Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Série de fers XXIO Prime X 2019 : La tentation de la distance

Peu d’informations ont filtré jusqu’à présent sur les nouveaux fers XXIO Prime X lancés en mars 2019. Pour les avoir reçus et testés, nous commençons à avoir une bonne idée du rendement de ces clubs clairement « oversized » avec de très larges semelles, et des lofts très fermés, montés sur des manches super légers. XXIO entend pousser encore plus loin la combinaison de la légèreté et du centre de gravité abaissé, pour fournir des clubs axés principalement sur la distance. Quels sont les avantages, et les inconvénients ?

La première chose que vous remarquez quand vous avez les fers XXIO Prime X dans les mains, c’est la largeur de la semelle, qui n’a que peu d’équivalent sur le marché actuellement.

On est clairement aux antipodes de la série de lames Z85 Forged ! Le dessin des têtes est massif.

Pour les besoins du test, XXIO nous a proposé une série allant du fer 7 au pitch, ne manquaient que les fers 5, 6 ou les sandwedges qui sont de lofts 48 et 56 degrés.

En dehors de la largeur conséquente des semelles qui s’adressent clairement à des golfeurs qui recherchent un maximum de facilité, le deuxième élément marquant concernant les nouveaux fers Prime tient dans les lofts.

Le loft d’un fer 7 est fermé à 28 degrés, quand une lame Muscleback peut monter jusqu’35 degrés. Il est en fait très rare de tester une série avec des lofts aussi fermés, censés produire des trajectoires très tendues.

De son côté, le fabriquant argumente : Le point le plus haut de la face a été rapproché du centre, alors qu’il a parallèlement abaissé la hauteur en talon.

Ces lofts fermés sont sans doute rendus possibles par les semelles très larges qui doivent contrebalancer le phénomène, pour reculer au maximum le centre de gravité, et néanmoins permettre de relever les trajectoires de balles.

Un fer 7 fermé à 28 degrés, quand la norme serait plutôt entre 32 et 35 degrés pose forcément la question du vol de balle, et du type de trajectoire désiré.

Bien entendu, le manche doit sans doute jouer un rôle.

Le cas présent, XXIO nous a présenté sa série montée sur manche graphite regular SP-1000 de seulement 45 grammes, avec une rigidité déclarée de 3311, toujours selon l’International Flex Code.

Cette nomenclature signifie que du butt au tip (d’un bout à l’autre du manche), la rigidité est plutôt faible près du grip, et très réduite près de la tête, sans doute pour favoriser un maximum de fouetté à l’impact.

XXIO argumente « Le manche SP-1000, en fibre de carbone TORAYCA® T1100G et résine NANOALLOY, est à la fois solide et extrêmement léger. Associé aux économies de poids apportées au grip et à la tête du club, cela permet d’obtenir un fer extrêmement rapide et maniable au swing. »

En plus de la légèreté du manche, cette rigidité très réduite joue sans doute sur un phénomène d’accélération au moment de l’impact. On est aux antipodes d’une série montée sur des manches en acier extra-stiff.

Tous ces paramètres indiquent que XXIO mise sur une combinaison visant clairement les golfeurs séniors, pour les aider à créer de la vitesse de swing, quand le corps n’est plus tout à fait en mesure de le faire sans de gros efforts.

En réalité, c’est aussi ce qui explique la semelle ultra-large qui sert de compensation au loft ultra-fermé, et à la légèreté du manche.

Pour être plus précis, avec un fer 7 sur un manche acier stiff, plutôt une lame MB ou CB, mon loft dynamique est en moyenne de 28 degrés au moment de l’impact.

Il s’agit pourtant de têtes de fer 7 dont les lofts sont légèrement supérieurs à 34 degrés.

Avec le même swing, sur un club tel que le XXIO Prime X, mon loft dynamique tombe pratiquement tout seul à seulement 24 degrés.

Cela ne vous dit peut-être rien, mais ce n’est pas sans effet sur la compression de la balle au sol, le smash factor, et la distance.

Si je voulais caricaturer, je pourrais dire que ce fer me permet de faire semblant d’avoir un swing de joueur du tour, ce que je ne pourrais pas faire facilement avec un club conventionnel.

Ce n’est pas seulement la distance qui est améliorée par un tel mélange de caractéristiques, c’est bien le contact.

Avec un fer 7 type CB monté sur un manche acier stiff, mon smash factor monte à peine au-dessus de 1.32 fois la vitesse de swing.

Avec le fer 7 XXIO Prime, il monte sans problème au-dessus de 1.36. Les chiffres sont sans doute barbares, mais c’est quelque chose que vous pourriez très facilement ressentir dans les mains.

Un tél écart de Smash factor ne passe pas inaperçu.

Résultat, en vitesse de balle, alors que je suis plus habitué à générer en moyenne 105 mp/h de vitesse de balle, pour une distance au carry de 131 mètres (toujours avec une lame MB ou CB), avec un tel club Oversized, je monte facilement à plus de 110 mp/h pour une distance au carry de 146 mètres.

Le bénéfice d’un tel club, si on s’arrête seulement à comparer des numéros sur un fer (le 7 en l’occurrence) est d’au moins 15 mètres, et pour beaucoup de golfeurs.

Ci-dessous, un graphique illustrant du fer 7 au pitch, mes distances avec les séries XXIO Prime, XXIO 10, une moyenne de séries Improvment, et une moyenne de séries Player.

C'est surtout à partir du fer 8 et du fer 7 que des écarts se creusent par rapport à des séries plus classiques.

La contrepartie est inversement assez évidente.

Le niveau de spin chute drastiquement à moins de 5000 tours, quand pour un fer 7, on devrait attendre 7000.

Tout l’enjeu pour le fabricant comme les potentiels clients va donc se trouver au niveau des trajectoires. Quel angle de lancement ? Quel angle d’atterrissage ? Plutôt tendu ? Plutôt bombé ?

Toujours en reprenant les données de comparaisons cités plus haut, je trouve un écart d’angle de lancement de 2 degrés plus tendus avec le XXIO Prime X.

C’est plutôt modéré compte tenu de l’écart de loft.

La taille de la semelle a joué son rôle.

La relative bonne surprise vient plutôt de l’angle d’atterrissage qui est de 46,3 degrés quand idéalement, il devrait être de 47 degrés pour favoriser un arrêt rapide de la balle sur le green.

Pour ces chiffres, on ne peut pas complètement exonérer le swing du joueur.

On peut considérer que les dégâts sur le contrôle de profondeur sont plutôt contenus par rapport à l’énorme gains de distances. C’est peut-être à mettre au crédit de XXIO.

Toutefois, il nous manque bien trop de spin pour faire de ce club, un champion du « back and stop » ou plus souvent exprimé un peu à tort, du backspin (Tous les clubs donnent du spin. C’est plus le niveau de spin qui définit le pouvoir stoppant de la balle au sol).

Le très gros gain de distance amené par les fers de la série XXIO Prime X (cela se vérifie sur les autres numéros) est contrebalancé par une roule plus importante, liée à un manque de spin donné à la balle. La trajectoire n’aggrave pas le phénomène.

Pour ma part, sur un coup de fer 7, l’écart entre le point de chute et la roule de la balle jusqu’à son point d’arrêt est de 10 mètres.

Avec une lame MB ou CB, cet écart est plus souvent autour de 8 mètres (je ne suis pas un golfeur professionnel et dans le cadre de test, je ne cherche pas la meilleure combinaison club/balle pour réduire cet écart).

Le XXIO Prime X donne donc au moins 20% de pouvoir stoppant en moins à la balle, et plutôt à cause du spin radicalement baissé, plutôt que l’angle de descente de la balle plutôt raisonnable.

Le taux de spin du fer 7 laisse plutôt penser à un fer 5 ou moins.

Dernier élément que j’ai pu remarquer avec les fers XXIO Prime X, l’écartement des distances est important entre les fers, notamment le 8 et le 9, et le 9 et le pitch, avec 5 degrés d’écarts de lofts.

Cela se ressent au niveau des écarts de distances réalisés. Je passe de 136 mètres, à 124 puis 103 mètres.

C’est un des revers de la médaille dont il faut tenir compte sur le parcours pour scorer.

On est loin des 7 à 10 mètres conseillés entre chaque club. C’est quelque chose qui se surveille au moment d’un fitting, notamment au moment du choix des manches.

Evidemment, si vous achetez votre série dans un magasin en ne testant que le fer 7, vous ne le verrez pas. Soyez vigilant à ce point pour bien définir les écarts de distances, et la connaissance de l’étalonnage de votre série.

En conclusion, XXIO peut bien vous suggérer de succomber à la distance. Toutes les conditions sont réunies pour générer beaucoup de distance, et plutôt facilement.

N’oubliez jamais que cette puissance supplémentaire doit correspondre à votre projet de jeu, et aux trajectoires que vous désirez obtenir.

A l’unité, les fers seront vendus 349 euros, alors que le prix de la série est étonnamment abordable comparativement au driver, soit seulement 1399 euros les 5 clubs.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.