Plus que l’index, la logique des « coups gagnés » peut vous aider à progresser au golf

Si vous êtes familier du PGA Tour, vous avez peut-être déjà entendu parler de cette notion statistique qui permet de déterminer dans quel domaine un professionnel de golf sur-performe par rapport au reste du champ des joueurs. Pour autant, cette notion n’est justement pas exclusivement réservée aux meilleurs joueurs, et pourrait bien s’avérer extrêmement utile aussi pour les amateurs.

Découvrez nos formules d'abonnements

Quand on parle de statistiques dans le domaine du sport, beaucoup d’amateurs ont tendance à prendre peur ou alors à ne pas considérer cela comme important pour leur jeu.

Pour beaucoup, les chiffres, c’est trop compliqué ou alors ils ne se considèrent tout simplement pas assez bon, pour que ce soit pertinent ou utile pour leur progression.

Peter Sanders a été le premier à développer le concept de « strokes gained » ou coups gagnés en Français, un outil de mesure quantitative de la performance réelle au golf.

Son concept a été largement repris par le Docteur Mark Broadie, un professeur d’Université à Columbia, et auteur de « Tous les coups comptent » ou « Every Shot Counts », un livre de golf de référence aux Etats-Unis, et même livre de chevet de nombreux enseignants, et notamment le très reconnu Andrew Rice.

Mark Broadie a mis au point le système pour le PGA Tour. Système qui est utilisé tous les jours pour comprendre comment les golfeurs professionnels performent sur le parcours, et par rapport aux autres joueurs.

Il est vrai que les américains sont beaucoup plus familiers que nous avec l’environnement des chiffres, et citent régulièrement un autre ouvrage de référence dans le sport « Moneyball » écrit par Billy Bean et Michael Lewis, dans le domaine du baseball, un sport par essence… très chiffres, et très datas.

Ce caractère pourtant très rationnel pourrait nous être très utile en France, et en qualité d’amateur, et largement dépasser le cadre de l’index, un chiffre qui finalement ne sert qu’à coller une « étiquette » sur un golfeur.

La notion de Strokes gained a été largement popularisée sur le PGA Tour par Mark Broadie, et si vous suivez son compte Twitter, vous verrez qu’il n’a de cesse de challenger sa communauté de suiveurs sur quel joueur a la meilleure statistique dans un domaine donné.

Par exemple, l’australien Jason Day est connu pour avoir la meilleure moyenne de coups gagnés au putting de tout le PGA Tour.

Mais en définitive, qu’est-ce qu’un coup gagné au golf ? Comment le définir ? Et en quoi cela peut nous être utile ?

Pour de nombreux coachs, pour progresser un golfeur doit déjà commencer par comprendre son jeu, et les données ou statistiques restent le meilleur moyen d’avoir une idée assez claire des forces, et des faiblesses de son propre jeu.

Dans le domaine du golf, il y a déjà beaucoup de statistiques. Vous allez néanmoins vous apercevoir qu’elles sont finalement souvent parcellaires.

Les plus classiques sont par exemple le nombre de fairways pris en régulation, le nombre de greens pris en régulation ou encore le nombre de putts par trou.

Ces mesures ou statistiques donnent une première information, mais en réalité, il faut admettre qu’elles ne donnent pas réellement le tableau entier de la partie. Il manque quelque chose…

Et à ce propos, Peter Sanders (fondateur de Shot by Shot) écrivait déjà « De mon point de vue, la principale raison qui font que les statistiques traditionnelles ne marchent pas dans le golf, c’est parce que justement, c’est un jeu à multiples facettes »

Il ajoute « C’est sport joué en trois dimensions : au-dessus, en-dessous, à gauche, à droite, et court ou long »

Pour cette raison, Peter Sanders estime que le golf ne peut pas être limité à un index ou à quelques réponses comme simplement oui ou non, dans un environnement unidimensionnel.

Il donne un exemple avec la question des fairways touchés.

« Est-ce que vous préférez taper un drive à 250 mètres du tee de départ qui termine sur la première tonte avant le rough ou un coup de fer de 170 mètres qui se pose au milieu du fairway ?

Si certains d’entre vous imaginent que la bonne réponse, c’est au milieu du fairway…la progression spectaculaire de certains jeunes golfeurs professionnels au plus haut niveau illustre l’inverse.

La statistique des fairways touchés traite tous les coups manqués de la même façon, et que pour des mauvais coups uniformes, des balles dans l’eau ou à un centimètre du fairway !

Autre statistique trop limitée, le nombre de putts par trou ne prend jamais en considération la distance du premier putt, et donne une importance équivalente à un putt à 30 centimètres ou à 10 mètres.

Un putt à 10 mètres demande bien plus de compétences qu’un putt à 30 centimètres du trou. Pourtant, sur la carte de score, ils sont comptabilisés de manière identique.

La méthode des coups gagnés entend donc aller bien plus loin, et être bien plus utile, notamment pour tous les golfeurs qui veulent progresser.

Le « Stroke gained » est un outil de mesure quantitatif qui nous permet de mieux comprendre la qualité de notre jeu, et pour chaque coup tapé durant une partie.

Une grande partie de la frustration du golfeur ou de la golfeuse vient de la grande difficulté à auto-évaluer sa performance attendue par rapport à une situation donnée.

Comme nous manquons de recul pour ne pas dire d’analyse par rapport à un type de coup, de difficultés, si le résultat n’est pas un coup pleinement réussi, et par exemple à 180 mètres depuis le rough en pente pour se poser à dix centimètres du trou sur le green, la frustration est particulièrement marquée chez les amateurs, qui manquent bien plus de coups que les professionnels.

Pourtant, le jeu de golf est construit autour du PAR 72 coups sur 18 trous…

Au-delà de l’index ou des fairways ou greens en régulations, le jeu de golf se divise par évidence en cinq grands compartiments du jeu : Driving, approches, chipping, bunker, et putting.

La logique des coups gagnés consiste à déterminer pour ces cinq compartiments, si justement, vous gagnez des coups ou au contraire, en perdez par rapport à un joueur du même niveau que vous, et face à la même difficulté !

Par exemple, Mark Broadie explique quel joueur a gagné le plus de coups au driving de 2016 à 2020, Rory McIlroy, soit +1.1 coups en moyenne par partie, et de mieux que n’importe quel autre joueur du PGA Tour, considérant que le PGA Tour est un groupe de joueurs du même niveau.

Cet avantage peut en partie expliquer pourquoi McIlroy est aujourd’hui numéro un mondial.

Pour les amateurs, Peter Sanders a comptabilisé 314 000 parties de golf dans une base de données unique en son genre, et justement pour établir ce qu’est vraiment la performance pour un amateur qui ne joue pas au golf pour gagner sa vie.

A ce stade, j’admets que toute cette présentation est très théorique.

Soit, je rentre dans l’explication de la formule de calcul pour chaque compartiment du jeu : Putting, approches, sorties de bunker, chipping et driver.

On sait qu’un golfeur classé 0 d’index a besoin en moyenne d’1,1 putts pour rentrer un putt d’1,20 mètres.

Si vous rentrez ce même putt en un seul coup, le nombre de coups gagnés est la différence par rapport au potentiel, soit 1,1 – 1 = +0.1 coups gagnés de mieux que la moyenne des joueurs de la catégorie scratch.

Soit, je vous présente un outil qui utilise déjà cette fonction, et réalise pour nous automatiquement tous les calculs.

Il se trouve que je l’utilise depuis déjà un certain temps, et en ai déjà présenté des fonctions : Arccos.

Je précise que je ne suis pas intéressé à la vente de ce produit.

Il se trouve que je le considère comme l’un des plus avancés, même si encore perfectible quand on pousse l’outil dans certains de ses retranchements.

Arccos a donc réalisé une opération des plus pertinentes en signant un accord avec Peter Sanders pour justement accéder à sa base de 314 000 parties déjà enregistrées.

Cela permet au système Arccos de se benchmarker avec la base, et notamment pour n’importe quel golfeur, classé 0 ou 54 d’index.

La logique des coups gagnés, c’est véritablement un moyen de comparer chaque coup joué sur une partie.

Le système peut donc établir les coups gagnés pour les cinq grandes familles du jeu de golf, du driving au putting.

Très rapidement pour un amateur, le but, c’est d’identifier dans quel domaine il perd le plus de points, et par conséquence, dans quel domaine, il doit s’améliorer.

Avant de parler de progression au golf, avant de parler de technique, il faut commencer par identifier ce qui doit être amélioré en premier lieu, et par exemple, traiter la règle des 20/80.

Soit le compartiment du jeu qui pose le plus de problèmes, et donc le plus d’opportunités de progresser.

A l’été 2020, Arccos va visiblement proposer une amélioration de son système de comparaison.

Pour Andrew Rice, considéré comme l’un des TOP-25 coachs des USA par Golf Digest, et justement ambassadeur Arccos « Vous pourriez avoir l’impression que cette information est destinée aux joueurs du tour, pourtant, c’est bien pensé pour les amateurs, pour qu’ils prennent de meilleure décision, et in fine, pour qu’ils jouent mieux au golf »

Pour que les amateurs comprennent plus facilement cette notion de coups gagnés, les concepteurs de l’outil vont le traduire en index par compartiment du jeu.

Ainsi, vous pourrez évaluer la difficulté d’un coup par rapport à un joueur scratch ou par rapport à un débutant.

Par rapport au premier effort réalisé par Peter Sanders, Arccos permet de compiler déjà plus de 200 millions de coups tapés par ses utilisateurs. Aucune autre base de données n’est aussi grande.

Ainsi, Arccos prétend être capable de dessiner un modèle statistique pour chaque coup, et pour chaque golfeur.

Pour le fondateur d’Arccos, se basant sur 300 000 utilisateurs dans le monde, l’intelligence artificielle de l’outil va le rendre plus puissant, et plus précis que n’importe quel autre outil au monde.

Pour Sal Syed, le fondateur de cet outil « Si vous êtes un golfeur d’index 10, et qu’à la fin de la saison, vous espérez jouer 5, vous êtes 5 au-dessus de votre objectif. La logique des coups gagnés va vous dire où vous devez gagner ces 5 coups par rapport à un joueur justement déjà classé 10 d’index. Vous pourrez y parvenir dans au moins quatre compartiment du jeu : Driving, approches, petit-jeu et putting »

De son point de vue, pour progresser rapidement, il faut rentrer dans les détails du jeu.

Jusqu’à présent, Arccos donnait déjà 5 notes d’index par compartiment du jeu. Cet été 2020, l’application devrait aller plus loin dans les détails pour chaque compartiment.

« Si vous perdez quatre coups au driving, nous allons être en mesure de vous dire à quel endroit exactement. Cela pourrait être par exemple 2.5 coups perdus en raison d’un manque de distance, mais aussi 0,5 pour un manque de précision, et 1 coup à cause de pénalités. »

Cela pourrait nous servir de points à prioriser.

Pour Sal Syed, finalement, le golf n’est qu’affaire de mathématiques « le golf, ce sont des maths ».

Pour lui, quoique vous décidiez, les meilleures décisions mathématiques sur le parcours procureront immanquablement un avantage d’un point de vue du score.

Les coups gagnés… c’est vraiment la bonne approche pour progresser. Reste à savoir si vous serez convaincu, et alors qu’il existe de plus en plus d’outils technologiques autour du golf ?

Ce sera justement l’objet d’un prochain article, pour revenir sur la progression très rapide des nouvelles stars du jeu, comme Colin Morikawa et Matthew Wolff, qui ne sont plus seulement de Baby Tiger, et comme pouvaient l’être avant eux Justin Thomas ou Jordan Spieth… 

Crédit photo : Brian Spurlock/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

golfnswing@gmail.com
0 #1 Every Shot Countsgolfnswing@gmail.com 24-05-2020 12:00
Un ouvrage exceptionnel, assez aride, cependant.
Oui, bien sûr, le golf est un jeu de statistiques et de probabilités, et c'est cela qu'il faut améliorer intelligemment. Tirez de ce livre deux ou trois enseignements et votre score baissera significativement !

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.