Fers Callaway Apex 21: Les héritiers sont-ils toujours digne du club originel ?

Cela fait bientôt 50 ans que le premier fer Apex a vu le jour. Ce 12 janvier 2021, Callaway annonce la sortie d’une nouvelle gamme, et pour la première fois, elle prétend avoir conçue la face des fers à l’aide de l’intelligence artificielle. Quel intérêt ? Quels bénéfices pour les golfeurs ? Et si on remontait à l’origine du premier Apex en 1972 ?

APEX : Un héritage de Ben Hogan à Callaway

Ben Hogan est connu comme l’une des plus grandes légendes du jeu de golf.

Contemporain de Sam Snead et Byron Nelson, il a laissé son nom dans les livres d’histoires, principalement pour la qualité de son swing de golf, envié par tous.

Alors naturellement quand il a lancé sa société en 1953, les fans de golf de l’époque attendaient ce qu’il pourrait créer comme club de golf à son image.

Un an plus tard, il sortait enfin ses premiers clubs, et seulement 12 mois plus tard un golfeur dont le nom ne vous dira peut-être rien (Jack Fleck) remportait le pourtant célèbre US Open, et avec ses clubs.

C’est pourtant seulement en 1972 qu’un des noms les plus iconiques des équipements de golf allait faire sa toute première apparition, les fers APEX.

Que veut dire le mot Apex souvent usité par nos amis anglophones ?

Il s’agit de décrire le sommet ou point culminant.

S’agissant du vol d’une balle de golf, le lien est évident.

Quel est le but d’un fer, si ce n’est propulser une balle vers une cible, et en passant d’abord par le point le plus haut de la trajectoire au-dessus du sol ?

Apex, c’est peut-être tout simplement le meilleur nom pour un club.

Et depuis 1972, ce nom n’a cessé de prendre de la valeur… au point même que la compagnie Ben Hogan qui a connu des hauts et des bas (plus souvent des bas que des hauts d’ailleurs) a fini par en céder les droits d’exploitations à Callaway.

La marque Californienne n’a d’ailleurs de cesse depuis que de tout faire pour capitaliser dessus, et la revitaliser le plus souvent possible.

De toutes les séries de fers du numéro un des ventes dans le monde, APEX est peut-être le produit le plus stratégique.

Pourtant, à l’origine du premier APEX, en 1972, il s’agissait d’une lame compacte avec une semelle très fine.

C’était une lame Muscleback à deux niveaux derrière la face, une partie plus fine, une partie plus épaisse, et seulement le logo BH apposé dessus, dans son célèbre soleil rouge.

Près de 50 ans plus tard, si l’APEX était restée réellement ce qu’elle était au départ, il y aurait vraiment peu de joueurs amateurs qui voudraient ou pourraient la jouer.

Ironie de l’histoire ?

Pendant 30 ans, la société Ben Hogan a apporté des changements incessants à sa plus célèbre lame, mais c’est toujours restée une lame pour très bons joueurs.

En septembre 2003, malgré une sérieuse réputation de qualité, Ben Hogan a tout de même été contrainte de se vendre aux enchères, et c’est Callaway qui a raflé la mise pour près de 175 millions de dollars à l'époque.

Callaway a surtout racheté des brevets, et donc le nom APEX. On comprend que pour un prix si élevé, la marque priorise toujours chaque lancement de nouveaux produits.

Par la suite, la firme de Carlsbad a finalement cédé une forme de coquille vide, Ben Hogan sans sa marque Apex, à la société Perry Ellis en 2012.

On connait la suite de l’histoire, en 2015, la marque renaissait de ses cendres, et tente toujours aujourd’hui de faire son retour, principalement, en vendant en direct au consommateur, sans passer par un circuit de distribution.

Sous pavillon Callaway depuis 2003, la gamme APEX a quant à elle évolué, pour devenir en 2021 un concept, plus qu’un produit unique.

En ce mois de janvier, ce n’est pas une série, mais cinq séries qui sortent avec la mention APEX. Est-ce le prix de la survie ?

Créer des clubs qui évoquent le plus haut niveau, les performances des joueurs sur le tour, mais avec des produits revisités, peut-être travestis, et surtout adaptés à des golfeurs de tous les jours ?

Si la future APEX MB 21 sera sans doute celle qui devra le plus ressembler à la série originelle, quel est le point commun avec l’APEX 21 ou l’APEX DCB?

C’est là qu’il me faut définir chacune des cinq nouvelles déclinaisons, avant même de parler du pourquoi ces séries, et pour qui…

Vous connaissez peut-être la célèbre formule de l’économiste Arthur Laffer ? Trop d’impôt tue l’impôt.

J’espère que pour Callaway trop d’offre ne tue pas l’offre...

Apex 21:

Si on passe les sempiternels adjectifs dithyrambiques émis par la marque, il s’agirait du premier fer forgé dessiné à l’aide de l’intelligence artificielle.

Et pourquoi faire ? Créer des vitesses de balles plus rapides ! Vous noterez qu’on ne parle pas de point culminant ou de trajectoire plus haute ! C’est pourtant l’essence d’un club APEX !

Callaway affirme que ses ingénieurs ont amélioré la cohérence du taux de spin entre chaque fers, augmenté la tolérance avec un noyau en tungstène, et amélioré la semelle pour une meilleure interaction avec le sol à l’impact.

Bref, ce devrait être le top !

Alors pour y voir plus clair, et faire simple, intéressons-nous aux caractéristiques des clubs, et prenons par esprit de synthèse, le fer 7.

Le loft est seulement de 30,5 degrés !

En quoi est-ce un produit qui va proposer le point culminant le plus élevé ? La vitesse de balle pourra être élevée… elle sera principalement le fait d’un loft fermé.

Apex 21 Pro :

Pour Callaway, Apex Pro sera synonyme de distance et de performances inspirées du Tour. Visiblement, la construction du fer serait haut de gamme. Ne le serait-elle pas sur le modèle Apex ?

Ce club a lui-aussi été dessiné avec l’aide d’une intelligence artificielle, et le corps creux a justement été revisité.

En réalité, ce club aurait été imaginé pour un golfeur index à un chiffre, désireux de tout de même compter sur de la vitesse de balle facile à obtenir.

Avec un loft du fer 7 de 33 degrés, ce club se rapproche déjà beaucoup plus de ce que devrait ou pourrait être un véritable club APEX.

A titre d’exemple, il semblerait que le pro américain Xander Schauffele utilise ces clubs sur le circuit, du 4 au pitch montés sur des manches X-stiff, bien entendu…

A l’inverse, je ne connais pas de pro qui jouent les Apex… étant donné le loft trop fermé.

Apex 21 TCB :

Certains pourraient se dire qu’après déjà deux clubs, la gamme APEX serait déjà bien assez développée. Ce serait sans compter sur l’appétit de Callaway pour les itérations.

Le nouveau TCB est un club qui va présenter une cavité composée de plusieurs matériaux, toujours inspirée des meilleurs joueurs sur le circuit pro, et pour des golfeurs avec un index toujours à un chiffre...

Visuellement, ces clubs voudraient rappeler les X-Forged, toutefois en associant un corps creux en acier forgé 1025, une plaque frontale en acier 17-4, et le tout avec un poids moulé en tungstène et par injection.

A quoi ça sert tout ce discours trop technique ?

Plus simplement, avec un loft de 34 degrés, et un offset légèrement plus réduit par rapport à l’APEX Pro, la version TCB sera tout simplement un peu plus pointue techniquement à jouer.

Le niveau de difficulté s’élève clairement.

Apex 21 DCB :

DCB ou TCB, attention, on pourrait s’y perdre, d’autant que le DCB est radicalement différent des autres clubs Apex. D’ailleurs, ce produit mérite-t-il de s’appeler APEX ?

Callaway argumente que oui en expliquant qu’il s’agit d’un nouveau produit pour permettre à de nouveaux joueurs de découvrir la gamme.

En clair, à l’image du Canada Dry, il s’agit de vous faire goûter au concept pour imaginer que vous puissiez à mesure de votre progression, parcourir les différentes gammes. C’est en quelque sorte un point d’entrée.

Et par conséquent, la gamme DCB présente un loft radicalement plus fermé, et certainement pas des trajectoires ainsi plus culminantes.

On comprend vite que Callaway fonde de gros espoirs commerciaux sur ce produit…

En 2021, la marque espère toujours que les golfeurs veulent s’acheter une part de rêve : Jouer des clubs de pros qui ne sont pas en fait des clubs de pros, mais en ont seulement le nom.

Le loft du fer 7 ? 30 degrés !

C’est la série qui va offrir à coup sûr les vitesses de balles les plus élevées, et le moins de contrôle de la profondeur.

Apex 21 MB :

Tout ce chemin pour arriver au seul et unique réel produit qui mérite peut-être l’héritage APEX, la très belle et très pure lame MB pour Muscleback.

Que dire ? Pas grand-chose en réalité puisqu’il s’agit de classicisme et de simplicité.

Toutefois, il y a tout de même un petit commentaire à faire… Callaway a inséré au dos de la lame, et en plein milieu, une vis, un poids, qui va dénoter dans l’univers des lames MB.

J’imagine qu’il y a un intérêt technique puisqu’il s’agit d’un point névralgique pour un fer, le point du centre de gravité qui peut agir sur notre capacité à lever la balle.

C'est le point qui m'interpelle le plus, et mérite d'ailleurs un test.

Le poids pourrait, selon toute vraisemblance, être changé, et donc offrir une véritable plus-value en matière de fitting.

C'est peut-être l'élément le plus intéressant, une innovation franchement utile concernant toute cette gamme...

Ce tableau ci-dessus va vous aider à vous repérer dans cette offre qui partage en commun… son prix !

En effet, aucune distinction de prix quelle que soit la série…ce qui fait que l’Apex 21 MB est la moins bon marché du lot, puisque très honnêtement le produit le moins complexe, et le moins coûteux à produire, et en comparaison de son exacte inverse, la version DCB.

Sur la version MB, celle qui mérite le mieux le nom d’APEX compte tenu de son patrimoine génétique, Callaway aurait pu pousser le trait à lui offrir des lofts encore plus élevés, et pourquoi pas un fer 7 à 35 degrés ?

Cela aurait créé au-delà du look, un crantage encore plus évident par rapport à la TCB.

Je vais peut-être vous étonner… mais je demande si dans toute cette offre, il ne manquerait pas une série avec un fer 7 à 32 degrés, qui fasse le pont entre les DCB et Apex d’une part, et Apex Pro, MB et TCB d’autre part.

A retenir...

Si on comprend la volonté de la marque américaine de renouveler son offre à destination des joueurs sur le tour, et par conséquent de répondre à son rival de toujours, TaylorMade, qui a profité de l’été 2020 pour réorganiser sa même offre, en résumé, pour les simples mortels, les amateurs, deux produits seulement devraient tirer une épingle du jeu : La version DCB et la version sobrement appelée 21.

Pourtant, il s’agit des clubs les moins « Apex » de la gamme.

Il faut reconnaître à Callaway un mérite : Celui de proposer une tête pour chaque besoin potentiellement exprimé par un golfeur.

Au-delà de la bête question de l’index qui n’aidera en rien un golfeur à choisir la bonne série, en partant de son offre Mavrik jusqu’à Apex MB, il y aura forcément au moins une tête parfaitement adaptée à chaque amateur.

C’est le bénéfice de ce catalogue si étoffé, et à l’inverse, qui risque d’être plus compliqué à lire.

Est-ce que Ben Hogan serait fier de ces clubs ?

Son côté commerçant admirerait sans doute la logique marketing. Son côté technicien et puriste n’aurait d’yeux que pour la MB, au point de mépriser les autres têtes.

Pour ma part, je trouve que l’ensemble manque un peu de sobriété, notamment l’Apex Pro et l’Apex TCB.

De mon point de vue toujours, Apex et Apex DCB sont trop loin « visuellement » de ce qu’on appelle des clubs « players ».

Reste la MB qui dénote d’une volonté de Callaway de se démarquer de tout ce qui peut exister sur le marché, peut-être même un peu trop…

Mon sentiment général sans avoir encore pu toucher tous les produits, c’est que la marque en fait donc peut-être un peu trop, sur des produits que l’on attendrait plus classiques. Ce sont des APEX après tout.

Et d’autre part, nulle part dans sa communication, la marque ne met en avant le réel intérêt de ces clubs : La hauteur de trajectoire.

L’accent est trop mis sur la vitesse de balle ou le smash factor (tolérance). L'intelligence artificielle était peut-être moins le sujet sur ce type de clubs.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.