Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers Ping Iblade


Plus de deux ans que l’on attendait la remplaçante de la lame S55 ! Bien que les lames ne soient pas les clubs les plus vendus par Ping, alors que la marque américaine est la championne des clubs à cavité, elle ne pouvait pas ne pas justement revisiter son offre de lames, ne serait-ce que pour contenter ses pros, comme Bubba Watson en tête de liste. Ceci étant, la lame Iblade marque-t-elle un réel changement par rapport à la S55 ? Que vaut-elle par rapport aux autres lames du marché ?

Premier regard sur la lame PING Iblade

Lors du précédent sujet consacré à ce club en amont de son lancement sur le marché français, nous retracions l’historique des lames chez Ping, et l’influence du précédent ingénieur de la marque.

Désormais, le club sur le bureau au moment de préparer cet article, et après avoir déjà réalisé un pré-test, nous avons plus d’éléments pour comprendre ce que Ping a voulu faire.

Au premier regard, pour notre consultant, Richard Hurvitz, pro de golf américain qui n’a plus grand-chose à prouver ou à craindre en donnant son avis à brûle pourpoint, le nouvel Iblade est très similaire au précédent S55. Son œil aiguisé et sa longue expérience ne le trompent certainement pas.

De notre point de vue, le nouvel Iblade paraît pourtant au moins esthétiquement très différent du S55.

A l’époque de notre précédent test, soit en octobre 2013, nous n’avions certainement pas assez osé dire que le look du S55 ne nous plaisait pas vraiment.Trop anguleux, trop différent d’une lame classique…

Aujourd’hui, le nouvel Iblade parait beaucoup plus …comment dire moderne et attractif.

Depuis la sortie du driver à succès Ping G30, la marque américaine semble avoir pris un sacré virage dans le design de ses clubs de golf : Un bon virage avec une ligne conductrice moderne et ouverte vers un public plus large.

Et il semble que cela a plutôt bien fonctionné dans les ventes.

Derrière Ping a enchaîné avec la série de fers et bois G puis avec le Ie.

Finalement, le Iblade suit cette lignée. Il y a une grande constance dans le design des derniers clubs Ping.

Les nouveautés de la lame PING Iblade

La première chose que vous notez à propos du Ping Iblade est certainement sa finition qui rappelle les wedges Ping Glide.

Maintenant, s’agissant d’un fer Ping, il faut toujours considérer une cavité et le fameux système Custom Tuning Port (CTP) qui utilises 60% d’élastomère en plus par rapport au précédent S55.

Le CTP sert à réduire les vibrations à l’impact, et ajuster le son et le feeling à l’impact, ce qui est utile sur ce type de fers.

C’est difficile à transcrire avec des mots mais cette lame paraît facile à jouer, ce qui est presque un pléonasme concernant une lame.

C’est pourtant un trait caractéristique de nos derniers essais de fers Ping, notamment le G, le Gmax ou le ie.

Cela ne veut pas dire que les fers Ping sont systématiquement plus performants que leurs rivaux, mais en termes de maniabilité, il y a un truc…Le CTP en est peut-être la raison.

Toujours au sujet de l’Iblade, vous avez toujours un poids en tungstène au niveau de la pointe qui augmente le MOI, et le rend plus abordable.

Quand Richard Hurvitz nous affirme que l’Iblade est très similaire au S55. Il a au moins raison concernant la semelle ! Elles sont pratiquement identiques ! Simplement du fer 3 au fer 7, le bounce a été affiné pour mieux agir avec le sol à l’impact.

Cela devrait être particulièrement notable sur les lies plutôt courts.

A l’adresse, la top-line paraît vraiment celle d’une lame classique. Vous trouvez peu d’offset, et en fait, tout indique que c’est une lame pure.

Simplement, la tête est un peu plus longue que celle de la S55.

Pour prétendre avoir améliorer sa lame, Ping a eu recours à un acier inoxydable 431 plus doux mais pourtant plus fort tout en gagnant 4 grammes, ce qui concoure à légèrement augmenter le MOI.

Cela permet aussi d’affiner la face de près de 50% par rapport au vieux S55, et donc de favoriser la vitesse de balle en sortie de face, surtout sur les longs fers.

Ping estime que cette nouvelle lame offre un gain de 5 mètres en distance par rapport à l’ancien modèle.

Toujours au chapitre des différences, Ping affirme que la face a été plus aplatie du fait d’un principe d’usinage différent de celui du S55.

Cela nous est difficile à vérifier, ceci étant entre notre test de 2013 et celui de 2016, nous avons noté un bénéfice de spin supplémentaire.

Autre point important, les lofts ont été modifiés entre les deux versions. Du 7 au 9, les lofts sont plus ouverts d’un degré (favorable à la tolérance et au lancement élevé).

A l’inverse, sur les fers 3 et 4, les lofts ont été un peu plus fermés pour démontrer un plus grand bénéfice de longueur.

Première impression

Avant de développer notre test complet du Ping Iblade, pour notre testeur référence qui avait testé le Ping S55 en octobre 2013 et qui a testé récemment la nouvelle lame en fer 7 monté sur un shaft acier regular, nous avons noté des petites différences.

Le loft plus ouvert d’un degré comme évoqué plus haut, mais aussi un shaft légèrement plus long à 37,5 inches contre 37,2 pour le PING CFS monté sur le S55.

En revanche, les poids des shafts sont sensiblement équivalents (93 grammes contre 100 grammes pour le True Temper XP95 R300).

A noter, pour sa nouvelle lame, Ping ne nous a pas envoyé un « shaft maison ».

Côté performance, à iso-conditions de test, le nouvel Iblade donne un gain de…4 mètres (5 yards) soit très proches de ce qu’annonce Ping.

Le premier test démontre un gain net de 2 mph de vitesse de balle à vitesse de swing constante couplé à un angle de lancement plus élevé, et donc une portée de balle plus importante.

A l’inverse, le taux de spin mesuré est beaucoup plus important (7200 tours par minute pour une vitesse de swing de 81 mph).

Comparativement aux autres lames du marché en 2016, il est difficile de distinguer la performance de l’Iblade. Contre la lame MP-5, la Srixon Z965 ou encore la Mizuno JPX-900 Tour, nos premiers essais révèlent des taux de smash factor très proches…

To be continued et surtout completed…par un test avec plusieurs joueurs.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.