Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Driver Callaway Epic Flash: Plus rapide que l'éclair?

Deux ans après la sortie du tout premier driver EPIC muni de la technologie Jailbreak, Callaway reprend le fil de cette histoire, avec une version EPIC Flash, qui va combiner une toute nouvelle face conçue avec l’aide de l’intelligence artificielle, les barres en titanes, et un système d’ajustement des trajectoires à l’arrière de la tête. Le driver EPIC Flash sera-t-il le champion des ventes en 2019 ?

EPIC Flash, un nom bien choisi pour suggérer à l’oreille du consommateur la vitesse !

Pour une marque de matériel de golf, l’amélioration de la vitesse de balle est aussi complexe que cruciale, surtout à une époque où le driver doit nécessairement promettre plus de distance pour se vendre.

Dans la logique du toujours plus, en même temps d’une concurrence exacerbée entre une dizaine d’acteurs majeurs, Callaway est obligée d’investir massivement en recherche et développement, en quête de l’idée qui fera la différence.

Au cours d’un entretien avec le PD-G de la marque au siège de Callaway, Chip Brewer, j’ai pu lui demander s’il considérait qu’il y avait encore de la place pour de l’innovation, sous-entendu pour beaucoup de consommateurs, le scepticisme est de mise.

Cette question l’a peut-être un peu agacé, me répondant que s’il ne croyait pas à cette capacité d’innovation, il ne validerait pas, année après année, des budgets de recherche de près de 35 millions de dollars.

Et justement pour ce nouveau driver, il a validé un investissement particulier de 5 millions de dollars pour l’achat d’un super calculateur, capable de concevoir une face de driver uniquement par l’intervention d’une intelligence artificielle.

Concrètement la Face Flash comprend des dizaines d'ondulations subtiles, allant du talon vers la pointe, pour maximiser le COR (coefficient de restitution de la face).

A l’œil nu, la taille, la hauteur et la configuration des ondulations paraissent aléatoires.

Pourtant, elles sont précisément définies dans la zone centrale de la face.

Selon Alan Hocknell, responsable de la recherche et du développement, cette prouesse technique sans précédent permettrait d’augmenter très significativement la vitesse de balle après l’impact, et rendrait les coups les plus solides encore plus longs.

« Flash Face n'aurait pas été possible avec des principes d'ingénierie conventionnels. Nous n'aurions pas envisagé cela sans l'IA, car il s'agit d'une méthode non intuitive comparée à nos technologies de face précédentes, telles que nos VFT et X-Face. La configuration des vaguelettes est asymétrique et le motif semble illogique. Pourtant, les ondulations s'associent d'une manière complexe pour optimiser la vitesse de la balle. La technologie Flash Face est totalement inédite à ce jour dans le secteur de l'équipement de golf et son impact sur les performances est spectaculaire. »

Bien entendu, ce nouveau dessin derrière la face a impliqué des changements du processus de fabrication et des matériaux employés.

Callaway a eu recours à un titane renforcé et réchauffé à 595 degrés Celsius pendant deux heures, pour allier élasticité, souplesse et résistance.

Pour la marque, cette nouvelle technologie associé à la Jailbreak déjà mis au point deux ans plus tôt, aboutirait à son driver le plus abouti de son histoire.

Les barres Jailbreak qui relient la couronne à la semelle sur la verticalité de la tête ayant pour but de rigidifier la tête à l’impact de la balle.

Pour les ingénieurs, ce procédé est censé lui-aussi apporter une vitesse de balle supérieure.

Autre élément modifié par Callaway, la couronne, qui a été réalisée avec un carbone triaxial T2C plus léger, pour accroître le moment d’inertie, et déplacer du poids.

A propos de déplacer du poids, le nouveau driver EPIC Flash présente un rail d’ajustement de la trajectoire à l’arrière de la semelle.

A la différence du TaylorMade M5, l’ajustement des trajectoires ne se fait pas d’avant en arrière ou inversement. En réalité, il faudra attendre le modèle Subzero pour jouer sur le niveau de spin de la tête.

Le modèle EPIC Flash propose donc un poids coulissant de 16 grammes, pour jouer sur l’angle d’ouverture de la face à l’impact, et vous aider à contrer des tendances à trop ouvrir ou trop fermer la face, bien plus que de générer des effets de draw ou de fade.

Ce type d’effets est d’ailleurs essentiellement produit par un décalage, entre le chemin du club et la position de la face à l’impact.

Le poids ajustable n’agit que sur la face.

Si j’ai effectivement testé ce produit au Ely Callaway Performance Center, et obtenu de très bonnes sensations, je suis pour l’instant encore incapable de vous fournir un avis assez argumenté sur le véritable niveau de performance de ce nouveau driver.

Sans radar, je suis démuni pour fournir de véritables données chiffrées.

Selon toute vraisemblance, nous devrions recevoir des échantillons dans les prochaines semaines, pour compléter ce sujet avec un test plus poussé.

D’un point de vue purement esthétique, je le trouve nettement plus réussi que le modèle Rogue, qui s’éloignait trop selon moi de la première version, sans réellement apporter un plus distinctif.

En poursuivant l’histoire EPIC, Callaway a le mérite de revenir à une forme de cohérence, alors que le virage ROGUE avait de quoi désarçonner, un an seulement après avoir tout misé, et connu un certain succès avec EPIC.

Sans éléments quantifiés, sur le papier, je serai tenté de dire que c'est bien le modèle le plus réussi, mais voilà, c'est sur le papier... Qu'en sera-t'il vraiment, et pour un large panel de golfeurs ?

En attendant d’avoir plus d’éléments vérifiables, je me suis replongé dans les précédents tests de drivers Callaway.

En remontant seulement jusqu’en 2016, soit un an avant l’apparition du premier modèle EPIC, à l’époque, je n’avais pas réellement réussi à confirmer une augmentation sensible de la vitesse de balle.

En 2019, il y a là un enjeu majeur pour Callaway avec l’EPIC Flash, et cette nouvelle extraordinaire innovation liée à l’usage de l’intelligence artificielle, en laquelle je fonde beaucoup d’espoir à titre personnel, convaincu qu’un nouveau bond de la recherche pourra bénéficier à toute l’économie de l’industrie.

Callaway, qui comme TaylorMade promet souvent beaucoup, en se basant sur les performances de quelques-uns des meilleurs golfeurs du monde, doit cette fois vraiment démontrer aux consommateurs que l’innovation n’est pas un investissement en vain, dans un environnement réglementé.

Distance, tolérance, contrôle de trajectoire, les champs d’améliorations sont multiples.

Avec Epic Flash, Callaway mise principalement sur le premier critère, le plus vendeur, et aussi le plus fatidique.

Comme son principal rival, Callaway joue une grande partie de sa crédibilité commerciale, et celle du secteur pour sa capacité à convaincre d’une véritable plus-value, pas seulement pour les meilleurs joueurs, mais surtout, pour les véritables consommateurs, ceux qui paient pour un driver, surtout dans un contexte où le prix moyen des drivers est en constante augmentation.

Le modèle Epic Flash sera commercialisé en France le 1er février au prix tarif de 579 euros.

Trois options de shaft haut de gamme de série seront disponibles : Project X EvenFlow, Project X HZRDUS smoke et Mitsubishi Tensei AV.

Le grip de série est d’ailleurs le grip haut de gamme de Golf Pride, le Tour Velvet ALIGN (le 1er modèle de grip sur le PGA Tour), avec une arête verte spéciale propre à l'Epic Flash.

Sur ce point, je trouve que c’est d’ailleurs une excellente initiative, quand d’autres marques se contentent de grips plus basiques, et moins coûteux.

Revers de la médaille pour utiliser ce type de grip, il ne faut plus avoir à changer le loft ajustable de la tête, car sinon, vous pivotez la ligne verte, et elle n'est plus en ligne avec vos doigts, et par rapport à la position de la tête à l'adresse.

Callaway semble déterminé et confiant dans l’atteinte de cet objectif de conviction, pour preuve le fait d’avoir invité les acteurs des médias les plus représentatifs en Europe, à venir découvrir ces nouveautés directement au siège, en Californie, ce qui était sans précédent récent.

Si aux Etats-Unis, avant le shutdown, l’humeur était plutôt positive au sujet de la croissance économique, et donc par effet rebond sur la consommation de produits golf, en France, dans un contexte plus tendu, pour vendre plus, il faudra prouver plus.

En 2018, les ventes de matériel ont déjà fortement reculé, et pas seulement à cause de la hausse de la CSG ou la météo.

Sur le papier, Alan Hocknell semble avoir trouvé un excellent argument. Qu’en sera-t-il en réalité ? C’est vous qui apporterez la réponse dans vos choix futurs.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.