Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Bois de parcours Srixon Z F85

Pour son nouveau bois de parcours, Srixon innove et apporte pour la première fois à sa gamme, une tête avec une couronne en composite sur un corps en titane. L’objectif du fabricant japonais consisterait à accroître la stabilité du club à l’impact, et donc augmenter le moment d’inertie. Y parvient-il ? Le nouveau Z F85 est-il vraiment plus performant par rapport aux deux précédentes générations ?

Evaluer un bois de parcours, les avis peuvent diverger…

D’un golfeur à un autre, d’un testeur à un autre, d’un journaliste à un autre, il n’est pas toujours évident de retrouver le même ressenti ou le même avis sur un club de golf.

Il n’y a pas deux swings qui se ressemblent. Ce n’est donc peut=être pas si illogique. Comme les goûts et les couleurs, la perception et les sensations autour d’un club de golf peuvent échapper à une forme d’objectivité.

A l’occasion de la présentation du produit au Saint-Malo Golf Resort fin juillet, Srixon avait réuni une bonne partie de la presse française, exercice que la marque nipponne a sans doute reproduit un peu partout en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

De nombreux journalistes ont donc eu l’occasion de tester ce produit, et certains publier différents commentaires.

Par exemple, pour l’anglais Martin Hopley, en conclusion de son évaluation, ce nouveau bois de parcours « est décent et proposé à un prix raisonnable. Il ne vous met pas le cœur en feu ou en tout cas pas suffisamment pour le faire émerger de la foule. »

Eh bien, pour ma part, je ne suis pas d’accord avec cette affirmation.

De tous les produits Srixon que j’ai testé à Saint-Malo, et que j’ai retesté dans le studio avec le Trackman comme outil de contrôle, c’est largement le bois de parcours qui m’a le plus positivement surpris.

D’une manière générale sur la nouvelle gamme Z85, mon évaluation tend à constater une légère amélioration des produits, et même « une reprise d’appui » versus la précédente gamme Z65, qui m’avait semblé faire un pas en arrière.

Autrement dit, je commence à penser que la gamme 2018 reprend à la fois des codes esthétiques de la gamme 2014, en même temps qu’une continuité dans les performances.

Décidément, je n’ai vraiment pas accroché avec la ligne 2016, aussi bien pour le look que pour les performances.

J’ai le sentiment que Srixon ait revenu à ce qui avait fait sa force, et même une forme de bonne surprise par rapport au marché, des têtes très tolérantes, et très puissantes.

Sur les fers, c’est difficile de le voir de manière flagrante, sur le driver ou le bois de parcours, cela me paraît plus tangible.

Avant de parler technique produit, pour étayer les sensations, ce qui m’a paru flagrant, c’est la qualité de l’impact avec ce nouveau bois de parcours.

Comme pour le driver, et même mieux, j’ai très rapidement obtenu des frappes de balles à 1.49 ou 1.50 de smash factor, et sans être dans une forme exceptionnelle.

A force de tester des clubs, je suis de moins en moins ébahi par les nouveautés. C’est vraiment difficile de trouver un club de golf qui subitement sort du lot.

Il y a beaucoup de paramètres qui rentrent en jeu, et nous savons que les contraintes sont fixes. Les marques ne peuvent pas sortir du cadre, et seulement proposer des changements à la marge.

Malgré ces limites, le Z F85 me paraît un excellent bois de parcours car le coefficient multiplicateur de la vitesse de swing en vitesse de balle (le smash factor) est facilement élevé, en particulier pour un swing d’amateur.

A la différence de Martin Hopley, j’aurai tendance à penser que ce bois de parcours sort du lot.

Les caractéristiques techniques du bois de parcours Z F85

Du test que j’ai pu faire de ce nouveau club, j’ai retenu deux paramètres : Un smash factor facilement très élevé, et en contrepartie un peu trop de spin.

Deux caractéristiques qui traduisent un club avec un moment d’inertie élevé.

C’est exactement le premier argument que la marque a mis en avant au travers du discours de Nicolas Marchand, son responsable de la communication en France.

« Pour la première fois, nous allons utiliser une couronne en composite sur ce bois de parcours. Cela va permettre d’utiliser le poids gagné de manière optimum sur le bas, et en périphérie de la couronne pour augmenter le moment d’inertie. »

Nicolas Marchand explique pourquoi selon lui, son club sera plus stable à l’impact. Un club plus stable à l’impact, et c’est directement un smash factor plus élevé.

Le mariage de la couronne en composite avec une face en titane est ainsi parfaitement réussi sur ce club.

Il y a toujours la question du shaft qui va jouer sur le type de trajectoire, mais clairement, la tête Z F85 me paraît à ranger dans la catégorie des têtes naturellement puissantes.

Après ce principal changement technique, Srixon a maintenu sa « crown step », sorte de rupture entre la partie avant de la couronne, et la partie arrière.

Ce principe déjà vu sur les précédents clubs du groupe, et notamment sur les derniers bois Cleveland HB Launcher commence à s’installer comme un critère distinctif et bien visible.

Selon le fabricant, ce décalage de hauteur entre la partie avant et arrière de la couronne permet d’abaisser le centre de gravité de la tête, et donc favoriser un angle de lancement plus élevé, surtout pour les amateurs.

Il semblerait aussi que cela permette à la marque de prolonger son club plus loin vers l’arrière, un élément qui justement joue sur le moment d’inertie plus élevé, et par conséquent, sur le taux qui ne peut que monter.

Un club de golf est toujours une affaire de compromis. Plus le club va être tolérant, et plus il risque de générer du spin. C’est tout à fait le cas avec le Srixon Z F85.

Autre principe technique fort chez Srixon, la face n’est pas simplement posée sur la couronne. Elle est soudée sur la couronne, et sur la semelle (principe CUP FACE).

C’est un procédé de fabrication qui diffère de ce qui peut être fait dans d’autres marques, et selon la marque, cela pourrait expliquer une capacité de restitution plus importante de la face.

C’est plus délicat à confirmer dans la mesure où les coefficients de restitutions sont de toute façon bridés par l’USGA.

La face est toujours en acier maraging HT1770, un acier forgé pour faire sortir la balle plus vite.

Là-encore, c’est difficile à vérifier.

Cependant, avec une forme de tête imaginée pour plus de moment d’inertie, en comparaison du M3 ou du Rogue que j’ai déjà pu tester cette année, le Z F85 donne effectivement un net gain de vitesse de balle à l’impact (environ 2 mph en plus).

Clairement plus tolérant et plus puissant en sensations, le Z F85 perd un peu de cet avantage sur le taux de spin qui lui monte à plus de 3000 tours, quand les deux autres modèles descendent sous la barre des 2600 tours !

Résultat, en distance totale, vous avez des clubs qui vont sensiblement à la même distance, le Z F85 perd en roule, ce qu’il gagne au carry.

Cependant, d’un point de vue d’un amateur qui décentre plus souvent la balle dans la face, le Z F85 va me sembler plus pertinent.

Le Rogue ou le M3 seront par opposition plus pertinent pour un golfeur très habile pour centrer régulièrement la balle dans la face.

Cette petite différence n’est pas négligeable.

Je ne serai pas surpris que des golfeurs d’index supérieurs à 15 trouvent de meilleurs rendements avec le Srixon, alors que par opposition des golfeurs d’index inférieurs à 15 trouvent des meilleurs rendements avec les deux autres bois de parcours.

Seul reproche que l’on pourrait faire au bois de parcours Srixon Z F85, la tête n’est pas ajustable. Cela se retrouve dans un prix de vente plus raisonnable versus un TaylorMade M3, soit 229 euros en version 3+, 3 ou 5.

Cela étant, pour Nicolas Marchand, le coût de production, et donc le prix de vente supplémentaire pour la production d’une tête ajustable ne se justifie pas forcément dans le rendement, et la performance d’un bois de parcours.

Quelques années en arrière, j’aurai eu tendance à partager ce point de vue… désormais comprenant qu’un réglage de la face peut permettre d’augmenter ou de réduire l’angle, et donc la direction du lancement, surtout pour un joueur qui aura tendance à créer du spin axis, je partage moins cette idée.

Cependant, la tête Z F85 est assez tolérante, et je n’ai pas dispersé outre-mesure.

S’agissant du manche, Srixon m’a proposé un manche Miyazaki Mahana allégé par rapport aux versions précédentes.

Avec 47 grammes pour le manche regular, cela devrait apporter un peu plus de fouetté. C’est sans doute un élément qui contribue à cette augmentation du smash factor que je constate notablement par rapport aux deux précédents bois Srixon.

Le Mahana 4323 est donc un manche légèrement plus rigide en butt par rapport au tip, un manche qui me correspond peut-être mieux qu’à un autre golfeur, ou un autre journaliste de golf.

En comparaison du M3 ou du Callaway Rogue, le manche proposé par Srixon en regular est tout de même plus léger de 15 à 18 grammes, selon les versions.

Là-encore, c’est un élément à prendre en compte, et intéressant pour un amateur qui n’a pas une très grande vitesse de swing, à condition d’être un profil ayant besoin de plus de poids en tête par rapport au manche. Ce n'est pas qu'une question d'être senior ou pas. On a déjà vu qu'un senior ne bénéficiait pas systématiquement d'un manche plus léger.

Le bois 3 que j’ai testé était en fait en swing weight D2.

Dans de précédents articles, j’avais déjà eu tendance à argumenter sur le fait que c’était sans doute ce qu'il faudrait vérifier en premier, par rapport au swing de chacun.

En version stiff, Srixon proposera un Mahana 5433 de 49 grammes.

Ce manche sera essentiellement plus rigide en butt et comparable en tipp au modèle regular, le décalage de rigidité sur toute la longueur du manche sera donc encore plus marqué.

A propos de son nouveau shaft, Srixon avance « Le nouveau shaft Miyazaki Mahana, développé en collaboration avec Toray Industries et Mitsubishi procure la puissance maximale en proportion de la vitesse de swing. Cela est rendu possible grâce à la combinaison de la Nanoalloy® et des fibres de carbones utilisées par Miyazaki. »

Un premier avis sur ce nouveau bois de parcours Srixon Z F85

En conclusion, pour un premier contact, même si le taux de spin paraît plus important, un smash factor qui « tape » le plus souvent le maximum possible, donne forcément d’excellentes sensations en mains.

Si, personnellement, j’ai trouvé le manche du driver trop long, ce qui me provoque un chemin de club trop intérieur-extérieur, et des trajectoires de balles trop incurvées de droite à gauche, la distance obtenue avec le bois 3 avec un manche forcément plus court, me ferait hésiter à mettre un driver dans mon sac…

De tous les produits de la ligne Z85, le bois de parcours est mon favori pour sa facilité, et son rendement.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.