Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Hyrides Callaway ROGUE

Après avoir évoqué les drivers, bois de parcours, et série de fers, intéressons-nous aux hybrides ROGUE. Comme pour les bois de parcours, ce sera la toute première fois que les hybrides intègrent la nouvelle technologie défendue par Callaway, le Jailbreak. Peut-on réellement augmenter la vitesse de balle d’un hybride ? Par rapport aux hybrides EPIC récemment sortis, quels bénéfices ? J’ai réalisé un premier test pour vous proposer un premier avis.

Les premiers hybrides "Jailbreak"

A en juger par l’argumentaire de Callaway, les nouveaux hybrides ROGUE combinent la technologie Jailbreak, deux barres fixées juste derrière la face pour rigidifier la tête du club, et la face brevetée Hyper Speed, qui, ensembles, créent les conditions d’une nette accélération de la vitesse de balle à vitesse de swing constante.

La vitesse de balle est un des éléments qui constitue au final la distance.

L’angle de lancement ou le taux de spin peuvent aussi contribuer à plus de distance. Toutefois, sur les gammes EPIC hier, et ROGUE aujourd’hui, Alan Hocknell, ainsi que toute l’équipe d’ingénieurs Callaway, misent principalement sur cet argument pour justifier la mise sur le marché d’un nouveau produit, surtout peu de temps après l’apparition des EPIC.

La vitesse de balle peut signifier deux choses pour un club de golf, et en particulier un hybride : Plus de distance, et une plus grande tolérance.

Qu’est-ce que la tolérance au golf ? Cela pourrait être un vaste sujet. Simplement, quand on parle de tolérance pour un club de golf, c’est un mot un peu court pour expliquer qu’à vitesse de swing constante, et produite par le joueur, plus on donne de vitesse de balle, et plus le club est dit tolérant ou en fait performant.

Dans un univers produit bridé par le législateur pour garantir une forme d’équité sportive, il devient difficile de produire des clubs qui font complètement la différence.

Si les faces sont réglementées, il semble que Callaway cherche par un autre moyen à augmenter la capacité de restitution de ses clubs.

Les deux barres en titane derrière la face du driver semblent les avoir convaincus d’être sur le bon chemin, et avec eux, beaucoup de consommateurs ont suivi, notamment en 2017, au moment de la sortie des EPIC

Cependant, en 2017, seul le driver était réellement muni de la technologie JAILBREAK. Cette année, les ROGUE déclinent le procédé sur toute la gamme. C’est le principal progrès mis en avant par Callaway.

Pour Alan Hocknell, il en est certain, ces nouveaux clubs sont une prouesse technologique : « La synergie de Jailbreak et de notre technologie Hyper Speed Face Cup (qui nous a permis d'être les leaders dans la catégorie hybride) fait de Rogue une prouesse technologique. »

Il ajoute « En plus de leur puissance, les hybrides sont polyvalents, permettent des départs de balles extrêmement aisés et offrent ainsi un ensemble complet de performances. »

Les deux barres en acier rigidifient le corps, pour accroître la charge d'impact sur la face et augmenter ainsi la vitesse de balle et la distance.

Autre gros argument mis en avant par le fabricant, l’internal standing wave qui consiste à déplacer le centre de gravité de la tête à un point jugé idéal pour améliorer les conditions de lancements.

Dans ce cas, c’est l’angle de lancement et le taux de spin qui sont améliorés.

Améliorer la vitesse de balle d’un club de golf est actuellement quelque chose de très difficile à faire. Améliorer les conditions de lancement est déjà plus abordable, et souvent suffisant pour améliorer la distance.

Pour les hybrides ROGUE, Alan Hocknell confirme tout de même une petite différence par rapport aux drivers « Les barres Jailbreak dans les hybrides sont moulées dans la tête pendant le processus de fabrication, il s'agit donc d'acier et non de titane, comme dans les drivers. Les barres sont droites et non pas en forme de sablier, mais elles sont optimisées par un diamètre de trois millimètres, le même que le point le plus fin du driver en forme de sablier. Il n'y avait pas d'avantage évident à utiliser la forme du sablier, ni pour la performance, ni pour le gain de poids. »

La bonne question consiste à savoir si oui ou non, la taille de la tête influe sur la performance d’une technologie comme le Jailbreak.

Pour cela, Hocknell répond « Étant donné que nous plaçons de l'acier issu de la technologie Internal Standing Wave derrière la face sur les hybrides Rogue (une zone qui est déjà localement très rigide), la situation de départ pour déterminer si Jailbreak serait réellement efficace était très différente. Nous avons dû entreprendre une analyse détaillée de l'effet de rigidité que nous voulions créer verticalement, sans nuire à la performance de l'Hyper Speed Face Cup. »

A cela il ajoute « L'effet Jailbreak n'est pas aussi marqué que dans le cas du driver Rogue (nous ne nous attendions pas à ce qu'il le soit), mais il est tout de même très positif dans la mesure où nous générons une vitesse de balle accrue et où nous sommes capables de reconfigurer la façon dont la balle de golf vole. Les hybrides Rogue permettent des lancers plus hauts sans ajouter de backspin, créant un vol global plus plat, convertissant ainsi la vitesse de la balle en une distance encore plus grande. Il est important de reconnaître que ce bénéfice global en faveur de la distance n'est pas dû uniquement à Jailbreak. Il résulte de Jailbreak, de l'Hyper Speed Face Cup, et des changements positifs dans la trajectoire de vol de la balle que nous avons mis au point. Les trois ingrédients de la recette se combinent parfaitement. »

Sur la question du hosel ajustable, Alan Hocknell confirme que les hybrides ROGUE n’en seront pas munis.

« Le hosel réglable est très important, mais cette particularité reste plus prononcée dans le processus de fitting du bois 3. Au-delà, les joueurs ne l'utiliseront pas si souvent, peut-être une fois pour ajuster le loft. Grâce à cette analyse, nous avons décidé que nous pouvions tirer parti de l'économie de poids que représente le fait de ne pas avoir de hosel réglable et l'utiliser au profit de la localisation du centre de gravité et du MOI. »

Toujours sur la question du centre de gravité, l’ingénieur en chef confirme qu’à la différence des drivers et bois de parcours, les hybrides n’auront pas de couronne en carbone triaxiale.

« Dans la conception du bois de parcours, une couronne légère est un grand avantage pour positionner le centre de gravité verticalement, tout en permettant à la tête d'avoir un niveau élevé de tolérance. Les hybrides Rogue ne possèdent pas une forme ou une surface de couronne aussi large que les bois de parcours, ce qui fait que le carbone triaxial n'est pas un atout aussi important. En outre, comme le hosel n'est pas réglable, une plus grande partie du poids est déjà positionnée plus bas et plus en avant dans cette tête hybride, de sorte que la couronne en carbone n'est pas vraiment nécessaire dans cette conception hybride. »

A noter, le modèle ROGUE sera présenté sous trois formes : Standard, femmes, et X.

Concernant le modèle X, Alan Hocknell explique la différence : « Le modèle standard tire sa forme de l'hybride Callaway Apex. Bien que l'Apex hybride cible les meilleurs joueurs, ils ne s'attendent pas à ce qu'il bénéficie d'une aussi grande tolérance. Le Rogue standard est une version légèrement élargie de la forme Apex. Son visuel est agréable et il plaira à un grand nombre de golfeurs. Il offre également un spin relativement faible, assez de tolérance pour obtenir facilement un bon décollage de balle, un certain degré de maniabilité, et est très polyvalent à partir de différents lies. »

Il poursuit son argumentation avec le modèle ROGUE X « Le Rogue X est une avancée assumée vers le bois de parcours miniature, c'est ce qu'on pourrait appeler un super hybride. Chip Brewer, notre PDG, a fortement influencé ce produit. La forme a été développée avec quelques-unes des idées qu'il avait appliquées précédemment dans la conception d'hybrides très tolérants avant de rejoindre Callaway. Le Rogue X présente une forme plus large, le centre de gravité se trouve à un endroit différent et la surface de frappe est plus grande. Comme les fers Rogue X, ces hybrides sont programmés pour une distance maximale. Ils présentent un loft robuste, sont légèrement plus longs au niveau du shaft et bénéficient d'une trajectoire de « bombardement » plus caractéristique si vous les frappez à partir d'un lie dégagé ou d'un tee bas. »

Premier avis sur les hybrides ROGUE X

Ne me reste plus qu’à tester des modèles d’hybrides ROGUE 3 et 4 pour me faire ma propre opinion.

En l’occurrence, j’ai testé des ROGUE X. J’aurai sans doute l’occasion de tester plus tard les ROGUE standards.

Premier fait à relever, les lofts des hybrides ROGUE X sont vraiment fermés.

Le loft du numéro 3 est de seulement 18 degrés, ce que j’ai ressenti au moment du test. Ce club m’a réellement mis en difficulté, surtout sur un manche stiff. J’ai eu du mal à trouver le centre de la face avec régularité.

Sans doute qu’un pro pourrait plus facilement utiliser ce club.

De mon point de vue, 18 degrés de loft, c’est un peu trop bas. Le smash factor (seulement 1.38) traduit cette difficulté d’usage dans mon cas personnel.

Résultat, j’ai swingué légèrement moins vite (2 mph en moins).

Comme annoncé par Alan Hocknell, je confirme une tendance à projeter la balle sur une trajectoire plus tendue. Les angles de lancements et d’atterrissages sont moindres par rapport à des hybrides plus loftés.

Incontestablement, la roule est augmentée (+2 mètres à 2 mph de vitesse de swing en moins).

Si pour l’hybride 3, je ne peux pas confirmer l’augmentation de la vitesse de balle, en revanche, en rapport avec le loft, je trouve bien un abaissement du taux de spin, favorable à la distance.

Des deux hybrides, entre le numéro 3 et le numéro 4, j’aurai tendance à m’arrêter au 4 avec un loft de 20 degrés, qui dans certaines marques correspond déjà à un hybride 3.

Déjà, les résultats sont plus appréciables, notamment au niveau du smash factor (1.42) plutôt bon par rapport à ce que j’ai déjà pu tester par ailleurs, et dans d’autres marques.

En revanche, à l’inverse de l’hybride 3, le spin me paraît un peu trop fort (5000 tours). Dans les deux cas, on peut surtout considérer que je n’ai pas assez bien centré les balles dans la face pour complètement tirer parti des deux clubs.

Le choix des shafts mériteraient d’être revus dans le cadre d’un fitting pour optimiser mes performances. Sur ces configurations de manches, les deux hybrides Callaway ROGUE X ne m’ont pas pleinement convaincu.

Je ne suis pas dans la bonne cible pour ces clubs.

Restera à voir le résultat avec les ROGUE standards, qui présentent des lofts plus conventionnels, et donc plus abordables.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.