Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Wedges Callaway MackDaddy Forged

A l’occasion d’une journée presse organisée par Callaway sur le golf de Tremblay-Sur-Mauldre, nous avons pu découvrir, et tester les nouveaux wedges ultra-premium de la marque. Des wedges forgés qui ne viennent pas remplacer l’offre existante mais plutôt la compléter. Principal argument : Ils sont forgés ! Ce qui devrait surtout séduire les bons joueurs, dont Franck Lorenzo-Vera, coach et directeur de l’académie du même nom. Pour l’occasion, il nous a donné un petit cours de wedging pour mieux utiliser ces clubs sur le parcours.

Un wedge forgé dans la gamme MackDaddy

Pour beaucoup de golfeurs…un wedge est un wedge. Il est encore plus difficile de les distinguer par rapport à des drivers, qui eux affichent d’importantes différences visuelles.

Pourtant, si vous interrogez un clubmaker comme Loïc Monchalin, ce dernier pourra vous pointer beaucoup de différences, et pas nécessairement anecdotiques, bien au contraire…

A l’évidence, les principales différences concernant un wedge touchent au design. Et chaque détail compte comme le bord de la semelle, le bounce, le hosel, la largeur et l’espacement des stries, etc…

Les nouveaux Mack Daddy toujours dessinés par Roger Cleveland sont assez différents des MackDaddy MD3 Milled.

Si vous vous y perdez en matière de MackDaddy, notez que Titleist présente aussi des Vokey SM6 en grande quantité, tout comme Cleveland avec les RTX-3.

La tendance actuelle du marché est à proposer un maximum de choix en matière de wedges, et cela va dans le sens du discours de notre consultant, Loïc Monchalin, qui considère que les golfeurs devraient utiliser plus de deux wedges, et surtout considérer qu’en la matière, le fitting peut être aussi pertinent que pour un driver.

Les marques veulent aller dans ce même sens en élargissant au maximum le choix, que ce soit au niveau du matériau employé pour le touché, ou la forme des semelles pour le lie…

Comme son nom l’indique, le plus gros changement avec les MackDaddy Forged, concerne le fait qu’ils sont forgés à partir d’un acier carbone 1025.

Pour mémoire, nous avons abordé la question de l’acier carbone dans notre précédent sujet consacré aux matériaux.

L’acier carbone 1025 est un acier qui est particulièrement rigidifié par l’ajout d’une part infime de carbone.

Moins rigide qu’un 1040, et plus rigide qu’un 1020, les deux autres principaux aciers carbones utilisés en matière de clubs de golf de nos jours.

Le touché est censé être plus doux.

Comparativement, les lames Cleveland RTX-3 ont été conçues avec un acier carbone 8620, soit la même teneur de carbone par rapport au nouveau Mack Daddy, mais pas tout à fait le même acier.

Nous arrêterons là...la comparaison, étant incapable de distinguer 8620 et 1020…

Nous avons bien entendu taper ces wedges Forged.

Pour l’avoir déjà formulé dans de précédents articles, mis à part, un golfeur professionnel, il est très difficile de distinguer la qualité du touché avec des arguments objectifs d’un point de vue journalistique.

Les nouveaux Mack Daddy Forged qui s’adressent à de très bons golfeurs seront proposés à partir du 20 janvier 2017 en plusieurs versions de lofts (50, 52, 54, 56, 58 et 60) avec de série un shaft True Temper Dynamic Gold S200 Tour Issue monté avec un grip Lamkin UTX.

Deux finitions seront disponibles (chrome et brushed slate).

Pour les shafts, notre consultant ne serait assez insister sur le fait de ne pas rester systématiquement sur un seul modèle, mais bien au contraire, d’adapter le shaft au reste de votre série, notamment s’agissant du poids.

Ne jouez pas des clubs du fer 3 au pitch en 120 grammes, et des wedges en 80 grammes ou inversement…

Les caractéristiques principales de ce nouveau wedge

Au cours de notre journée passée en compagnie des équipes Callaway que nous remercions pour leur amabilité, ces dernières n’ont pas manqué de se réjouir de l’arrivée de Daniel Berger dans le giron de la marque.

Un pro du PGA Tour qui a été chipé à TaylorMade.

Un joueur qui a décidé de mettre ces nouveaux wedges dans son nouveau sac, tout comme Henrik Stenson et Thomas Pieters, qui avaient tous deux déjà mis ces wedges dans leurs sacs lors de la dernière Ryder Cup.

Techniquement parlant, ces nouveaux Forged présentent moins d’offset, un leading edge plus droit (bord d’attaque entre la semelle et la face).

Pas de hasard dans ce design…Pour Roger Cleveland, un leading edge plus droit rend le wedge plus facile à aligner à la cible.

S’agissant de la semelle, Callaway n’a pas souhaité multiplier l’offre.

Le Forged est proposé en R grind, une semelle similaire à la version C grind déjà employée sur les MD3 Milled. Toujours selon Roger Cleveland, cela permet plus de possibilité et de créativité autour des greens.

Il parle ainsi de Mid-bounce adapté à tous les coups joués open-face (lobshot) jusqu’au coup chipé à la sauce bump and run, quand la face est relativement fermée derrière la balle.

Enfin, concernant le point majeur pour un wedge, le taux de spin, le responsable produit et custom fitting specialist pour l’Europe du Sud, Médéric Cocaire nous a expliqué que selon les lofts, les largeurs des rainures ont été revues, pour offrir moins de spin sur les lofts fermés (50 à 52), et plus de spin sur les lofts ouverts (58 à 60).

Callaway parle de spin évolutif à l’aide d’un nouveau dessin pour ses 16 rainures, dont certaines sont placées plus bas dans la face pour promouvoir plus de pouvoir stoppant, en particulier sur les coups inférieurs à 20 mètres.

En plus des rainures évolutives, Callaway a fait évoluer le centre de gravité de ses wedges. Plus le loft est élevé, et plus le centre de gravité de la tête de club est élevé, et ce, pour créer un niveau de spin maximum.

Les coups ne sont pas tapés au même endroit dans la face selon que vous utilisiez un 50 ou un 60 degrés.

Le fait d’adapter le centre de gravité au loft est donc bien une évidence. Ce n’est pas pour autant certain qu’un golfeur amateur pourra réellement en sentir toute la mesure.

Démonstration d’utilisation par Franck Lorenzo-Vera, la caution technique française de Callaway

Présent à l’occasion de cette journée presse, Franck Lorenzo-Vera a eu la gentillesse de nous faire une démonstration.

Pour le pro, sur le parcours, il est très important de simplifier les choses au moment d’utiliser un sandwedge.

Sur le terrain, vous retrouvez principalement trois situations distinctes : lie ras, lie normal et lie haut.

En fonction du lie que vous trouvez sous votre balle, Franck Lorenzo-Vera vous conseille de simplement déplacer votre corps par rapport à la balle.

Le manche de votre club doit toujours pointer en direction de votre aine.

Si votre lie est bas, vous déplacez votre corps vers l’avant (à gauche) de sorte que la tête de club arrive plus tôt sur la balle.

Inversement, si vous avez un lie haut, vous vous déplacez d’un pas vers la droite (l’arrière) toujours avec le manche du sandwedge qui pointe vers votre aine, pour que la tête de club arrive plus tard, et plus en remontant sur la balle.

Dans le premier cas, le lie ne vous autorise pas autre chose qu’un coup plus tendu, et dans le deuxième cas, le lie favorise un coup plus lobé.

Trois situations…trois coups ! Trois situations qui peuvent appeler trois principaux dosages ! Court, moyen, long, selon l’amplitude que vous voulez donner à votre coup.

Court, vous produisez un quart de swing.

A savoir, le club se déplace essentiellement à l’horizontale par rapport au sol, dans le sens du backswing, et de la même façon dans le sens du downswing.

Moyen, vous produisez un demi swing.

A savoir, le manche (butt) du club va pointer en direction du sol au backswing avec un armement plus prononcé des poignets, et de même au retour. Devant vous, le bout du manche (butt) va pointer vers le sol.

Enfin, long, vous produisez un trois-quart de swing ou plein swing, que ce soit pour le backswing ou le downswing.

En somme, le wedging pour Franck Lorenzo-Vera doit se « limiter » à quelque chose de très simple.

Trois situations, trois amplitudes, neuf possibilités…

Selon le coach, les pros sur le tour, qu’ils jouent des wedges Callaway ou d’autres, ne varient pas de cette logique, à commencer par son propre frère, connu pour son tempo exceptionnel dans le bunker ou autour du green.

Cette anecdote et conseil technique pour vous illustrer qu’en plus de présenter ces nouveaux wedges Forged, Callaway avait sollicité la présence d’un pro renommé, Franck Lorenzo-Vera, de même que Cleveland avait sollicité Christian Cevaer lors de la présentation du RTX-3.

Encore un signe que le segment du petit-jeu est un élément essentiel du marché du matériel, surtout que le renouvellement des wedges est celui qui est le plus pertinent, compte tenu de l’usure des rainures.

D’un driver 2016 à un driver 2017, il faut franchement se poser la question de changer.

Pour des wedges, le débat est déjà beaucoup plus ouvert, surtout pour les golfeurs ou les golfeuses qui jouent toutes les semaines…


Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.