Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers PING GMAX

Les nouveaux fers PING GMAX risquent fort d’être l’attraction de l’été, et en tout cas du British Open qui va débuter ce jeudi à Saint-Adrews. En marge du troisième majeur de la saison 2015, PING a annoncé la sortie du fer qui va remplacer le modèle Karsten, un club qui correspond à la philosophie de la marque : apporter plus de facilité aux golfeurs.

Nous avons pu nous procurer les premières informations concernant ce nouveau club de golf, ainsi que les premiers mots de l’ingénieur en chef de Ping Golf, Marty Jertson.

Le Gmax : un club qui promet d’être frappant !

Une des premières choses qui va sans doute frapper les futurs utilisateurs de ce club proviendra déjà du son à l’impact !

Pour Marty Jertson, ingénieur Ping, c’est le fruit d’un travail spécifique et d’une technologie qu’il appelle COR-eye qui se situe juste derrière la face du club.

Il ne s’agit pas seulement d’émettre un son différent de ce dont on a l’habitude d’entendre avec un fer, mais bien d’augmenter la vitesse de balle à la sortie de la face.

Jertson va même jusqu’à affirmer que cette technologie va révolutionner le genre, et casser les codes de tout ce qui a été fait jusqu’à présent pour générer plus de vitesse de balle à l’impact.

Comment ?

En produisant deux à trois fois plus de torsion de la face au moment de l’impact tout en lançant la balle plus haute, et avec une dispersion plus resserrée.

L’ingénieur PING va jusqu’à relativiser toutes les dernières technologies mises en place pour améliorer les fers, et affirme que sa trouvaille dépasse de loin tout ce qui a été fait en matière de vol de balle, et de pouvoir stoppant de la balle une fois qu’elle se pose sur le sol.

Et la clé serait dans la géométrie et le dessin du club tout autant que dans le processus de traitement par la chaleur de l’acier 17-4, ce qui donnerait une force de 40% supérieure, et donc une meilleure capacité de flexion du matériau.

Mizuno a ouvert la voie avec le Boron.

Ping confirme que les clubs de demains seront surtout révolutionnaires d’un point du vue des matériaux employés, et des processus pour utiliser ces matériaux dans le cycle de production.

Autre point qui a retenu notre attention, le retour d’une férule sur les Gmax, alors que le dernier G30 s’était distingué par le fait d’être un des seuls clubs du marché à en être volontairement dépourvu !

Là-aussi, Jertson a une réponse favorable aux futurs clients « La férule que nous utilisons propose un dessin unique qui permet de réduire les effets qui peuvent stresser le shaft à l’impact. En faisant ainsi, nous avons pu remonter le point de balance du shaft sur notre manche CFS Graphite, et ainsi, nos clients vont pouvoir profiter d’un MOI plus élevé au niveau de la tête du club.

Le GMax à l’usage : Un club plus facile ?

Côté practice, les premiers utilisateurs de ce club ont pu noter que comme prévu, il est plutôt facile à manier, consistant et précis.

Le GMax est véritablement un produit prévu pour intéresser les débutants ou les golfeurs en recherche de facilité.

La série sera déclinée du fer 4 au sandwedge, et plusieurs shafts seront possibles :

  • Le CFS classique de chez Ping en acier ou en graphite
  • Le Dynamic Gold
  • Un Project X
  • Un XP 95
  • Et enfin, un Nippon Modus 3

Concernant la tête, les golfeurs déjà habitués au G30 ne devraient pas être dépaysés par ce GMax. La finition et le dessin de la tête sont très similaires.

A l’adresse, les différences sont très faibles hormis le fait qu’il y ait un peu plus d’offset sur le GMax.

Toujours d’un point de vue look, les quelques notes de bleues derrière la face apportent un peu de personnalité à ce nouveau club.

Alors que le G30 est destiné aux golfeurs situés entre 5 et 24 d’index, la nouvelle technologie déployée sur le Gmax devrait retenir l’attention des golfeurs qui ont du mal à swinguer à plus de 80 mph avec un fer 7.

Comme pour les nouveaux clubs Mizuno, l’argument qui est mis en avant, est le fait que la face est plus fine, ce qui permet une flexion plus importante, et donc en théorie, une vitesse de balle plus importante à vitesse de swing équivalente.

Autre élément qui présente un grand intérêt, le fait que le Gmax soit pourvu d’un système de réglage du poids au niveau de la semelle qui peut aider à déterminer si on veut abaisser le centre de gravité de la tête pour plus de tolérance, un angle de lancement plus élevé et plus de précision.

L’avis de la rédaction :

Ces clubs sont à ranger dans la catégorie des clubs très faciles à jouer.

Le son à l’impact est assez différent de ce qu’il est coutume d’entendre à l’impact, et on a vraiment l’impression que la face se déforme à l’impact.

Très similaire aux G30, les Gmax se veulent beaucoup plus tolérants et devraient plaire aux fans de la marque.

Au cours de notre prochain test, il nous restera à mesurer la performance de club sur les coups décentrés, et la facilité d’utilisation quand on commence à utiliser les fers les plus fermés par rapport aux fers du début de la série.

Sur ce point, pour mettre tous les atouts de son côté, Ping a réduit le poids des longs fers, toujours dans le but de les rendre facile à swinguer.

Les meilleurs joueurs ne devraient pas être sensibles à ces clubs, mais ces nouveaux clubs vont assurément faire le boulot pour des joueurs qui ne cherchent pas systématiquement à donner des effets plus ou moins contrôlés à la balle.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.