Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Hybride Cleveland HB Launcher : Un Hibore revigoré ?

Pour les connaisseurs, l’appellation HiBore est assez ancienne. Il faut en fait remonter aux débuts des années 2000 pour retrouver trace d’un premier hybride portant ce nom. A chaque marque sa gamme emblématique, pour Cleveland, ce sera donc HB pour HiBore. Après trois ans d’absences, le nouvel hybride a été considérablement relooké, et positionné sur un tarif attractif. Est-ce pour autant une bonne affaire ?

Un hybride Cleveland bien placé en prix ?

De tout temps, et toute époque, les hybrides Cleveland se sont toujours distingués par une forme généreuse, une certaine maniabilité, et un prix plutôt abordable.

S’agissant du tarif, le dernier né des hybrides Cleveland, le HB Launcher se trouve autour de 189 euros prix public, chez les principaux distributeurs du marché français.

A titre de comparaison, un TaylorMade M3 est proposé à 259 euros, alors qu’un PING G400 tourne autour de 240 euros.

Le modèle Cleveland se retrouve donc positionné près de 30% moins cher que l’offre des leaders du marché, en termes de ventes.

30% ? Est-ce le coût du sponsoring des joueurs sur le tour ?

Sur un marché normé où les marges de manœuvres sont limitées, les fabricants doivent rivaliser de trésors d’ingénieries pour tenter de distinguer leurs produits.

Néanmoins, en matière d’hybrides, on peut trouver bons nombres de différences, à commencer par la taille du club.

Plus la tête est large, et plus la tolérance pourra être élevée. A l’inverse, plus la tête sera compacte, et plus il faudra faire preuve de talent pour centrer la balle dans la face.

Cleveland assume un positionnement tourné vers les amateurs, les débutants, les seniors, et bref, tous ceux qui ne rêvent pas de jouer sur le tour.

Pas de golfeur star qui joue ce club sur le tour, et donc, en contrepartie, un prix plus raisonnable.

Oui, mais généralement le golfeur amateur a tout de même envie qu’on lui parle de performance…

Trois ans auparavant, le modèle 588 avait plutôt bien fonctionné. Pour ma part, j’en avais même mis un dans mon sac.

Par rapport au précédent Launcher de 2009, on pourrait dire du nouveau modèle qu’il est plus long en pointe, et un peu moins « carré ».

Surtout, et comparativement au 588, la couronne HiBore refait son apparition, comme pour le driver ou les bois de parcours.

Pour Jeff Brunski et ses équipes à Huntington Beach, l’objectif était d’abaisser la couronne pour justement abaisser le centre de gravité de la tête, et par conséquent, augmenter les conditions de lancements.

En gros, augmenter le plus possible le smash factor, et lancer plus haut.

D’un point de vue esthétique, ce modèle est assez sobre. Presque trop quand en comparaison, TaylorMade joue sur plusieurs couleurs, ajoute un poids amovible sous la semelle… bref en fait des tonnes.

Cleveland, fidèle à son image, est restée dans la simplicité.

Toujours en comparaison du driver et du bois de parcours, l’hybride présente le même dessin sous la semelle (Flex Fin). Un dessin qui serait censé augmenter la vitesse de balle à l’impact.

Ce n’est peut-être pas du côté de la tête qu’il faut chercher le principal point fort de ce nouveau club mis sur le marché fin 2017, en prévision de la saison 2018….

En ajoutant un manche C Kua de la maison sœur Miyazaki, Cleveland propose finalement un produit bon marché avec un shaft fabriqué au Japon, quand d’autres misent sur la production Chinoise…

Ce manche C Kua a pour objet d’apporter de la vitesse de swing du fait d’une combinaison de légèreté et de stabilité.

Premier essai de l’hybride Cleveland HB Launcher

Passé la revue des qualités ou caractéristiques théoriques de ce nouvel hybride, j’ai pu en tester un modèle en loft 22 degrés (hybride 4) monté sur un shaft C Kua Regular d’une longueur de 39,75 inches, et un poids de 57 grammes, soit la version qui devrait être la plus fréquemment commercialisée.

Des derniers tests que j’ai pu mener, j’ai constaté qu’en moyenne un hybride 4 sur le marché français est proposé avec un manche regular de 64 grammes, et une longueur de 40 inches.

Le modèle proposé par Cleveland est donc légèrement plus court, et plus léger.

Cela peut présenter un avantage, et un inconvénient.

Plus court, le manche devrait en fait défavoriser la vitesse de swing, et par contre, permettre un meilleur centrage de la balle dans la face, surtout pour un amateur.

Plus léger, il peut justement paraître plus maniable, mais en revanche, un bon joueur pourra peut-être avoir l’impression de mettre moins de poids dans la balle à l’impact.

Ces deux détails en disent en fait beaucoup sur le club que l’on va avoir en mains, et bien plus que la liste des caractéristiques techniques sous la semelle, et sur la tête.

A cela, il faut ajouter que le loft du numéro 4 est tout à fait conventionnel (22 degrés), alors que certaines marques peuvent parfois tricher en proposant un hybride 4 de 21 ou même 20,5 degrés !

Dernier mot sur la légèreté du manche… de tous les clubs que j’ai testé, le Cleveland CG Black était déjà autour de 54 grammes pour le manche regular monté en standard. Wilson a tendance à proposer des manches au grammage similaire (même positionnement marketing). Et en fait, seul XXIO fait plus léger avec le XXIO10 proposé à 45 grammes !

Pour le test, concrètement, si je swingue un hybride 4 à 86 mph, avec le HB Launcher, le manche plus léger et plus court m’a fait perdre 2 mph de vitesse de swing (84 mph).

La clé est alors de savoir si je génère malgré cela une meilleure vitesse de balle ?

Cela n’a pas été le cas. Au lieu d’envoyer la balle à 120 mph de moyenne, je suis descendu à 117 mph.

Sur les ratios (smash factor et efficience), les résultats sont néanmoins convenables ou dans la moyenne.

Avec 1.40 de smash factor, le résultat a été plutôt moyen pour moi. En revanche, le taux de spin donné à la balle ayant été plutôt bas (400 tours de moins qu’en moyenne pour un hybride 4), l’efficacité du club est plutôt bonne.

S’agissant de l’angle de lancement, je n’ai pas trouvé un effet particulier. C’est dans la moyenne de ce que je trouve généralement pour un hybride 4, soit plus de 16 degrés.

Pour moi, le shaft léger n’est pas forcément la meilleure solution. Pour un golfeur avec une vitesse de swing plus modéré, cela peut être un bon argument.

A mon niveau, je ne détecte pas nécessairement un club qui lance plus haut ou plus facilement. Le choix du shaft est donc crucial pour optimiser la performance.

Cependant, ce test me permet de constater une performance dans la moyenne, alors que le prix lui ne l’est pas.

Ce n’est certainement pas l’hybride le plus spectaculaire du marché d’un point de vue de la conception ou de la performance avant fitting, par contre 30% moins cher, il faut en générer des mètres en plus pour avoir envie de payer plus cher…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.