Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Bois de parcours TaylorMade M1

La nouvelle famille M de TaylorMade a pour but de marquer un tournant dans l’offre de la marque américaine. Après avoir revigoré sa célèbre série Burner avec l’Aeroburner, après avoir poursuivi la série R jusqu’au R15, TaylorMade a décidé de marquer les esprits en se projettant dans une nouvelle dimension, celle des bois M1 et M2. Considéré comme les premiers bois de parcours « Unmetal » à savoir sans métal, TayloMade cherche toujours à démontrer qu’elle peut avoir un coup d’avance dans son domaine de prédilection.

Quelques jours après vous avoir présenté le M2, nous vous dévoilons ce qui constitue le bois M1, un club dont la principale caractéristique est d’être construit avec une couronne en fibre de carbone.

TaylorMade M1 : Le premier bois de parcours UNMETAL...

En matière de bois de parcours, la notion qui est essentielle est le placement du poids.

Pour les ingénieurs de TaylorMade, et en premier lieu, Benoit Vincent, notre interlocuteur à Carlsbad en Californie, siège de la R&D mondiale, le poids est une obsession.

Il faut non seulement le réduire, mais aussi le placer de manière idéale pour pouvoir en fait optimiser la trajectoire de balle.

Partant du principe qu’un golfeur swingue toujours à la même vitesse, le club ne peut donc faire varier cette trajectoire qu’à la marge, et c’est cette marge qui intéresse les fabricants.

Comment provoquer plus de distance ? Plus de hauteur de balle ? Plus d’effets ? et surtout pour les amateurs, plus de tolérance, en particulier sur les coups décentrés ?

L’an passé, TaylorMade avait misé sur le R15, une série de driver et bois de parcours que nous avions déjà eu l’occasion de tester et d’apprécier.

Au cours de nos tests, il s’était avéré que ces clubs produisaient assez peu de spins, et du coup, une distance légèrement accrue par rapport à la concurrence…un bon point !

Le spin et l’angle de lancement sont les arguments principaux pour expliquer comment à vitesse de swing égale, un club peut lancer un peu plus loin.

L’été dernier, Benoit Vincent nous avait expliqué que justement sa marque travaillait en permanence dans l’optique de rapprocher les clubs d’un idéal balistique de 1700 tours par minute de spin, et 17 degrés d’angle de lancement pour le driver.

Comprenez que tout le travail de l’équipe R&D de TaylorMade a pour objet de réduire ce spin, et d’augmenter conjointement l’angle de lancement, mais pas seulement pour les pros, mais bien pour ceux qui en ont le plus besoin : les amateurs.

Avec le R15, il nous semblait que TaylorMade avait déjà atteint un niveau de performance assez élevé.

Un travail de continuité nous aurait paru plus classique dans la suite du R15 compte tenu du fait que la marque ne s’arrête jamais à un produit, et essaie de sortir tous les ans, une nouvelle version, pour des raisons commerciales que l’on peut facilement imaginer.

Pourtant, avec le M1, TaylorMade a souhaité partir dans une toute nouvelle direction, sans doute dictés par des impératifs stratégiques et financiers.

La marque étant actuellement mise en vente par Adidas.

L’autre raison, et déjà évoquée par le passé par Benoit Vincent, étant que TaylorMade a un besoin viscéral de proposer toujours des innovations et des nouvelles directions pour rester au moins en terme d’images, le leader technologique des bois de parcours.

Avec le M1, la marque américaine voulait frapper un grand coup.

Et depuis les années 90 avec l’arrivée du titane dans les têtes de drivers, toutes les dernières tentatives d’innovations ont été plutôt infructueuses.

En 2016, le fait d’utiliser de la fibre de carbone pour concevoir la tête d’un driver ou d’un bois de parcours peut fonctionner selon plusieurs critères :

La matière est assez résistante pour proposer des propriétés comparables à l’acier.

La construction a été rigidifiée pour supporter la diminution du poids.

Et surtout le son et le touché ont été travaillé de façon à proposer un contact qui pourrait plaire aux golfeurs.

Le M1 est donc un véritable pari sur l’avenir.

Avant de parler de performance, le M1 a déjà au moins réussi son lancement commercial, et a marqué les esprits.

Les premiers résultats économiques de l’année 2016 laisse penser que sous l’impulsion de cette nouvelle gamme, la situation de TaylorMade s’est légèrement améliorée.

Le M1 a créé un léger phénomène d’étonnement auprès des joueurs, et ce, malgré un prix de vente élevé, surtout pour le driver.

D’ailleurs, c’est un peu surprenant, concernant la version bois de parcours, le M1 est vendu au même prix que le R15, à savoir 349 euros, et ce alors que le driver est passé de 429 à 539 euros prix tarif !

Ceci dit, le renouvellement des bois de parcours est bien moins fréquent que celui des drivers…

Par rapport au R15, qu’est-ce qui a fondamentalement changé ?

En dehors de la couronne en carbone plus légère, TaylorMade a apporté d’autres changements, et tout de même tiré parti de l’expérience du précédent R15.

En cela, le M1 n’est pas totalement dessiné à partir d’une feuille blanche.

Et tout se joue sous la semelle, et en particulier, avec l’usage des petits poids ajustables situés dessous.

Avec le R15, vous aviez un seul poids ajustable que vous pouviez déplacer de droite à gauche, notamment pour faire varier la trajectoire entre draw et fade.

Une option assez rare pour un bois de parcours par rapport au driver, et assez rare pour une marque.

Par exemple, si Mizuno propose un système comparable pour le driver JPX-850, cela n’apparaît pas sur le même bois de parcours.

Au contraire, TaylorMade veut apporter ce type de réglages, même sur son bois de parcours, et ce même si pour beaucoup d’amateurs, il faut bien avouer que la notion de draw ou de fade reste très hypothétique.

Beaucoup d’amateurs seraient déjà contents de pouvoir taper un coup de bois 3 droit, et très peu sont réellement en mesures de générer un effet, seulement par l’usage d’un réglage sous la semelle.

Il faut être honnête. Ce type d’options s’adresse à une fraction limitée du nombre de joueurs, et surtout, ceux capables de travailler les trajectoires de balles.

Après un peu moins d’un an d’utilisation du R15 sur le tour, les ingénieurs se sont aperçus qu’il y avait mieux à faire.

En doublant le nombre de poids sous la semelle, ils se sont aperçus qu’ils pouvaient cette fois apporter un bénéfice à plus de joueurs.

Le fait de placer un poids de chaque côté du talon et de la pointe du bois de parcours n’avait plus pour résultat de favoriser un effet, mais au contraire, d’améliorer le MOI du club, et globalement la tolérance de la face sur les coups décentrés.

En plaçant un poids de chaque côté, vous ne pouvez plus prétendre donner du draw ou du fade puisque la répartition des masses s’annule. En revanche, vous améliorez l’inertie au centre de la face.

Avec ces deux poids, vous pouvez toujours modifier la trajectoire de balle (placer deux poids à gauche ou à droite), mais surtout, vous avez beaucoup plus de possibilités pour optimiser votre club.

C’est donc en plus de la tête en carbone, le gros avantage de ce bois M1.

Les deux poids en tungstène pesant chacun 15 grammes, il remplace le poids unique du R15 qui pesait 25 grammes, soit au total des deux poids, 30 grammes.

Les 5 grammes supplémentaires sous la semelle servant à déplacer le centre de gravité de la tête vers le bas, sachant que l’intérêt du carbone était d’enlever du poids sur le dessus.

Tout ceci pour favoriser un angle de lancement plus élevé, et…moins de spin alors que l’usage des deux poids a pour but de favoriser la vitesse de balle à l’impact.

Au niveau look, le M1 dénote dans l’univers des bois de parcours avec sa couronne bicolore.

L’avis de la rédaction :

Toute la question est de savoir si vous voulez régler votre bois de parcours, et surtout modifier les réglages. Par rapport au R15, le M1 nous semble plus une évolution que la révolution annoncée.

Notre test va démontrer un gain, mais pas quelque chose de spectaculaire. De toute façon, cela commence à devenir difficile d’améliorer un club de golf tous les ans.

Considérant le prix, vous avez toujours le choix entre le très bon bois de parcours Aeroburner qui lui ne propose pas de réglages, et ce M1 qui représente le MUST made in TaylorMade, d’où la question précédente sur votre volonté ou pas de changer les réglages…

Enfin, l’impact particulier proposé par ce club plaira ou ne plaira pas…Le carbone produit son petit effet par rapport au titane.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.