Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers Mizuno MP-18 MMC

Troisième club de la gamme MP-18, le MMC pour construction multi-matériau n’est pas le moindre des clubs Mizuno. Bien au contraire, pour ceux qui hésitent à jouer du MP by Mizuno, c’est peut-être une excellente entrée en matière. Si la lame MB et la CB sont finalement très conventionnelles, la MMC est des trois têtes, celle qui a l’histoire la plus excitante à nous raconter, notamment sur les longs fers. Découvrez pourquoi…

MP, SC, MMC, M comme Mizuno... ?

MP pour Mizuno Player… la gamme a fait la célébrité de la marque, et son image dans le monde du golf en Europe, et aux Etats-Unis.

Mais quelque part, c’est aussi un peu une prison de verre… Sorties des gammes MP, Mizuno a toujours eu du mal à convaincre, et notamment avec les séries JPX ou JPX-EZ pour golfeurs moins pointus s’agissant du centrage de la balle dans la face.

Cette année, au moment où Mizuno semble un peu renoncer à se défaire de son image, la marque japonaise tente tout de même un coup astucieux.

Démontrer qu’il ne faut pas être nécessairement 5 d’index pour jouer des clubs hautes performances, et censés être exigeants.

A ranger dans les clubs puissants, la MMC présente donc justement un look à la croisée des chemins entre lame classique et pure, et effets soignés à l’américaine pour inspirer cette fameuse puissance.

D’un point de vue purement esthétique, c’est très réussi.

Le mélange de qualité et de performance fonctionne au moins visuellement.

Certes, un puriste admettra qu’il ne s’agit plus d’une lame au sens classique du terme, bien que très ressemblant. D’ailleurs, c’est peut-être ce qui pourrait vous arrêter, or, ce serait dommage car en sensations, ce sera pourtant le jour et la nuit avec une véritable lame… au bon sens du terme.

Habituellement, une lame est forgée en une seule pièce. C’est d’ailleurs son principal signe distinctif. La MMC affiche clairement la couleur. C’est une construction en plusieurs pièces du fait que Mizuno affirme avoir forgé 8 grammes de titane au cœur de la tête.

C’est l’élément clé concernant ce club. Le fait d’avoir ajouté du titane a permis aux ingénieurs de déplacer le centre de gravité légèrement en arrière de la tête, sans avoir besoin de créer une tête difforme ou extra-large.

Par rapport à une lame MB ou CB, vous verrez que le résultat en termes de smash factor est flagrant.

Mizuno affirme que c’est un travail mené sur 3 ans qui a permis à leurs artisans de développer un concept de fer ultra-stable et tolérant, tout en respectant les codes de la marque au niveau esthétique.

« Même avec des ajouts de titanes légers, et des plots de tungstène insérés dans les têtes acier carbone 1025, les MP-18 MMC gardent un profil Tour, et une taille équivalente à des MP-18 SC ».

Toutefois, et c’est un point très important à relever, les MMC présentent un loft 2 degrés plus fermés en moyenne par rapport à une série CB ou MB.

Un fer 7 présentera un loft de seulement 32 degrés quand une MB sera à 34. Cet élément à son importance sur l’ajout de smash factor à l’impact, et c’est aussi un élément qui fait que la MMC ne peut plus être considérée comme une lame !

Le niveau de spin, et l’angle de décollage (trajectoire de la balle) vont être forcément différents des standards des clubs exigeants.

Pour illustrer ce travail de conception, les fers 4 à 7 présentent une démarcation claire d’un poids additionnel de 20 grammes sur la pointe (finition mate sous la semelle) pour déplacer encore le centre de gravité de la tête de la pointe vers le centre de la face, plus près du sweet spot, et ce, afin d’accroître la résistance du club dans la zone d’impact.

Comprenez qu’au moment de heurter une balle de golf, un joueur peut laisser la tête légèrement échapper à son contrôle, ce qui va ouvrir ou fermer la tête, et par conséquent, créer les conditions d’une forte dispersion latérale.

Il suffit que la face s’ouvre ou se ferme de plus d’un degré pour que vous envoyez votre balle à plus de 5 mètres à gauche ou à droite !

Cette résistance à la distorsion n’est pas négligeable quand on connaît notre tendance à tous de ne pas ramener toujours le club square à l’impact.

Pour parler factuellement, c’est un élément que l’on pourra vérifier dans la suite de cet article, en comparant l’angle de la face à l’impact par rapport à une MP-18 MB, sans cet ajout de poids en pointe !

L’intérêt de cette technologie n’est pas seulement de réduire la dispersion. C’est aussi pour cette raison que ce type de tête peut augmenter le smash factor, car par conséquence, en moyenne, la balle est plus souvent prise au centre de la face.

Ainsi, la MMC est la tête qui vous offre la plus grande marge d’erreur dans la gamme MP-18.

A l’adresse, la top-line et la taille de la tête sont vraiment très proches de la MP-18 SC, alors qu’en fait, la semelle est bien plus large.

Visuellement, vous avez l’impression de jouer un club pour professionnel, mais en fait, c’est bien plus tolérant.

Toujours en termes de design, les têtes MMC sur les longs fers restent très compactes.

On comprend que cette série est un peu panaché ! Cela a le goût de la bière ! Cela ressemble à de la bière ! Mais concrètement, ce n’en est pas, et notamment quand il s’agit de parler chiffres.

Certes, le puriste va perdre en toucher et en sensations, à compter qu’un golfeur sache vraiment établir la différence entre forgé et non forgé, il va surtout perdre en spin donné à la balle, et donc en capacité à donner des effets, mais bien gagner en distance. De sorte que c’est encore un arbitrage à faire entre puissance et contrôle !

Les premiers chiffres

De ce qui a été présenté ci-dessus dans l’argumentaire produit, il y a donc deux arguments techniques que l’on peut vérifier avec un radar tel que le Trackman 4 : l’angle de la face, et le smash factor.

On peut comparer ces deux éléments par rapport aux autres têtes MP-18 pour établir si oui ou non, il y a réellement un impact positif pour le joueur, et notamment un bénéfice de l’ajout de tungstène en pointe.

Ci-dessus, le résumé d’une dizaine de frappes avec la MP-18 MMC en fer 7 montée sur un manche acier stiff NS PRO Modus Tour 120.

En réalité, si ma tendance naturelle semble être de fermer la face à l’impact avec un chemin de club à droite, ce qui crée une trajectoire en draw, avec le MP-18 MMC, l’angle de la face est effectivement légèrement plus à gauche (-2,2 degrés).

Avec la MP-18 MB, ma face est restée plutôt fermée à -1,5 degrés.

Je peux donc considérer que le poids en pointe a contribué à me faire fermer la face pour porter les balles sur la gauche du fairway…Mais est-ce un bénéfice ?

En réalité, on pourrait pousser la logique du fabricant jusqu’à espérer des balles dans l’axe.

Pour rappel, la marque revendique le fait que le club « twiste » moins à l’impact. En l’état, ce n’est pas réellement démontré.

En revanche, ce qui est indiscutable, c’est le fait que le loft plus fermé de 2 degrés plus ce poids qui déplace le centre de gravité à l’arrière, a permis une augmentation du smash factor de 1.30 avec la MP-18 à 1.34 avec la MP-18 MMC !

Le ratio est meilleur. La distance est nettement plus longue. Pour pratiquement une même vitesse de swing (environ 79 mph), on gagne 12 mètres de distance totale.

La MMC favorise trois facteurs décisifs pour la distance : plus de vitesse de balle (+4 mph), un angle de lancement plus tendu (seulement 20 degrés contre 23 pour la lame), et moins de spin (près de 1000 tours).

Comme évoqué dans les autres articles consacrés aux fers Mizuno MP-18, finalement, le bon calcul consiste à tirer parti des points forts de chaque forme de tête, et se composer sa propre série idéale, avec des SC ou des MB sur les petits clubs pour pousser le contrôle au maximum, et à l’inverse, optimiser la distance sur les longs fers avec la MMC.

En soi, rien de révolutionnaire au niveau de chaque tête… le véritable bénéfice, c’est de composer une série à sa main.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.