Driver Srixon ZX7 : Pour créer plus de rebond ?

Par rapport au précédent driver Srixon 785, ce nouveau ZX7 présente un look beaucoup plus réussi et moderne, tout en conservant les codes distinctifs d’un driver de la marque nippone. Pour autant, est-ce que cela suffira pour convaincre les golfeurs français, et alors que le marché se divise principalement sur quatre marques, Ping, Callaway, TaylorMade et Cobra ? Par rapport au ZX5 récemment sorti, quelles sont les différences, surtout, ce driver peut-il proposer mieux en distance ?

Assurément ZX5 et ZX7 tournent la page Z585 et Z875, pas forcément des mauvais drivers en termes de performances, des drivers dont la semelle ne présentait pas un look franchement mémorable.

Les modèles 2020/2021 corrigent le tir sur cet aspect visuel qui donne sa personnalité à un driver.

Pour distinguer les deux modèles de drivers, une chose saute aux yeux : Le placement de poids additionnels sous la semelle. Un seul et au centre sur le modèle destiné à être le plus vendu, le ZX5, sans doute pour proposer plus de moment d’inertie… Et deux sur les côtés du ZX7, sans doute pour proposer des variations de trajectoires sur le modèle probablement censé être le plus pointu…

Deuxième élément qui peut mettre la puce à l’oreille concernant la cible de ce nouveau driver ZX7, la proposition de lofts limitée à deux drivers, 9,5 et 10,5 degrés, et ajustables au niveau du hosel.

Troisième indice, le swing weight déclaré par le fabricant en D3 selon le manche d’origine proposé.

Invariablement pour une marque de driver, le crédo est toujours la distance. En 2020, ZX5 ou ZX7, il est question de « Rebound Frame » et donc de transfert d’énergie.

« Les lois de la physique sont claires : L’énergie ne peut être créée ou détruite. Si vous voulez ajouter de la puissance à vos drives, votre seule option est de vous concentrer sur le transfert d’énergie. »

Cette phrase résume la conception du nouveau driver ZX7.

Le principe de Rebound Frame est à propos d’un meilleur transfert d’énergie de la face du club à la balle de golf.

Dans le détail, ce principe fonctionne par une alternance de zones rigides ou flexibles au sein de la tête du club.

Tout commencerait avec une face extrêmement flexible en alliage de titane Ti51AF elle-même entourée par un périmètre très rigide, puis un nouvel anneau très flexible.

En résumé, en plus de la face, la partie avant du driver serait flexible, et la partie arrière beaucoup plus rigide. Ce serait cette dualité qui créerait le transfert d’énergie optimum.

A l’impact, ce ne serait pas seulement la face qui se déformerait pour créer un effet rebond, comme sur un driver traditionnel, mais en plus, la partie avant de la tête…

La marque japonaise affirme ainsi que même les drivers avec les faces les plus flexibles, ne pourraient pas transférer autant d’énergie qu’un driver ZX7 « Rebound Frame ».

En plus de cette technologie, Srixon annonce utiliser pour la couronne un carbone plus léger, et paradoxalement plus résistant pour déplacer le centre de gravité plus bas, et plus en profondeur de la tête.

Le but étant d’augmenter le moment d’inertie (stabilité de la tête à l’impact), ce qui en théorie, pourrait doper le smash factor.

D’un point de vue du dessin, le nouveau ZX7 épouserait les formes d’un driver imaginé pour des golfeurs professionnels. De mon point de vue, il y a beaucoup de similitude entre les drivers ZX et les TaylorMade SIM.

Comparativement au ZX5, le ZX7 devrait être celui qui offre les balles les plus pénétrantes, et en même temps, le plus de possibilité de trajectoires différentes.

D’un point de vue conception, vue de dessus, le dessin du ZX7 est plus arrondi à l’arrière de la tête versus un ZX5 plus triangulaire. En revanche, vue de côté, la couronne est plus aplatie sur le ZX7 versus un ZX5 plus rond.

En résumé, ce sont deux têtes au dessin très distinct, bien que la signature soit comparable, comme le placement du logo Srixon, la couleur de la couronne, ou encore les peintures sous la semelle.

Le ZX7 propose donc deux poids amovibles à gauche et à droite sous la semelle. Ils pèsent 8 et 4 grammes et interchangeables, ils ont pour but de modifier le placement de la face de club à l’impact… ce qui peut jouer sur la création d’un effet de droite à gauche, ou de gauche à droite.

En gros, le poids le plus lourd placé près du talon permettrait un effet de fade, et inversement placé en pointe, un draw…

A noter, Srixon offre la possibilité d’acheter d’autres poids, ce qui rend le driver encore plus configurable à son swing. C’est de mon point de vue le plus intéressant s’agissant de ce nouveau ZX7 (les poids supplémentaires allant de 4 à 12 grammes).

Espérons que Srixon se montre raisonnable en prix, sinon, il restera l’option d’acheter et de coller des tiges de plomb sous la semelle, mais inconvénient, elles ne tiennent pas toujours bien à l’impact, et il faut souvent les replacer ou trouver un adhésif très fort, pour les maintenir en place.

Autre point non négligeable, le driver ZX7 est donc ajustable au niveau du hosel, ce qui permet de bouger le loft, mais aussi le lie, tout en modifiant la position de la face à l’adresse.

Pour un golfeur qui comme moi, avec un chemin de club naturellement très intérieur-extérieur et avec une vitesse de swing rapide, pour optimiser le lancement, devra baisser la tête 9,5 degrés d’origine à 8,5 degrés avec une face ouverte et un lie plutôt flat.

A l’inverse, un golfeur avec un chemin extérieur-intérieur et avec une vitesse plus modérée, aurait intérêt à augmenter le loft, et fermer la position de la face, comme illustré dans le schéma ci-dessous, et fourni par la marque.

A ce stade, le principal argument du ZX7, c’est donc le principe de Rebound Frame qui fait écho au système Jailbreak développé par Callaway.

Comme me l’avait témoigné Benoit Vincent, ex-ingénieur TaylorMade, quand vous mettez 100 ingénieurs dans une pièce pour réfléchir à la meilleure solution pour créer un driver efficace, immanquablement, il y a de grandes chances que la très grande majorité arrive à la même réponse…

Pour Srixon, c’est donc difficile d’imaginer que son driver surpasse tous les autres, en revanche, le véritable enjeu n’est pas là.

Il est de faire en sorte que les consommateurs considèrent cette offre au même niveau de performance que les rivaux américains qui trustent le sommet du leaderboard pour les ventes…, et souvent seulement en raison du parrainage sur le tour.

D’un point de vue de la conception et du look, il n’y a aucune raison pour que ce ZX7 ne puisse pas relever le défi.

D’un point de vue des performances pures, pour l’avoir testé, je le trouve déjà plus performant que le ZX5 qui ne m’a pas fait une impression époustouflante.

Je vous invite à découvrir mon test comparatif ZX5 contre ZX7 avec deux shafts identiques. Le ZX7 l’emporte assez largement. Reste à savoir si ce driver pourra rivaliser dans les ventes avec les leaders américains ?

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.