Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Golf en hiver: Exercice pour travailler la consistance de son swing

Golf en hiver: Exercice pour travailler la consistance de son swing

Ce sujet n’est pas totalement spécifique au travail hivernal, vous pouvez bien entendu vous en inspirer pour vos entraînements tout au long de l’année. Néanmoins, conscient qu’il fait actuellement plus froid, et que certains d’entre vous n’ont tout simplement pas trop envie d’aller sur le parcours en plein mois de janvier, nous avons demandé à notre coach, Michel Delbos de vous concocter un programme d’exercices utiles pour la progression, et qui se retrouvera lors des premières parties du printemps. Cette semaine, il s’agit d’améliorer la consistance de ses frappes par un meilleur travail du bassin pendant la séquence de swing.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule : les accessoires pour l’exercice

Jamais à court d’idée ou d’accessoires pour optimiser l’entraînement, et aussi le rendre plus varié, Michel Delbos, fondateur de la Golf Training School Académie nous propose un exercice nécessitant uniquement trois piquets à planter un devant soi, et deux latéralement de chaque côté de son stance.

Pour ceux qui seraient intéressés par l’acquisition de ces petits objets d’aides à l’entrainement, ils se trouvent assez facilement sur des sites type amazon, et valent en moyenne entre 15 et 30 euros.

Pour cet article, Michel Delbos en a utilisé trois, mais deux suffisent pour accomplir ce qu’il veut vous démontrer.

Passé la question des tubes ou piquets, vous n’avez besoin que d’un club et de balles de practice.

L’idée générale de cet exercice est de vous faire travailler le pivot pendant le swing à l’inverse d’un glissement d’un côté ou de l’autre.

L’exercice des piquets dit du cylindre

Pour ce nouvel exercice, je vous propose l’usage de sticks à fixer quelques centimètres respectivement sur votre gauche, et votre droite afin d’encadrer votre stance.

Les deux sticks doivent être mis rigoureusement sur le côté et dans l’axe de vos hanches, et non pas en avant, ou en arrière.

Ils ont pour fonction de vous faire ressentir deux limites !

Une première limite qui sera exprimée au moment du démarrage de votre backswing, et une deuxième limite qui sera exprimée au moment du follow-though, soit après l’impact avec la balle.

Mon objectif avec cet exercice est de vous démontrer l’importance de rester dans un périmètre d’efficacité que l’on pourrait aussi appeler le cylindre, car en effet, le but du jeu va consister à swinguer dans ce cylindre sans jamais en sortir du début jusqu’à la fin du swing.

Si vous n’avez jamais utilisé de repères physiques pendant vos entrainements ou vos séances de practices, vous n’avez sans doute jamais pris conscience du déplacement de votre corps pendant le swing.

Bien entendu, tous les golfeurs ne produisent pas les mêmes gestes, et les mêmes déplacements.

Certains bougent excessivement pendant le swing, et d’autres ne jouent qu’avec le bras.

En fixant un stick de chaque côté, je souhaite que vous expérimentiez très simplement et très concrètement jusqu’où vous devez vous déplacer.

L'exercice du cylindre

Comme vous le constatez sur ce premier cliché, j’ai volontairement réduit l’espace de déplacement à ce qui peut être le plus réduit.

En plus, pour vous illustrer le centre du cylindre, j’ai ajouté un troisième stick face à moi, et parfaitement au centre de mon stance, et là où se trouve la tête de mon club (en l’occurrence un fer 7).

Cet exercice n’est pas uniquement réservé aux seuls amateurs. De nombreux professionnels y ont eu recours, et par exemple, l’actuel capitaine de Ryder Cup, Darren Clarke.

Son coach Ewen Murray lui avait même demandé de rentrer dans une barrique de sherry pour qu’il ressente le fait de pivoter pendant le swing, et non pas de glisser d’un côté à l’autre.

Nous n’avons pas de barrique, et je pense que vous aurez vous aussi du mal à vous en procurer…C’est pourquoi j’ai préféré les sticks !

Clarke comme vous si vous effectuez ce travail, a senti comment il déplaçait son bassin en touchant les parois de la barrique.

Cela l’a beaucoup aidé à se rendre compte de quelque chose qu’il avait du mal à visualiser et à ressentir sans repères extérieurs.

Au début, Clarke n’arrêtait pas de se taper dans la parois de sa barrique, et il y a des chances que vous rencontriez le même problème, à savoir glisser vers l’arrière ou vers l’avant, plutôt que de pivoter sur un seul axe.

Bien entendu, le jeune Darren Clarke est devenu un golfeur confirmé par la suite, mais justement en gommant cet aspect de son swing, et en pivotant parfaitement, sans jamais sortir du cylindre.

Cette rotation des hanches signifie qu’il suit un arc moins profond, et qu’il prend son élan sur un bien meilleur plan.

En procédant à votre tour ainsi, vous allez pouvoir sentir rapidement la différence entre des coups où à force de modifier le plan du club par un mouvement excessif des hanches, ce dernier n’arrive pas correctement dans la zone d’impact, à pleine vitesse, et au point le plus bas de l’arc de swing, et des coups réalisés avec un club qui se déplace correctement dans le plan pour frapper la balle au point le plus bas, et à pleine vitesse.

Au démarrage, et avant de monter le club au sommet du backswing, notez que le club a été démarré par les épaules et le haut du corps, les hanches pivotent encore relativement peu par rapport au plan des épaules.

Démarrage du backswing

Le bas du corps est solidement ancré, et notez aussi que je ne déplace pas mes hanches hors du cylindre. Je ne touche pas le stick posé derrière moi.

Sur le plan suivant, au moment de la montée du club au sommet du backswing, les hanches ont pivoté (pas glissé), et je ne touche toujours pas le stick arrière, par contre, un léger écart s’est créé avec le stick avant à mesure que le haut du corps a poursuivi sa rotation afin que le dos soit dans le sens opposé à la cible.

Ne pas basculer les hanches hors du cylindre ne signifie pas pour autant rester figé et immobile.

Sommet du backswing

Sur le plan suivant, je ramène ma tête de club dans la zone d’impact après avoir terminé ma phase de prise d’appui sur la droite, et au sommet de mon backswing.

Le poids du corps est nettement porté vers la jambe arrière.

Notez le déplacement de la hanche dans le cylindre, et la connexion bras-buste qui est toujours maintenu dans cette phase de transition avant le contact avec la balle.

Avant la zone d'impact

Sur le plan suivant, dans la zone d’impact, le pivot commence à s’orienter vers le deuxième stick, celui en avant, et notez la position de l’épaule gauche alignée avec le bras gauche, les mains, le shaft du club, et la tête de club sur la balle. Cette fois, les hanches sont plus pivotées en direction de la cible que les épaules qui sont encore parallèle à la ligne du sol.

Dans la zone d'impact

Sur le plan suivant, les hanches sont totalement en face de la cible, les épaules rattrapent et les bras restent tendues vers la ligne d’objectif.

Les hanches ne sont toujours pas sorties du cylindre, alors que le poids du corps est nettement porté vers l’avant.

Après la zone d'impact

Dernier plan qui concerne le finish, l’épaule droite est légèrement en amont du cylindre, mais pas les hanches qui sont toujours strictement dedans !

Les épaules ont totalement pivoté. Les hanches sont faces à la cible, et le poids du corps sur l’avant avec la jambe gauche en extension complète.

Au finish

Au départ, le cylindre vous paraîtra sans doute bien étroit, pourtant un swing consistant nécessite de comprendre la notion de pivot à l’exclusion de toute forme de glissement ou de déplacement latéral.

A force de toucher les sticks, vous allez peu à peu sentir la justesse du mouvement à effectuer pour rester plus dans le cylindre, et par conséquence, dans le plan, en ce qui concerne le club.

C’est à cette condition que vous trouverez de la consistance dans votre frappe. Et aussi de la régularité par rapport à un club qui cessera de varier dans son point bas d’arc de swing.

Cet exercice n’est pas seulement spécifique à l’hiver. Vous pouvez le pratiquer toute l’année. Nous dirons simplement que c’est maintenant qu’il faut le travailler pour le rendre le plus naturel possible quand vous retournerez sur le parcours au printemps.

Si vous souhaitez approfondir ces notions, et ce type d’exercice, je vous invite à me contacter via mon site http://www.objectif-golf69.com/

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.