Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Fers Titleist 718 AP2 : Continuer ou changer ?

Dans un univers qui réclame toujours plus de distance, comment Titleist, la plus classique des marques de golf va-t-elle tenter de marier conservatisme et innovation ? Alors que même PING s’est résolu à fermer les lofts de sa série G400, comment Titleist va continuer à proposer des clubs TOUR avec un rendement plus élevé ? Depuis la première version lancée en 2008, le célèbre Titleist AP2, le club le plus joué sur le tour, est sans doute plus que jamais à un tournant de son histoire. A moins que la gamme 718 avec l'AP3 n’apporte une nouvelle façon de voir les choses…

Une nouvelle génération de fers AP2

Dès la première image, la première vision du nouveau 718 AP2, vous comprenez que ce club iconique pour certains, a conservé l’essentiel de son ADN, ce style propre à Titleist, et reconnaissable entre tous.

Cependant, en 2017, le look n’est plus le seul argument pour convaincre. Le nom de la marque sur le badge n’est plus un gage suffisant.

Et jusqu’à présent, l’AP2 a beau être un des clubs les plus joués sur le tour, ce n’est justement pas un argument qui peut tendre à rassurer les amateurs. Ce serait presque l’inverse…

Marni Ines, responsable de la conception des fers chez Titleist a beau jurer que le plus important, c’est de se faire fitter pour trouver la meilleure combinaison, jusqu’à présent, les fers AP2 et AP1 paraissaient des clubs encore assez exigeants pour des golfeurs classés au-delà de 24.

En France, la moyenne des index est justement environ de 28.

Dans le classement des fers les plus vendus dans l’hexagone en début de saison, on ne trouvait justement pas de clubs Titleist dans le top-10.

La part de marché du géant américain reste cantonné autour de 5% pour les fers, très loin de ses performances outre-Atlantique.

En marketing, on n’appelle cela le fait d’être hors de position. L’offre ne rencontre pas la demande dans son cœur de cible.

S’ajoute à cela, le fait que le fitting très poussé reste minoritaire dans l’acte d’achat, et alors même qu’il semble que les ventes de séries reculent cette année, les golfeurs préférant investir dans un nouveau driver ou un nouveau bois de parcours, repoussant la date de changement de la série de fers.

C’est dire si la nouvelle série 718 AP2, gamme phare chez Titleist, doit relever beaucoup de défis, et notamment celui de démontrer qu’elle peut offrir autant d’avantages, si ce n’est plus qu’une série TaylorMade M2 ou Callaway XR Steelhead.

Le premier élément clé à propos de ce club, et il le reste avec la version 718… l’AP2 est un club TOUR !

C’est un peu étonnant par rapport à la classification stricte des fers.

Vous avez habituellement 4 grandes catégories : MB, CB, standard, et oversized, soit du plus difficile au plus abordable pour les amateurs.

L’AP2 n’est pas par définition une lame, ni CB (cavity back), ni MB (muscle back)… Pour un joueur sur le tour, c’est en fait la meilleure alternative à l’idée de jouer une lame.

En revanche, pour un amateur, l’AP2 est en concurrence avec des clubs parfois plus tolérants, et qui effectivement n’auraient pas de sens sur le tour... ne donnant probablement pas assez de spin.

C'est pourquoi l'AP2 est à la croisée des chemins.

Pour comprendre les enjeux d’un tel club, c’est très simple ! Il s’agit de loft, de taille de semelle, et de spin.

Depuis quelques mois, on observe une tendance des marques américaines à proposer des clubs avec des lofts plus fermés, et des semelles plus larges pour lancer plus haut et plus loin, au détriment du contrôle, des effets, et donc du spin.

Un AP2 peut-il renoncer au spin ? Ce serait se faire hara-kiri !

L’AP2 a toujours été un club typé TOUR pour la simple et bonne raison que le châssis est commun à celui d’une MB ou d’une CB !

Chez Titleist, les clubs qui vont réellement répondre à la course aux armements sont plutôt les 718 AP1 et AP3, des fers distances !

On comprend que l’AP2 doit rester ce club en même temps tolérant pour un pro, et qui fait rêver le bon amateur…

Les pros ont d’ailleurs été clairs avec Steve Pelisek, le patron de Titleist Clubs : Ne changez pas l’ADN de l’AP2 !

Les pros aiment le look et le niveau de performance offert par ses clubs.

Quelle marge de manœuvre pour réellement changer, et ce, mis à part le côté cosmétique ?

Quelles sont les innovations possibles sur une AP2 ?

Plus de tolérance, et plus de vitesse de balle à l’impact… Tels ont été les principaux travaux menés par Marni Ines (responsable R&D) et son équipe pour améliorer le nouvel AP2.

Ils ont commencé par affiner la face de 0,3 mm à seulement 2.1 mm pour l’insert SUP10 haute résistance présent sur les fers 3 à 7 de la série. Affiner la face à un tel stade joue clairement sur la vitesse de balle.

Cela se sentira particulièrement sur les longs fers où la face est plus large.

Titleist prend même le risque d’avancer des chiffres probants. Soit +1,6 kmh de vitesse de balle versus l’ancien 716 AP2, ce qui devrait apporter en moyenne un gain de 2,2 mètres.

Là encore, Titleist fait le pari de la mesure contre les marques qui annoncent des gains plus importants, en mettant sous le tapis les inconvénients posés…comme la perte de maniabilité quand le loft descend trop bas.

Autre innovation qui concerne plutôt la construction du club, et la manière de sauver du poids, de nouvelles masselottes co-forgées de tungstène haute densité (57,4 grammes en moyenne par tête) positionnées en talon et en pointe sur les fers longs et moyens améliorent le MOI.

Une nouvelle fois, les ingénieurs se sont focalisés sur le fait de déplacer du poids pour optimiser le centre de gravité. Que peuvent-ils vraiment faire d’autre sur un fer ?

Selon Marni Ines, les nouveaux 718 AP2 offrent ainsi plus de MOI (tolérance) que la version 714.

Du fer 8 au pitch (46 degrés), la tête est forgée en acier carbone 1025.

Côté shaft, si vous ne passez pas par la case fitting, le modèle standard aux USA et en Grande-Bretagne sera le True Temper AMT Tour White qui offre la technologie « ascending mass », ce qui revient à dire que les shafts sont plus légers sur les longs fers, et plus lourds sur les petits fers.

En France, Titleist préfère opter pour le Project X LZ qui a fait ses preuves auprès des bons joueurs.

En réalité, le point le plus important concernant la nouvelle offre 718 de Titleist, et qui diffère des années précédentes, c’est l’arrivée de l’AP3.

Du fait de la volonté très conservatrice des pros, l’AP2 est sans doute seulement un poil plus tolérant.

Pour un amateur désireux de s’acheter une part de rêve, d’une part, il faut considérer le fitting, et d’autre part, l’AP3 est peut-être la nouvelle meilleure solution à partir d’un index de 20…

714, 716 ou 718 AP2, une chose est certaine ! Titleist n’a pas joué avec les lofts ! Soit la solution de facilité !

Le loft d’un fer 7 AP2 est toujours de 34 degrés, alors que sur le marché pour des produits équivalents, on peut trouver des lofts fermés jusqu’à 28,5 degrés !

Des lofts aussi fermés ont deux conséquences : D’une part, vous pouvez oublier le fer 4, et arrêter votre série au fer 5 ! En-dessous de 23,5 degrés, le club devient difficile à manier.

D’autre part, le loft du pitching wedge étant lui aussi plus fermé, il vous faut ajouter un wedge supplémentaire dans son sac.

Avec un pitching wedge à 46 degrés, vous pouvez démarrer votre premier sandwedge à 50 (crantage de 4 degrés) ou 52 (crantage de 6 degrés).

Rien que par ce choix conservateur sur les lofts, Titleist n’a pas fait entrer l’AP2 dans la guerre de la distance, et peut continuer à promettre légitimement du contrôle.

Pas sûr que l’AP2 apparaisse cette année encore dans le top-10 des fers les plus vendus en France.

A priori, ce serait plus le « job » de l’AP3.

En revanche, quand on considère l’ensemble de la gamme Titleist, on trouve beaucoup de cohérence, et un nouvel avantage : Une gamme plus complète qui pourra couvrir plus de besoin, et ainsi repositionner Titleist sur l’ensemble du marché.

Il s’agit là d’un véritable pari stratégique.

Pour vous convaincre, faut-il des clubs plus fermés et plus puissants ou une offre plus complète et plus lisible pour plus de choix ?

Titleist a le mérite de poser le débat en se distinguant du marché.

En attendant de tester prochainement ces nouveaux clubs, ci-dessous, la synthèse des résultats de la précédente gamme 716.

Classées par ordre de difficulté, on constate bien qu'une AP2 est nettement plus abordable qu'une lame CB ou MB, notamment au niveau du smash factor supérieur.

L'angle de lancement n'est pas franchement inférieur à une lame. Sans doute, un élément qui plaît aux pros.

De ce fait, l'angle d'atterrissage de la balle autour de 45 degrés est excellent pour le contrôle de profondeur. En revanche, le niveau de spin d'une lame est tout de même très supérieur à celui d'une AP2.

Ce test méritera d'être refait et approfondi avec la gamme 718. Nous y travaillons pour le courant du mois de septembre. To be continued...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus