gauche,

7% de coups ratés à droite,

6% de coups trop longs,

Et enfin, 75,5% de coups trop courts !

Si vous vous amusez à mesurer vos coups manqués pour le green en régulation, vous vous apercevrez que dans la grande majorité, c’est bien le cas « trop court » qui est ultra-majoritaire !

Sur le graphique ci-dessus, je vous ai illustré un cas concret sur le trou 16 du Golf Club de Lyon, un par-4 long de 387 mètres des blanches. Le premier coup, un drive a parcouru 204 mètres alors que le second coup au fer 7 que j'ai lâché trop vite à droite, n'a parcouru que 142 mètres. Green manqué ! Coup trop court...

Le green en régulation est manqué. Il faut un chip de recentrage pour arriver sur le green.

Une gratte ou un top joué en premier ou deuxième coup vers le green est bien un coup trop court, surtout quand il ne touche pas le green.

Un coup dans l’obstacle d’eau ou un bunker autour du green est un coup trop court.

Faites-vous-même le calcul. Un green fait en moyenne entre 25 et 30 mètres de longs, et autant de larges.

Pour rater plus long, il faut que vous vous trompiez de 3 à 4 clubs.

En admettant que vous visiez le centre du green sur chaque tentative, il faut manquer un coup à plus de 15/20 mètres de chaque côté.

L’erreur trop courte est facilement plus majoritaire, car il suffit d’être trop court d’un club pour ne pas être sur le green !

J'ai constaté auprès d'un joueur qui joue en moyenne 0 (le par) avec l'ARCCOS 360 comme outil de mesure, quel était son taux de coups trop courts.

La réponse 45% est certes inférieure à mon 75%. Cependant, cela reste pour lui le pourcentage le plus élevé par rapport aux autres possibilités de greens manqués.

Gary Stal au National en quête d'un green en régulation sur le 15

Inversement, on comprend que pour faire monter le taux de green en régulation, et faire baisser la principale faute (coups en moyenne trop courts), il faut donc jouer plus long sur l’approche !

Pour autant, ce n’est pas aussi simpliste !

C’est là qu’il convient de compléter par une étude réalisée aux Etats-Unis pour justement mettre en exergue cette question de la stratégie du tee au green dans le but de faire baisser le score.

Lawrie Montague et David Milne qui enseignent auprès de jeunes joueurs désireux devenir pros se sont intéressés aux chiffres des joueurs du PGA Tour, pour illustrer comment faire plus de PAR sur le parcours.

Leur étude commence par l’assertion suivante : Sur chaque partie que vous jouez, et comme chaque golfeur ou golfeuse, vous utilisez vos compétences, vos talents et votre expérience pour réaliser le meilleur score possible sur 18 trous. De manière basique, vous compilez un certain nombre de birdies, pars et bogeys ou pire. »

Si on devait résumer une partie de golf à une formule mathématique, cela donnerait < Par = Birdie ou mieux > Bogey ou pire.

Pour baisser le score, nous avons tous besoin de faire plus de pars, et moins de bogeys par rapport au nombre de birdies que nous réalisons.

Dans la suite de l’étude, nos deux spécialistes du golf de haut niveau chez les jeunes américains se sont bornés à étudier les par-4.

Comment faire plus de par sur les par-4 ?

Sachant qu’un parcours de golf est généralement composé de 3 à 4 par-3, 2 à 4 par-5, et de 8 à 10 par-4.

Régler la question des par-4 est donc bien la priorité.

Court sur son premier coup au 18 du Golf National, Gary Stal a le choix entre un coup placé sur le fairway ou attaquer le green en deux.

Pour jouer 0, il faut schématiquement jouer 12 Pars, 4 birdies, et 4 bogeys en admettant que 18 pars sont humainement très difficile à accomplir, même pour un pro.

L’étude ne prend pas en compte les par-5 dans la mesure où sur le tour, que vous soyez numéro un ou dans le top-100, les par-5 sont généralement joués sous le par.

Les points sont surtout perdus sur les par-4, et les par-3.

La tee-shot scoring zone sur les par-4

Au moment de commencer une partie, vous devez avoir en tête que vous devez atteindre une certaine distance sur votre coup de départ, pour pouvoir obtenir suffisamment de chances de faire des PARs… sur les PAR-4.

En règle générale, la distance d’un par-4 oscille entre 275 et 415 mètres selon les parcours, et les tees de départs.

Ainsi, la plage de seconds coups pour réaliser une approche au green va être comprise entre 90 et 180 mètres.

Bien entendu, plus le premier coup va être long, et plus le second coup sera abordable.

En théorie, le pourcentage de greens en régulation n’est pas le même entre un deuxième coup à jouer à 180 mètres ou à 90 mètres.

Sur cet aspect, ARCCOS 360 fourni des statistiques qui peuvent servir d’illustrations, comme par exemple la moyenne par clubs, la dispersion de distance par clubs, le coup le plus long par club ou encore, le pourcentage de greens en régulations par clubs.

Avec les longs fers, le fer 4 par exemple, mon taux de réussite est d’environ 40% sachant que ma moyenne de distance mesurée est de 172 mètres (roule comprise).

Ce taux monte à 60% avec le fer 8 pour une distance moyenne de 136 mètres.

Je distingue une faiblesse dans mon jeu puisqu’avec les wedges (50, 56 ou 60 degrés), mon pourcentage reste cantonné entre 45 et 57%, pour des coups compris entre 50 et 100 mètres.

Dans mon cas, c’est cette scoring zone qui n’est pas assez performante pour descendre sous la barre des 10 d'index !

Pour chaque golfeur, il convient de mesurer les mêmes chiffres pour déterminer la zone de progrès.

Selon l’étude américaine, la scoring zone idéale varie selon les joueurs, mais devrait correspondre à un pourcentage entre 60 et 70% de greens touchés en régulations avec un club.

Pour ma part, il s’agit des approches jouées avec fer 8 au pitch, alors que cela devrait plutôt être avec les wedges.

Dans ce cas, il y a deux solutions : S’entraîner davantage avec les wedges pour faire remonter le pourcentage ou modifier l'approche tactique, et taper des coups pour utiliser plus souvent fer 8 au pitch sur le coup d’approche !

Ainsi, on gère le coup de départ, selon la distance théorique restante sur le deuxième coup, et le pourcentage de réussite de ce même coup avec le meilleur club.

Cette logique très théorique a tout de même une limite. Quid des trous en pentes, en montée, avec des obstacles particuliers dans la scoring zone ?

Toutefois, la logique est intéressante, car plus de greens en régulations, c’est effectivement un score plus bas.

La longueur du trou numéro 1 du Genesis Open, un par-4

Montague et Milne dessinent une deuxième notion complémentaire concernant la zone de scoring.

Il ne s’agit plus de votre pourcentage effectif de réussite par club, mais d’une notion qui découpe le jeu du tee au green en deux coups.

Ils se basent à nouveau sur des mesures faites sur le tour pour déterminer une moyenne de scoring zone autour de 65% de la distance totale du trou.

Dans le cas précédent, j’évoquais le pourcentage précis de réussite par club. Dans ce second cas, il s’agit d’un pourcentage plus global.

Si vous avez devant vous un par-4 de 400 mètres, pour atteindre la scoring zone, il faut un premier coup tapé à 260 mètres pour justement couvrir 65% de la distance totale, et considérer que les 35% restant sont plus faciles à parcourir !

Si on inverse les ratios, vous avez manqué votre drive, et il n’a parcouru que 140 mètres… pour votre second coup, il vous restera 260 mètres à parcourir. Admettez qu’avec un fer, c’est effectivement très compliqué !

Si la longueur du trou n’est que de 300 mètres, en appliquant la règle des 65%, il faut un premier coup tapé à 195 mètres !

La longueur des trous, en même temps que votre capacité à taper long sont primordiales dans la création du score.

Ci-dessus, l’étude révèle que sur 180 golfeurs du PGA Tour, le nombre de greens en régulation dépasse 88% en-dessous de 75 yards (68 mètres) alors que la scoring zone de 62,5% correspond à des coups joués entre 150 et 175 yards (entre 137 et 160 mètres).

A plus de 180 mètres, le nombre de greens en régulation descend à 45,8%.

C’est l’énorme différence entre un joueur du tour et un amateur qui joue entre 10 et 15, le plus faible pourcentage de greens en régulations est au-delà de 180 mètres !

Sur notre par-4 de 400 mètres, cela signifie que le pro va sortir un fer 6 ou 7 selon les conditions pour parcourir une distance de 160 mètres, et toucher le green dans 60% des cas.

Adrien Oategui en difficulté pour toucher en deux le green du 18 au golf national

Conclusion, pour trouver plus de greens en régulations, il faut mieux décortiquer les par-4 avant la partie, pour déterminer quels clubs utiliser sur le tee shot dans le but de parcourir environ 65% de la distance OU déterminer les clubs avec lesquels nous avons le plus de chance de toucher les greens en régulations.

Les joueurs les plus consistants dans cet exercice seront ceux qui se créeront le plus d’opportunités de pars.

L’étude minore d’ailleurs l’importance du nombre de fairways en régulations !

Sur le PGA tour en 2017, le ratio moyen pour l’ensemble des joueurs est de seulement 60%.

Ceci dit quand les pros manquent le fairway, ils sont rarement à plus de 10 mètres à gauche ou à droite.

Depuis le rough, ils perdront surtout une opportunité de poser la balle à moins de 4 mètres du drapeau, et donc de faire birdie, mais pas vraiment le fait de prendre le green en régulation, et donc d’assurer le par.

Cet article m’a permis de vous présenter une des fonctionnalités de l’ARCCOS 360 que je trouve intéressante, à savoir le pourcentage de greens en régulation par clubs.

Dans mon cas, cette information m’a permis d’identifier plus précisément une marge de progression, notamment sur les wedges pour passer de 40/45% à 60%, le véritable objectif raisonnable.

Matthew Fitzpatrick a dropé au 15 du golf national. Le green ne sera pas pris en régulation.

Et comme illustré dans le titre, le plus gros problème à résoudre est de jouer plus long sur les deuxièmes coups, puisque dans une majorité des cas, beaucoup d’amateurs perdent des points avec des approches trop courtes.

C’est aussi un peu facile à dire, car cela suppose de pouvoir jouer plus long sur le coup de départ, et sur l’approche…

Dans un prochain sujet, j'aborderai d'autres caractéristiques statistiques liées à l'utilisation de l'ARCCOS 360.

Restez informé

Recevez notre newsletter

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus