Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Fers Callaway APEX MB

Alors que les produits improvments obéissent à des cycles de vies courts, et même très courts, les nouveaux fers Apex Muscle Back, des lames, obéissent à un plan beaucoup plus long. Quatre ans que Callaway n’avait pas revu ce modèle pourtant phare pour le catalogue d’une marque. Le 26 janvier, vous découvrirez en France un club légèrement revu avec une évolution plus particulière sur les rainures. J’ai pu tester une demi-série et me faire une première impression.

En matière de lame, il faut être clair. Il est difficile de faire dans la fantaisie. C’est à la fois le type de dessin le plus classique, et le plus normé.

Sur ce point, d’une marque à une autre, étant donné le cahier des charges, les possibilités de se distinguer sont rares.

Les lames muscle back sont un véritable plaisir visuel, tout du moins pour les amateurs de lames fines et tranchées.

Au-delà de l’esthétique, le touché est un élément qui contribue au plaisir d’usage.

Plaisir d’usage… pour une population limitée, car bien entendu, ce n’est pas un scoop, les lames représentent moins d’un pour cent des ventes.

Mis à part les professionnels, assez peu d’amateurs classés au-dessus de 5 d’index optent pour ces clubs aux lofts plus ouverts.

Pourtant, impossible d’imaginer une grande marque s’en passer. Plus qu’une vitrine de savoir-faire technologique, une lame offre un touché incomparable, et permet de donner un maximum d’effets à la balle.

Il était temps que Callaway réinvente sa série Apex MB. Dans les sacs des pros sur le tour, en particulier les stars du staff, on trouve plus de X Forged (Mickelson) ou des Legacy (Stenson) que d’Apex MuscleBack.

Le nouveau venu, Sergio Garcia pourrait bien mettre les Apex MB dans son sac, ce qui constituerait un joli coup de pub, au moment de relancer cette signature.

En 2018, la MB Callaway devrait présenter un look tout à fait traditionnel avec un dos complètement incurvé qui va remplacer le dessin en forme d’Y de la précédente version.

Selon les ingénieurs de la marque, ce changement va mettre un peu plus de poids en pointe et en talon pour augmenter le moment d’inertie.

Malgré ce petit changement, il serait trompeur de penser qu’une telle lame pourrait devenir pour autant un club tolérant.

Le smash factor reste le véritable juge de paix.

La tête est légèrement plus petite par rapport au modèle CB populaire chez Callaway, le X Forged qui sera d’ailleurs commercialisé en même temps.

Sur cette série APEX MB forgée en acier carbone 1025, tout est une question de toucher.

Avec ses lofts traditionnels, Callaway ne triche pas (le fer 7 est à 34 degrés).

La principale « fantaisie » revendiquée se situera au niveau des rainures 20V qui ont été conçues pour fournir un spin plus consistant.

Un mot qui j’ai du mal à définir concernant le spin. Qu’est-ce que plus consistant ? Un spin similaire d’un coup à l’autre ?

Pour Callaway, ces nouvelles rainures doivent favoriser le contrôle en sortie de rough alors que la semelle cambrée doit parfaitement convenir aux lies les plus fermes.

L’interaction avec le sol dépend beaucoup de l’angle d’attaque de chaque joueur.

Choisir une lame, que ce soit une Apex MB, une Mizuno MP-18, une Srixon Z965 ou une Titleist 718 MB peut justement se faire sur cet argument.

Quand j’avais testé la précédente version de l’Apex MB, j’avais obtenu des résultats éloquents.

Non seulement, j’avais swingué au-dessus de ma moyenne, mais j’avais en plus optimisé tous les paramètres importants, comme la trajectoire de balle (angles de lancement et d’atterrissages), vitesse de balle, et spin.

Concernant le contrôle, la roule n’avait été que de 5 mètres pour des coups tapés à 150 mètres de moyenne. Entre le meilleur et le moins bon coup, l’écartement total n’avait été que de 10 mètres alors qu’avec ce type de clubs, je peux facilement monter à plus de 16 mètres de dispersion.

Ci-dessus, une comparaison de la nouvelle série Apex MB avec les précédentes séries Callaway testées, Epic et Epic Pro.

Précision, la série APEX MB était montée sur des shafts aciers stiffs True Temper Dynamic Gold S300, soit un type de manche très conventionnel pour lequel j’ai une grande habitude.

La problématique avec une lame tient dans le fait que le moindre coup un peu moyen, en manque de rythme et imprécis dans le contact se transforme en horrible coup topé.

Au cours de l’essai, j’ai noté que dès que je n’étais pas concentré à 100% et un peu moins dans le bon tempo, je pouvais facilement laisser « traîner » la face de club.

Très ouverte à l’impact (plus de 10 degrés à droite), je pouvais assez facilement taper en talon, limite du hosel, et projeter la balle complètement à droite sans aucun contrôle.

Avec un club improvment monté sur un shaft plus léger, je n’aurai pas forcément reproduit cette faute de manière répétée. Avec une telle lame, cela ne pardonne vraiment pas.

Néanmoins, en focalisant sur le fer 8, pour des coups cohérents (en éliminant les tops), on peut constater par rapport aux autres clubs Callaway (EPIC et EPIC Pro) qu’il y a bien une perte de vitesse de balle (seulement 78 mph contre 101 mph avec l’EPIC fer 8).

Le smash factor moyen avec les fers Apex MB est systématiquement inférieur.

Paradoxalement, quand vous tapez par exemple le fer 4, vous pouvez vraiment apprécier la qualité du touché de la lame Apex MB.

Cependant, en transmission d’énergie pure, de la vitesse de swing à la vitesse de balle, la restitution est forcément inférieure.

Je pense que l’appréciation du touché vient plutôt du fait que la tête plus fine « laisse passer » plus de sensations par rapport à une tête plus large, comme celle montée sur l’EPIC.

En efficacité pure, à nouveau l’Apex MB ne peut pas lutter avec une série EPIC aux lofts très fermés.

Un fer 4 EPIC peut monter à plus de 2.14, alors qu’un fer 4 APEX MB reste sous la barre des 2.00 comme illustré dans le tableau.

Cela se traduit par un écart de distance d’une bonne dizaine de mètres en moins.

Le grand bénéfice de l’Apex MB se situe alors au niveau du contrôle, exprimé par le spin, et finalement la roule contenue.

Si sur un fer 8, l’écart n’est pas flagrant, c’est notable sur les longs fers (4 et 6) où le taux de spin d’une lame est plus cohérent avec ce qui est généralement attendu (plus de 6500 tours sur le fer 6 et plus de 5000 tours sur le fer 4).

Résultat, avec le fer 6 Apex MB, la balle ne roule pas plus de 6 mètres alors qu’avec un fer 6 EPIC, la balle roule plu de 13 mètres. Pour approcher un drapeau sur un green avec précision, ce n’est pas du tout la même histoire.

Au final, c’est donc toujours le même dilemme, privilégier la distance ou le contrôle.

Sur le tour, les pros font plutôt le choix du contrôle, n’ayant pas de problème avec la distance. Pour un amateur, c’est difficile de renoncer à 10 mètres de distance pour privilégier 5 mètres de contrôle en plus.

Pour ma part, l’APEX MB correspond tout à fait au type de clubs que j’apprécie grandement pour l’esthétique. J’ai toujours eu une certaine attirance pour cette ligne de clubs.

L’APEX MB est, au même titre que la Titleist 718 MB, la Srixon Z965, la Mizuno MP-18 ou la Cobra King Forged MB, un excellent club. Il est d’ailleurs parfois délicat de vraiment différencier une lame d’une autre…tant les caractéristiques sont forcément proches.

Par rapport à la précédente version, il n'est pas certain que l'on trouve un quelconque écart de performance, même si Callaway argumente une légère amélioration du MOI. Non, la différence sera essentiellement esthétique, et en ce sens, la nouvelle MB, plus classique paraîtra plus pure.

Ce qui en fait un choix déraisonnable pour un golfeur classé au-dessus de 5 d’index, c’est surtout la propension à ne pas toujours swinguer à 100% de sa concentration, et donc le fait de pouvoir vraiment toper la balle. Au practice, ce ne sera pas trop grave... sur le parcours, cela ne pardonnera pas.

C’est en ce sens que c’est un club exigeant. Ce n’est pas tant le fait de perdre 10 mètres de distance qui est un problème. C’est surtout qu’un coup moyen se transforme trop vite en très mauvais coup.

Le centrage de balle dans la face est plus capital que jamais.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.