Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Des parcours de golf de plus en plus longs et difficiles, est-ce vraiment nécessaire ?

Credit photo : www.jeudegolf.org

Il ne fait aucun doute que le paysage du golf change progressivement, avec des parcours de plus en plus longs, alors que les joueurs amateurs dans l’ensemble, ne voient pas la distance de leurs coups progresser significativement.

Découvrez nos formules d'abonnements

Une croyance répandue dans le golf est que, depuis les joueurs professionnels jusqu’aux amateurs, nous allons tous de plus en plus loin, et par conséquent, les parcours de golf les plus anciens et plus courts deviennent obsolètes, car les professionnels et les amateurs sont de plus en plus capables de les dominer.

Mais, est-ce vraiment le cas?

Si l’on admet une augmentation incessante des distances parcourues par les balles, est ce qu’il faut en conclure qu’il faut continuer à allonger les parcours de golf ?

C’est un sujet de débat entre les principaux acteurs, en particulier les architectes de parcours de golf qui croient qu'il leur faut suivre les prouesses athlétiques des joueurs modernes, tandis que d'autres, propriétaires de parcours, voient dans cette stratégie de plus grandes longueurs, un argument commercial.

Quel intérêt pour des parcours de golf de plus en plus long ?

Le 23 avril dernier, le club de golf de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, annonçait l'installation de 18 nouveaux tees de départ pour porter la longueur totale de son parcours à 7406 mètres…

Les Par-3 mesureront de 181 à 258 mètres, pour une moyenne de 223 mètres.

Le trou d'ouverture est un Par-5 de 590 mètres, et les autres Par-5 vont de 523 à 624 mètres, pour une moyenne de 572 mètres.

Sept des Par-4 mesureront plus de 420 mètres, le plus long étant le trou n°2 long de 463 mètres, c’est l'un des deux Par-4 dépassant les 450 mètres.

Le propriétaire du parcours, Rick Elliott, a déclaré « Maintenant, tout ce dont j'ai besoin, c'est que Dustin Johnson mette le pied sur le premier des nouveaux tees, et voir ce qu'il peut faire… ».

Credit photo : www.jeudegolf.org

Si la tendance est de continuer à rendre certains parcours plus longs et plus stimulants, pour en faire des parcours de championnat pour les professionnels et les joueurs scratch, cela peut sembler logique.

N’oublions pas, que nous, les amateurs, quand nous jouons au golf, il n'y a pas de spectateurs ou d’officiels surveillant chaque fairway pour suivre nos coups un peu égarés, comme on peut les voir sur les grands tournois.

On pourrait se demander ce que ferait un joueur professionnel sur certains de nos parcours, avec personne d'autre que ses partenaires de jeu pour suivre sa balle. Il serait intéressant d’assister à cela.

D’autant plus que dans nos clubs, l'âge moyen est souvent supérieur à 60 ans, et environ 85% des handicaps sont à deux chiffres.

Il y a peu de chance pour que les membres et les visiteurs apprécient leur jeu, et continuent de s’abonner et de revenir jouer sur ces parcours, surtout s’ils devenaient de plus en plus difficiles.

Si un club cherche à renforcer son parcours, une solution apparemment simple consiste à ajouter quelques nouveaux tees de départ : « Faisons en sorte qu'il soit plus long, cela réglera le problème de la difficulté… ».

La plupart des concepteurs de parcours sérieux ne seraient pas d'accord avec cette option.

Les back tees rendront le trou plus difficile pour certains, mais injouable pour beaucoup d’autres.

Credit photo : www.jeudegolf.org

« En général, je pense que les parcours de golf sont trop difficiles », explique l'ancien architecte américain Jeff Brauer.

Il vaudrait beaucoup mieux envisager l'ajout d’obstacles, le rétrécissement d'un passage ou le remodelage d'un green.

De telles modifications pourraient rendre le parcours plus difficile pour tous, mais toujours jouable pour tous.

Certains propriétaires de parcours de golf pensent que la publicité faisant de leur parcours le plus dur de la région, va stimuler l’organisation de tournois et les adhésions, c’est rarement le cas si aucun des golfeurs amateur ne s'y amuse.

L'expression « parcours de championnat » est peut-être aussi le plus gros problème.

Qu'est-ce qu'un parcours de championnat ? Eh bien, logiquement, c'est un parcours sur lequel se déroulent des championnats.

Mais des centaines, peut-être des milliers de parcours qui sont décrits dans leurs argumentaires marketing comme « de championnat », n'ont jamais accueilli une grande compétition, ni ne le feront jamais.

Pour le R & A et l'USGA, on a très peu gagné en longueur de drives

Un rapport publié par The R & A et l'USGA a examiné, de manière très approfondie, la distance parcourue dans le golf professionnel en utilisant les données de sept circuits.

Sur le circuit européen, la distance moyenne parcourue a augmenté de 0,7% entre 2003 et 2015.

Cela équivaut à seulement moins de 2 mètres. Le drive moyen sur le circuit en 2015 a été de 263,71 mètres.

Il y a eu des augmentations mineures semblables sur les tournois américaines, mais sur le Japan Golf Tour, le Ladies European Tour et le LPGA Tour, les distances de drive moyennes ont en fait diminué depuis 2003.

Sur la base des 12 dernières années, on peut dire que les pros ne drivent pas inexorablement plus loin.

Après de nombreuses collectes de données, le R & A a estimé les distances moyennes pour les golfeurs amateurs.

Le drive moyen pour un golfeur homme, en fonction de son âge et de son niveau, se situe entre 173 et 214 mètres.

Pour les femmes, cela va de 132 à 188 mètres. Même si les amateurs frappent aujourd’hui un peu plus loin la balle, nous sommes à peine en train de gagner quelques mètres.

Si, par conséquent, les professionnels frappent la balle à peu près à la même distance depuis 12 ans et que nous, les simples golfeurs, ne la « bombardons pas plus », quelle raison pourrait-il y avoir pour augmenter la longueur des parcours ?

Pour les professionnels, la longueur d’un parcours n’est pas la seule difficulté

Si l’on prend deux exemples : premièrement, pour le Nedbank Golf Challenge en décembre 2015, le parcours du Gary Player Country Club mesurait 7160 mètres, et le plus court Par-4 était long de 388 mètres.

Marc Leishman a remporté le tournoi avec un total de 19 sous le Par.

Rendre le parcours super-long n'empêche pas les meilleurs joueurs d'atteindre les scores les plus bas, ce sont la configuration du parcours et les conditions de jeu qui vont le faire.

Au Royal County Down pour l'Irish Open de 2015, le parcours était de 732 mètres plus court que celui de Sun City, mais le score de Soren Kjeldsen n'était que de deux coups sous le Par, et seulement cinq joueurs ont battu le Par pendant la semaine.

Le vent, le terrain difficile, les greens compliqués et les fairways étroits ont été les facteurs qui ont rendu l'Irish Open si exigeant.

Pour les amateurs, la longueur d’un parcours n’est pas non plus la seule difficulté

Driver la balle sur de longues distances est une compétence dans le golf, et ceux qui possèdent la capacité de le faire peuvent avoir un avantage.

Mais plus la balle se déplace loin, et plus le degré d'erreur latérale sera pénalisant.

Credit photo : www.jeudegolf.org

Le joueur qui frappe la balle à 180 mètres à deux degrés de sa ligne idéale peut simplement arriver sur le semi-rough. Le joueur qui frappe la balle à 270 mètres avec le même angle de deux degrés de sa ligne pourrait bien finir hors limites.

Pour les golfeurs amateurs, l'accent devrait être davantage mis sur le plaisir, et peu d'entre nous aiment devoir faire un exploit pour atteindre les Par-4 en régulation, et avoir besoin d'un driver pour jouer les Par-3.

La complainte réclamant d’allonger les terrains de golf s'est perpétuée.

Si on continue à nous dire que nous allons tous encore plus loin, et que les anciens parcours sont obsolètes, alors, inévitablement, beaucoup le croiront.

Mais les faits semblent dire le contraire, tout du moins du point de vue des législateurs.

Les pros ne sont pas en train de frapper la balle de plus en plus loin, et les amateurs moyens n’arrivent pas encore à 275 mètres.

Pourtant la demande des nouveaux parcours va vers la difficulté

Demandez à n'importe quel architecte de golf, et vous entendrez le même refrain.

Les nouveaux clients exigent des parcours de championnat, peu importe où ils se trouvent dans le monde, quel que soit le niveau moyen des joueurs qui les fréquenteront au quotidien.

Le plus grand groupe de golfeurs est celui avec handicap de 26 ou supérieur. « Ce sont eux qui paient les factures ! », Explique le designer néerlandais Michiel Vandervaart.

« Le fossé entre le novice et le promoteur professionnel de parcours ne fera qu'augmenter ».

Et dans les marchés émergents, où la plupart des golfeurs locaux apprennent tout simplement le jeu, cette question est encore plus importante.

À travers le monde du golf en développement, nous voyons naître des parcours de championnat après d’autres parcours du championnat. C’est bien pour les pros, mais les pros jouent gratuitement sur ces parcours, et dans le cadre de leur travail.

Si le golf doit véritablement s'ancrer dans la culture sportive de ces nouveaux pays, il y a besoin de plus de parcours conçus pour plaire aux joueurs moyens, ou en dessous de la moyenne.

Il y a pourtant des parcours qui sont des modèles de réussite

Pour Mike Keizer, le créateur de Bandon Dunes, il y a pourtant un célèbre parcours qui combine au mieux l’accueil d’un championnat et la philosophie du golf pour l’amateur, mais nous l'avons oublié. « Le modèle est très facile, c'est le Old Course de St Andrews», dit-il.

La tendance actuelle est d’opter pour des petits greens, car ils sont peu coûteux à entretenir.

C'est une erreur pour Mike Keizer. « Sur le Old Course, il a de grands greens avec beaucoup de difficultés variables ».

Le parcours de Old Course est un parcours de golf, et de golf tout en un.

Il a des caractéristiques avec des trous qui sont particuliers, mais acceptables pour les joueurs de tous niveaux.

Les trous les plus longs ne sont pas nécessairement les plus difficiles pour les joueurs de l'élite, mais ils gâcheront le plaisir du joueur amateur.

Si vous proposez à un bon joueur une option raisonnable ou significative pour réussir un coup de golf, il aura tendance à bien exécuter ce coup, et le jouera généralement avec confiance.

Alors que les options de jeu peuvent subtilement défier le meilleur joueur, un manque d'options mettra au défi le joueur moyen.

Ils ont besoin de plusieurs possibilités pour jouer à leur handicap.

Si le joueur veut être mis au défi, ce que nous ne pouvons pas éliminer complètement, il faut lui proposer des options pour choisir des trajectoires qui sont jouables pour lui.

Ainsi, un départ nécessitant le survol d’un plan d’eau sur 200 mètres, et sans autres options, sera une frustration pour les joueurs ne pouvant pas atteindre cette distance.

Les golfeurs amateurs n'aiment pas beaucoup le golf, quand ils se font cruellement battre par le parcours, et perdent des balles, surtout quand ces parcours ne sont pas situés dans un cadre idyllique.

Avons-nous vraiment besoin de voir continuer à s’allonger les parcours de golf, et de les trouver de plus en plus difficiles ?

Pour nombre d’entre nous, la réponse est non…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
admin
0 #1 pas trop vite rejeter cette idée.admin 10-05-2018 21:56
Cette article à retenu tt mon attention et j’ai bien apprécié le traitement du sujet;
Je trouve qu’il ne faut pas trop vite rejeter cette idée.
En effet cela peux satisfaire tt les type de joueurs à conditions de pouvoir choisir son départ … je commence volontairement à partir des blancs et ce même si par rapport à mon niveau je suis jaune… au détriment je gagne des coups :-)) et comme je n’ai pas de problème de longueur mes co-éqipier ne m’over-drive pas souvent; L’autre aspect c’est de découvrir le(s) terrains sous un autre angle et adapter sa stratégie
A propos de stratégie je trouve qu’il y vraiment un vide dans l’enseignement, les vidéo (sauf en anglais), la littérature … nos pro ne servant finalement qu’à l’aspect mécanique de notre swing ou à dispenser des avis technique pour certains coups, compartiment de jeu, mais en matière de stratégie zéro alors que’ de mon points de vue, les liaisons doivent se faire entre lesdits compartiments... à bon entendeurs et rédacteurs !
Didier (Belgique)
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.