Une astuce simple pour mieux taper un coup de bois 3 depuis le fairway

conseil de golf pour le bois 3

Pour beaucoup de golfeurs ou de golfeuses, taper un coup de bois 3 depuis le fairway sur un parcours de golf est largement le coup le plus difficile à effectuer. C’est tout simplement parce qu’il s’agit du club le plus long que l’on puisse jouer directement sans tee sur le fairway. C’est aussi parce qu’un bois de parcours se joue justement plus régulièrement depuis un tee de départ, et plus rarement directement sur le fairway… Pourtant, avec de longs par-4 ou de longs par-5, maîtriser le bois de parcours dans ces circonstances peut être un puissant allié…

Découvrez nos formules d'abonnements

Si vous vous amusez à visiter les différents sites marchands proposant des bois de parcours à la vente, vous pourriez être surpris du caractère laconique des informations techniques pourtant utiles à la compréhension du produit.

Une information est souvent manquante : La longueur du manche !

Pour les plus professionnels, vous aurez la rigidité, le poids, ou encore le torque, mais quasiment jamais la longueur… et comme si ce n’était pas un sujet au moment d’acheter ou d’adapter ce club.

L’information est pourtant bien fournie par les marques, tout comme le volume de la tête, le swing weight et le lie. Certes, dans les grandes marques, ces données sont très souvent identiques. Un bois 3 est souvent monté sur un manche long de 43,25 inches contre 45,5 inches de moyenne pour un driver.

Le volume de la tête pour un bois 3 tourne autour de 170 cc alors que sur des clubs ajustables, le lie peut varier entre 56,5 et 60,5 degrés.

Comparativement à un driver de volume 460cc le plus souvent, le volume de la tête est bien 2,7 fois plus petit, de même que la surface de contact idéale pour lancer correctement une balle de golf. Cela répond déjà au débat entre choisir un driver ou un bois de parcours sur un tee, et au départ d’un trou.

Cela étant dit, volume de tête inférieur et manche plus court forment une meilleure combinaison pour taper une balle directement depuis le fairway.

C’est d’ailleurs encore plus vrai avec un bois 5 dont le volume de tête peut descendre à 140cc pour une longueur de manche encore plus courte, soit 42,25 inches…

Quoi qu’il en soit, le bois 3 est certainement le club le plus long que vous aurez à taper directement depuis un fairway, et sans tee… cela suffit à expliquer pourquoi c’est le coup de golf le plus délicat à réussir.

Comparativement à un fer, la tête d’un bois de parcours est forcément plus large et présente donc un moment d’inertie supérieur… Contrairement à ce qu’affirment les marques, le club de golf idéal n’existe pas. Il s’agit toujours de faire un compromis.

Ce qui perturbe le plus souvent les amateurs au sujet du bois de parcours, c’est que s’il s’agit bien d’un club polyvalent pouvant être joué avec un tee surélevé ou directement sur le sol, entre les deux situations, cela demande un ajustement fin du swing, et en fait du « coup de golf » global à organiser.

Quand vous regardez votre bois 3, vous devez avoir une expression en tête : Angle d’attaque !

Pour un coup joué depuis une balle posée sur un tee, comme pour le driver, vous pouvez jouer le coup en ayant l’impression de remonter votre club vers le ciel. L’angle d’attaque sera dit remontant.

Au trackman, cette valeur pourra excéder 0 degrés…la balle pourra être centrée dans la face.

Pour un coup joué depuis le sol, la balle seulement posée sur le fairway, à l’inverse, vous devrez jouer votre coup en ayant l’impression, comme pour un fer, d’attaquer le sol. L’angle d’attaque sera dit descendant. Au Trackman, cette valeur pourra être inférieur à 0 degré.

Dans le premier cas, vous cherchez à augmenter le smash factor en adressant la face du club centrée en remontant vers la balle.

Dans le second cas, vous cherchez à augmenter le smash factor en adressant la face du club centrée en descendant vers la balle.

Le premier écueil, c’est que beaucoup d’amateurs ignorent littéralement cette différence significative dans la réussite d’un coup de bois 3, et donc l’exploitation de cette polyvalence. La majorité des amateurs jouent un coup de bois 3 de manière identique, et ne s’adapte pas à la situation.

Si vous jouez un bois 3 sur une balle au sol sans tee, mais avec un angle remontant, vous prenez le risque de taper la balle sur son sommet, et en plus, avec la partie basse de la face du club.

Les deux combinés aboutissent à une moindre distance, et translation de la vitesse de swing en vitesse de balle générée, avec en plus le risque de ne pas contrôler la trajectoire.

Inversement, si vous attaquez vers le sol, une balle posée sur un tee, vous risquez de taper la partie basse de la balle avec la partie haute de la face du club…

Dans les deux cas, vous n’optimisez pas le vol de la balle.

L’angle d’attaque adapté au coup, c’est donc la clé de la réussite d’un coup de bois 3 dans toutes les circonstances.

Le hic dans l’enseignement du golf, c’est qu’on se concentre trop sur le fait d’apprendre aux nouveaux golfeurs et golfeuses à lever la balle, et pas assez à le faire de manière différente, et surtout à s’adapter aux éléments variables d’un parcours de golf.

Que se passe-t-il quand une balle est légèrement supportée par de l’herbe dans le rough ou quand elle est posée sur un gazon très ras ? L’analyse du lie est un élément capital, avant de produire un coup de golf, et en fait, avant de produire une organisation du corps et du club, avant de taper un coup de golf.

La première question à se poser avant n’importe quel coup de golf, c’est « comment vais-je optimiser mon contact de balle ? » Vers le ciel en remontant ou vers le sol en descendant ?

Une autre confusion vient du fait que le bois 3 est le club dont la conception est la plus proche du driver, et que ce dernier se joue le plus souvent selon un angle seulement remontant…On peut faussement penser qu’un bois 3 se joue comme un driver.

En introduction de ce sujet, il était question de longueur du manche… C’est bien une information capitale, car cela va jouer sur deux paramètres à bien comprendre : L’amplitude du swing, et le point bas de l’arc de swing avant, pendant, et après l’impact.

Ce sera la deuxième notion clé à retenir au sujet d’un coup de bois 3 : Quel est le point bas de l’arc de swing ou surtout où doit-il se situer ?

L’erreur la plus communément commise sur un coup de bois 3 par un amateur, c’est de relever son club dès l’impact, or, sur un coup joué directement sur le sol, le point bas de l’arc de swing doit être maintenu après l’impact…

Il y a une astuce simple à mettre en œuvre pour le travailler.

Sur le gazon, placez un tee 3 ou 4 centimètres après la balle, et en direction de votre cible. Adressez votre balle, et cherchez à la taper tout en ayant aussi l’intention d’attraper le tee après l’impact…

Sauf à gratter violemment le sol, vous ne risquez pas de toucher le tee, en revanche, vous allez changer votre angle d’attaque (plus descendant que remontant) et changer le point bas de votre arc de swing.

Une difficulté majeure pour un amateur de golf consiste justement à comprendre et ressentir cette notion du point bas d’un arc de swing. Cela demande du feeling, et de la finesse, et pourtant, c’est crucial dans la qualité d’un coup de golf.

La majorité des golfeurs lutte contre les grattes ou les tops avec le bois de parcours, et notamment le fait de pousser plus loin le point bas de l’arc de swing quand on joue directement sur le sol, toutefois, il existe aussi des cas inverses, où un amateur a du mal à taper le bois de parcours sur un tee, en créant notamment des balles en forme de chandelles.

Dans ce cas, le point bas de l’arc de swing a des chances d’être trop en amont de la balle. Dans les deux cas, il convient de checker avec un enseignant, le placement des épaules à l’adresse, et ou le transfert d’énergie ou de poids avant l’impact.

Une autre raison qui empêche la réalisation d’un bon coup de bois de parcours sans tee, c’est justement le fait de décaler l’épaule arrière en position plus basse par rapport à l’épaule en amont. En inclinant ainsi le plan des épaules, on favorise un angle d’attaque remontant du club, et un point d’arc de swing bas plus tôt dans le swing.

Cela ne veut pas dire qu’il faut exagérer à l’inverse, et décaler les épaules dans un plan incliné vers le sol, mais il faut y être vigilant, et conserver un plan des épaules plus horizontal.

Autre erreur qui peut être fatale à un coup de bois de parcours, et en particulier le numéro 3, le plus exigeant, c’est le fait de faire du sway ou du slide, glisser pendant l’exécution du coup de golf, ce qui va immanquablement modifier le point bas de l’arc de swing, et/ou l’angle d’attaque.

Si vous êtes concerné par un problème de moindre qualité de vos coups de bois 3 sur le parcours, et au point de ne plus oser le sortir, interrogez-vous toujours sur l’angle d’attaque que vous avez cherché à produire, et le point bas de votre arc de swing… En respectant la bonne logique par rapport au coup à produire, vous allez progresser, et prendre du plaisir sur un coup très utile sur des parcours finalement très longs pour les amateurs, des repères jaunes ou blancs.

L’avis de Laurent : Pour avoir testé cette méthode au practice du Golf de Nîmes Vacquerolles, j’ai d’abord constaté que ce n’était pas évident. Il m’a fallu de nombreuses balles tapées pour enfin arriver à déclencher un angle d’attaque légèrement négatif. Comme souvent au golf, les instructions techniques peuvent être bonnes. Elles demandent du temps pour être parfaitement comprises, et assimilées. Si vous jouez plus souvent votre bois 3 en remontant, il faudra forcément du temps pour corriger cette tendance parfois très ancrée en soi.

Par ailleurs, j’ai trouvé un deuxième bénéfice à suivre ce conseil du tee à viser devant sa balle. J’ai eu l’impression sur les meilleurs coups de lancer ma tête de club plus en ligne avec la cible, et de réaliser des trajectoires plus en cohérences avec ma cible.

En clair, cet exercice améliore le contact et la visée. Le seul bémol, c’est donc que cela prend du temps à installer et n’a rien de si automatique quand on essaie. Autre chose que j’ai remarqué dans mon cas, pour finir par y arriver, j’ai aussi décalé ma balle plus en arrière de mon stance, sans cela, je n’arrivai pas à créer un angle d’attaque vraiment négatif.

Avec le Trackman, je mesurais un angle d’attaque entre +2 et +5 degrés, et donc toujours remontant. En insistant sur le fait de longer plus longtemps le sol, et donc de repousser le point bas de l’arc de mon swing plus tard, avec une balle plus en arrière dans le stance, j’ai fini par obtenir -0,5 degrés d’angle d’attaque négatif, et comme par enchantement les balles les plus longues.

Sur les meilleurs coups, le trackman m’indiquait avoir dépassé les 200 mètres de distance alors que sur les coups tapés avec un angle d’attaque remontant, je ne dépassais pas les 170/180 mètres.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 4 sur 1 votes)

Commentaires   

hubert.faou3@gmail.com
0 #3 Bois 3 bois 5hubert.faou3@gmail.com 25-12-2021 18:50
C'est comme pour le vin 12°, 13° et maintenant 15° voir plus.
et au golf il ne faut pas l'oublier l'objectif est de mettre la balle dans le trou !

"Qu'importe le flacon pourvu que l'on ai l'ivresse"
golfnswing@gmail.com
0 #2 Bois 3, oui, mais de quel loft ?golfnswing@gmail.com 24-12-2021 18:10
Un article intéressant, mais il est dommage que l'on parle du numéro du bois, ce qui ne veut pas dire grand chose, plutôt que du loft du bois. En effet, les lofts des bois 3 du commerce vont de 14 degrés, voire 13,5 degrés, à ... 19 degrés pour les bois 3 Ping"lady",qui ne sont plus du tout des bois 3, mais des bois 5..., miracle du marketing.
Ce qu'il faut savoir, c'est que pour une majorité de golfeurs, et sauf à ce que ce bois "3" soit utilisé essentiellement sur les départ avec tee, un tel bois est non seulement inutile, mais nuisible, car, même si, comme on sait, "on n'est pas à l'abri d'un bon coup", il donnera, la plupart du temps ,des coups inefficaces en distance et très risqués en direction, car plus le loft est bas, plus les effets latéraux pernicieux, sur une face non parfaitement square par rapport au chemin du club seront marqués.
Il faut réfléchir en terme de vitesse de frappe. Et, pour tout golfeur ou golfeuse à la vitesse de frappe au fer 6 inférieure à , de 71 à 75 mph, en fonction de la qualité de la frappe, un bois d'un loft égal ou inférieur à 15 degrés ne sera pas à recommander.
Ensuite, il faudra s'intéresser à la longueur du club car, comme pour les drivers, les shafts des bois 3 du commerce sont beaucoup trop longs et, de ce fait, injouables correctement depuis le fairway pour la très grande majorité des golfeurs et golfeuses.
hubert.faou3@gmail.com
0 #1 Bois 3 bois 5hubert.faou3@gmail.com 24-12-2021 15:37
Bonjour et toujours des articles passionnants ,bien argumentés et objectifs merci.
Dans mon sac j'ai un bois "3 ,un bois 5 et pas de driver.
Je vais plus loin avec un bois 5 qu'avec le driver que j'ai beaucoup de difficulté à taper.
Et depuis quelques mois je me suis aperçu que je n'avais plus besoin de tee au départ pour ma mise en jeu avec le bois 3 ou le bois 5. Réussite 7 départs sur 10.
Avec un tee je faisais beaucoup trop de top.
Donc j'ai fait aussi les test sur le fairway et ça marche dans les mêmes proportions.
Pour en arriver là ,je n'ai fait aucune séance de trackman.
J'ai essayé de comprendre pourquoi même avec un tee je faisais aussi beaucoup de top.
En lisant votre article j'ai peut-être une partie de l'explication technique: mon swing qui reste le même avec un bois et un fer et la position de la balle dans le stance.
La position de la balle on n'en parle pas assez mais c'est un vrai sujet car nous sommes toutes et tous morphologiquement différents et il y a autant de swing que de golfeuses ou golfeurs.
En conclusion je dirai qu'il faut essayer ne pas se décourager car ce sport rescelle des trésors cachés.
Joyeux Noël
hubert

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.