Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Bois de parcours Nike Vapor Fly 2016

En matière de clubs de golf, la plupart des fabricants s’appuient sur leurs meilleurs joueurs sur le tour pour imaginer et concevoir des nouveautés. Nike n’échappe pas à la règle, et quand il a fallu préparer la version 2016 des bois de parcours Nike Vapor Fly, elle s’est tournée vers Rory McIlroy. Ce dernier a été catégorique : « Surtout ne changez pas la forme de la tête ! »

A l’occasion du dernier Open de France où nous avons pu passer beaucoup de temps au practice, sur le terrain, dans les zones de repos des joueurs et des caddies, et nous avons pu approcher de près les sacs des joueurs, et notamment ceux des golfeurs Nike dont Rory McIlroy, mais aussi le français Romain Wattel, l’anglais Tommy Fleetwood ou le danois Lucas Bjerregaard.

L’avantage de Nike, c’est que les sacs couleurs Blue Volt passent difficilement inaperçus.

Alors si McIlroy s’est montré très défensif au sujet de la forme des bois de parcours Nike Vapor, il n’a visiblement rien dit concernant la couleur et la construction.

Ceci étant, et contrairement à ce qu’affirment souvent les marques, tous les joueurs ne changent pas systématiquement de clubs chaque année.

L’adage qui consiste à dire que les pros sont encore plus conservateurs que les amateurs se vérifient très souvent.

Par exemple, photo à l’appui, Romain Wattel utilise toujours un bois 3 Nike Vapor Fly de l’année précédente !

Ceci étant, d’un point de vue look, la version 2016 est pourtant nettement plus jolie !

Autre remarque, à la différence de beaucoup d’autres golfeurs sous contrats avec d’autres marques pour le sac et les clubs, il faut noter que les golfeurs « Nike » ne dissimulent pas des clubs « TaylorMade » sous des caches-drivers.

Les golfeurs Nike utilisent bien des bois Nike, une marque de confiance à noter sur le practice de l’European Tour !

Concernant la gamme 2016, Nike a surtout simplifié son offre !

Une seule tête qui est en fait la fusion de la Vapor Flex et de la Vapor Speed alors que pour les drivers, Nike a maintenu ce principe de têtes multiples.

Sur la nouvelle tête, le flexloft porté sur le hosel a été aminci de 15% en termes de diamètre, et le choix de réglage a été porté à 1° au lieu de 2°.

Comprenez que la plage de réglages des bois Nike est réduite, passant de 5 degrés à 2 degrés alors que la marque propose cinq têtes de 13 à 21 degrés, ajustables donc d’un seul degré en plus ou en moins.

Cela doit être une éternelle bataille avec les distributeurs que de proposer des clubs plus ou moins ajustables, et donc des stocks en conséquence, car il faut bien le dire, l’intérêt de l’ajustable est surtout pour le marchand, et dans le but de réduire le nombre de références à stocker…

Pour Nike, et pour le consommateur final, effectivement, plus de choix de lofts permet de mieux correspondre au besoin.

A conditions de trouver les lofts désirés en magasin ou sur Internet…

Si McIlroy n’a pas émis d’objections concernant la couleur du club, nous pouvons l’en remercier, car en dehors de la performance qui est un autre débat, le Vapor Fly 2016 est un des plus beaux bois de parcours mis sur le marché cette année. Le mélange du bleu et du jaune est particulièrement réussi, et le design très particulier de ce club à cavité en fait l’un des outils qui se remarquent.

Enfin, Nike continue d’avoir l’intelligence de ne pas trop farder son club de mentions, et laisse seulement apparaître la virgule pour identifier la marque sur la couronne.

Sur le plan technique, Nike a voulu proposer à son champion une nouvelle cavité Covert, une nouvelle couronne Flightweight, et une nouvelle face HyperFlight.

Pour la couronne, l’usage d’un acier aminci sur la base d’une structure rappelant un nid d’abeilles a néanmoins pour but de proposer plus de résistance.

Tandis que la cavité sous la semelle a été redessinée pour déplacer de la masse le plus possible à l’extérieur de la tête pour augmenter le moment d’inertie du club, et donc le rendre plus tolérant.

De ce point de vue, quand nous avons pu tester le club, ce qui n’est pas évident avec Nike, nous n’avons justement pas trouver le Vapor Fly 16 franchement différent en performance pure par rapport au précédent Vapor Fly.

Au contraire, il donnait nettement plus de spin pour un smash factor légèrement inférieur.

Avec un peu plus de vitesse de swing, et un angle de lancement plus tendu, effectivement, nous avons trouvé un gain de distance de 3 mètres en faveur du nouveau bois.

En complément de la cavité, Nike met en avant un couloir sous la face, dont la mission est de favoriser la déformation pour justement un peu plus de vitesse de balle à l’impact.

Ce couloir a lui aussi été réduit dans sa globalité, mais dans le même temps élargi au niveau du talon et de la pointe.

Pour supporter ces choix techniques, Nike a bien été obligé de renforcer les structures dites Flybeam qui soutiennent la cavité et le couloir sous la semelle.

Ce renforcement étant à l’origine de la création d’une plus grande vitesse de balle à l’impact.

Concernant la face, celle-ci a été affinée sur les bords pour terminer de donner un club plus performant par rapport au modèle précédent.

Conséquences des changements techniques apportés, le son et le touché s’en sont trouvés améliorer.

Ajoutez à cela le fait que le réglage du loft parait beaucoup plus discret, vous le remarquez à peine à l’adresse, et vous obtenez un club esthétiquement beaucoup plus réussi que le précédent.

En performance, nous restons un peu sur notre faim car finalement à ne pas trop avoir changé la forme de la tête, les écarts restent difficilement perceptibles entre les deux versions de Vapor Fly.

Le seul argument qui milite pour passer d’une version à l’autre, c’est vraiment l’esthétique.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.