Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers Cobra King Forged CB/MB 2018 : La tête de l’emploi

Sur le point d’être annoncés, les nouveaux clubs Cobra King Forged MB/CB ont déjà reçu un excellent accueil outre-Atlantique pour la qualité du touché proposé, et en même temps, le look très classique de ces nouveaux fers forgés MB et CB associés dans une seule et même série. Décidément, la mode est à la combinaison de précision sur les « short irons » et un peu plus de tolérance sur les « long irons ». Alors que TaylorMade vient tout juste de lancer les P760, et face à la concurrence des japonais, Cobra veut capitaliser sur Rickie Fowler, et le « Dark power » pour tenter une percée sur le segment des lames avec le Cobra King Forged MB/CB.

Cobra veut démontrer sur le marché du forgé

Du fait d’un marché dynamique et même historique en faveur des fers forgés, les grandes marques japonaises ont acquis une solide réputation pour la qualité de leurs produits, et leurs principes de forges. Une réputation qui a dépassé les frontières et quelque part relégués les marques américaines au second rang.

Elles se rattrapent très largement sur les clubs « Improvment » en phase avec la majeure partie des consommateurs occidentaux.

En France, Cobra est dans le top-4 des marques qui vendent le plus de fers, ce qui est une performance compte tenu des stocks en magasins, et par rapport à l’omniprésence de TaylorMade, Callaway ou Ping dans les racks.

Cobra est aussi la seule marque du big-4 à promouvoir une politique de prix autour de 90 € le fer vendu dans une série contre 115 ou 130 € pour ses principaux rivaux.

Compte tenu du renchérissement progressif du marché, c’est presqu’une tendance à contre-courant.

Alors qu’elle vient de lancer la nouvelle gamme F-Max Superlite, et escompte certainement plus de résultats pour cette gamme en phase avec les golfeurs en progression, et plutôt seniors, la nouvelle King Forged CB/MB est certainement un des produits les plus sous-estimés, aux USA et en France.

Pourtant, il s’agit toujours d’un produit vitrine pour un fabricant. Les professionnels et les bons joueurs de clubs restent de formidables VRP pour les marques.

Sous-estimés parce qu’au niveau du touché, des performances, et de la conception, il n’y a pas vraiment d’éléments qui peuvent laisser penser sérieusement à une quelconque moins-value des King Forged CB/MB par rapport aux équivalents Titleist 718 CB, MB, TaylorMade P730, P760, Callaway Apex MB, ou encore Srixon Z785 et Mizuno MP-18 MB ou SC.

En revanche, en termes d’images, Cobra qui était la marque numéro une des ventes dans les années 80 avec Greg Norman comme ambassadeur numéro 1, était perçue comme une marque senior et facile à jouer, alors que depuis le virage Rickie Fowler, la marque cherchant à rajeunir son image, d’une certaine manière, il y a une forme d’incompréhension des consommateurs.

Les seniors moins informés sont tentés de penser que Cobra est seulement une marque pour bons joueurs, et les jeunes joueurs ne sont malheureusement pas légions par les temps qui courent.

La griffe de Rickie

Si quatre ou cinq ans en arrière, Fowler pouvait paraître un jeune premier ou un jeune chien fou, a bientôt 30 ans, il a atteint une certaine maturité, et fait partie des cadres du PGA Tour.

Côté jeunesse, Cobra s’en remet aujourd’hui Bryson DeChambeau, qui lui est de toute façon plutôt missionné sur le renouveau du marché des fers à longueur unique.

Fowler est très impliqué dans l’histoire des fers KING Forged MB/CB ou en tout cas très mis en avant par le fabricant.

Jusqu’à récemment, dans son sac, l’américain embarquait des fers King Forged MB du fer 4 au pitch.

Il a cependant participé à la conception de la nouvelle série combo entre MB et CB prévue pour fin 2018.

Annoncés en version « Dark » du plus bel effet, et déjà plébiscité par les internautes golfeurs américains, ces clubs validés pour jouer sur le circuit pro auront pour crédo : Le touché et la précision.

Si vous êtes à la recherche de distance supplémentaire, vous pouvez passer votre chemin. Le loft du fer 7 ne devrait pas être inférieur à 34 degrés.

Au contraire, avec ces nouveaux clubs, Cobra veut nous interpeller sur l’esthétique et le travail des trajectoires.

Comme pour la version précédente, Cobra veut combiner des fers Cavity Back du numéro 3 au 6 (TaylorMade fait la même chose du 3 au 7 avec la nouvelle série P760), et des fers Muscle Back du 7 au pitch.

Entre la version dans le sac de Fowler et celle à venir, il semble que le look des MB a été très légèrement modifié pour améliorer la tolérance, et maintenir un contrôle de trajectoire suffisant sur les longs fers.

Pendant le même temps, s’agissant des fers pour scorer, Cobra a poussé le curseur sur le contrôle de la distance, et la forme des frappes.

Tout comme TaylorMade, Cobra met en avant un processus de forge en 5 étapes (les marques américaines semblent souffrir d’un léger complexe sur ce point par rapport aux japonais) pour atteindre une structure de grain de l’acier plus fin, et un touché amélioré.

Cobra n’en est pourtant pas à son premier fer forgé, et la signature de Fowler ne manque pas de crédibilité en la matière.

Il se murmure que ce dernier a eu une certaine influence dans le placement de deux poids en tungstène à la pointe et au centre de chaque club.

L’intérêt serait de « fine-tuner » le placement du centre de gravité de chaque fer pour maximiser la tolérance, le touché et les trajectoires.

Pour chaque tête, les faces ont été usinées et les rainures taillées avec une machine CNC comme pour les Wedges KING.

La finition (Diamondized Black Metal) assure la durabilité de la finition selon Cobra.

Bien que pour un coloris dark, il faut s’attendre forcément à un éclaircissement avec le temps, ce procédé est supérieur à une finition PVD classique.

Les premières lames connectées

Autre argument vraiment très intéressant, et qui pourrait à lui seul justifier le renouvellement d’une série ancienne de clubs forgés, cette fois, Cobra installe d’emblée le système Arccos sur ses grips Golf Pride Tour Velvet.

Ce sera donc la première gamme de clubs forgés connectés produites en série, et sans surcoût puisque la série de sept clubs sera toujours commercialisées 1099 dollars, soit exactement le prix de la série actuelle, la King Pro.

Cobra semble rogner sur sa marge pour apporter cette amélioration utile au joueur.

En standard, les têtes seront montées sur des manches KBS-S Taper avec eux-aussi une finition Black PVD (regular ou stiff).

A noter, Cobra proposera un fer 2, un fer 3 et un Gap wedge pour compléter la gamme.

Si le principe de cette nouvelle série réside dans le fait de combiner des MB avec des CB, vous pourrez toujours faire le choix de composer un sac complet avec l’une ou l’autre des deux versions, soit sept clubs MB du 4 au pitch ou soit sept clubs CB du 4 au pitch.

En fin de compte, Cobra s’apprête à proposer la série Forged MB/CB parmi la plus attractive du marché d’un point de vue du prix, avec en plus le système Cobra Connect sans surcoût, un principe de forge revendiqué comme équivalent aux spécialistes japonais, et la possibilité de composer sa série entre MB et CB.

Cobra, TaylorMade, Srixon, Mizuno, Titleist, Ping, Callaway… toutes les marques se sont données le mot pour tenter de sauver les fers forgés, alors que le marché se rapproche chaque année d’un point bas historique en matière de ventes de cette catégorie de clubs.

S'agissant du match du look avec le TaylorMade P760, le dark du King Forged semble être plébiscité par les fans outre-Atlantique...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.