Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Driver TaylorMade M2: Le juste prix ?

Présenté sur le marché quelques semaines après l’arrivée du driver M1 qui avait défrayé la chronique pour son prix, le nouveau driver M2 doit-il seulement se résumer à un club deux cent euros moins chers avec deux poids d’ajustements en moins ? Comme pour l’ensemble des clubs de la famille M2, nous avons interrogé son concepteur, et procédé à notre test avec radar de mesure ultra-précis.

Driver TaylorMade M2 : Logique économique ou technique ?

Bien entendu, il est un peu réducteur d’évoquer un nouveau driver TaylorMade sous le seul prisme du prix.

Admettons seulement que c’est une nouvelle tendance du marché de proposer un driver full option, en particulier au niveau des ajustements, ce qui n’est d’ailleurs pas forcément adapté à tous les besoins, puis un deuxième produit, très légèrement dégradé, et finalement, le produit le plus adapté à 80% des joueurs.

Dans ce cas, le prix est un élément important de l’offre.

En marketing, un produit peut se définir selon la règle des 4P : Produit, prix, promotion, et publicité.

Chaque club est plus ou moins construit pour rentrer dans cette logique qui mêle intérêt industriel et commercial.

Oui, le M2 est d’abord déterminé par le besoin de rentrer dans une case prix. Le M1 a servi de tir de barrage pour illustrer le nouveau point haut de l’offre.

Ainsi, ce nouveau driver est un produit multi-matériau à coût réduit.

Au catalogue TaylorMade, le M2 vient remplacer l’excellent Aeorburner, un driver bien placé en prix et bien classé dans notre panel l’an passé.

Sauf qu’en un an, le prix est passé de 299 à 399 euros sous l’effet de l’inflation conversion euro-dollar, mais aussi de la nouvelle technologie multi-matériau.

Entre les deux clubs, les changements ne sont évidemment pas seulement cosmétiques. Le M2 a plus à voir avec le M1 que le Aeroburner.

La couronne en composite carbone pèse 12 grammes de moins que la précédente couronne en titane avec pour effet de déplacer le centre de gravité plus bas de 35%, et plus en arrière de 46% par rapport au précédent Aeroburner.

Toutefois, en jointant les deux principales pièces qui composent cette tête, le gain n’est plus que de 6 grammes déplacés vers la partie inférieure, soit la semelle.

6 grammes, cela peut paraître infime, mais pourtant, en matière de tête de clubs, c’est relativement important.

Le M2 a aussi en commun avec le M1 une forme de tête où le sommet de la couronne est plus haut que le sommet de la face !

En toute logique, cela devrait impliquer un centre de gravité plus élevé.

Tout comme PING ou Callaway, TaylorMade a travaillé sur l’optimisation des questions aérodynamiques, et justement dans le but de traiter la position du centre de gravité, et la réduction de la traînée dans l'air.

Ainsi, la tête du M2 présente une décroissance mesurée de sa partie arrière pour parfaitement gérer le flux d’air derrière la tête dans le but de proposer un gain de distance.

Comment ?

Le dessin de la tête réduit les turbulences pour permettre à la tête de passer plus vite dans l’air, pour une plus grande vitesse de balle à l’impact, et donc en théorie plus de distance.

Cependant, la plupart du temps, une tête plus grande signifie un centre de gravité plus élevé, sauf qu’avec l’usage d’un matériau en carbone plus léger, TaylorMade a justement réussi à maintenir la hauteur de la couronne tout en abaissant le centre de gravité pour obtenir le meilleur des deux mondes, à savoir tolérance, et distance.

Autre fait notable avec le M2, et qui sans doute justifie l’augmentation du prix, la réintroduction du système d’ajustement du loft situé au niveau du hosel (sleeve) pour justement le loft de + ou – 2 degrés dans un lie standard, et upright.

En définitive, le M2 est bien plus un club à part entière dans la famille des drivers M plus qu’un simple remplaçant du driver Aeroburner.

Si les similitudes avec le M1 sont importantes, pour justifier un écart de prix de près de 200 euros entre la version premium, et la version « dégradée », intéressons-nous aux différences entre M1 et M2.

Le M1 présente des poids ajustables qui glissent sur des rails. Le M2 ne propose pas ce type d’ajustement du centre de gravité.

Cela a aussi une influence sur le contact, et le son à l’impact.

De notre point de vue, créer les conditions d’une acoustique premium par rapport à une autre acoustique ne présente qu’un intérêt relatif pour l’amateur plus intéressé par la performance concrète, et la confiance dans le fait de trouver une performance additionnelle.

Pour autant, pour la marque, c’est un élément de plus pour justifier un positionnement tarifaire.

Si le fine-tuning des deux têtes diffèrent, entre le M1 et le M2, vous n’avez pas vraiment l’impression de taper deux drivers différents. Au contraire, les différences de sensations sont très ténues.

A l’inverse, les ingénieurs dont Benoit Vincent, considèrent que le fait d’avoir considérablement élargi la taille de la speed pocket sous la semelle du M2 pour augmenter la performance a impliqué un changement profond du son dégagé à l’impact.

Pour traiter cette question, les ingénieurs ont dû s’employer, et dépenser des trésors d’inventivités au niveau de la construction de la tête pour améliorer le son produit.

Il y a donc un travail d’équilibre entre son, touché, et taille du driver !

A propos du touché, ce dernier est grandement influencé par le principe de cône inversé qui fait varier l’épaisseur de la face, un procédé technique régulièrement usité par TaylorMade.

Visuellement entre le M1, et le M2, il est difficile de distinguer des différences.

D’un point de vue des caractéristiques, c’est bien simple, sur les deux drivers, le shaft proposé étant identique en standard, à savoir un Fujikura Pro 60, longueur et poids sont strictement comparables.

Tant et si bien que quand vous testez les deux drivers, réellement les différences de performances ne peuvent tenir qu’à la tête.

Dans notre prochain article résumant le test, vous verrez la démonstration d’un écart de tolérance favorable au M1, tandis que le degré d’efficacité (ratio entre vitesse de swing, et distance au carry) sera en fait identique !

En résumé, pour 200 euros de moins, vous pouvez obtenir la même performance de distance. Seulement, avec le M1, vous pourrez légèrement plus souvent trouver votre performance optimale.

Autre élément de différenciation important, le M2 donne sensiblement plus de spin que le M1 (près de 500 tours en moyenne pour une vitesse de swing de 95 mph).

C’est donc tout le paradoxe des clubs de golf. Les marques investissent beaucoup pour fabriquer des éléments discriminants, et quand on teste les produits, les écarts sont ténus, ou parfois contradictoires.

Entre le M1, et le M2, selon la marque, c’est bien le M2 qui devrait être le club le plus tolérant des deux alors que le M1 devrait être logiquement le plus efficace !

Nous avons trouvé l’inverse !

Et c’est peut-être tant mieux pour TaylorMade, car finalement, si le M1 au prix de 599 euros peut en décourager beaucoup, le M2 a 399 euros sera certes plus cher que l’Aeroburner (299 euros) mais finalement moins cher que le R15 (429 euros) de 2015.

En somme, le M2 entre dans un positionnement tarifaire intermédiaire entre Aeroburner et R15 de la saison 2015, alors que le M1 sort de ce panel pour une augmentation du prix de vente moyen en faveur de la marque.

Soit le fait de jouer sur l'un des P de la règle des 4 P pour créer de la valeur ajoutée...

L’avis de la rédaction :

D'un point de vue consommateur, faut-il acheter un M1 un M2 ou un Aeroburner soldé ?

A l’évidence, la réponse est certainement vers le club le moins cher ! Oui, dans notre test, nous avons trouvé un très léger bénéfice technique entre le M2 et l’Aeroburner.

Ceci dit, ramené au prix, le ratio performance/prix est défavorable au M2 car l’écart de performance n’est pas suffisant, et trop marginal.

C’est très souvent le cas d’une année sur l’autre. Si nous ne contestons pas le progrès technique réalisé chaque année, pour constater un écart suffisant, il faut parfois attendre deux ans.

Entre le M1 et le M2, clairement, à nouveau avantage pour le club le moins cher !

Sans doute une bonne tactique pour TaylorMade qui n’espère pas forcément vendre beaucoup de M1 à 599 euros, mais au contraire, créer les conditions de bonnes ventes pour un M2 à 399 euros.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.