Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Hybrides Titleist 818 H1 et H2 : Réaligner l’offre complète !

C’est l’événement le plus important concernant le lancement de la gamme 718/818, Titleist réaligne la sortie des hybrides sur celle des fers. Désormais, les nouveaux Titleist 818 H1 et H2 seront commercialisés en même temps que les autres clubs de la gamme, à savoir des fers 718 MB (lames) aux fers 718 AP1 (superimprovment). Au-delà de ces considérations commerciales, que valent ces nouveaux clubs ? Que peuvent-ils apporter ? Quels sont les utilisateurs ciblés ? J’ai eu l’opportunité d’un premier contact avec ces deux clubs sur le golf des Chanalets, dans la Drôme, pour me faire un premier avis avec l’appui de données Trackman.

Deux nouveaux hybrides dès septembre 2017 !

Un an après la série d’hybrides 816, Titleist corrige déjà le tir, et lance deux nouveaux hybrides sur un cycle de vie produit qui sera bien de deux ans, cette fois-ci. La gamme 820 devrait donc attendre 2019…

D’ici là, 818 H1 et H2 se distinguent, et présentent bons nombres de changements.

Le plus notable va se trouver au niveau du célèbre système Titleist, le Active Recoil Channel (ARC), qui est censé apporter plus de vitesse de balle à l’impact.

Le système a été revisité cette année pour ressembler bien plus à une « slot » ou fente fermée qu’à un couloir ou tranchée ouverte sous la semelle.

Apparu pour la première fois sur les hybrides 915 pour être déjà corrigé et amoindri sur les 816, certains reprochaient aux hybrides Titleist de légèrement accrocher à l’impact.

Désormais, la marque devrait clore le débat avec une fente bouchée avec du polymère. Cependant, cela pose la question suivante : La fente sous la semelle avait-elle un réel bénéfice ?

Pour la marque, c’est le polymère qui devrait apporter la réponse.

Du fait de sa composition, il permet toujours à la face de légèrement fléchir à l’impact pour augmenter la vitesse de balle.

En « bouchant » la fente, Titleist résout deux problèmes : D’une part, cela fait plus « propre », et d’autre part, cela résout la question de l’interaction avec le sol, et une éventuelle sensation d’accrocher.

Un grand patron d’une marque concurrente a dit un jour « Une bonne technologie est une technologie dans laquelle le joueur peut croire. » Cela suppose qu’il puisse la visualiser.

En matière de matériel de golf, la différence de performance se joue parfois sur des micro-détails.

En dehors des chiffres fournis par un launch monitor qui sont irréfutables, on peut concevoir qu’un club va être performant pour soi sur la base d’un feeling, et d’une croyance sincère.

Il devient difficile de maintenir cette croyance quand tous les deux ans, les arguments changent. Faut-il une fente creuse et ouverte sous la semelle ou une fente remplie par un polymère ?

On s’y perd un peu, et cela remet un peu en question l’intérêt de cette technologie. C’est valable pour Titleist, mais aussi pour TaylorMade, concerné par le phénomène.

En revanche, il y a une technologie qui ne se dément pas, et pour laquelle, Titleist mise bien sur la continuité, c’est le principe de Surefit CG, soit l’ajustement de la position du centre de gravité du club par le déplacement de masse à l’intérieur de la tête.

Le Surefit CG en plus !

Ce principe a été initié pour la première fois sur les drivers et bois de parcours 917 de l’an passé, il est donc logique que Titleist aille jusqu’au bout avec les hybrides.

Le principe consiste dans le fait de faire glisser sous la semelle une cartouche de poids cylindrique pouvant aller de 10 à 18 grammes (14 étant le standard parmi 5 choix possibles) pour modifier l’équilibre du club et le poids total de la tête.

Pour chaque poids, Titleist propose une position neutre et une position « déséquilibrée » avec un bout plus lourd que l’autre.

Si vous placez le bout le plus lourd en pointe, vous obtenez une possibilité de fade avec un décalage pouvant aller jusqu’à 3 mètres, et inversement pour un draw.

Ce qui est intéressant, c’est bien la possibilité d’ajuster le poids de la tête de près de 4 grammes pour aller au bout du principe de fitting, notamment en tenant compte de la longueur du manche, et du poids du manche.

Cela aura bien entendu un impact sur le MOI du club. Il y a donc des chances qu’un réglage fonctionne mieux pour vous que la plupart des autres.

Au cours de mon premier essai en compagnie de Benoît Delcambre, technicien clubfitting chez Titleist, nous n’avons pas exploré cette piste. Je serai amené à revoir ce point précis dans un prochain test.

D’un point de vue look, la gamme 818 est d’aspect plus grise que la précédente, notamment sur la couronne, et selon Benoît Delcambre, il s’agit de rapprocher les hybrides des fers, au moins dans l’esprit.

La marque considère que les joueurs achètent leurs séries et les hybrides en même temps. Tout est fait pour uniformiser les hybrides avec le reste de la gamme 718.

Jusqu’à présent, l’aspect « black » a souvent prédominé dans l’esprit des golfeurs pour ce type de clubs. Nous verrons si l’aspect « silver » retient finalement votre attention.

Titleist, qui se veut la marque championne des options de fittings sur ces clubs, et en particulier les hybrides, propose aussi la fonction SureFit Tour Hosel, qui permet d’ajuster le lie et le loft du club, depuis la bague de réglage positionnée sur le hosel.

Vous pourrez changer le lie indépendamment du loft. Vous pourrez surtout changer le loft de +1 ou +2 degrés dans un sens ou dans l’autre, à savoir monter ou baisser le loft d’origine.

Revers de la médaille… Comment être sûr d’avoir bien réglé son club ?

Cela justifie de passer dans les mains d’un expert. Ces clubs permettent donc plus d’options d’ajustements. En théorie, ils peuvent être adaptés à tous les profils de golfeurs.

Quelles différences concrètes entre H1 et H2 ?

Toujours dans l’esprit de proposer une solution qui pourra convenir à tout le monde, Titleist propose deux versions très distinctes.

Le H1 ressemble plus à un bois de parcours dans sa forme de tête alors que le H2 se rapproche plus d’un fer.

L’un est plus large, et l’autre est plus compacte.

Si Benoît indique que les deux clubs sont aussi tolérants, il y a tout de même des différences dans le rendu en matière de trajectoires de balles, et une différence de smash factor.

Dans les mains, c’est presque imperceptible, mais cela n’a pas échappé au radar Trackman.

La tête H1 plus large est tout de même un peu plus tolérante, lance balle plus haut, mais en contrepartie donne beaucoup de spin. La tête H1 est la plus simple à jouer.

La tête H2 plus compacte donne un peu moins de vitesse de balle, mais lance plus tendue avec nettement moins de spin, pour finalement plus de distance.

La tête H2 a beau être plus compacte, elle est plus puissante. Les bons joueurs vont préférer son look et ses ratios de performances.

Hybride Titleist 718 H2

Un hybride qui fait beaucoup penser au Callaway Apex, typiquement un hybride compact pour bons joueurs. Le niveau de MOI est inférieur d’au moins 7% par rapport au H1 plus large.

Le club reste très maniable. Pendant l’essai, je n’ai pas senti un désavantage particulier. Seul le trackman a percé à jour cette différence.

La face, notamment en pointe paraît plus « carrée », et moins ronde que pour hybride plus tolérant, et plus proche de l’esprit d’un bois de parcours comme pour le H1.

Il y a une autre raison pour cette forme de tête. Elle convient mieux aux swings qui attaquent la balle plus franchement sur un angle négatif, et donc plus près de la façon de jouer d’un fer.

Logiquement, tous les golfeurs devraient attaquer la balle selon un angle négatif, y compris avec un hybride. Cependant, pour beaucoup d’amateurs, la tentation est grande de lever la balle comme avec un driver…

La taille étant différente, le contact est un peu différent du H1.

Hybride Titleist 718 H1

C’est donc le plus large des deux hybrides.

Il est destiné aux golfeurs qui cherchent plus de tolérance, et surtout à lever plus facilement la balle.

Par rapport au modèle précédent, le 816, la forme est légèrement plus arrondie et plus profonde.

Du fait du H2, Titleist a pu s’affranchir de certaines contraintes, et ainsi proposer un H1 beaucoup plus tolérant, pour rivaliser avec des marques comme PING ou Callaway, sur le segment des hybrides plus faciles à manier.

Pour les ingénieurs de la marque, cette forme favorise un léger effet de ballonnement, tout en augmentant le MOI de près de 13% par rapport à l’ancienne version.

Autre intérêt d’un club qui lève plus la balle, forcément, en conséquence, l’angle d’atterrissage est plus marqué.

Sur ce point, j’ai trouvé un angle de 46 degrés, très proche de ce que l’on peut attendre d’un fer 7 !

La balle donc plus haute, se stoppe assez rapidement, sous l’effet conjoint d’un taux de spin élevé (5200 tours) et cet angle d’atterrissage très prononcé (46 degrés).

Résultat, la roule n’excède pas 4 à 5 mètres pour une vitesse de swing de 88mph.

N’oublions pas que les têtes peuvent être considérablement fittées avec le système Surefit CG, et le choix du shaft.

S’agissant des manches, Titleist va jusqu’à proposer 5 modèles différents (Mitsubishi Tensei Pro Red, 50, 60 et 70, Aldila Rogue M+AX 85, et Project X Eleven Flaw Blue 85 6.0).

Comparatif de performances

En termes de performance, à vitesse de swing pratiquement égale (entre 88 et 89 mph), la vitesse de balle du H2 est légèrement moins rapide. C’est en fait la traduction d’une tolérance légèrement amoindrie. C’est logique, et en rapport avec la taille de la tête, soit 1.40 pour le H2 contre 1.42 pour le H1.

En revanche, pour deux clubs de loft 19 degrés, l’angle de lancement est plus bas (soit 14,7 degrés pour le H2 contre 16,1° pour le H1).

Autre conséquence plus spectaculaire, le taux de spin par angle de lancement est pratiquement 100 tours plus bas.

Au global sur une balle lancée à 180/190 mètres, le taux de spin est de seulement 3600 tours contre 5200 pour le H1.

Le spin du H2 est de ce point de vue plus conforme avec un hybride 3 de 19 degrés.

C’est plutôt le H1 qui en contrepartie d’être plus tolérant, et de lever plus la balle, donne beaucoup de spin (trop pour un bon joueur).

Malgré une vitesse de balle moins rapide, c’est finalement le H2 qui gagne largement le « match » de la distance.

J’ai trouvé 5 mètres d’écarts au carry, 11 mètres après la roule, et jusqu’à 14 mètres entre les balles les plus longues avec chaque club.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.