Fers TaylorMade SIM2 Max Oversized

Taper de meilleurs coups plus souvent ! C’est bien un crédo qui pourrait trouver un écho favorable chez beaucoup de golfeurs amateurs. Dans la famille des fers TaylorMade, le SIM2 Max Oversized ou OS est clairement un club destiné aux golfeurs et golfeuses désireux de taper le plus loin possible. Pour cela, un loft ultra fermé couplé à une semelle super élargie, c’est souvent la combinaison parfaite. Cependant, ce n’est en rien une équation nouvelle. Alors en 2021, quelle trouvaille TaylorMade a-t-elle pu mettre au point pour apporter un zest de nouveauté ?

Performance ou marketing ? C’est souvent la question clé à se poser au moment d’acheter une nouvelle série.

Les promesses des marques sont fortes dans un sport pourtant si exigeant, et disons-le, où développer la bonne technique demande beaucoup de patience.

La flèche peut-elle faire l’indien ou tout du moins l’aider à mieux viser ?

Pour la marque américaine basée en Californie, clairement, en 2021, le nouveau dessin de la cavité située à l’arrière de la face, a été imaginée pour aider les golfeurs à taper plus souvent de meilleurs coups. Ils l’ont appelé Cap Back design, et c’est d’ailleurs l’objet d’un brevet déposé.

Pour les ingénieurs, cette série n’est rien de moins que la série de clubs la plus longue et la plus stable de toute sa gamme.

L’objectif absolu est de proposer une distance exceptionnelle, et en même temps un maximum de tolérance.

En réalité, affirmer ces deux choses, c’est parler d’une seule voix : Augmenter le smash factor !

Gardez à l’esprit que par exemple le smash factor idéal pour un fer 7 devrait être de 1.33 fois la vitesse de votre swing, soit le rapport qui explique la performance en vitesse de balle.

Si vous swinguez votre fer 7 à 100 mph, idéalement, la balle devrait partir à une vitesse de 133 mph.

C’est bien entendu un exemple, car il est très rare qu’un amateur swingue à 100 mph avec des fers.

Pour le fabricant, l’objectif est donc de vous approcher de la vitesse de balle maximum, sans que vous ayez à atteindre des vitesses de swing comparables à un golfeur professionnel.

En fermant le loft du fer 7 à seulement 27 degrés au lieu du traditionnel 34 ou 35 degrés généralement observé sur une lame Muscle Back, le fer de golf traditionnel, TaylorMade favorise clairement l’augmentation du smash factor bien au-delà des 1.33 qu’un golfeur devrait rechercher dans l’idéal.

Un golfeur amateur ou un débutant pourrait potentiellement obtenir un ratio de smash factor proche de 1.40 !

Le mécanisme de vente est ainsi enclenché ! Avec ce type de clubs, vous taperez clairement bien plus loin par rapport à une série de fers traditionnelle ou ancienne.

Fermer les lofts n’est pas une option suffisante pour garantir un vol de balle cohérent.

Pour tout de même maintenir un angle d’envol minimum, effectivement les ingénieurs sont contraints d’élargir la semelle, et ce; pour déplacer le centre de gravité de la tête…

Le fait d’élargir la semelle au maximum (oversized) est donc clairement une idée qui a du sens, quand les lofts sont aussi fermés.

La question que doit alors se poser un amateur n’est pas la distance qu’il va gagner, car c’est indiscutable, mais s’il va pouvoir contrôler cette puissance supplémentaire.

Il y a deux lectures : La première, surveiller la différence entre distance au carry (à la tombée de la balle) et la distance avec la roule.

La seconde, à quel moment, le loft devient vraiment trop fermé pour être joué par un golfeur amateur avec une vitesse de swing modérée ou lente.

Le dessin de la cavité située à l’arrière du club rentre-t-il vraiment dans l’équation ?

C’est difficile à confirmer comme la marque le souhaiterait. La cavité peut surtout servir à produire un son plus agréable au contact ou apporter de la masse supplémentaire derrière la face, pour renforcer le smash factor.

On notera surtout par rapport aux années précédentes que ce nouveau dessin cosmétique permet à la marque de prendre un virage, et notamment remplir la cavité arrière, alors que sur les précédents fers M, la barre de renforcement derrière la face était bien plus apparente, et peut-être trop.

Au sujet de ces nouveaux fers, nous ne pouvons pas occulter les retours exprimés par les consommateurs sur le look du produit, et peut-être plus important que les performances observées.

D’un point de vue look, on peut d’ailleurs concéder que la série SIM2 Max OS est bien plus réussie, et ressemble plus à un « vrai » club de golf.

En comparaison de l’autre série SIM2 Max (on s’y perd avec ces appellations), la version OS se distingue surtout par la largeur de la semelle et de la topline.

Le SIM2 Max OS, c’est en fait une version un peu plus grosse en tout, et donc un peu plus grossière…

Mis à part cette cavité, cette série présente toutes les caractéristiques habituelles pour une série TaylorMade « Grand public ».

On retrouve la speed pocket sous la semelle, le hosel cannelé, et ce petit « cul » taillé justement au-dessus du hosel.

TaylorMade va argumenter qu’il s’agit d’éléments favorisant la flexibilité, et donc toujours le même but, augmenter le smash factor.

Au-delà du marketing ou de la cosmétique, il faut en définitive surtout s’intéresser aux caractéristiques de cette nouvelle série.

On retiendra des lofts très fermés, beaucoup d’offset pour contrer un possible slice, des manches un peu rallongés, et un swing weight équilibré en D1 en acier ou D0 en graphite, soit un équilibre plus près des mains (impression de légèreté de la tête de club).

Précision importante : Comme il s'agit de clubs standards montés en grande série, quand nous avons mesuré les swing weights, et poids des clubs, nous avons trouvé des écarts entre ce qui est annoncé et la réalité.

Tous les clubs du 4 au pitch ne font pas exactement le même swing weight ou n'ont pas été réglés en moment d'inertie constant. Un débutant aura du mal à le percevoir alors qu'un très bon joueur pourra être perturbé par ces réglages dans le domaine de l'à peu près.

En résumé, nous avons là les caractéristiques d’un club typé pour un golfeur débutant qui peut slicer, manquer de distance, et craindre de swinguer un club trop lourd.

Au chapitre des moins, il s’agit d’une tête moulée et non pas forgée.

Cela veut simplement dire qu’il ne sera absolument pas possible d’ajuster les têtes pendant un fitting sérieux.

Par exemple, impossible de changer les lies sans risquer de casser les têtes, et si vous avez besoin de les ajuster à un swing atypique, ou trop vertical ou trop horizontal.

C’est d’ailleurs un véritable sujet !

Les débutants ne sont-ils pas susceptibles d’être les golfeurs qui ont le plus besoin d’ajuster leurs clubs ?

Mon premier essai de cette série SIM2 MAX OS

Pour l’occasion, nous remercions TaylorMade de nous avoir adressé une demi-série allant du pitch au fer 4, montée sur des manches KBS Max MT Stiff 85.

Ci-après les données que nous vous proposons n’ont pas la prétention de remplacer le test que vous pourriez faire avec une version de shafts qui pourrait vous être plus adaptée.

Simplement, cela permet de vérifier quelques évidences :

La première, oui le smash factor est au rendez-vous, et oui, vous le constaterez aussi.

Par exemple, pour le fer 8, j’ai obtenu au cours du test une moyenne de 1.38, soit 0.05 supérieure à ce que je devrais obtenir pour un tel fer. Cet écart est considérable, et se traduit par une augmentation de la distance de plus de 10 mètres par rapport à un fer traditionnel.

Dans le cadre de ce test, je me suis plutôt évertué à swinguer lentement. Au lieu de passer à 80 mph, proche de ma vitesse maximum, j’ai swingué le fer 8 à moins de 70 mph !

Concrètement, en swinguant 10mph moins vite, j’ai néanmoins lancé la balle à 135 mètres en moyenne.

Revers de la médaille imposée par ce type de club, les trajectoires sont plus tendues, et le contrôle de la profondeur est rendu plus difficile.

Ce sera surtout un problème rédhibitoire pour un golfeur expérimenté, alors qu’un golfeur débutant n’y prêtera même pas attention, seulement intéressé par les mètres gagnés à la roule (plus de 13 mètres au fer 8 pour une vitesse de 70 mph).

Pour bien le comprendre, vous devrez surveiller conjointement deux paramètres : Le taux de spin et l’angle d’atterrissage.

Dans mon cas, pour seulement 70 mph de vitesse de swing, le spin est tombé à seulement 4400 tours de moyenne (l’équivalent d’un fer 4 joué à une vitesse supérieure), alors que l’angle d’atterrissage de la balle a seulement été de 38 degrés contre 47/48 degrés dans l’idéal, et toujours pour un fer 8 plus classique.

Si vous gagnez en distance, sans perdre en spin et en angle d’atterrissage, alors vous serez doublement gagnant.

C’est la partie la plus difficile de l’équation que vous avez à résoudre quand vous acheter de nouveaux clubs : Equilibrer les gains, et les pertes.

Est-ce que mon geste engendre de tels résultats ?

Non, ce n’est pas moi en particulier.

Toujours pour le fer 8, en appliquant un loft dynamique de 23 degrés sur la balle, avec un club dont le loft est censé être de 31,5 degrés, au cours du test, je n’ai pas particulièrement plus compressé que je ne l’aurai fait dans une autre circonstance.

C’est bien le loft du club, très bas, qui génère trajectoire tendue, et smash factor élevé.

C’est vrai pour moi. Ce le sera de la même façon pour un autre joueur.

La seule chose qui pourra varier, c’est la capacité à centrer la balle régulièrement, et donc à tirer parti du potentiel puissance du club.

L’autre fait très caractéristique de cette série est bien entendu le niveau d’offset (décalage de la lame par rapport au hosel), une astuce qui permet aux fabricants de vous aider à moins slicer, car cela agit directement sur le chemin que va emprunter le club avant d’impacter la balle.

Le SIM2 Max OS en propose vraiment beaucoup (de l’offset) et par conséquent, un type de golfeur va être avantagé, alors qu’un autre type va être désavantagé.

Le sliceur va voir son effet indésirable être réduit, alors qu’à l’inverse, le golfeur qui hook la balle (chemin intérieur-extérieur) va voir ses balles lui échapper sur la gauche, et de manière quasi irrémédiable (pour un droitier).

Il ne faut surtout pas se tromper au moment d’acheter une nouvelle série.

Vous devez absolument connaître votre profil et type de trajectoire. Si vous slicez, vous pouvez acheter cette série. A l’inverse, je vous la déconseille très fortement au risque de détériorer votre jeu sur le parcours.

Dernier commentaire important, avec une série où les lofts sont si abaissés, il y a un risque de mauvais étalonnage des distances des fers, les uns par rapport aux autres.

Je l’avais noté de manière forte sur l’autre série TaylorMade SIM2 Max. C’est un peu moins caractérisé sur cette série OS.

Toutefois, au moment de l’achat, vous devrez rapidement déterminer à partir de quel club, vous perdez fortement en efficacité, et donc en distance.

Le fer 4 avec un loft de seulement 18 degrés a peu de chance d’être un choix logique dans votre sac.

Sur une bonne balle bien tapée, bien centrée, oui, vous serez grisé par la distance, mais sur la moyenne d’une dizaine de balles, vous verrez que plusieurs très mauvaises balles abimeront votre moyenne, au point d’être globalement moins long versus un fer 5 ou même un fer 6.

La composition de la série est donc un véritable enjeu.

Avec une telle série, écartez l’idée du fer 4, pour peut-être choisir un sandwedge en plus, d’autant que le pitch s’arrête à seulement 42 degrés.

TaylorMade a d’ailleurs beau jeu de vous proposer des wedges SIM2 Max OS de 48, 54 et 59 degrés.

Il y a beaucoup d’écarts alors qu’idéalement, on veille à ne pas créer plus de 4 ou 5 degrés d’écarts entre chaque fer de sa série.

Le cas présent, TaylorMade peut vous proposer jusqu’à 6 degrés alors que la scoring zone sur un golf, ce sont bien plus les clubs pour jouer à moins de 100 mètres que l’inverse !

C’est l’un des revers de la médaille de cette série surtout imaginée pour flatter votre smash factor au fer 7, et vous permettre de taper plus facilement à plus de 100 mètres, mais inversement, vous avez moins de solutions pour jouer à moins de 80 !

Dernière critique… comme il s’agit nécessairement de clubs moulés et non pas forgés, il n’est pas possible de procéder à un fitting des lofts et surtout des lies. Il faudra que la série standard vous aille comme un gant du premier coup…

Au final, quelle est l’attraction sur vous d’un smash factor poussé au maximum ? Quelle est votre conviction de ce que cela va vous faire gagner sur le parcours ?

Comparaison avec la séries TaylorMade SIM2 MAX

Ce premier tableau vous re-résume les caractéristiques principales des deux séries TaylorMade, la SIM2 MAX et la SIM2 MAX OS.

A retenir; la série OS présente en moyenne des loft plus fermés que la version "classique". Les manches sont identiques mais le poids des clubs divergent. Considérant que les clubs proposent aussi des grips identiques, cela revient à dire que les têtes SIM2 MAX OS sont en fait un peu plus lourdes.

Le tableau ci-dessus vous présente pour les deux séries, les moyennes de frappes du fer 4 au pitch.

Les informations à retenir sont : Les trajectoires légèrement plus tendues avec la version OVERSIZED, le smash factor encore augmenté avec l'OVERSIZED, sauf avec le fer 4 où là le rendement plonge... (loft trop bas), et enfin des distances finalement très comparables.

Point négatif, les écarts de profondeurs sont rapidement trop importants pour chaque club. C'est une fois de plus le revers de la médaille de clubs très puissants...

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

henri.amouraben@wanadoo.fr
0 #1 Smash Factorhenri.amouraben@wanadoo.fr 09-04-2021 00:39
Bonjour,

Je guette, tous les jours, l'annonce de l'essai des Fers CNCPT par Titleist ( 3&4)Pour avoir essayé la version 1, j'ai été bluffé...(coté smash factor c'est surprenant aussi. Dans l'attente. meilleures salutations et bravo pour la qualité de vos articles

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.