Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

TaylorMade Spider Mini : Après le mini-driver, le mini-putter

Utilisé par Dustin Johnson depuis le Player’s Championship de Sawgrass, TaylorMade vient de mettre sur le marché un nouveau format de son putter de référence, le Mini-Spider, ce qui n’est pas sans rappeler dans un passé récent, la tentative avortée de Mini-driver. Est-ce qu’un mini-putter peut-avoir plus d’intérêt ?

Bien évidemment pour annoncer la sortie du Mini-Spider, TaylorMade met en avant les bonnes performances de ses joueurs sur le tour avec ce nouveau putter aux dimensions revues et corrigées.

Dustin Johnson, de nouveau numéro un mondial est naturellement la figure de proue de ce lancement juste avant l’été.

Par rapport aux précédents modèles Spider, le putter mini va se distinguer par le fait de ne plus présenter d’ailes à l’arrière de la tête, ce qui pourtant lui conférait son caractère original.

La gamme Spider a connu un certain succès depuis la victoire de Jason Day sur son premier majeur en 2015 à l’occasion de l’US PGA.

Son putter rouge avait attiré l’attention en même temps que les statistiques de l’australien dans ce compartiment de jeu.

En 2015, et pendant une partie de 2016, Jason Day avait tout simplement été le meilleur putter du monde.

Beaucoup d’amateurs avaient imaginé alors qu’il y avait un lien de cause à effet direct entre le putter, et les résultats du joueur.

C’était minorer le talent de l’ex-numéro un mondial.

Néanmoins, le succès du Spider a été indéniable.

Plus de 3 ans après cette première grande victoire, le modèle Spider Tour est aujourd’hui le deuxième putter le plus vendu en France.

Si la part de marché d’Odyssey reste très conséquente pour diriger le marché, avec ce putter, TaylorMade a détrôné Ping de la deuxième place du marché, et devance largement Scotty Cameron.

Les victoires sur le tour, le marketing de TaylorMade, et aussi le prix (sous la barre des 300 euros) expliquent cette prise de position, versus des putters plus hauts de gammes, comme ceux de Scotty Cameron par exemple.

Le coup stratégique bien réussi par TaylorMade fut de mettre le club dans les mains du golfeur star, bien avant de le commercialiser, pour créer de l’attente, et même du désir.

Il a d’ailleurs d’abord été vendu en édition limitée.

La couleur rouge n’est pas non plus étrangère au succès dans un univers où les putters étaient souvent très conventionnels.

C’était tout simplement une demande de Jason Day, et par goût personnel plus que pour une raison technique.

Ceci étant, l’australien a demandé à TaylorMade, deux versions différentes, pour tout de même en vérifier la pertinence par rapport à ses yeux à l'adresse.

L’un des deux Spiders était donc complètement rouge, tandis que le second était noir avec les ailettes arrières rouges.

Les deux avaient en commun une ligne centrale blanche servant d’aide à l’alignement.

Ce putter face balanced avait pour principal argument d’apporter beaucoup de MOI (tolérance) du fait d’une plus grande stabilité conférée par sa taille importante.

Réalisé en acier inoxydable 304 combiné avec un aluminium ultra-léger 6061 au niveau du corps, TaylorMade arguait pouvoir ainsi déplacer le poids aux extrémités du putter, ce qui justement augmentait la stabilité, et ce fameux MOI élevé.

Sur la face, similaire au putter que TaylorMade voulait faire en fait revivre (un Itsy Bitsy), la face était munie d’un insert en aluminium usiné pour donner un roulement le plus parfait possible.

Techniquement selon Chris Trott, responsable de la marque et des produits sur le Tour, le Spider devait délivrer un meilleur roulement avant, une meilleure précision, et plus de contrôle de la distance.

Le mini-spider va donc se distinguer par le retrait des ailettes arrières. Pour TaylorMade, il s’agirait de proposer un design plus épuré, et plus minimaliste.

Concrètement, cela veut dire 15% de masse en moins par rapport au modèle Spider Tour.

Et pourtant, la marque de Carlsbad affirme que ce putter-mini va offrir les mêmes propriétés de stabilité, et un MOI toujours élevé, car la tête pèsera 355 grammes.

La tête plus petite va en fait favoriser un déplacement vers l’avant du centre de gravité de 37 millimètres à 30 millimètres vers le leading edge (bord d’attaque du putter situé sous la face).

L’argument technique mis en avant étant une libération plus facile de la tête du putter dans la zone de frappe, ce qui rapprocherait le comportement de ce putter d’une lame.

Ce qui ouvre une question sur le flux en pointe et en talon d’un putter censé correspondre à un golfeur avec un stroke plus droit ?

Il faudra tester… ce qui vient d’être confirmé par TaylorMade. Cet article pourra donc être complété.

S’agissant de la face, on retrouve toujours un insert Pure Roll avec des rainures à 45 degrés, et dans un polymère dit souple pour augmenter le topspin… A vérifier justement au cours du test !

Cet insert revendique donc le fait d’augmenter le topspin, et d’améliorer le roulement vers l’avant sur différentes surfaces. Cela devrait aider la balle à démarrer et rester sur la ligne voulue, toujours selon TaylorMade.

Les poids en acier redessinés et coulés directement dans la tête du putter doivent fournir un équilibrage précis et cohérent.

Enfin, la ligne d’alignement a évolué selon les demandes de certains joueurs qui voulaient une ligne en T plus visible, pour favoriser un alignement correct par rapport à une tête d’aspect plus carrée.

La profondeur de la nouvelle ligne de visée imite les dimensions d’un putter lame classique (à nouveau).

Ce mini-Spider prend par contre une belle inflation au niveau du prix. Il sera disponible début juin 2018 au prix de 329 euros ou 359 francs suisses.

On peut trouver actuellement le modèle classique à 279 euros sur Internet.

Il semblerait qu’il n’y ait pas de proposition en gaucher, mais seulement en droitier (version RED ou SILVER), avec un grip Superstroke Pistol GTR 1.0, sur trois longueurs différentes 33, 34 et 35 inches pour le manche.

Finalement, Mini Spider ou Spider Tour, il semble que ce soit tout de même beaucoup une affaire de préférence visuelle, d’autant que l’aide à l’alignement a été revue.

La ligne en T semble plutôt opportune.

Toutefois, sans ses ailettes, le Mini Spider semble perdre une part de ce qui faisait la « personnalité », le style du Spider Tour.

Le prochain article de test consacré à ce mini-putter aura pour but de mesurer les arguments affichés par TaylorMade versus les premiers modèles de Spider.

A suivre avant fin juin…

Crédit photo : Dustin Johnson par Icon

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.