Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Driver XXIO Prime X 2019: Le poids plume?

Début mars 2019, XXIO annonçait la mise à jour de son offre de prestige, la gamme Prime X avec un nouveau driver, et sous sa semelle on pouvait déjà lire « Real Light Power ». Depuis près de 20 ans, XXIO a forgé sa réputation dans la réduction du poids. Le nouveau driver ne marque donc pas une rupture par rapport à cette histoire. Est-ce que pour autant, la performance au drive est seulement une question de poids ?

Lionel Caron, vice-président XXIO Europe donne le ton « Ceux qui n’y voient qu'une technique marketing n’ont encore jamais frappé avec un club de la gamme Prime. »

Dans le domaine des clubs de golf, le marketing est pourtant très souvent l’élément clé pour vendre un driver.

Une étude faite récemment aux Etats-Unis a révélé un lien de cause à effets directs entre la perception d’une marque, la puissance de son message marketing, et les ventes.

TaylorMade, et Callaway se classaient d'ailleurs respectivement numéro un et numéro deux pour la puissance marketing perçue par les consommateurs. C’est sensiblement le même classement pour les ventes de drivers.

Que l’on critique le marketing des marques, cela reste pourtant le premier vecteur de ventes, et sans doute largement devant le fait de vérifier, et parfois contredire le discours théorique par des tests produits.

Pour XXIO, challenger aux USA et en Europe, leader au Japon, le fait de se démarquer du marketing est sans doute un choix délibéré, pour s’adresser à une clientèle européenne, et notamment française de plus en plus critique.

Cela étant, pour échanger, et rencontrer régulièrement des golfeurs, le constat est souvent le même : Ils aiment toujours autant les clubs de golf, et sont toujours prêt fondamentalement à en acheter de nouveaux.

L’appétence pour les clubs de golf n’est pas seulement liée à une performance.

Ce sont aussi des beaux objets, ce que je ne pourrai pas contester au nouveau driver XXIO Prime X.

Avant de rentrer dans des considérations techniques, le XXIO Prime X se distingue de deux manières : La légèreté de la tête qui se ressent en le prenant dans les mains. Première question qui peut venir à l’esprit : Quid de l’effet Marteau si la tête est si légère ? Le smash factor va-t-il baisser ?

Deuxième constat, le design est particulièrement sobre, presque trop !

Le dessin paraît simple, en revanche, le lettrage en or, et différents éléments discrètement dorés sont censés nous évoquer une forme de préciosité.

Le driver XXIO Prime X est un produit très haut de gamme avec un prix de vente de 999 euros contre les 590 euros de certains confrères américains...

Mais quelque part, ce positionnement prix n’est-il pas un astucieux moyen de créer de la valeur ? Quand vous êtes nettement au-dessus du reste du marché, le consommateur n’en vient-il pas justement à se dire que vous valez nettement au-dessus du marché ?

A la japonaise, XXIO ne verse pas dans l’exagération dans le dessin et la conception de sa tête de driver.

La raison est peut-être technique ou commerciale.

Ce driver s’adresse à une clientèle senior, 60 ans et bien plus, qui ne cherche plus nécessairement à régler un driver compliqué.

La préciosité et la simplicité sont peut-être alors les deux seuls bons arguments à développer ?

S’agissant d’un driver XXIO, la face est un élément important, mais le manche est souvent l’élément le plus caractéristique.

Pour résumer, il est souvent très long et très léger.

Alors que sur des drivers TaylorMade, je réprouve le fait de passer de 45,5 inches à 45,75 inches, j’aurai du mal à être emballé par l’idée d’un manche de driver long de 46,5 inches… question de cohérence.

L’autre élément qui, personnellement, aurait tendance à me gêner, la position du manche sur la couronne qui implique d’avancer les mains, et de constater sous ses yeux, que la face est naturellement « closed » pour interpeller les sliceurs.

C'est un détail mais c'est un élément qui va jouer directement sur le chemin du club, et favoriser de refermer la face à l'impact.

Ce driver n’est pas fait pour moi. Je vais donc devoir enlever mon jugement personnel pour relater ce driver, et notamment cette longueur de manche.

Longueur de manche, qui selon Nicolas Marchand, représentant de la marque en France, est indissociable du poids de seulement 36 grammes.

Depuis 2012, et mes premiers tests de drivers, j’ai relevé que je n’avais jamais testé un driver avec un manche aussi léger !

Jusqu’à présent, le manche le plus léger était un 40 grammes sur le XXIO 10 !

C’est donc un fait facilement vérifiable : XXIO continue à réduire le poids pour ses manches de drivers.

Pour les besoins du test, ils m’ont envoyé un Prime SP-1000 avec un torque de 6.6, et surtout un International Flex Code de 2212.

Au-delà de regular ou de senior Flex, ce code nous révèle qu’il s’agit d’un manche de très faible rigidité du butt jusqu’au tip.

Récemment, un golfeur me demandait si les diamètres des manches étaient réglementés ?

Personne n’a réellement déjà écrit sur le sujet, sauf à constater que les manches obéissent tous aux mêmes règles. La longueur, la rigidité et le poids sont les seuls éléments à varier.

Autrement dit, pour être plus léger, le manche du XXIO Prime X n’est pas plus fin. Il semble bien que la légèreté provienne, soit de la technique de pliage, soit du matériau employé.

XXIO argumente « Le manche SP-1000, en fibre de carbone TORAYCA® T1100G et résine NANOALLOY, est à la fois solide et extrêmement léger. Associé aux économies de poids apportées au grip et à la tête du club, cela permet d’obtenir un bois extrêmement rapide et maniable au swing. »

En réalité, ils n’ont gagné que 4 grammes par rapport au précédent XXIO 10. Le grip peut y avoir contribué.

Très long, très peu rigide (2212), et très léger, XXIO joue à fond la carte de la vitesse de swing facile à générer pour un senior.

Moi-même, quand j’ai testé ce driver, je dois bien avouer que je venais de m’imposer une longue séance d’essais de drivers avec des clubs plus lourds, et je commençais à fatiguer.

Au moment de tester le XXIO Prime X, j’ai eu l’impression que j’aurai pu encore swinguer quelques heures de plus sans trop d’efforts. C’est ce que je retiendrai au sujet de ce nouveau driver.

Je n’ai pas été tant que cela gêné par la longueur du manche qui m’avait pourtant tant déstabilisé sur les TaylorMade M5 et M6. J’ai d’ailleurs noté que les autres testeurs n’y ont pas apporté tant d'importance.

C’est pourtant normalement un facteur aggravant de dispersion.

« Plus de vitesse, un angle de départ élevé et un effet de draw... Le nouveau Prime affiche des résultats immédiats, et ce dès le premier swing », déclare Lionel Caron. « C’est la puissance d’un poids léger pour les joueurs qui en ont le plus besoin. »

Au-delà du seul manche, comme la tête est très légère, XXIO a été obligé de travailler la face de son driver forgée en titane Super-TIX® PLUS, un alliage à la fois léger et résistant, selon le fabricant.

J’ai rapidement compris à quel driver j’avais à faire.

La légèreté impliquait forcément un « effet marteau » moindre, et un gain de vitesse de swing.

L’équilibre allait-il être néanmoins cohérent pour produire de la distance, et même si je ne suis pas cible pour ce produit, du fait de mon gabarit.

1.42 seulement de smash factor mais 98 mp/h de vitesse de swing quand ma moyenne sur deux ans est de 96 mp/h !

Le smash factor est ici assez peu en adéquation avec le son et le toucher à l’impact. C’est bien évidemment la légèreté qui est en cause.

Comparativement au test du précédent XXIO10, et j’avais déjà pris le soin de me déclarer hors-jeu pour la pertinence du test, j’ai en réalité gagné 5 mp/h de vitesse de balle avec le Prime X.

La vitesse de balle, c’est en fait le bon juge de paix d’un driver.

Entre le XXIO10 et le Prime X, je suis forcé de reconnaître que le Prime est plus performant, mais pas forcément plus efficace.

Il ne faut pas oublier de prendre en compte le spin ! Le Prime X concède plus de spin que beaucoup d’autres drivers, signe que son moment d’inertie est élevé.

Sans radar, vous ne pourrez pas faire la différence à l’œil nu. On parle de 200 tours d’écarts entre le XXIO10 et le Prime.

La bonne surprise de ce premier test est venue du fait que comparativement à des drivers dont j’aurai plus facilement l’usage, l’écart de distance se resserre pourtant.

Alors qu’avec le XXIO10, je n’étais jamais monté au-delà de 229 mètres au maximum, le Prime X a autorisé une balle à 239 mètres quand mon maximum personnel est entre 245 et 250 mètres.

Il faut comprendre qu’un golfeur plus athlétique pourrait tout de même driver plus ou moins convenablement avec un driver aussi léger, et sans doute à cause de la face… Ce n’est que mon hypothèse.

Pendant le tournage de MyGolfTest, Alain, un golfeur âgé de plus de 65 ans a testé le XXIO Prime contre son Callaway Big Bertha de 2004 et un Cobra King F9 SpeedBack.

Les données du trackman ont sensiblement confirmé mon premier essai.

Il a gagné 2 mp/h de vitesse de swing avec le XXIO Prime versus son driver, passant de 73 mp/h à 75 mp/h.

Le smash factor pouvait être moins bon (seulement 1.44), la vitesse de balle était pourtant améliorée de 106 à 108 mp/h.

En fin de compte, le Prime X lui a donné 9 mètres de plus versus les deux autres drivers. Son drive le plus long a atteint 168 mètres.

Un autre testeur, Philippe, senior mais plus jeune, a lui aussi gagné 5 mètres avec le Prime versus son 915 D2.

Il a bien gagné 2 mp/h de vitesse de swing, mais pas en vitesse de balle, confirmant un moindre smash factor (seulement 1.42 dans son cas).

Dans son cas et j’ai du mal à l’expliquer, il a donné moins de spin à la balle avec le XXIO Prime X, et cependant, bien trouvé un angle de lancement d’un degré supérieur par rapport à son driver.

200 tours de moins, et un degré d’angle d’envol en plus par rapport à son driver ont suffi à lui donner 5 mètres de plus.

Personnellement, et ce n’est pas ce qui vous intéresse le plus, je ne jouerai pas ce driver. Je ne le sens pas assez dans les mains. J’ai encore besoin d’avoir l’impression d’utiliser la force au drive.

En revanche, pour beaucoup de seniors, on peut comprendre pourquoi XXIO marque des points.

Avec une telle légèreté et impression de facilité, peut-être n’est-ce pas tout à fait le même marketing (terme qui je le rappelle signifie comprendre la demande pour lui apporter la bonne offre) que les produits américains, cependant, XXIO a trouvé un astucieux moyen de répondre à la demande majoritaire.

Ne reste que la question du prix… 1000 euros le driver, vous seul pourrez être juge.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.