Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Bois de parcours Callaway Fusion

Classiquement le bois de parcours Callaway Big Bertha Fusion reprend les mêmes codes et les mêmes technologies que le driver du même nom. Tout comme le driver, l’objectif de Callaway ne diffère pas d’une recherche de tolérance maximisée avec ce bois de parcours. Cependant, notre première impression n’a pas été similaire. Pourquoi ?

Que penser du bois de parcours Callaway Big Bertha Fusion? La fusion va-t-elle opérée au profit de la tolérance ou de la distance ?

Le look est dans la lignée du driver. Le matériau principal employé est identique. Finalement, seule la taille de la tête change.

Pourtant, en mains et conforté par les résultats du trackman pour au moins un de nos testeurs, les sensations ont très différentes !

Seule la taille change ? Non pas tout à fait !

Normalement quand vous essayez de produire un club très tolérant, vous augmentez la taille de la tête. Par exemple, l’an passé, Callaway avait parfaitement illustré ce point avec l’hybride Callaway XR OS versus l’hybride Apex.

Entre les deux hybrides, la taille des deux têtes étaient radicalement différentes avec un résultat de smash factor indiscutablement favorable au modèle XR OS.

A l’inverse, les bons joueurs avaient préféré l’Apex pour sa tête plus petite, permettant de donner plus d’effets à la balle.

Toujours est-il que quand vous cherchez la tolérance, il faut jouer avec la taille du club, et en accepter les avantages, et les inconvénients.

Tout comme le driver Big Bertha Fusion, le bois de parcours a été conçu avec un matériau ultra léger en particulier au niveau de la couronne supérieure de la tête, le carbone triaxial.

Ce matériau est 78% plus léger qu’une couronne en acier classique, soit un gain de 26 grammes pour la partie supérieure de la tête.

Soit à peine 6 grammes de poids sur la partie supérieure, et logiquement un centre de gravité de la tête très largement abaissée vers la semelle.

Les conditions sont réunies pour maximiser le moment d’inertie. Sur ce point, Callaway affirme l’avoir augmenté de 19% par rapport au précédent XR 16.

Toutefois, le XR 16 n’obéissait pas à la même recherche ! Sur ce précédent bois de parcours, il s’agissait surtout d’augmenter la vitesse de la tête.

Le dessin de la tête du Big Bertha Fusion est néanmoins profilé pour plus d’aérodynamique, et la semelle paraît légèrement « cambrée » pour la rendre jouable depuis n’importe quel lie.

Comme le driver, le bois de parcours récupère le principe de Speed step déjà vu sur le XR 16 pour aider le passage de l’air sur le dessus de la couronne, et réduire les effets de traînées dans l’air.

Une fois le club posé au sol, vous avez sous vos yeux la vision d’une tête triangulaire, et cette fameuse structure qui accueille le nouveau carbone triaxial à l’arrière de la couronne. Ce club se distingue ainsi nettement de tous les autres.

Dernière précision technologique, la face est héritée du principe hyper speed face cup déjà vu sur d’autres clubs de la marque, tant et si bien que ce bois est un mix des dernières innovations de Callaway pour normalement la meilleure performance…

Pourtant, une fois en main et testé par un seul de nos testeurs, les résultats ont été pour le moins mitigés.

De notre point de vue, ce qui est en cause, ce n’est pas la tête, mais peut-être le shaft qui est beaucoup trop léger, ou tout du moins la combinaison tête légère-shaft léger.

Qu’est-ce qu’un club de golf ? Au moins un équilibre entre la tête, le manche, et de manière plus marginale, le grip.

Oui, sur le précédent XR 16, le poids du shaft que Callaway nous avais soumis en test était déjà de seulement 50 grammes, soit 4 grammes de moins que le nouveau shaft proposé sur le Big Bertha Fusion, en l’occurrence un UST Mamiya Recoil ES 450 F3 !

Sauf que sur le XR 16, l’équilibre tête-shaft destinée à la vitesse fonctionnait même pour un golfeur ayant l’habitude de jouer un club plus lourd. Surtout que le matériau employé était différent.

Dans le cas du Big Bertha Fusion, la tête est de notre point de vue trop légère pour être en plus montée sur un shaft aussi léger.

Pourtant, et nous allons prendre le temps de refaire des tests, et surtout de les compléter par plusieurs joueurs, dont un senior et un pro, le premier essai révèle un club qui donne une vitesse de swing à seulement 90 mph pour un golfeur qui swingue en moyenne à 92 mph pour un bois de parcours, et ce même quand il essaye d’appuyer sur le champignon !

Résultat, ce club a beau lancé plus haut que le XR 16 (16.3 degrés contre 14.5 degrés), la vitesse de balle est 7 mph inférieure au XR 16 pour un écart de vitesse de swing de 3 mph, ce qui veut dire que le smash factor entre les deux clubs est défavorable au BIg Bertha Fusion.

Autre paramètre défavorable à la distance, le taux de spin est particulièrement élevé sur ce club, soit 3700 tours de moyenne à 92 mph de vitesse de swing contre une moyenne de notre panel bois 3 en 2016 à 3300, et surtout seulement 2500 pour la petite bombe XR 16 !

En résumé, le Big Bertha Fusion n’avance pas ! On retrouve les contraintes des clubs carrés avec une tête triangulaire, alors que pourtant sur le driver, nous avions noté la faiblesse de la vitesse de swing, mais c’était plutôt bien contrebalancé par un taux de spin contenu, et un smash factor convenable.

Pour l'instant, avant d'aller plus loin dans notre test, c'est une déception. Pour notre testeur "patient 0", sa moyenne de distance au bois 3 est de 212 mètres.

Avec le Big Bertha Fusion, sa meilleure balle n’a pas dépassé 207 mètres pour une moyenne à 202 mètres.

Comparativement, le Callaway XR 16 donnait une moyenne de 227 mètres !

Avant d’être trop définitif sur ce club, nous attendrons les résultats complémentaires des autres testeurs, et éventuellement, suggérer à Callaway de nous soumettre un shaft plus lourd pour contredire ce premier essai...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.