Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers TaylorMade M2 et M2 Tour

Le nouveau fer TaylorMade M2 est annoncé comme étant tout bonnement le meilleur fer jamais produit par la marque ! Un discours déjà entendu à propos du produit précédent ? En quoi le M2 et le M2 Tour peuvent se démarquer et justement créer une attente chez les consommateurs, parfois échaudés par des annonces grandiloquentes ? Nous avons interrogé Benoit Vincent, ingénieur français, patron de la production, expatrié en Californie au siège de la marque américaine.

M2 et M2 Tour : Le renouveau de la famille TaylorMade ?

Le M2 est donc typé distance tandis que le M2 Tour devrait s’adresser aux golfeurs qui veulent privilégier le contrôle de trajectoire.

Pour s’y retrouver dans la gamme TaylorMade, et cela tombe bien, la marque a décidé de considérablement simplifier son offre. Le M2 vient remplacer le RSi 1 et le fer Aeroburner.

Le M2 Tour va quant à lui remplacer le RSi 2 et RSi TP.

La gamme RSi ne s’était jusque-là pas particulièrement distinguer, surtout du fait que l’offre était difficilement lisible Que choisir entre Rsi 1, Rsi 2, Rsi Tp ?

Entre chaque club, les différences n’étaient pas suffisamment flagrantes.

Malgré un concept technique intéressant (la présence de slots sur les faces), lors de nos tests, nous n’avions pas trouvé autant de raison de nous enthousiasmer.

La gamme RSi a effectivement vécu. Il était temps de passer à autre chose.

En revanche, pour la gamme Aeroburner,à peine commercialisé, déjà oublié alors que le produit n’est pas forcément à mettre en cause.

Non, en fait, il est sacrifié sur l’hôtel de la famille !

Famille, c’est le nouveau maître mot de TaylorMade pour ses lignes M1 et M2.

En 2016, la marque a décidé de renouer avec la simplicité, de miser sur moins de produits, mais des concepts plus forts, et peut-être plus clivants.

Un choix logique et qui devrait permettre à Taylor de concentrer ses efforts de promotions sur des offres plus fortes.

Avant de parler de shaft et de tête, arrêtons-nous un instant sur un élément que nous n’illustrons pas souvent pour un fer : le hosel du M2 !

D’une forme très particulière ou pour le moins étonnante, Benoit Vincent nous a expliqué au cours de sa présentation faite à Orlando dans le cadre du PGA Merchandise show que le hosel avait été volontairement cannelé pour gagner trois grammes de poids, et ce afin de les déplacer plus bas, et plus en profondeur dans la tête du club.

Objectif : Améliorer le feeling ressenti au moment de l’impact mais pas seulement !

La clé de ce produit tient dans le fait de projeter la balle plus haute, et ce alors que les équipes techniques qui travaillent avec Benoit Vincent ont volontairement décidé de considérablement fermer le loft !

Toujours dans cette envie de lancer plus haut, les ingénieurs ont proposé un nouveau design de la tête, faisant la part belle à un poids déplacé du haut de la tête vers le bas.

Au moment où nous avions échangé avec lui, Monsieur Vincent s’est référé au fait que lorsqu’ils ont passé pour la première fois ce club à Jason Day, il a immédiatement trouvé plus de hauteurs de trajectoires par rapport à son actuel club, et à vitesse de swing équivalente.

Précisons encore une fois que le loft est pourtant beaucoup plus fermé ! Nous y reviendrons…

Comme les précédents clubs TaylorMade dans la catégorie des produits dit « Improvment », à savoir RocketlbladeZ, ou Speedblade, les M2 et M2 Tour embarquent des speed pockets sous les semelles, mais pas sur les faces !

Visiblement, les speed pockets sur les faces censées faire la révolution n’auront duré qu’un temps (RSi et Psi).

Les mauvaises langues diront qu’elles cassaient, mais sur ce point Benoit Vincent est catégorique « Il faut des circonstances particulières. Nous n’avons pas eu plus de retour produit, et certainement pas pour cette raison »

Au contraire, de son point de vue, il n’était en fait pas nécessaire d’ajouter des slots sur les faces.

Ces dernières étant déjà plus larges et plus fines par rapport aux Psi, ce qui contribue largement à l’optimisation des conditions de lancement.

Sur ce point, l’augmentation de la largeur est estimée à +6% par rapport au RSi1.

Pour les speed pocket qui ont survécu (sous la semelle), ces dernières ont été légèrement déplacées pour à nouveau favoriser l’angle de lancement.

En résumé, à ce stade, nous avons un M2 avec un loft plus fermé pour favoriser l’augmentation de la vitesse de balle (et au passage le smash factor), et pour ce faire, tous les autres choix techniques ont porté sur le fait de compenser la diminution du loft par un déplacement extrême du centre de gravité pour un angle de lancement…plus élevé.

En ce sens, le M2 est le plus gros pari de l’année 2016 côté fabricant.

Autre bénéfice de loft plus fermé, TaylorMade prétend aussi pouvoir réduire le taux de spin, ce qui a aussi pour effet de favoriser la distance.

TaylorMade affiche la couleur !

Et n’hésite pas à affirmer que dans les deux cas, M2 et M2 Tour vont projeter plus haut que les Psi et Psi Tour.

Qui dit lancer plus haut, et plus vite, pose la question des vibrations ?

Un club de golf subit des contraintes, et en particulier à un impact de 150 kmh.

Contraintes qui s’expriment par des vibrations parfois désagréables dans les mains, et les bras.

Pour réduire ces vibrations générées par des faces de plus en plus flexibles, Benoit Vincent et ses collègues ont mis au point un « badge » à trois dimensions, impossible à plier à main nu.

L’ingénieur français nous l’a d’ailleurs prouvé à l’aide de morceaux coupés sous nos yeux, et en comparaison avec celui du RSi qui lui était plus souple.

Le badge est fixé en forme de V derrière la cavité du club avec pour fonction de rigidifier l’ensemble, et réduire considérablement ces vibrations.

A la différence du M2, la version M2 Tour ne présente pas le hosel cannelé. La topline est plus fine de même que la semelle. L’offset est aussi plus réduit pour un look plus traditionnel.

D’un point de vue performance, le M2 Tour se veut plus long que son homologue Psi Tour.

La différence se faisant aussi et surtout au niveau des sensations à l’impact.

Si le M2 est déjà mis sur le marché depuis le 19 février, et disponible à partir du fer 4. Le M2 Tour apparaîtra le 15 mars, et quant à lui, à partir du fer 3.

Si nous n’avons pas encore pu tester le M2 Tour, en revanche, nous avons déjà pu nous faire une opinion concernant le M2.

L’avis de la rédaction :

En préambule de cet article, nous avons commencé par une question : Est-ce le meilleur fer jamais produit par TaylorMade ?

De notre point de vue, c’est le meilleur fer TaylorMade testé depuis 4 ans, et c’est très net !

Le smash factor est très élevé comme vous pourrez le découvrir dans notre rapport de test.

En mains, le club semble assez léger, et facile à manier dans le plan. Au contact, effectivement, le badge atténue nettement les vibrations.

A force de tester des clubs tout au long de l’année, il devient de plus en plus difficile d’obtenir un effet waouh ! Avec le M2, la surprise a été très bonne. Probablement le fer le plus agréable que nous ayons testé en 2016. (Il nous reste quelques clubs à tester...)

Enfin, TaylorMade nous propose un excellent club après avoir beaucoup promis des précédents modèles : RocketbladeZ, Speedblade, RSi et Aeroburner.

Déjà avec le Psi, nous avions senti que TaylorMade prenait le bon virage. Avec le M2, c’est indéniablement confirmé. Cela aura été un long processus pour enfin arriver à quelque chose de vraiment très abouti.

Oui le shaft et le grip ne sont pas les composants les plus élaborés que l'on puisse trouver sur le marché, ceci dit, le club fait bien son boulot par rapport à la catégorie de prix à laquelle il appartient.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.