Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Utility - Long fer Srixon ZU 65

Lors du précédent article consacré au long fer Srixon ZU45, nous avions été jusqu’à lui attribuer le coup de cœur de l’année pour du matériel de golf. Un fer puissant et tolérant, le rêve de tout golfeur à la recherche de distance sans perdre en dispersion. A quoi peut-on s’attendre avec un ZU65 dont les différences visuelles avec son prédécesseur sont très ténues ?

Comme déjà écrit par ailleurs, la stratégie de Srixon en matière de clubs de golf est assez limpide : continuité et sobriété.

Si vous prenez le nouveau Srixon ZU65 dans les mains, et le comparez avec l’ancien long fer ZU45, vous aurez peut-être du mal à trouver des différences flagrantes. Un bon point sachant l’estime que nous avions pour ce type de clubs.

Estime qu’il convient d’argumenter par le fait qu’un club de type long fer ou utility vous permet de taper à une distance similaire à celle d’un hybride.

Pour tous ceux qui ont une grande vitesse de swing, mais qui n’apprécient pas particulièrement les hybrides, en particulier quand il s’agit de jouer depuis un tee de départ, ce critère pourrait être séduisant.

En effet, un long fer ne s’utilise pas dans n’importe quelle situation.

De notre expérience, l’idéal reste le tee-shot quand un joueur veut assurer sa mise en jeu, notamment quand le couloir de frappe est étroit.

Taper directement depuis le fairway est plus aléatoire pour un amateur, car ce type de club s’apparente tout de même à un bon vieux fer 2, à ceci près que la largeur de la semelle est proéminente.

A la différence d’un fer 2 ou d’un fer 3 classique, le long fer d’aujourd’hui se distingue effectivement par une taille de tête, et de semelle beaucoup plus tolérante.

C’est justement ce qui alimente la puissance du club. Souvenez-vous de vos cours de mathématiques et la notion de masse multipliée par la vitesse au carré.

Pour autant, si ce type de club est atypique, et plébiscité par une minorité de joueurs, comme tout autre club, le choix du shaft est déterminant.

Avec le précédent modèle, Srixon nous avait envoyé un shaft acier stiff NS Pro 980 GH (Nippon Shaft), alors que cette année, nous avons reçu en démo un shaft graphite stiff Miyazaki Kaula Tour Issue 7S équilibré en D1.

Principale différence entre ces deux shafts relativement raides, la longueur du manche !

Nous avons mesuré un bon demi inch d’écart avec le nouveau modèle long, soit 39.75 inches contre 39.25 pour le précédent modèle.

Ce demi inch en plus n’est pas anecdotique, puisqu’il devrait fortement contribuer à l’augmentation de la vitesse de swing d’un club déjà surpuissant.

En contrepartie, si vous n’y prêtez pas attention, et organisez votre set-up de la même manière par rapport au ZU45, vous pourriez avoir une surprise au moment du contact.

Autre différence logique entre l’acier et le graphite : le poids !

Selon nos informations, ce poids diverge de 27 grammes. Le Miyazaki étant plus léger que le Nippon NS Pro.

Concernant la rigidité du shaft, Srixon ne s’est pas trompé au moment de nous envoyer le club de démo. E

lle aurait pu envoyer un regular pour correspondre au cahier des charges de nos tests, mais un tel club a peu de chances d’être vendu dans une torsion aussi souple.

Les adeptes des longs-fers sont réellement des golfeurs à très fortes vitesses de swings ayant besoin d’un manche qui tient le choc.

Pour un golfeur à vitesse de swing moyenne ou faible, un hybride restera largement une meilleure solution, à condition de choisir un loft suffisamment élevé.

AU sujet du ZU 65, Srixon a une définition assez appropriée : Un long fer d’approches !

Effectivement à l’inverse d’un bois de parcours, ce club longue distance justement muni d’un manche rigide a pour ambition de vous aider à viser des greens à 200 mètres !

Cet été, lors de la carte exceptionnelle de Furyk, nous nous sommes rendus compte qu’il pouvait être clé d’approcher des greens à de telles distances.

Certes, à 200 mètres, Furyk utilise peut-être un fer 5 ou un fer 4, et pas encore un long fer, mais pour des amateurs, le long-fer peut se révéler la solution.

Pour en revenir aux différents changements par rapport au ZU45, Srixon met en avant quelques arguments.

A l’œil nu, c’est invisible, mais le processus de traitement à la chaleur a été modifié pour améliorer le toucher.

Autre élément, Srixon a mis au point une nouvelle face dite SUP10 censée produire plus de vitesse de balle à l’impact. Sans doute l’argument le plus important….

Comme les autres clubs de la nouvelle série Z, le changement est aussi au niveau des rainures, 5% plus larges pour améliorer le contact et le spin dans des conditions humides.

Enfin, le poids a été déplacé pour augmenter l’angle de lancement.

Le ZU45 n’était pas seulement considéré comme l’un des meilleurs longs-fers du marché par jeudegolf.org. Beaucoup d’autres acteurs du marché avaient plébiscité ce club.

Concernant le ZU65, les différences concernant la tête sont tellement peu visibles qu’il serait surprenant que le constat change en 2016.

Cependant, le shaft peut avoir une incidence non négligeable dans la perception du club à l’impact.

A ce stade de nos tests, c’est le point qui nous préoccupe le plus.

Disons que le Miyazaki, plus léger et plus raide, nous donne du fil à retordre, sauf pour le pro, Xavier Bretin, qui au contraire, aurait bien aimé garder le club de démo pour le mettre dans son sac personnel.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.