Une nouvelle aide pour mieux jouer au golf? Arccos Caddie propose le Strokes Gained Analytics (SGA)

 

Utilisateur régulier du système Arccos Caddie depuis plus de 3 ans, j’ai découvert cette semaine une nouvelle fonctionnalité, ayant pour but d’aider à mieux comprendre son jeu, pour progresser plus rapidement. Il s’agit d’un système permettant de se comparer à des golfeurs de tous niveaux, inspiré du système utilisé sur le PGA Tour, le Stokes gained. Quels sont les avantages de ce système pour un amateur ? L’application vaut-elle le coût ? Quelles sont encore ses faiblesses ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Système de suivi de vos coups, et analyse de votre jeu

Game Golf, Shot Scope, je tiens à préciser qu’il n’existe pas qu’un seul système pour « tracker » ses coups sur le parcours, et en tirer des analyses.

Cependant, quand vous choisissez un système pour historiser toutes vos parties, très rapidement, vous ne voulez plus vous amuser à changer, pour justement conserver l’intérêt de votre historique.

Pour ma part, ayant mis le doigt dans l’engrenage en premier avec Arccos, je suis resté sur ce système, en appréciant les avantages (l’intuitivité de l’application, et la présentation des données), et aussi l’inconvénient (le coût à l’usage non négligeable, surtout quand il faut changer « trop » régulièrement les capteurs).

Les concepteurs de ce système d’analyse du jeu de golf sur le parcours, qui permet aussi de vous conseiller dans vos choix sur le parcours, ont parfaitement compris que ce type d’outils devait évoluer en permanence, pour maintenir un intérêt élevé de la part de l’utilisateur final.

Assez régulièrement, ils proposent donc des mises à jour pour améliorer l’outil.

Cette semaine, et c’était annoncé de longue date, ils ont changé l’interface pour transformer notamment la partie « Player » qui fait un bilan de votre niveau de jeu par compartiment, et votre progression.

Ce changement a été dicté par l’application du principe de Stokes Gained.

La mise en place du Strokes gained pour vous comparer aux autres golfeurs

Votre jeu n’est plus vraiment évalué selon un index par compartiment du jeu : Driving, Approches, chipping, bunker, et putting.

Ce système que j’appréciais car il me permettait de mieux comprendre mes points forts et mes points faibles a donc été remplacé par les « Strokes gained » dans 4 compartiments simplifiés : Drive (comprend tous les coups de départs, et pas seulement les drives), Approche, court (comprend les chips en bord de greens, et les sorties de bunkers) et putting.

Le strokes gained apporte principalement une vision comparative de votre niveau de jeu par compartiment, et par rapport à un niveau de jeu.

Dans mon cas, récemment descendu à 13 d’index, de niveau 12, malgré les méandres du WHS (je n’ai pas encore assez de compétitions jouées pour que le système soit stable dans mon cas), je peux comparer mon jeu de golf par rapport aux attendus pour n’importe quel niveau de pro à 54 d’index.

Il me semble que le système présente un intérêt quand on regarde devant soi, plutôt que derrière. Je veux dire qu’il est intéressant de se comparer à un niveau de jeu que l’on n’a pas encore atteint plutôt qu’à un niveau que l’aurait déjà dépassé.

Pour mon exemple, j’ai donc choisi de comparer mon niveau récent avec celui d’un golfeur qui serait classé 7 d’index au global, un niveau que j’ambitionne d’atteindre dans les prochains mois.

Une fois que vous avez choisi l’index cible, ou le niveau de jeu que vous voudriez atteindre, vous pouvez encore choisir le nombre de parties sur laquelle basée l’analyse comparative, soit de 1 à 50 parties déjà jouées, et enregistrées avec vos capteurs Arccos sur les clubs.

Mon utilisation du système Arccos

Pour ma part, j’ai déjà joué plus de 70 parties, je peux donc utiliser le maximum de parties, mais pour autant, ce n’est pas le plus pertinent.

70 parties, cela correspond à plus de 3 ans de mon jeu, et différentes saisons comme l’été, mais aussi l’hiver.

On ne va pas se mentir, mais il y a pour ma part, un véritable écart de score selon les saisons, et notamment entre été et hiver, en raison du terrain.

D’autre part, sur 3 ans, j’ai beaucoup modifié mon jeu, de sorte qu’une telle moyenne masque les derniers progrès réalisés.

Il me semble donc préférable de limiter l’analyse aux 10 dernières parties. (Dans ce cas, il s’agit de parties jouées en 2020 et depuis le mois de juin).

(Ce graphique donne une vision globale et synthétique des points forts et points faibles de mon jeu par rapport à un golfeur index 7)

Dans ce cas, mon stokes gained (où je gagne et où je perds des coups) est de -7,2 coups par rapport à mon objectif de 7.

Comprenez que ma moyenne de score sur les 10 dernières parties a été de 14.2 coups au-dessus du par.

Pour jouer 7, il faut donc que je gomme encore 7,2 coups.

Fait intéressant, Arccos m’indique que sur ces fameuses 10 dernières parties, mon strokes gained a progressé de 2 coups. Je suis donc sur le bon chemin.

Par rapport à un joueur classé 7, dans le détail, je perds donc -3,2 coups sur les drives, -3 coups sur les approches, et -2,1 coups sur le jeu court. En revanche, je gagne +1,1 coups au putting.

Toujours en se basant sur les 10 dernières parties, dans la section « Player », Arccos vous propose un graphique qui illustre vos tendances.

Vous avez donc un schéma assez visuel qui vous illustre vos tendances par compartiment de jeu.

(Ce graphique illustre mes coups gagnés par compartiments du jeu)

Objectivement, cet outil m’a aidé à prendre conscience que mes choix tactiques sur le parcours étaient en fait trop défensifs, en privilégiant trop la précision avec des fers aux départs des trous, plutôt que des drivers sur un parcours étroit et pénalisant.

L’outil m’a illustré que mes premiers coups, même sur le fairway, entraînaient des tentatives d’approches globalement trop longues, et donc moins faciles pour attaquer les greens.

Quels bénéfices ?

J’ai donc trouvé un bénéfice dans l’analyse à posteriori de mon jeu, pour modifier ma tactique.

Sur la dernière partie jouée, j’ai effectivement tenu compte de cette analyse, et pu en tirer parti.

Mon strokes gained au drive est passé de 4 à 7 coups perdus par 18 trous à +0,5 coups gagnés sur cette partie.

Le bénéfice n’est donc pas technique. Il est bien tactique, ce qui suppose que vous preniez bien cette réalité du jeu en compte dans votre approche du parcours.

(Le graphique ci-dessus illustre mon score par rapport à un golfeur index 7 en nombre de birdies, pars, bogeys et doubles)

Un golfeur qui n’aurait pas réellement de plan de jeu avant d’aller sur le parcours, n’aurait donc objectivement aucun intérêt pour ce système Arccos.

Arccos qui promet justement une baisse d’index pour ses utilisateurs, ne peut pas promettre un gain technique, mais seulement un gain « tactique » par de l’aide à la décision.

Ce n’est que cela.

Sans détailler toutes les autres fonctions, retenez que le « stokes gained » vous permet donc d’établir une comparaison objective entre votre jeu, et celui des joueurs qui atteindraient le niveau que vous visez, ou alors même un niveau que vous avez déjà dépassé.

Dans mon cas, par rapport à un golfeur classé 20 d’index, je vais, en théorie, lui prendre 6,8 coups d’avances sur le parcours, dont 4,3 sur les greens par mon putting, et 2,6 coups par le biais de mes coups de fers.

En revanche, il me tiendrait sur les drives, et le jeu court !

Le truc en plus

L’intérêt d’Arccos ne se borne pas à ce type de comparaisons. L’application se risque à vous fournir l’analyse de vos 3 plus gros points faibles, et en plus de vous faire prodiguer des conseils de pros pour vous améliorer.

Toujours en me servant de mon exemple, mes 3 points faibles sont en réalité les coups tapés depuis le fairway, notamment les approches entre 90 et 135 mètres, et aussi les approches depuis le rough.

 Comparativement à un golfeur classé 7 d’index, je perds entre 1,3 et 1,5 coups sur ces approches.

Les conseils sont alors prodigués par des pros américains, et les textes ne sont pas traduits de l’anglais vers le français.

Comme souvent pour ce type d’application mobiles, les conseils des pros sont très généraux, et de mon point de vue, d’un intérêt très modéré, pour ne pas dire quasi nul.

Je ne vous recommanderai pas l’application pour cet usage.

Savoir que je contre-performe entre 90 et 135 mètres m’est utile. En revanche, le conseil donné pour m’améliorer est peu intéressant, et surtout peu concret, ou ne tient pas compte de la réalité de mon swing. Un pro de golf aurait un œil bien plus avisé.

Le point intéressant, c’est que je peux aller voir un pro en lui expliquant que concrètement je perds des points sur des coups de fers à 90 ou 135 mètres, comment pourrait-il m’aider à m’améliorer ?

Dans ce cas, je crois qu’il peut y avoir un intérêt concret.

Le système permet d’avoir une vue globale de son jeu, mais aussi une vue détaillée par compartiment du jeu.

Dans le domaine du driving, je perds des points sur la distance, comme sur la précision. Un golfeur classé 7 d’index touche en moyenne 48% des fairways, alors que dans mon cas, ma moyenne n’est que de 39%.

Bref, encore beaucoup d’autres statistiques passionnantes quand on est justement un profil analytique.

Pour un golfeur plus instinctif, je crains que cette application ne le passionne pas, et ne lui apporte pas d’intérêt.

Les trucs en moins, vraiment moins...

J’en viens maintenant aux points négatifs de l’application, et sans être sévère, je vais être très clair sur ma déception forte !

Encore au cours de ma toute dernière partie, à l’usage de l’application sur le parcours, dans un autre volet important, l’aide à la décision, cette fois directement pendant le jeu, le système recommande des choix de clubs que je considère à posteriori comme franchement mauvais.

L’intelligence dite artificielle est pourtant nourrie de mes 77 dernières parties, prétend tenir compte du sens du vent, et de sa vigueur, comme de la topologie du parcours…

Très concrètement, sur le trou 15 du parcours de Mionnay, un par-5 en dog-leg droit qui propose une attaque de green en seulement deux coups avec un long obstacle d’eau à passer, alors que justement j’avais pleinement réussi mon coup de départ, le système m’indique la possibilité d’attaquer le green en île en deux coups avec un 150 mètres à parcourir pour atteindre le centre du green, et le drapeau.

Je prends mon fer 7, et finalement la balle termine 30 mètres plus court dans l’eau.

Je m’avance, et prends mon télémètre pour constater une erreur d’appréciation de la distance de… 30 mètres !

Si c’était la seule fois que l’application me donnait une mauvaise indication de distance, et au mauvais choix de club, je pourrai pester contre une erreur isolée.

Ce n’est largement pas le cas, au point, où j’assume de vous écrire que je ne recommande pas l’usage d’Arccos en conseil de distance.

La fonction Caddie n’est largement pas satisfaisante, et je crains qu’Arccos ne puisse jamais parvenir à réellement améliorer sa précision, se basant sur une technologie GPS qui n’a pas la précision dont un golfeur pourrait avoir besoin. Ce n’est d’ailleurs pas une critique pour le seul Arccos.

La technologie GPS peut avoir une marge d’appréciation supérieure à 5 mètres. Enfin, je ne suis pas certain d’être assez ingénieur pour expliquer les erreurs de distances du système. Je peux juste constater que s’agissant du vent, là-aussi, je ne suis pas sûr de la pertinence d’Arccos dans la mesure da la force.

Bref, l’annonce des clubs à utiliser pour des coups d’approches ne me convainc pas, et me semble être un point noir.

Bilan

Pour ma part, je vais conserver ce système sur mes clubs pour bénéficier de l’historisation de mes parties, de l’analyse de mon jeu, des points forts, et des points faibles.

La fonction Strokes gained me paraît présenter un grand intérêt éducatif, pour apprendre à un joueur à relativiser son jeu par rapport à d’autres niveaux de jeu.

Sans cette méthode, il me paraît très difficile d’avoir vraiment conscience de ce qui différencie un joueur d’un autre, ce qui fait un golfeur 7 d'index par rapport à un golfeur 10 d'index...

En revanche, sur le parcours, je vais beaucoup moins m’en servir, et notamment comme caddie virtuel.

Les yeux, le jugé des distances, et surtout le télémètre me paraissent irremplaçables. Pour Arccos caddie, ce point est tout de même un gros échec, et dans le but de convaincre une majorité de golfeurs de basculer.

Les autres applications sont-elles plus fiables ? Je n’en suis pas certain. C’est tout un métier (celui basé sur la technologie GPS) qui a encore beaucoup de progrès à réaliser.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

billard.luc@gmail.com
0 #1 Shotscopebillard.luc@gmail.com 23-08-2020 13:53
Laurent la V3 de shotscope annonce une précision de 30 cm du GPS. D'autre part les tags étant peu chère et "inusable" on peut en acheter plusieurs jeux et le monter sur différentes séries et clubs pour comparer les distances réellement atteintes en situation de jeu. Enfin le GPS de Shotscope est instantané et donne les distances aux obstacles, alors que le GPS d'Arccos sur l'apple Watch met un temps infini à s'afficher et n'indique qu'entrée, milieu et fin de green: J'ai aussi club hub dur l'apple watch l'affichage y est instantanée contrairement à Arccos. Enfin Shotscope enregistre la position du drapeau exacte car tu enregistre ton nombre de putt en étant à côté du drapeau et tu as donc la longueur exacte de tes putts.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.