Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers TaylorMade P790

Avec la nouvelle série P790, TaylorMade semble partir dans une toute nouvelle direction. Si la dénomination des fers TaylorMade est trop changeante, et troublante, de sorte que l’on ne sait plus très bien à qui s’adresse quoi, de toutes les nouveautés proposées par TaylorMade, ce nouveau P790 a une histoire très intéressante à raconter. S’agit-il vraiment d’un club forgé tolérant même pour les bons joueurs ? Est-ce le meilleur fer jamais proposé par TaylorMade depuis 5 ans ? Quoi qu'il en soit, ce club a fait la controverse aux Etats-Unis, et est toujours au centre d'un intense conflit entre PXG et TaylorMade...On vous révèle les dessous de l'histoire, et les premiers chiffres Trackman sur les secrets de ce nouveau club.

Avant de parler technique, d’explications rationnelles sur la technologie, et la conception de ce club, il faut bien admettre que c’est peut-être le plus beau fer proposé par TaylorMade depuis bien longtemps.

Dans les mains, la tête du P790 en jette vraiment plein les yeux. On est très loin des habitudes de design de la marque, et c’est très rafraîchissant.

Les ingénieurs spécialisés sur les fers à Carlsbad, siège de la compagnie ont vraiment réussi à susciter la surprise.

Désormais, toute la question va être de comprendre le positionnement de ce nouveau club, sorti seulement quelques mois après le P770 et le P750, pour essayer enfin de comprendre la cohérence produit pour une marque en pleine transition.

Si le P790 symbolise la nouvelle ère « KPS Partners », à savoir l’actionnaire de TaylorMade, censé mettre fin aux années folles, trop marquées par une gestion obnubilée par le fait de vouloir mettre une « tarte » à son principal rival, Callaway, pour revenir à une gestion plus raisonnable, tout en proposant des produits beaux, l’avenir promet d’être intéressant.

Le P790 est donc un club « forged distance » pour les bons joueurs, autour de dix d’index et moins.

Au risque de se répéter, esthétiquement, il est particulièrement réussi avec un look qui mêle modernité, rondeur, et classicisme.

Moderne parce qu’il est attrayant avec ses lignes rondes, et ses teintes de gris.

Classique parce qu’il est tout de même dans une ligne de produits cavity back, et avec un offset modéré.

Pourtant, ce n’est pas tout à fait un fer forgé au sens le plus classique du terme.

Cela devient même une spécialité de TaylorMade : Contourner les codes pour amener du confort de frappe sur un club pourtant censé être pointu et exigeant.

La face est en fait forgée en acier carbone 4140 mais elle a été soudée sur un corps en acier moulé 8620.

C’est une sorte d’hybride entre forgé et moulé.

Par rapport à quelques années en arrière où les marques n’assumaient pas de bricoler entre moulé et forgé, cette fois, on ne triche pas. La marque assume de rechercher le meilleur des deux mondes.

La face forgé assure la qualité du touché.

Le corps moulé apporte des solutions au niveau de la tolérance.

La qualité du nouveau P790 ne s’arrête pas à un design réussi. Les ingénieurs, dont certainement Josh Dipert, en charge de l’ingénierie des fers chez TaylorMade, ont ajouté une vis latérale de 4 grammes (en pointe) pour en fait boucher un trou qui a servi à injecter une matière appelée SpeedFoam dans la cavité.

Autrement dit, à l’inverse de beaucoup de clubs qui sont en fait creux, le P790 propose une véritable innovation. La tête n’est pas creuse, mais pleine.

Reste à savoir, si cela présente un véritable intérêt pour l’utilisateur final ?

Selon les ingénieurs de la marque, cette matière SpeedFoam, une fois injectée dans la cavité, gonfle de quatre fois sa taille pour justement mieux supporter la face forgée du club qui n’est quant à elle, d’une épaisseur que de 1,75 millimètres.

Comprenez que plus une face est mince, et plus elle peut favoriser une accentuation de la vitesse de balle.

Cette innovation est vraiment intéressante, car avant de parler de bénéfices, elle a le mérite d’être rare, et pas tout à fait un copier-coller d’un truc déjà vu.

Ceci dit, il faut remettre la sortie de club dans son contexte.

A savoir, TaylorMade et PXG se livrent une guerre judiciaire sur une question de brevets.

Le second accusant le premier de lui avoir volé l’idée, ce que bien entendu, le premier conteste.

Cependant, la justice a déjà donné la première manche à TaylorMade mi septembre.

TaylorMade a d’ailleurs pu se féliciter de la décision du juge, réaffirmant sa confiance dans la qualité de sa production, et se défendant d’être en violation sur les brevets.

PXG n’a pas fait de commentaires suite à la décision, mais considère toujours que le P790 se rapproche vigoureusement de son fer 0311.

La nouvelle marque du patron mégalo Bob Parsons entend continuer la contestation devant la justice, et malgré ce premier acte perdu, en poursuivant les revendeurs américains, et toujours bien entendu, TaylorMade.

Une décision qui est assez mal vécue par les revendeurs. En conséquence, PXG est en train de se mettre à dos une grande partie de la distribution aux USA.

On pourrait faire mieux comme stratégie pour pénétrer le marché.

Qui à tort ? Qui à raison ? Difficile de prendre position pour nous. En revanche, la cour de justice d’Arizona a conforté TaylorMade… pour le moment.

D’autant que TaylorMade a déjà exploré cette voie par le passé (le mérite d’être une marque déjà plus ancienne…) avec les fers R9 lancés en 2009. A l’époque, cela n’avait pas marqué les esprits, mais les fers R9 avaient déjà une sorte de mousse à l’intérieur de la cavité.

Sur le nouveau P790, TaylorMade a combiné ce nouveau principe ou ce principe revisité avec le tungstène qui est la grande mode outre-Atlantique, et dans la plupart des marques américaines.

Du fer 3 au fer 7, TaylorMade a inséré des poids en tungstène haute densité, notamment dans la partie arrière et basse de la cavité pour augmenter le MOI.

Juste devant, se situe la fameuse speed pocket sous la semelle des fers 3 à 7. Une speed pocket affinée pour plus de torsion et donc plus de vitesse de balle.

La speed pocket, typiquement, un élément qu’on ne devrait pas voir sur un véritable club « player » type CB ou MB classique.

C’est là où le P790 défraye un peu la chronique.

Est-ce un club inclassable pour autant ? Ou alors le P790 veut créer une nouvelle catégorie : le club pour bon joueur mais quand même tolérant !

On peut s’en amuser, mais cela semble bien être la stratégie d’une marque qui rêverait de chiper à Titleist, le privilège de proposer depuis plusieurs années, le statut de fer le plus joué sur le tour avec l’AP2.

Le P790 a le look d’un club pour bon joueur. Le P790 offre le feeling d’un club pour bon joueur, mais pourtant, ce n’est pas uniquement sa vocation, car une fois posée à l’adresse, sa forme plus large qu’une lame moyenne le distingue.

Clairement, la topline, plus large que sur une lame traditionnelle alors que la lame mesure elle-même 79 millimètres, illustre une différence notable avec une MB (muscle back) plus conventionnelle.

Résultat, le club inspire facilement plus confiance.

Il y a tout de même un élément qui rend ce club P790 difficilement classable dans la catégorie des fers pour très bons joueurs comme une CB, et une MB : Le loft !

Pour un fer 7, il est seulement de 30,5 degrés, ce qui le classerait plutôt dans une catégorie « improvment » ou joueur en progression.

Certes, pas dans la catégorie « super improvment » ou « oversized », domaine où les lofts peuvent tomber jusqu’à 28,5 degrés, mais toutefois, c’est quand même très fermé pour un club censé rivaliser avec des CB à 33 degrés ou des MB à 34 degrés.

Et ce n’est pas sans conséquence sur le vol de balle comme nous avons pu le mesurer dans une sorte de pré-test avec un radar Trackman.

Comme pour le M CGB, nous n’avons pas pu compter sur la coopération de TaylorMade.

Qu’importe, nous avons utilisé le cartfitting TaylorMade à disposition de notre partenaire US GOLF pour sélectionner un manche True Temper XP 95 S300, soit un stiff acier de 95 grammes.

Soit un manche raisonnable en termes de poids (suffisamment léger) pour favoriser la vitesse de swing, tout en étant assez rigide.

Si en matière de smash factor et de ratio d’efficacité entre vitesse de swing, et distance au carry produite, le P790 s’illustre comme l’un des meilleurs fers proposés par TaylorMade depuis 5 ans, en revanche, le loft ultra-fermé donne une trajectoire très tendue.

Ce n’est pas un élément rédhibitoire, toutefois, avec un angle de lancement à 19,7 degrés pour un golfeur qui swingue à 83 mph, résultat, l’angle d’atterrissage est de seulement 45,6 degrés, et assez nettement en-dessous des 47 degrés intéressants avec un fer 7 pour stopper la balle rapidement.

Pas trop de backspin en perspective, et de contrôle de profondeur, même si le taux de spin est assez surprenant à 5700 tours, soit la valeur que l’on peut trouver avec un fer 6.

Sur d’autres clubs TaylorMade, fermés à 30,5 degrés, il est arrivé que l’on trouve encore moins. Soit 5500 tours, ce qui rapproche dangereusement du fer 5 !

Le P790 est bien plus un club distance qu’un club contrôle… Donc pas sûr que la cible bons joueurs apprécient, par contre, le bon joueur en devenir pourrait adorer à la question près du contrôle de profondeur.

Le gain de distance est super évident puisque votre fer 7 devient un fer 6. On parle d’une balle porté à 150 mètres de moyenne au lieu de 140.

Revers de la médaille, la roule est de l’ordre de 8 mètres sur notre test.

Une véritable lame MB ou CB permet une roule de seulement 4 à 6 mètres, ce qui est justement recherché par un index inférieur à 10 pour mieux stopper la balle près du trou.

A la rigueur, le choix d’un tel club implique de systématiquement jouer avec une balle ultra-premium, et surtout pas avec une balle distance pour éviter d’accentuer le phénomène.

Précisons que tous nos tests clubs, y compris celui-ci sont réalisés avec une balle tour.

Les chiffres affichés dans cet article prennent déjà en compte ce paramètre. On pourrait refaire le test, mais avec une balle de qualité inférieure, il y aurait fort à parier que le spin baisse encore, et que la roule augmente.

Quand on parle de gain de distance, c’est pour cette raison qu’il faut plutôt s’intéresser au carry alors qu’il faut au contraire limiter la roule.

En conclusion, le P790 se veut un club facile à jouer pour bon joueur, mais en fait, c’est plutôt un travestissement.

C’est un beau et bon club à jouer pour un golfeur en progression, conscient du gain de distance apporté par le loft fermé, et la moindre capacité du club à arrêter rapidement la balle sur le green.

Malgré cette constatation, parce que c’est vraiment un beau club, parce que le feeling est excellent, et les données brutes de smash factor et d’efficacité sont excellentes, le P790 est certainement l’un des meilleurs clubs proposés par TaylorMade depuis longtemps.

Le choix d’un shaft qui pourrait lever la trajectoire et donner plus de spin dans le cadre d’un fitting pourrait corriger un peu le phénomène… C’est à voir.

Le tout, c’est de bien comprendre ce qu’il propose et ne propose pas…Comme toujours, c’est une affaire de compromis, et de choix personnel pour son propre jeu.

Dans les mois précédents, on avait émis un avis très positif sur le M1 2017. Le P790 surpasse le M1 à loft équivalent.

Trackman fournit des éléments en complément sur l'analyse du club qui confirme l'analyse émise dans cet article.

Sur un coup bien tapé avec le P790, la distance est au rendez-vous.

Cependant, le taux de spin est anormalement bas pour un fer 7, et en-dehors de la zone optimisée comme illustrée ci-dessus.

Alors que le point positif en comparaison des fers P730 (nouvelles lames TaylorMade) et M CGB, reste la dispersion plus contenue, et la distance.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.