Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Bois 3 TaylorMade M2

Pour un golfeur disposant d’une bonne vitesse de swing, le précédent bois 3 TaylorMade Aeroburner monté en standard sur un shaft relativement léger (50 grammes) par rapport à une moyenne du marché légèrement inférieure à 60 grammes représentait une bonne opportunité de distance. Avec le M2, TaylorMade est parti dans une nouvelle direction pour combiner les atouts du M1 et du précédent Aeroburner. La mission peut-elle être réussie ?

Changement de cap radical pour TaylorMade avec la famille des bois M2 ?

Le bois de parcours TaylorMade Aeroburner a été un des produits « serious » de 2015. D’une part, il permettait des performances intéressantes, et d’autre part, il était attractif en prix.

Pour certains golfeurs, il manquait toutefois de personnalité ! Son look, son touché, et son bruit à l’impact ne le positionnait pas comme le produit le plus sexy de l’année.

Ceci dit, c’était un peu logique dans la mesure où il était une réponse prix. A savoir positionné en deçà du R15.

En 2016, la conversion euro-dollar étant passé, et à la clé, une forte hausse de l’ensemble des prix dans le domaine du matériel de golf.

Ajoutez à cela, le fait que TaylorMade soit chahuté sur son produit phare, le bois métal, et vous obtenez une réponse de la part de la marque teintée de nouvelles technologies, et de nouvelles promesses de distance.

Avec le bois de parcours de la famille M2, TaylorMade revendique une toute nouvelle ambition :

Apporter une couronne composite à la place d’une couronne en acier pour économiser 14 grammes de poids en tête !

Objectif : Comme souvent en la matière, abaisser le centre de gravité alors que sur les précédentes têtes, ce poids était réparti sur l’ensemble du châssis.

En plus de modifier considérablement la conception de la tête, TaylorMade continue de miser sur un élément de différenciation majeure pour eux : l’alliance du blanc et du noir favorable à la création de contraste, et donc l’alignement !

Effectivement, en mains, le M2 n’a rien à voir avec la plupart des autres bois de parcours du marché. Impossible de le manquer !

Entre son aîné le M1, et ce M2, les différences sont minimes.

La tête du M2 est un peu plus profonde de l’avant vers l’arrière (plus allongée), et semble aussi un peu plus arrondie.

Concernant l’équilibre, le M1 semble plus lourd tandis que le dessin de la tête obéit à des considérations plus favorables aux désidératas des joueurs du tour qui veulent un look plus agressif, tandis que les amateurs préfèrent des têtes qui inspirent confiance.

Cependant, la principale différence réside dans la semelle. Si le M1 propose deux petits poids qui peuvent glisser sur un rail, pour le M2, il s’agit au contraire d’une large speed pocket comparable à celle de l’Aeroburner. Celle-ci étant cette fois peinte en noir.

Ces différences se retrouvent sur les drivers.

De l’aveu de Benoit Vincent, ingénieur en charge de la production chez TaylorMade, cette speed pocket n’est pas réellement attachée à la semelle mais bien plus en bas de la face, ce qui lui permet de se « plier » plus aisément.

En fait, pour un novice, les différences visibles entre le M1 et le M2 sont très tenues. En réalité, la conception des deux têtes diffère.

Au niveau du M1, il y a un petit pont en acier qui fait la jonction entre les poids glissants, et c’est ce qui fait que la « speed channel » du club est plus rigide.

Pour le M2, le fait de proposer une speed pocket plus flexible permet en fait de réduire le spin de 400 à 500 tours par minute, ce qui en théorie peut donner un gain de distance de quelques mètres.

Autre élément important concernant le M2, et repris du Aeroburner, le hosel collé qui se démarque du hosel ajustable.

Pas de réglage au niveau du loft, mais d’autres gains, et notamment un gain de poids et de coûts.

Effectivement, il n’est peut-être pas indispensable de changer le loft de son bois 3 en permanence.

Tout comme la série de fers M2, TaylorMade a aussi cherché à gagner du poids sur le hosel en adoptant un tout nouveau style cannelé.

Objectif : Gagner du poids tout en conservant de la force sur cette partie du club.

Alors par rapport au précédent Aeroburner que nous avions bien aimé en 2015, le M2 devait donc se démarquer sur les points critiqués : le touché et le son.

Avec la couronne en composite, c’est imparable ! Ces deux éléments sont forcément modifiés avec un son plus léger, et plus solide à l’impact.

Sur ce point, il convient de relativiser…C’est du chipotage.

La combinaison d’une tête en composite, d’un hosel cannelé, et d’une plus grande speed pocket est censée donner un touché globalement plus appréciable.

C’est vrai que sur ce point, l’Aeroburner ne défrayait pas la chronique. Mais est-ce que cela souciait beaucoup de joueurs ?

Certes, l’augmentation du prix n’est pas spectaculaire entre Aeroburner et M2, comparativement à d’autres clubs du panel. Nous parlons d’une hausse de 20 euros au prix tarif.

L’avis de la rédaction :

D’un point de vue performance, nous irons plus dans le détail dans le résumé du test.

Ceci étant, nous pouvons déjà confirmer deux tendances ! Le M2 comme le Aeroburner n’est pas nécessairement le bois de parcours le plus abordable pour un senior.

Cela nous avait quelque peu surpris en 2015 quand nous avions produit le test avec deux catégories de joueurs.

Si un golfeur a vitesse de swing rapide pouvait tirer pleinement partie de ce club, c’était beaucoup moins évident à l’inverse pour un senior.

Nous retrouvons ce phénomène avec le M2 !

Sur l’argument mis en avant par TaylorMade pour l’ensemble de ses produits M2, effectivement, nous avons bien constaté une augmentation de la hauteur de trajectoire, et un angle d’atterrissage plus élevée par rapport au Aeroburner, mais aussi au JetSpeed, version de 2014.

L’angle de décollage est en fait un peu plus élevé, et la trajectoire globale moins tendue.

Au carry, sur une base de données comparables, nous trouvons en fait un gain de trois mètres, mais en contrepartie, une légère baisse de la roule au sol.

Pour un golfeur qui swingue à 85-90 mph avec un bois de parcours, le gain de distance sera en fait assez marginal entre M2 et Aeroburner.

En revanche, en mains, les deux clubs sont finalement assez radicalement différents.

Comme souvent, et d’ailleurs l’industrie commence à le comprendre, d’une année sur l’autre, les gains de performances sont relatifs.

Si vous n’avez pas changé de bois 3 depuis deux ou trois ans, vous pouvez vous laisser tenter. Changer de bois 3 tous les ans ne présente pas d’intérêt d’un point de vue purement performance.

Déjà en magasin depuis mi-février, le Bois 3 TaylorMade M2 est proposé au prix tarif de 249 euros avec un shaft standard Fujikura Reax de 43.25 inches et d’un poids de 65 grammes.

Un shaft pour le coup, plutôt lourd alors que l’an passé, celui du Aeroburner ne pesait que 50 grammes !

C’est peut-être le point le plus important du set-up de ce club…et qui demandera d'être regardé de près par vos soins...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.