Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Le piège du grip fort pour les sliceurs

Le piège du grip fort pour les sliceurs

Beaucoup d’enseignants vous le diront, le grip est le premier élément clé pour la bonne exécution d’un swing de golf. Je dirai même que c’est ce qui influence le plus la suite des enchaînements menant à taper correctement la balle. Le grip permet de contrôler la face du club, la face du club agit sur le vol de la balle, et d’une certaine manière le vol de la balle contrôle le swing.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur l’importance du grip, et les conséquences d’un grip fort

Comme d’autres paramètres du swing, le grip peut-être défaillant.

Nous pouvons dénombrer au moins trois types de grips : fort, neutre, et faible.

Dans ce sujet, je vais aborder le grip fort, qui est un grip souvent enseigné, notamment aux débutants qui éprouvent des difficultés à lever le club dans le bon plan, et à armer correctement les poignets par manque d’habitude de soulever un poids, et de le déplacer dans l’espace.

Si cela peut aider quelques golfeurs, le grip fort ou « strong » en anglais, n’est vraiment pas l’idéal dans la majorité des cas.

Pourquoi ?

Pour la plupart des joueurs, cela engendre le fait d’ouvrir la face du club !

De nombreux joueurs auraient pu penser que c’était en fait le contraire.

Qu’un grip fort pouvait aller jusqu’à engendrer une face fermée à l’impact.

Précisions

Notez que dans ce sujet, je vais appliquer des termes de mains gauche et droite qu’il faudra interpréter pour un droitier.

Pour un gaucher, il faut simplement renverser ma recommandation.

Nous allons donc aborder le grip en deux étapes : d’abord, la main gauche qui est la main supérieure sur le manche, et ensuite, la main droite qui est la main inférieure, en termes de position vers le sol.

La main gauche ou supérieure sur le manche du club

La majorité des golfeurs qui renforcent leurs grips créent une extension du poignet gauche au sommet du swing.

Tout simplement, parce que le fait d’utiliser un grip fort créé dès le départ du swing, le principe d’une extension du poignet gauche.

Dans tous les cas, un poignet gauche mal positionné ou creusé au sommet du backswing va engendrer un démarrage du club plus raide pendant la phase de transition.

Et cette action a pour conséquence d’ouvrir la face du club….ce qui favorise les conditions d’un slice ou à minima d’une balle poussée à droite de la cible !

Sur la photo suivante, notez la position du poignet gauche par rapport au manche du club.

La majorité des golfeurs qui renforcent leurs grips créent une extension du poignet gauche au sommet du swing.

Bien entendu, vous pourrez trouver des contre-exemples, y compris chez les golfeurs professionnels qui utilisent ce type de grip, et ne souffrent pas du fait d’ouvrir la face du club à l’impact.

Tout simplement parce qu’ils font ce que très peu d’amateurs peuvent réaliser, à savoir déplacer l’épaule droite en avant de manière suffisante au downswing pour abaisser le shaft dans un plan de swing opérationnel.

Exemple : On retrouve ce mouvement chez Ben Hogan.

Pour des amateurs, c’est bien trop compliqué de vouloir créer une situation de difficulté tout en mettant en place un correctif !

Autant commencer par une situation simple, et ne pas avoir à gérer un palliatif.

D’autant que le golfeur amateur n’a pas les mêmes dispositions qu’un golfeur professionnel qui s’entraîne sept jours sur sept.

Du fait des nouvelles technologies, nous avons pu acquérir des connaissances très précises sur le déplacement d’un club de golf dans l’espace.

Nous savons que quand le centre de répartition du poids dans un club de golf (un petit point à quelques millimètres près du hosel) se trouve légèrement au-dessus du chemin des mains, il devient beaucoup plus difficile de prendre la balle square au contact.

il devient beaucoup plus difficile de prendre la balle square au contact.

Ainsi, de manière systématique, c’est exactement ce qui arrive quand le club va vers le sol de manière trop raide.

Depuis cette position, il y a un effet très fort qui contribue à agir sur la face, ce qui anéantit l’éventuel bénéfice de mettre en place un grip fort à l’adresse.

Un grip fort va fermer la face, du fait de la main gauche qui trafic le trajet du club jusqu’au sommet du swing, et cela va engendrer l’effet inverse au retour, à savoir ouvrir la face au downswing.

C’est pourquoi, un grip fort est rarement conseillé à des golfeurs qui slicent, surtout quand ils génèrent un swing trop raide.

Si vous essayez de ramener le club sur un plan plus bas, et plus vertical, pour générer un plan plus plat par rapport à la balle, en aucun cas, je vous recommande de renforcer votre grip pour contrer un slice ou des fades mal exécutés.

Quand le downswing démarre trop à la verticale sous l’effet d’un grip fort, cela engendre au moins trois conséquences :

  • Raccourcissement du rayon d’action du bras dominant. Ce qui s’appelle aussi l’aile de poulet.
  • Agrandissement du centre de gravité du swing.
  • Création des conditions d’un transfert de poids inversé.

Raccourcissement du rayon d’action du bras dominant. Ce qui s’appelle aussi l’aile de poulet.

Tous ces mouvements sont la résultante d’un golfeur qui essaie d’éviter de taper dans le sol trop tôt.

Ces coups appelés « fat shots » résultent bien d’une tendance qu’ont certains golfeurs à amener le shaft de manière trop vertical pendant la phase de transition.

Dans ces conditions, il est très difficile de rester bien placé pour effectuer un bon coup.

En fait, une main gauche trop forte créer une action de blocage au point bas du swing.

Finalement, si un grip fort permet effectivement de fermer la face au sommet du swing, cela crée au contraire une action de blocage quand le club arrive vers le point bas de l’arc de swing.

Certains joueurs réalisent ce mouvement pour éviter d’envoyer leurs balles à gauche.

On appelle cela le mouvement typique du « club fermé à ouvert » des joueurs qui ont tendance à prendre la balle trop près de la toe (extérieur droit de la face).

Je ne dis pas qu’il ne faut pas utiliser un grip fort. Après tout, certains se débrouillent très bien comme cela.

Mais si vous utilisez un tel grip, attendez-vous à accentuer vos problèmes de slice.

En vérité, il n’existe qu’un bon grip ! Celui qui permet d’amener la face du club square à l’impact.

Tous les swings de golf sont différents. Surtout chez les amateurs, et chaque swing demande un grip adapté.

Trouvez le vôtre est la clé pour mieux jouer au golf.

La main droite ou la main inférieure sur le manche du club

Pour la « deuxième » main, la main droite pour un droitier, la meilleure position est incontestablement une position neutre ou en V comme on peut le voir sur la photo suivante.

Pour la « deuxième » main, la main droite pour un droitier, la meilleure position est incontestablement une position neutre ou en V comme on peut le voir sur la photo suivante.

Il peut y avoir des exceptions, mais la plupart des joueurs ne devraient pas déroger à cette position.

L’une des conséquences les plus évidentes d’un grip de main droite trop fort est un quick hook tapé bas !

Si vous n’arrivez pas à lever la balle, et qu’elle part basse et à gauche, il y a de grandes chances que votre main droite a tournée trop loin sous le club.

Très clairement, un grip de main droite trop fort est largement la cause d’une rotation excessive de la face du club à l’impact !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.