Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Putter Odyssey Red Ball : 100% de chances de bien adresser la balle ?

En matière de nouveaux clubs de golf, les putters en particulier, les véritables innovations ne sont pas toujours légions. Ces innovations ne sont d’ailleurs pas toujours d’une utilité indiscutable. A première vue, le nouveau putter Odyssey Red Ball nous raconte une nouvelle histoire : Il s’agit d’un produit pédagogique. Est-ce pour autant un putter parfait pour comprendre ce qui constitue un bon alignement, et une bonne adresse au-dessus de la balle ?

Un putter pour traiter les questions de postures au-dessus de la balle ?

Il vient de sortir, seulement quelques jours avant The Open 2018 à Carnoustie. Le putter Odyssey Red Ball risque bien de ne pas passer inaperçu.

Depuis bientôt 20 ans, Odyssey rêve de réinventer un putter au succès comparable de son 2-Ball (prononcé two-ball) imaginé initialement avec Dave Pelz.

Enlevez « Two » et remplacez-le par « Red », et vous avez un concept qui pourrait faire mouche.

Au lieu de vous proposer deux dessins de deux grosses balles pour vous aligner à la cible, cette fois le principe est astucieusement bête.

Odyssey a tout simplement réinventé le principe du niveau à bulle.

Imaginez-vous à l’adresse, le nez au-dessus de votre balle, et de votre putter.

Si la bille rouge placée au centre du putter dans une petite cavité à l’intersection parfaite entre avant/arrière et droite/gauche se retrouve parfaitement au centre, vous êtes certain d’être parfaitement en posture au-dessus de la balle.

Dès que la bille rouge est dans une toute autre position, il y a un problème.

Ce putter a donc pour objet de vous aider à adresser votre balle sur le green.

C’est plutôt une bonne initiative pour beaucoup de débutants ou de golfeurs qui n’ont pas encore développé une position à l’adresse optimum, compte tenu de leur morphologie.

L’idée de ce produit est partie d’un postulat : Comment aider les golfeurs ? Quels sont les problèmes les plus fréquemment rencontrés ?

Il en est ressorti comme en témoigne Hank Haney, ex-coach de Tiger Woods, sous contrat avec Callaway, que le problème numéro 1 au putting est la posture.

Comment se tenir au-dessus de la balle ? Comment placer les mains ? Comment placer les bras ? Faut-il se pencher ? Faut-il se tenir plus droit ?

En matière de putting, sur les greens, on a à peu près tout vu, de Michelle Wie en train de putter à moitié couché au-dessus de la balle, à Bryson DeChambeau en train d’essayer de putter de côté, ou encore la griffe de Tommy Fleetwood.

Putter pourrait être à priori le geste le plus simple au golf, et pourtant, tout le monde cherche la petite bête.

Tommy Fleetwood, Michelle Wie, Bryson DeChambeau, vous, moi, Hank Haney, nous ne présentons pas tous la même morphologie, et finalement la même façon d’adresser une balle avec un putter.

Le putter Red Ball n’a pas pour but d’uniformiser tous les styles de putting.

Au contraire, il semblerait que la bille rouge ait pour objet de vous aider à trouver votre position, tout en tenant compte des éléments fondamentaux de la posture.

Ceci dit, si sur le tour, les pros peuvent se permettre de sortir des cordes tant qu’ils sont consistants, pour un amateur, construire une base de putting sur une position centrée au-dessus de la balle, et un alignement fonctionnel, permet déjà de lever quelques problèmes qui expliquent pourquoi le score est parfois élevé.

Un putter qui pose les bonnes questions, surtout aux débutants ?

Dans un sport où quasiment personne ne prend des cours de putting (c’est pourtant 50% du jeu), un outil pédagogique tel que le Red Ball pose au moins quelques bonnes questions.

Est-ce que je mets les mains trop en avant ? Trop en arrière ? Trop sur le côté en modifiant le lie et ou le loft du club ?

Récemment pour avoir joué avec une golfeuse qui avait moins d’un an de pratique (elle avait plutôt un très bon swing), j’avais pu être témoin du fait que sur les greens, son organisation était très incohérente (le corps de travers par rapport au club, un mouvement trop brusque, une visée quasi-absente…)

Bref, si elle arrivait sur le green en trois ou quatre coups, elle se gâchait le plaisir avec au moins autant de putts.

Avec un Red Ball en mains, je me dis qu’elle aurait pu au moins comprendre comment se placer au-dessus de la balle, et cela n’aurait pas été du luxe.

Cela n’aurait pas tout résolu comme la lecture d’une pente, et le fait de jauger la vitesse d’un putt, mais disons qu’il y aurait eu un début de solution technique.

La technologie du Red Ball est à la portée d’un enfant. Ce n’est pas péjoratif. Tous les jours, les artisans utilisent des niveaux à bulle pour parfaitement ajuster leur visée.

Récemment, je vantais l’usage d’un petit niveau à bulle Eyeline pour améliorer la lecture des pentes sur les greens. Je n’avais pas encore pensé que l’on pouvait incorporer directement ce principe sur un putter.

Les précédents GaimGolf, See More...

Quelques années plus tôt, au salon du golf, on m’avait pourtant bien présenté un putter tenant tout seul sur sa semelle, pour permettre de prendre le temps de passer derrière pour contrôler l’alignement au trou.

Quand on cherche un peu, Odyssey n’est bien sûr pas la première marque à s’être intéressée au principe d’aide à la posture ou à l’alignement.

Gaimgolf avait mis au point un putter avec un principe d’alignement basé sur trois dimensions.

En fait, c’était un putter maillet avec un énorme trou rond au milieu. Le marketing et la présentation du produit était dramatiquement mauvais ou amateur.

Cependant, il y avait un début d’idée.

Avec la puissance marketing et le nom d’Odyssey, le Red Ball pourrait paraître un peu moins invention géo trouve tout, et se faire prendre plus au sérieux.

Toutefois, j’attire votre attention sur une marque de putters qui s’est aussi fait un petit nom sur cette question: Seemore.

Le principe était moins élaboré que celui de la bille rouge, mais à priori assez efficace puisqu’une marque rouge (décidément) se situait sur la top-line du putter, et derrière le shaft qui était le plus souvent centré sur la tête du putter.

Si la couleur rouge apparaissait sous vos yeux, cela signifiait que vous déplaciez mal votre putter par rapport à votre cible. Je vous proposerai un article plus détaillé sur cette marque américaine qui n’est pas distribuée en France à ma connaissance.

La désapprobation du coach

Je note au passage que Laurent Jockschies, enseignant spécialisé dans le putting, réprouve complètement ce type de putter, et cette aide visuelle, car il considère que cela déconcentre le joueur.

« On ne s'aligne pas par rapport à un point rouge, un shaft noir, un design en carré ou en rond ou tout ce que vous voulez, on s'aligne par rapport à une habileté. »

Il ajoute « Cela détourne le joueur des perceptions efficaces. »

Tous les golfeurs et toutes les golfeuses ont besoin de parfaire l’adresse au putting, mais comment ne pas penser en premier lieu aux débutants avec ce type de putters, et en attendant de prendre un cours avec cet expert reconnu du putting.

Le principe est bête comme chou !

La bille rouge est trop haute dans le viseur ? Les yeux sont trop loin à l’extérieur de la balle et du putter.

Inversement, la bille rouge est trop basse dans le viseur ? Les yeux sont à l’intérieur de la ligne de putting.

Si la bille rouge est trop à gauche du viseur, les yeux sont trop en avant de la balle. Inversement, si la bille rouge est trop à droite, la tête, la position des yeux, sont trop en arrières de la balle.

Le Red Ball prétend vous apprendre à parfaitement placer la tête, et les yeux au-dessus de la balle.

En dehors de ce principe très distinctif, le putter Red Ball est un maillet face-balanced qui fait appel au principe Versa (alternance de coloris blanc et noir pour favoriser un fort contraste), et présente toujours le sempiternel insert White Hot, sans doute ce qui a fait la longévité de succès de la gamme Odyssey.

S’agissant de la forme, à l’évidence, le Red Ball ne peut pas être autre chose qu’un maillet.

Sur une lame, le principe ne fonctionnerait tout simplement pas. Il faut un cadre assez large pour entourer le viseur, et en fait, créer la notion de cible.

Dans le commerce à partir du 20 juillet pour un prix assez raisonnable pour un putter (199 euros), le Red ball devrait retenir l’attention.

Il pourrait même être le produit le plus excitant de l’été. Son principe simple peut s’avérer rapidement utile, bien que Laurent Jockschies soulève un point important.

A terme, il est plus important et performant de développer sa propre habileté que de s’en remettre à l’outil, et seulement l’outil.

Comme aime à le rappeler le Président de Callaway, Chip Brewer, il faut que la technologie se voit pour que le consommateur l’appréhende. Ce putter me semble être un outil pédagogique. Un putter que l’on peut utiliser pour apprendre à bien se placer.

Je suis assez curieux de mettre ce putter en jeu sur le parcours, avant de fournir un avis plus tranché.

Pour une fois, une marque de putter propose quelque chose de concret et ludique. On ne parle pas de poids de 20 ou 2 grammes, qui, en talon ou en pointe, pourraient éventuellement faire ceci cela…

To be continued…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.