Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Wedges PING GLIDE Forged : Clin d’œil au ANSER

Présents dans le sac de Bubba Watson depuis fin mai, les nouveaux sandwedges PING Glide Forged ne remplacent pas les PING Glide 2.0 récemment mis sur le marché, mais complètent l’offre du fabricant à des destination des golfeurs professionnels et joueurs d’index inférieur à deux chiffres. Cela faisait près de six ans que PING n’avait pas réinvesti le marché des wedges forgés à l’image du ANSER. Au fil des lancements de nouveautés, on sent de plus en plus l’influence grandissante de Marty Jetson pour un design moderne.

En matière de ventes de sandwedges PING dans l’hexagone, le modèle GLIDE 2.0 destiné à la majorité des golfeurs fait un peu mieux que son prédécesseur le GLIDE « tout court ».

Cependant, ce n’est pas encore suffisant pour remettre PING dans le top-3 des fabricants de wedges.

C’est un tout petit peu paradoxal, dans la mesure où PING truste la première place des ventes pour les séries de fers avec la G400, et réalise une excellente saison 2018 pour les ventes du driver du même nom.

On pourrait croire que les golfeurs poursuivraient l’équipement de leurs sacs avec des wedges de la même marque, or, ce n’est clairement pas le cas pour 8 à 9 golfeurs sur 10.

Clevelend, Titleist, et dans une moindre mesure Callaway, conservent vos faveurs en matière de clubs pour le petit-jeu.

Pourtant, avec le GLIDE, PING semble avoir pris un virage au moins esthétique. Est-ce d’ailleurs le fruit de l’influence grandissante de Marty Jertson auprès de la famille Solheim ?

Présent depuis une décennie dans le giron du fabricant, il incarne de plus en plus le visage du département recherche et développement de la société, alors qu’à l’origine, il était joueur sur le PGA tour, et a notamment participé à plusieurs majeurs, le tout aux couleurs de PING. C’est clairement un parcours atypique dans la profession.

Pour ne pas faire de mystère, clairement le design des clubs PING se modernise. On peut le voir avec les nouveaux fers PING i210 ou i500 récemment mis sur le marché.

On doit déjà à Jertson le coup de maître du driver G30, sans doute l’une des plus belles trouvailles marketing de ces cinq dernières années.

En réalité, ce serait surtout Louis Oosthuizen et des conseillers tels que Stan Utley et Todd Anderson qui auraient beaucoup participé à la conception de ce nouveau dessin. Oosthuizen a notamment plébiscité le wedge 60 degrés dans son sac.

PING dont le cœur de clientèle est plutôt les seniors ne prend pas franchement un risque à épurer la ligne de ces clubs, et s’éloigner des traits caractéristiques et historiques des lignes précédentes.

Le risque aurait-été de rester sur ses positions alors que les concurrents font évoluer sans cesse le dessin des clubs, quitte à parfois revenir en arrière sur des dessins déjà vus.

S’agissant du Glide Forged, PING plutôt habitué aux clubs moulés prend acte d’une aberration du marché, en particulier en France.

La majorité des wedges vendus dans le commerce sont des clubs destinés aux bons joueurs, achetés par des golfeurs, qui sans faire offense à personne, ne sont pas nécessairement tous à un chiffre.

Peut-être est-ce inconscient, mais peut-être croyons nous à tort que plus le wedge est petit, fin et racé, et plus il sera performant pour donner du backspin, et réussir des chips de pros autour des greens ou des sorties de bunkers.

Les trois premiers wedges les plus vendus en France sont les Cleveland RTX 3, et Titleist SM6 et SM7.

On pourrait plutôt penser que les golfeurs classés au-dessus de 10 d’index penseraient plutôt à des wedges, comme par exemple le Cleveland CBX avec son rebond beaucoup plus prononcé, justement censé aider les golfeurs les moins à l’aise.

En réalité, ils arrivent en quatrième position.

Pour PING, il s’agit donc d’exister sur ce marché, et de rentrer par la clé d’entrée, le wedge pour joueur du tour. D’un point de vue technique, c’est une aberration, mais d’un point de vue de la réalité entre l’offre et la demande, c’est pragmatique.

Si les précédents wedges n’étaient pas les plus beaux, et on connait l’importance de l’esthétique dans l’acte d’achat d’un club de golf, depuis l’avènement des GLIDE, c’est peu dire qu’il y a eu un très gros progrès, imputable à Jertson.

Pour ce dernier, ce nouveau wedge est justement un « shotmaker », ce qui est une façon de classer ce club comme au-dessus du lot.

En matière de wedge, il faut finalement retenir qu’il existe des clubs forgés ou moulés, des clubs avec beaucoup de rebonds, et d’autres avec très peu, ce qui donne beaucoup de combinaisons possibles.

Pour PING, le nouveau GLIDE 2.0 Forged avec un dessin lame est une grande première.

Par rapport au GLIDE 2.0 moulé, la semelle du forgé est forcément moins large, et donne donc plus de polyvalence, surtout à destination des bons joueurs.

Pourquoi ? Avec un dos moins prononcé et une semelle plus fine, le wedge peut être posé de différentes manières sur le sol. C’est justement ce qui donne le plus de solutions différentes au joueur pour créer des coups.

PING va offrir 6 lofts du 50 degrés au 60 degrés avec un rebond par loft, soit un rebond de 10 degrés jusqu’au loft 56 degrés, et 8° de rebond jusqu’au lob wedge.

C’est de fait moins d’options que les leaders Cleveland et Titleist qui sont les champions de la personnalisation.

Autre élément de différenciation et de segmentation important concernant un wedge, les différentes structures de semelles sont au nombre de quatre pour le GLIDE 2.0 : TS pour thin sole ce qui signifie semelle fine, SS pour semelle standard, WS pour Wide sole, soit semelle large, et ES pour eye sole.

A l’inverse, le modèle GLIDE Forged n’en présente qu’une, à une époque où les fabricants de moulés comme Cleveland et Titleist préfèrent augmenter considérablement le nombre de références pour s’adapter à tous les styles de swings.

La semelle du forgé serait à classer entre une semelle fine et standard.

Le dos de ce nouveau wedge en acier carbone 8620 présente un design très épuré, et très séduisant pour le coup. Il faut noter le « dual fly cut » forme d’usinage qui y est apporté.

Sous la pointe, au niveau de la finition hydroperlé, on retrouve un poids en tungstène de 13 grammes placés stratégiquement pour contrebalancer le poids du hosel, et selon le fabricant, améliorer le MOI de la tête.

A priori, le but du fabricant était de déplacer la position du centre de gravité le plus loin possible du hosel, et le plus près possible du centre de la face pour améliorer le toucher.

PING revendique un niveau de spin élevé avec ses rainures. C’est ce qui pourrait donner du contrôle sur les chips et les pitchs.

Attention, les rainures d’un wedge ne durent pas une éternité, et c’est encore plus vérifiable sur un wedge forgé.

Si en matière de fers, il est admis de plus en plus qu’une lame est un club parmi les plus difficiles à manier. Un wedge forgé n’est pas très loin de cette définition. Ce club correspond vraiment au besoin d’un golfeur sur le tour, ne vous y méprenez pas…

La taille de la tête est par exemple un peu plus compacte d’environ 10% par rapport à la version GLIDE 2.0

Pour l’ingénieur maison « Cette tête et cette forme plus petite donne un avantage aux joueurs du fait que moins de surface passera plus facilement dans les bunkers, ou à travers le rough. C’est un wedge un peu plus cambré du talon à la pointe. »

S’agissant du prix, PING n’y va pas avec le dos de la cuillère, le GLIDE Forged sera commercialisé autour de 240 euros l’unité, soit pratiquement 50% de plus que le GLIDE 2.0 et bien 30% au-dessus du prix de marché moyen.

Il faut donc être bien certain d’avoir le besoin et le niveau de jeu pour un tel club, au look particulièrement réussi.

La marque semble actuellement marcher sur l’eau…

Encore à noter aux USA, PING propose un important programme de customisation pour dessiner beaucoup de motifs au dos de ce wedge. C’est la grande mode outre-Atlantique, signe que le wedge est de plus en plus un club pleinement considéré dans le sac des golfeurs. Nous n’en sommes pas tout à fait là en Europe.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.