Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers Cobra KING F6

Dans toute gamme d’une marque de matériel de golf, il y a toujours un produit d’appel, un produit emblématique, et le produit qui doit correspondre la majorité des joueurs, le produit phare. De mon point de vue, chez Cobra, en 2016, il s’agit de la série de fers King Cobra F6.

Pour avoir testé toutes les séries Cobra proposées cette année, et sans parler des préférences des uns et des autres qui peuvent varier selon le niveau de jeu, il ressort que la série King F6 est largement la plus polyvalente de toutes, et celle qui conviendra à la grande majorité des joueurs.

Intercalé entre la série MAX et les séries King Pro MB et Forged TEC, la série F6 présente les caractéristiques d’une série dite progressive, à savoir, une série de clubs qui varient en fonction des lofts.

Sans aller jusqu’à une série COMBO qui mêle des semelles élargies sur les clubs les plus longs avec des clubs courts qui visent surtout la précision.

La série F6 présente des clubs très maniables (en particulier en graphite avec le shaft Matrix OZik Red Tie 65 Q4) qui pourraient convenir à de très bons joueurs bien qu’en règle générale, ils soient plus attirés par des clubs plus exigeants comme les lames Forged MB et Forged TEC.

Pourtant, un fer F6 a l’avantage d’offrir plus de matière derrière la face du fait d’une tête légèrement plus large.

D’ailleurs, quand on place les quatre têtes des quatre différents types de clubs Cobra, on voit à l’œil nu le crantage de l’offre en matière de largeur de semelle.

Ceci dit, des quatre types de clubs, il y a surtout un décalage entre la Forged MB et les trois autres.

L’écart se réduit entre Forged Tec, F6 et Max.

Et il en va de même pour la topline de chaque club.

En prenant l’exemple du fer 7, à nouveau, la topline du Forged MB est beaucoup plus fine que celle des autres têtes Cobra.

La topline du fer 7 Max étant la plus importante pour favoriser à l’œil, un sentiment de confiance accru chez un golfeur débutant ou en mal de vitesse de swing élevée.

Sur ces premiers éléments, la série F6 se veut donc à la croisée des chemins entre les fers exigeants, et les fers ultra-tolérants.

Si la série F6 a peu de choses à voir avec une série Forged MB, en revanche, les différences sont beaucoup moins flagrantes avec la série MAX.

Au contraire, il y a beaucoup de points communs.

A commencer par la construction de la série qui combine plusieurs schémas de constructions.

Bien entendu, Cobra vous dira que l’objectif avec cette série consistait à augmenter le touché, la distance, la précision et la tolérance !

Pour avoir testé le fer 7 F6 sur un shaft graphite, et sur un shaft acier, je pourrais dire qu’en version graphite, il parait très léger, et très maniable alors que le touché est juste ok.

De mon point de vue, le principal attrait du F6 est plus la facilité de maniement que le touché.

Pour valider ce commentaire, je me suis interrompu dans la préparation de ce sujet, et ai testé plusieurs shots avec l’ensemble des clubs Cobra mis à ma disposition pour la marque.

En lien avec ma vitesse de swing au fer 7, le graphite plus léger me paraît plus maniable, mais le touché est moins pénétrant dans la face sous l’effet de moins de poids au contact.

Ayant toutes les versions de shaft à ma disposition, toutefois, je maintiens que le touché du F6 est moins spectaculaire que celui d’un Forged MB qui claque ou d’un Forged Tec plus accessible pour moi.

Le touché du F6 est plus comparable à celui du Max, et sans doute, parce qu’il y a très peu de différences entre les deux têtes.

En résumé, plus que le touché, j’ai trouvé la tête F6 monté sur un shaft graphite très abordable, et effectivement tolérante. La publication de notre prochain test complémentaire avec le concours d’autres testeurs dira ce qu’il en est de la puissance, et du smash factor, le véritable révélateur de la tolérance.

Passé la question du fer 7, j’en reviens à la notion de construction différente selon les fers.

Il convient d’en distinguer quatre !

Du fer 3 au fer 5, Cobra a dessiné une cavité dite « full hollow », comprenez ombre pleine qui signifie que l’insert placé derrière la face octroie un centre de gravité plus bas pour une face plus « responsive » ou plus répondante si je puis m’exprimer ainsi.

Résultat, sur un long fer, la balle doit en théorie voler plus loin, et le shot être plus facile à exécuter.

Pour le fer 6 et le fer 7, il s’agit d’une cavité half hollow ou ombre partielle pour une face particulièrement fine. Le poids global de la tête de club a été déplacé pour optimiser la position du centre de gravité.

Cobra revendique ainsi plus de précision.

Du fer 8 au pitch, la cavité est dessinée de manière plus conventionnelle avec une position du centre de gravité très basse et très en arrière pour bien entendu favoriser un angle de lancement élevé, et donner plus de spin en vue d’attaquer le drapeau.

C’est donc une construction pertinente et très classique.

Dernière variation dans la construction de la série, les gaps et sandwedges présentent un dessin encore différent, et conventionnel pour des wedges.

Objectif : Etre capable de relever tous les défis autour du green.

Plus haut, j’ai déjà abordé la question des semelles. J’y reviens pour consacrer un paragraphe spécifique à celle du F6 qui est munie d’un élément particulier.

A la différence de toutes les autres têtes Cobra, la King F6 présente une Speed Channel sous la semelle.

Il s’agit d’une toute petite tranchée proche de la face (leading edge ou bord avant) qui a pour objet d’augmenter la torsion de la face à l’impact.

Pas de mystère sur l’objectif, il s’agit de générer plus de vitesse de balle à vitesse de swing constante. Un élément qu’il conviendra de vérifier au cours de notre test trackman.

Cette Speed Channel propre à Cobra qui rappelle celle de TaylorMade dans un autre genre n’est pas le seul élément différenciant de cette tête F6.

A cela s’ajoute une finition chromée en platine qui donne un look très à part. La tête F6 est en fait en deux morceaux. La semelle est d’aspect très classique, alors que le reste du corps est couleur platine, ce qui donne un aspect mat, sans toutefois être assimilable à une tête Black.

Explication selon Cobra, l’aspect Gun Metal favorise le contraste et l’adresse par rapport à une balle blanche !

Enfin, le troisième élément technique déterminant concernant ce club touche à la T.O.P. technology qui revient à remplacer l’acier au centre de la cavité par une pièce d’aluminium.

Ce procédé permet un gain de 5 grammes pour favoriser un déplacement du centre de gravité bas et en arrière en vue de favoriser les conditions de lancement de la balle.

Passé ces trois arguments techniques clés, on retrouve en commun avec le Cobra Max, le principe de rainures différentes selon les lofts des fers.

Taillées en V du fer 3 au fer 6, en U du fer 7 au pitch, et très espacées pour les wedges, les rainures sont adaptées en fonction du besoin de spin pour chaque club.

En conclusion, la série F6 propose une importante concentration de petits détails qui permettent justement d’obtenir un club moderne, censé faciliter la vie des golfeurs amateurs.

Je trouve assez juste le commentaire de Cobra concernant le fait que Rickie Fowler a besoin d’un type de matériel, mais que l’immense majorité des joueurs n’a pas les mêmes besoin qu’un top-5 player.

Sans doute pour Cobra, une façon d’utiliser l’image d’un bon joueur sans se faire enfermer dans l’image d’une marque exclusivement taillée pour bons joueurs.

Dernière anecdote à ce sujet, un jour où je testais un driver Cobra King F6, un amateur senior me voyant taper s’adresse à moi, et me demande ce que je suis en train d’essayer. Suite à ma réponse, il me rétorque qu’il croit imaginer que ce type de club ne lui est pas destiné…En fait, mis à part le driver Max, le F6 n’est pas nécessairement inadapté à un golfeur senior jusqu’à ce qu’un fitting en décide autrement.

Pour Cobra, c’est sans doute l’enjeu de marier communication autour de jeunes prodiges comme Bryson DeChambeau et Rickie Fowler avec la perception d’une majorité de golfeurs seniors.

De mon point de vue, aujourd’hui, il n’est plus possible d’enfermer une marque dans une étiquette. Toutes les offres se ressemblent beaucoup d’un point de vue marketing.

Mizuno qui a longtemps été perçue comme une marque pour très bons joueurs propose bien aujourd’hui des fers JPX-EZ !

Le choix d’une série se fait plus sur des arguments du type : relation à la marque, relation au clubfitter, appréciation du look et des sensations du club que au fait de cataloguer une marque par rapport à un type de besoin…

Remerciements à la direction de Cobra Puma France pour nous avoir prêté sur une longue période un cart fitting complet, et ce, afin de librement tester sans contrepartie les clubs 2016.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.