Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Driver Callaway Big Bertha Fusion

Big Bertha ? Fusion ? Big Bertha Fusion ? Callaway associe les noms de ses anciens produits mythiques pour construire sa nouvelle offre de driver super-tolérant. En 2016, en matière de driving, est-il réellement possible de repousser les limites de la distance et de la tolérance ? L’exercice est loin d’être aisé pour l’ensemble des fabricants. Le numéro 1 mondial semble vouloir y croire.

Quand vous voulez construire un driver « super tolérant », il n’y a pas 36 000 manières de s’y prendre ! Votre objectif est d’augmenter le moment d’inertie de la tête de club, le fameux MOI.

Trois à quatre ans en arrière, les ingénieurs de TaylorMade et de Callaway se disputaient le principe d’avancer ou de reculer le poids d’une tête de driver vers l’avant ou vers l’arrière.

Aujourd’hui, cela ne semble plus faire de débat pour personne, il faut déplacer le poids vers l’arrière, en acceptant une contrepartie ! La hausse du taux de spin qui finit par limiter la pénétration dans l’air, fait monter la trajectoire de balle, et réduit la distance.

En matière de golf, c’est une illusion de penser qu’un club peut à la fois être ultra-tolérant ou ultra-long. Il faut choisir.

Avec le Big Bertha Fusion, Callaway veut nous parler de tolérance. Le smash factor, à savoir le ratio entre la vitesse de swing, et la vitesse de balle sera notre principal indicateur de mesure de cette tolérance.

Plus le taux est élevé et proche de 1.51, et plus cela signifie que le club avec le joueur ont optimisé la distance au maximum, et donc que le club est tolérant à l’extrême pour favoriser les meilleures conditions possibles.

Sans vouloir créer une confusion dans votre esprit…oui en théorie un driver qui obtient un smash factor de 1.51 a plus de chance de générer la distance maximum par rapport à un driver qui ne donnerait un smash factor que de 1.40.

Seulement, en matière de distance maximum, d’autres paramètres complètent ce ratio, comme par exemple l’angle de lancement et le taux de spin.

Or, quand une marque travaille sur l’augmentation du MOI, elle joue aussi indirectement sur l’angle de lancement qui a tendance à monter, et le taux de spin aussi. Deux paramètres qui au-delà d’un certain niveau finissent par réduire la distance sous l’effet d’un ballonnement.

Pour les ingénieurs, au-dessus de 17° d’angle de lancement et 1700 tours par minute de spin, vous commencez à réduire la distance.

Pour en revenir au Big Bertha Fusion, la difficulté avec une tête tout en métal correspond justement au fait que le poids a tendance à se situer sur le dessus de la couronne, et non pas près de la semelle. Soit l’inverse de l’effet recherché par Callaway avec ce driver.

Depuis 2004 et le premier Fusion, Callaway a mené différentes recherches sur le carbone et les matériaux composites justement pour chercher à déplacer le poids vers l’arrière de la tête.

Cette année, pour aller plus loin dans ce principe, Callaway a misé sur un nouveau principe d’Exo-cage pour le « corps » de la tête, puis les ingénieurs ont ajouté un carbone triaxial ultra léger au niveau de la couronne, et de la semelle. C’est l’addition de ces deux principes qui ont permis le gain de poids recherché.

Le carbone triaxial est 35% plus léger que le titane, et 15% plus fin que le matériau composite déjà utilisé par Callaway sur le Great Big Bertha.

Cela a permis d’économiser 35 grammes qui ont été replacés autour du médaillon, sur les petits poids additionnels et la vis arrière.

Résultat, Callaway prétend avoir augmenter le MOI de près de 17% par rapport au Callaway XR16 !

Ceci dit, il nous semble que ces deux drivers n’ont pas le même objectif !

Le Callaway XR 16 ne revendique pas le fait d’être un driver super tolérant, au contraire, c’est un driver pour la vitesse de swing, et la recherche de distance maximale.

A l’image d’un ancien driver Mizuno JPX-850, le Big Bertha Fusion qui veut déplacer le poids vers l’arrière et la semelle ressemble à un driver…triangulaire.

Pour les experts, ce n’est peut-être pas l’idéal au niveau esthétique, mais d’un point de vue de la recherche de tolérance, cette idée n’est pas nouvelle, mais complètement logique.

Le Big Bertha Fusion n’est pas nécessairement très original pour autant !

Par le passé, le Callaway FT-IZ et le Callaway FT-i carré ressemblaient déjà beaucoup à ce principe.

Or, l’histoire a retenu que les drivers carrés présentaient un taux de MOI exceptionnel, mais à contrario, beaucoup trop de spin pour être adoptés par des joueurs du tour.

Les drivers carrés ont vécu…

La forme carrée empêchait la prise de vitesse dans l’air.

Le pari que tente Callaway consiste à prendre le MOI d’une tête carrée, et la vitesse de swing d’une tête triangulaire.

La vitesse de swing sera donc la clé du succès ou pas du Driver Big Bertha Fusion.

Pour se donner toutes les chances, la marque américaine a réutilisé la couronne Speed Step du XR 16, un driver qui a prouvé qu’il générait une grande vitesse de swing pour l’incorporer au nouveau Fusion.

Objectif : Faire glisser le flux d’air sur le dessus de la couronne !

Si certains aspects de ce club sont avant-gardistes, d’autres critiquables, il faut souligner le caractère unique de ce driver : la partie arrière de la couronne qui permet de voir la structure en vague du carbone triaxial.

Pour ceux qui ont déjà utilisé des têtes en carbone, vous ne serez pas surpris par le son un peu sourd à l’impact émis par cette tête.

Autre point intéressant, et qui dénote du fait que Callaway écoute le marché : Le BIg Bertha Fusion va être proposé en plusieurs versions de lofts, mais aussi de longueur de shafts !

Vous aurez une version en 44.5 inches de long qui sera plébiscité par les bons joueurs, et ceux qui privilégient le contrôle, et une version en 45.5 inches pour ceux qui veulent augmenter la vitesse de swing.

En revanche, si Callaway considère que la version standard est le 45.5, pour nous, cela devrait plutôt être le contraire !

Déjà à 45 inches, un driver est long. Le 45.5 est vraiment long, et beaucoup d’amateurs auront du mal à exploiter la possibilité de vitesse, et au contraire, en mettront de partout !

Un conseil ? Le 44.5 inches est suffisant, surtout si le MOI est aussi nettement augmenté que ce qu’affirme Callaway.

Précisons que Callaway a mené une étude qui démontre que 30% des golfeurs sont plus longs avec le shaft le plus court…Et pour cause, quand vous mettez la balle au centre du fairway, vous allez naturellement plus loin que si vous la mettez à droite ou à gauche !

Différentes études confirment que le fait de mieux centrer la balle avec un shaft plus court concoure à donner finalement plus de distance qu’avec un shaft plus long mal centré.

Le Fusion va être proposé en loft 9.5°, 10.5° et aussi 13.5° tous ajustables de +2 à -1 degré, avec des options de draw ou de position neutre de la face.

A l’usage, ce type de réglage est très marginal dans la performance réelle d’un amateur au drive.

Toujours concernant le shaft, Callaway vous propose un UST Mamiya Recoil ultra léger de 45 à 55 grammes ou un Diamana Red de 63 grammes.

Dans le cadre de notre essai, Callaway nous a fourni un 10.5 monté sur un shaft UST Mamiya ES Recoil 450 F3.

Pour devancer notre prochain article lié au test de ce driver, le premier testeur qui swingue à une vitesse moyenne de 97 mph au drive a obtenu un smash factor de 1.47 avec ce driver contre 1.46 pour sa moyenne totale en 2016, confirmant la tolérance de ce driver.

En termes de spin, il a produit une moyenne de 2600 tours par minute quand sa moyenne annuelle au drive avec tous les autres produits du marché 2016 a été de 2500, soit une hausse raisonnable.

En distance totale, il a produit 230 mètres de moyenne avec le Big Bertha Fusion contre une moyenne annuelle de 228 mètres. Toutefois, il s'agit d'une moyenne, et pour d'autres drivers, il peut monter à 240 mètres...

Seul bémol, la vitesse de swing est un peu en retrait avec un chrono à 94 mph seulement lié à un shaft trop léger…

Avec un shaft plus lourd, pourrait-il gagner encore en distance ?

Le prochain test devra infirmer ou confirmer cette première impression avec le concours d’un senior, et de notre pro, Xavier Bretin.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.