Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Fers Callaway Big Bertha OS 2016


Quand Callaway nous a adressé ce club début septembre pour le tester, sur le moment, nous nous sommes demandés si ce n’était pas une erreur ou le renvoi d’un club de l’an passé, jusqu’à ce que nous nous rendions compte qu’il s’agissait bel et bien d’une version oversized du Big Bertha…Une version qui avait aussi une « big » surprise à nous révéler…

L’avantage de donner un nom de marque à un produit, c’est qu’il se retient facilement. L’inconvénient, c’est que le nom ne suffit pas à distinguer une version 2015 d’une version 2016 !

Commençons par les compliments ! Chez Callaway, il y a une vraie bonne habitude de faire des bons fers. En revanche, le rythme de sortie est trop soutenu, de sorte que l’on peut s’y perdre.

Nous entendons déjà les arguments de la marque ! Il ne s’agit pas de produits de remplacements, mais de produits de compléments.

Alors qu’est-ce que Callaway a voulu faire avec l’Oversized ?

Le Callaway Big Bertha que nous avions testé en 2015 avait déjà tout, selon nous, du club sur-dimensionné sauf peut-être le nom…

Par rapport à ses rivaux principaux, le Ping Gmax, le Cobra Max ou même le Callaway XR OS, nos tests n’avaient pas réellement démontré que la star de la gamme Callaway cassait la baraque.

En comparaison de fers 7, le Big Bertha avec son loft de 30° (plutôt fermé comparativement au 32° du Ping Gmax) ne présentait pas le smash factor le plus élevé, ni le degré d’efficacité le plus marquant.

Sans faire outrage à Callaway, le XR OS qui assumait déjà un profil de club oversized était beaucoup plus intéressant.

Est-ce que Callaway a voulu corriger le tir avec une nouvelle version ?

Le marché des clubs OS, un terme un peu abscons détermine des clubs de la catégorie « super improvment », à savoir des clubs qui présentent des semelles tellement larges qu’ils pardonnent beaucoup, et surtout ajoutent de la distance du fait de têtes plus profondes, et souvent plus lourdes.

Ce type de tête associé à des shafts de plus en plus légers convient à merveille aux golfeurs seniors qui manquent de vitesse de swing.

En comparaison avec les clubs les plus inadaptés possibles pour un senior, à savoir la lame montée sur un shaft stiff de 130 grammes, le senior va non seulement prendre du plaisir au contact de balle, mais gagner pas loin de 20 mètres d’écarts en distance !

Et dire que 30 ans en arrière, le choix des clubs pour seniors était limité aux lames et à peine plus épais…

Avec le nouveau Big Bertha OS, Callaway a redessiné complètement la cavité arrière de son club.

De l’aveu des ingénieurs américains, c’est même le club le plus complexe qu’ils n’aient jamais dessiné, et ce dans le but de déclencher la distance.

On reconnaît là la patte du patron Chip Brewer, qui depuis sa prise fonction quelques années en arrière indiquait qu’une technologie était bonne seulement quand elle pouvait se voir et se mesurer nettement par le consommateur !

Avant de parler du bénéfice, continuons sur le comment…

Le « corps » de la tête du Big Bertha OS a été imaginé sur la base d’un exo-squelette dit plutôt exo-cage.

Un "exo" qui peut générer à la fois de la rigidité sur sa partie verticale avec un minimum de poids de matière.

Si vous regardez à l’arrière de la tête, vous pouvez voir le squelette de ce nouveau Big Bertha OS, et en fait deux barres qui donnent cette rigidité tout en maintenant du poids vers la semelle, ce qui logiquement produit un angle de lancement plus élevé.

Le point le plus intéressant concernant la conception de cette nouvelle tête se situe entre la face et le hosel.

Pour travailler cette zone de la tête, impossible de forger le club. Le processus de forge classique ne permet pas ce type de travail. Cela ne peut s’appliquer que sur des clubs moulés, et en deux parties assemblées.

Callaway a ainsi réduit du poids (toujours cette logique de déplacer le point de contact idéal plus au centre vu sur le Callaway Steelhead ou le Cleveland RTX-3.

Tout ceci couplé à la nouvelle génération de face cup Callaway, et vous obtenez un club censé produire plus de vitesse de balle à l’impact.

La Face Cup a été développée et utilisée pour la première fois avec les bois Big Bertha.

Depuis, Callaway admet avoir bénéficié d’une courbe d’expérience pour améliorer son principe.

Aujourd’hui, cette face est plus fine sur une plus grande partie, ce qui permet un effet de fléchissement plus important, et pas seulement depuis le point central.

Dans le même temps, Callaway revendique le fait d’avoir amélioré son processus de fabrication pour non seulement incorporer ce type de face sur des clubs à cavité tels que les XR ou Steelhead, mais aussi sur des forgés comme l’Apex, surtout grâce à du soudage au laser, et au plasma.

L’objectif étant de repousser le coefficient de restitution de la face au plus près du maximum autorisé (COR).

En parallèle d’avoir créé une exo-cage plus raide pour supporter une face plus fine, le poids économisé a permis de favoriser des angles de lancements plus élevés, tout en incorporant du tungstène dans la semelle du club, à savoir pour alourdir la partie basse du club.

Le centre de gravité a donc été encore abaissé ce qui peut avoir pour effet d’augmenter la vitesse de balle sur les coups tapés bas dans la face.

Le tungstène (approximativement 100 grammes) est réparti du talon à la pointe (de manière horizontale), et de manière verticale sur chaque club pour contrôler le placement du centre de gravité selon chaque club de la série.

L’idée étant de placer le CG bas sur les clubs moins loftés pour les rendre plus facile à taper.

Avant de vous livrer notre test complet de ce nouveau club avec l’intervention de plusieurs testeurs, notre premier essai a été très révélateur !

Un premier essai...

Si le précédent Big Bertha présentait un loft de 30° en fer 7 avec un shaft de 67 grammes en graphite regular, et n’avait pas nécessairement généré des trajectoires plus hautes et plus longues, avec le nouvel OS testé cette fois en version fer 6 de seulement 26° avec un shaft de 62 grammes, les résultats ont été spectaculaires.

Comme pour le Steelhead, on imagine que Callaway s’est permis de fermer le loft (la moyenne d’un fer 6 pour ce type de club est plutôt situé entre 28 et 29° de loft) justement du fait du poids déplacé vers la semelle, considérant qu’il était suffisant pour augmenter l’angle de lancement.

Cette technique consiste à transformer un fer 6 en un fer 5 sans que l’utilisateur sente l’accroissement de la difficulté dans la maniabilité.

Si vous couplez ce principe de fermeture du loft à l’usage d’un shaft ultra-léger, vous obtenez une combinaison redoutable pour exploser les compteurs de la vitesse de balle à l’impact !

Pour forcer le trait, vous n’avez pas besoin de swinguer plus vite pour envoyer la balle plus vite, et donc plus loin !

Alors que notre testeur tape en moyenne un fer 6 oversized monté sur shaft graphite à 158 mètres, avec le nouvel OS, il a propulsé la balle à 174 mètres de moyenne !

L’écart est spectaculaire et pose des questions…

Bien entendu le loft fermé, la face plus réactive et surtout un shaft ultra-léger expliquent le phénomène.

Jamais Callaway ne nous avait proposé un poids aussi faible sur un graphite regular.

Comme pour le Steelhead, il faut bien comprendre que l’accroissement de distance s’accompagne d’inconvénients.

Et contrairement à ce que vous pourriez penser, pas nécessairement sur la dispersion latérale, mais plutôt au niveau du contrôle de profondeur.

En fermant la face, le constructeur monte mécaniquement le smash factor d’un coup tapé de plein fouet par opposition à une balle qui glisse sur un loft ouvert !

En fermant la face, l’angle de lancement est abaissé !

Avec le Big Bertha OS, ce même testeur a vu son angle de lancement passé de 21° en moyenne à seulement 16°, ce qui implique que l’angle d’atterrissage a aussi été modifié, passant d’une moyenne de 46° à 37°, le tout pour une vitesse de swing donnée de 85 mph !

Comprenez que les trajectoires du fer 6 Big Bertha OS étant plus tendues, le roulement de la balle au sol est fortement accru, soit 16 mètres de moyenne contre 10 mètres pour des clubs oversized concurrents.

Dans la même logique, le taux de spin est forcément abaissé !

Soit seulement 3930 tours par minute contre 4900 tours par minute pour les rivaux ! Vous ne jouez plus un fer 6 mais pratiquement un fer 4 !

Le bémol vient principalement du contrôle de profondeur et de la capacité à arrêter la balle rapidement sur le green.

Puisque la balle ne tombe pas de haut, et ne spinne pas, aucun pro sur le tour ne devrait jouer ce type de club !

En revanche, pour un amateur senior, c’est une véritable arme fatale en puissance, et un sacré revirement par rapport au précédent Big Bertha.

Attendons de voir la réponse des concurrents, mais en attendant, Callaway semble vouloir frapper un grand coup sur le segment clé des ventes de clubs avec une technologie qui obéit à un principe simple (fermer la face, augmenter la tolérance de la semelle, et la flexion de la face) pour produire une distance supplémentaire vraiment visible par l’amateur.

Nous devrons compléter ce premier test par des essais avec des shafts aciers, et plusieurs autres profils de testeurs. Disons que le premier est plus que très prometteur !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.