Choisir la bonne position pour placer sa balle de golf sur un tee de départ

Au cours de ma dernière partie au Golf du Gouverneur (Ain), dans une partie de quatre joueurs, j’ai remarqué qu’un des joueurs (33 d’index) ne faisait pas attention à comment se placer sur le tee de départ. Derrière lui, pourtant, je pouvais observer qu’il s’alignait parfois directement en face d’un obstacle. Coup manqué ? Ce n’est pas toujours la technique qui fait défaut à un golfeur d’un index supérieur à 24, mais parfois, plus simplement, une lecture du jeu…

Découvrez nos formules d'abonnements

Quand vous jouez avec de nouveaux partenaires, avant de vous préoccuper de leur jeu, vous vous préoccupez du votre.

Au bout de quelques trous, vous avez néanmoins un début de vision du déroulé de la partie, et des forces en présences.

Le cas présent, j’ai été marqué par deux situations bien précises et toujours sur le tee de départ, concernant un de mes partenaires, un golfeur 33 d’index, Alexis.

Dans un premier cas, ce golfeur s’est aligné en direction de la droite du fairway, directement vers les arbres, et dans le second cas, il a posé sa balle sur un tee de départ d’un par-3, dans une pente, avec les pieds au-dessus de la balle.

Au début de la partie, sans connaître ce joueur, à aucun moment, je me serais permis de lui faire la moindre remarque.

D’une part, je ne le connais pas, et surtout pas son swing de golf, et d’autre part, c’est assez malvenu d’intervenir pendant qu’un joueur réfléchit un coup de golf.

Je suis particulièrement au fait que l’alignement à une cible n’est justement pas toujours qu’une seule question d’alignement direct à la cible.

Par exemple, dans mon cas, depuis plusieurs parties, j’ai décidé de décaler mon pied gauche en arrière de mon stance, pour ouvrir mes hanches dès la mise en posture. C’est un choix technique qui est indépendant de la question de l’alignement à la cible, qui dans mon cas, est bien le « job » de la position de ma face derrière la balle, et surtout à l’impact. Je cherche en fait à atténuer un chemin de club trop intérieur-extérieur, ce qui parfois me joue des tours.

Comment dire à un golfeur que l’alignement de ses pieds n’est pas en rapport avec sa cible, et sans savoir si justement c’est un fait exprès ? Ou alors la volonté de créer un effet ?

Sachant cela, je me suis donc bien gardé de faire la moindre remarque à mon partenaire de jeu. Simplement, à l’observer, j’ai noté qu’il avait organisé son corps, et son club, complètement en direction d’un obstacle, et jamais en face du fairway.

Je pouvais penser qu’il allait travailler la balle pour lui donner un effet…

En réalité, quand il a frappé son drive, et bien, la balle est plutôt bien partie… dans l’obstacle.

Le coup est manqué, mais si le joueur n’en prend pas conscience par lui-même. Ce n’est jamais « de la vie » pour une erreur technique ou un mauvais swing.

Cette question de l’alignement à la cible, je l’ai souvent vu chez des golfeurs plus de 24 d’index, et bien entendu, beaucoup moins souvent chez un golfeur moins de 15 d’index.

D’ailleurs, dans cette même partie, il y avait un autre joueur 11 d’index, Vincent. De toute la partie, je n’ai jamais noté la moindre question sur son alignement au départ.

La question de l’index ou du niveau de jeu au golf ne se résume pas seulement à la qualité ou la maturité d’un swing de golf.

Je trouve que le plus souvent, c’est la compréhension de son environnement, le tracé du parcours, qui est la clé pour mieux jouer.

Après cette première observation, la partie a continué à se dérouler.

Quelques trous plus tard, sur un départ d’un par-3, notre même golfeur 33 d’index place sa balle dans une pente, collé à la boule de départ gauche.

Il se met en position avec par conséquent et de manière automatique, les pieds au-dessus de la balle. Personnellement, je déteste cette situation quand j’y suis contraint sur le fairway, et je passe toujours un petit temps à « scanner » un tee de départ pour chercher une position la plus plate possible.

Et pour cela, je suis prêt à me reculer des boules, même si je dois y concéder un peu de distance.

J’ai toujours été surpris par le fait que les greenkeepers puissent mettre des boules de départs dans une pente. Quoi ? Le golf, ce n’est pas déjà un jeu assez difficile qu’il faut rajouter une difficulté dès le départ ?

Dans ce second cas, là je me suis permis d’intervenir et prévenir mon partenaire de la difficulté dans laquelle il était en train de se mettre.

Déjà que ce coup est complexe pour un golfeur 10, 15 ou 20 d’index, mais cela doit l’être encore plus au-delà de 30.

Avec beaucoup de courtoisie et de diplomatie, je me suis inquiété de cette position, et finalement, il l’a concédé, relevé son tee et sa balle, pour chercher une meilleure position.

Du coup, les autres joueurs de la partie ont abondé dans mon sens, et avec bienveillance pour notre camarade de jeu.

De ces deux observations, j’en suis venu à l’idée de cet article : Comment bien choisir les positions de balles sur un tee de départ ?

Il me semble que plus que la technique, savoir « scanner » un tee de départ peut être utile, y compris pour un golfeur qui joue au-delà de 100 sur un 18 trous.

A ce stade, on peut donc déjà retenir deux choses : Vérifier son alignement avant de taper son tee shot, et chercher une position confortable sur le tee.

Il existe d’autres enseignements qui peuvent être intéressants à connaître pour maximiser ses performances depuis le tee, et notamment quel côté choisir ?

Au moment d’arriver sur un tee de départ, comment choisir l’emplacement où placer sa balle ? A gauche, au centre, à droite ?

Pour beaucoup d’enseignants de golf, il y a deux paramètres à considérer : De quels côtés sont les obstacles face à vous ?

Dans quelle direction le vent souffle-t-il ? Ce qui revient à se demander quel doit être la forme du coup à réaliser ?

Premier cas de figure : Où est l’obstacle ?

Il se peut que nous arrivions sur certains trous qui présentent une difficulté plus importante, avec notamment d’un côté un certain nombre de dangers plus marqués.

Par exemple, toujours dans le cas du golf du Gouverneur, sur le parcours du Montaplan, le trou numéro 4 présente un hors-limite sur la gauche, le long du trou.

Le trou est pourtant étroit avec des arbres de chaque côté.

La bonne idée est donc de se placer du côté gauche du tee de départ pour « fermer » le côté le plus dangereux, et viser le côté droit.

Le choix de la position sur le tee doit nous donner de meilleurs « angles » pour éviter les plus gros problèmes sur un trou.

La position sur le tee de départ peut conditionner toute la suite d’un trou, et pas seulement le premier coup.

Encore un exemple avec le trou numéro 3, un par-5 du Golf du Gouverneur (parcours de Montaplan) où le green s’attaque plus facilement en venant de la droite. Cette observation sur la fin du trou influence pourtant le premier coup…

Sans y prêter suffisamment attention, cette fois, c’est moi qui ai pris une mauvaise décision en ouvrant le côté gauche du trou, alors que la meilleure stratégie était de « rater » à droite du fairway, à défaut de le toucher au centre en régulation.

Une fois que le coup de départ fut tapé trop à gauche, je suis resté « enfermé » sur la gauche du trou sur les deux coups suivants, et par conséquent, j’ai au moins perdu deux coups, en me privant de la possibilité d’attaquer dès le second coup.

La position de départ est donc en réalité bien plus cruciale que nous ne pourrions l’imaginer.

Deuxième cas de figure : Type de trajectoire ? Où manque-t-on le plus fréquemment ?

Quand on souhaite réaliser un coup de la gauche vers la droite, il est préférable de se mettre à droite du tee de départ, et inversement, si vous voulez jouer de la droite vers la gauche, il est préférable de se placer à gauche du tee de départ.

A nouveau, il s’agit d’une question d’angles.

De manière tout à fait similaire, si au moment d’arriver sur le tee, le vent souffle fort de la gauche vers la droite, il est conseillé de se placer à droite des boules, et de viser le côté gauche, tout en autorisant le vent à ramener la balle vers le fairway. On se donne encore le meilleur angle.

En résumé, sur un départ, il ne faut pas seulement penser à mettre la balle en jeu. Il faut davantage penser « angles ». Il convient donc de réfléchir très précisément ses positions de départs, et surtout de ne pas laisser le hasard ou l’humeur du moment dicter vos choix.

Crédit photo : David Rosenblum/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 3 votes)

Commentaires   

g.mpouna@gmail.com
0 #1 Topg.mpouna@gmail.com 01-04-2021 23:31
Superbe article!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.