Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Fer Titleist 716 MB

A une époque où la majorité des joueurs et même les bons joueurs privilégient les fers à cavités, plus tolérants, et plus puissants, quelques irréductibles résistent et ne se lassent pas de contempler la finesse, la précision, et en fait la beauté pure d’une lame. Titleist ne va pas les décevoir avec la nouvelle 716 MB, le club plébiscité par Webb Simpson et Adam Scott.

Titleist 716 MB : la lame des Jedis ?

Excusez-nous l’analogie avec la Guerre des Etoiles, et notamment le premier volet ou plutôt l’épisode 4 quand Han Solo s’étonne que le jeune Luke Skywalker ait envie d’apprendre l’art ancien des jedi.

Le contrebandier vante l’usage d’un bon blaster, maniable et puissant, et ne comprend pas l’intérêt d’utiliser un sabre laser dépassé ou obsolète.

Il n’a pas la foi !

La Guerre des Etoiles n’aurait pas marqué l’histoire du cinéma si cela avait seulement été une histoire de contrebandiers se battant à coup de pistolets lasers.

L’art Jedi est la clé de la première trilogie.

Pour un golfeur, quel que soit son niveau, s’arrêter devant une lame, et à plus forte raison, la nouvelle 716 MB est toujours un moment d’émotion.

C’est un art ancien mais dans l’imaginaire collectif, la foi dans ce type de clubs reste très forte.

Bien entendu qu’un fer à cavité présente plus d’usages pratiques. Le smash factor ou le degré d’efficacité seront intrinsèquement plus élevés à vitesse de swing équivalente.

Pourtant, il suffit de prendre cette lame en mains pour qu’il se passe quelque chose : une émotion que ne procurent pas toujours nécessairement les fers à cavités, plus gros, plus rugueux, et plus grossiers.

Déjà il y a l’émotion visuelle, une fois que l’on prend le club en mains ou que l’on pose à l’adresse.

Ensuite, il y a l’émotion physique quand on déplace le club dans l’espace et puis qu’on tape une balle.

Vous l’aurez compris, avec le 716 MB, il s’agit davantage d’émotions que d’optimisations. Un club qui s’adresse à ceux qui ont encore envie d’avoir la foi, à ceux qui ont envie de se distinguer avec de vrais beaux clubs de golf.

Qu’est-ce qui change ?

Techniquement, les nouveaux 716 MB se distinguent de l’édition précédente (714) par un dos (muscle back) plus arrondi et plus haut qui a pour objet d’accroître la densité de matériau derrière le sweet spot.

Cela n’a pas qu’un intérêt technique mais aussi esthétique pour rendre le club plus rond, et inspiré plus de confiance.

Ce design a d’ailleurs été inspiré de la série 680 Forged.

Pour Titleist, ce club favorise un contrôle précis du joueur. « Le 716 MB, modèle à cavité renforcée précis avec un profil plus carré, une arête supérieure fine et un bord d'attaque adouci pour un maximum de contrôle. »

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que Titleist revendique un centre de gravité optimisé et des trajectoires conformes à ce qui est recherché sur le tour, le principal argument de la marque aux serious clubs pour serious golfers.

Pour Dan Stone, responsable R&D « Nous avons mis une grande part de travail en modélisation par ordinateur dans ce club. Nous considérons qu’il s’agit d’un club très bien conçu. A l’époque des 680 Forged, ce produit avait été travaillé essentiellement manuellement. Nous avons repris ce club, et avec un gros travail en CAO, nous avons déplacé le muscle back à la bonne place. Pour se faire, nous avons utilisé des mesures très précises pour dessiner une tête dans des proportions parfaites quel que soit le club de la série. Quand nous avons donné le club à Webb Simpson, et qu’il a vu la consistance de chaque club, il nous a confirmé qu’il ne pourrait plus même seulement regarder les 680 ! »

Le fait que la lame ait été affinée présente un autre avantage non anecdotique, et bien pragmatique : Assurer une plus grande précision dans l’herbe avec moins de profondeur sous l’effet d’un bord d’attaque adouci.

Enfin, il s’agit d’un fer forgé ! Et qui dit forgé dit normalement un touché plus solide, et cette fameuse émotion au contact.

Visuellement, la tête du fer Titleist MB est plus compacte, notamment du fait du dessin de la toe plus carrée.

La longueur de la tête n’est pas radicalement différente par rapport à la 716 CB. Non, la véritable différence est au niveau du poids et du tungstène positionnés à l’extérieur pour plus de tolérance.

Logiquement, la CB se veut plus accessible techniquement par rapport à la MB, la lame des meilleurs Jedis. Cependant, au cours de notre test, nous avons trouvé l’inverse !

Oui, le smash factor, témoin de la tolérance est plus élevé avec une tête CB. En revanche, à vitesse de swing constante, la distance au carry est plus importante avec la MB, et ce même alors que la tête donne beaucoup plus de spin à la balle.

En résumé, plus de distance, plus de spin pour un meilleur contrôle, entre une CB et une MB, notre cœur ne balance pas, quitte à sacrifier un peu de tolérance !

Tout comme les derniers fers Titleist, les shafts disposent de la technologie AMT (ascending Mass Technology) qui consiste à faire varier le poids des shafts* tout au long de la série, pour générer plus de vitesse et d’angle de lancement sur les longs fers, et plus de contrôle sur les petits fers.

*De 112 grammes pour le fer 3 à 130 grammes pour le pitching wedge

L’avis des pros

Au sein du team Titleist, ils sont finalement relativement peu à utiliser ce type de clubs très exigeants. Toutefois, deux grands champions se distinguent et avouent aimer ces lames : Webb Simpson, et Adam Scott, comme par hasard deux vainqueurs de majeurs !

Pour Webb Simpson, vainqueur de l’US Open en 2012 et joueur Titleist de longue date « L’équipe R&D a toujours pour objectif de rendre les choses meilleures. Avec les MB, c’était difficile d’améliorer la technologie de manière significative, pourtant, je considère qu’ils y sont parvenus. La tête passe mieux dans le gazon. Pour chaque fer, j’ai trouvé plus de consistance. »

Ajoutant « Quand je suis allé pour la première fois au trackman avec les 716 MB, j’ai vraiment pu constater à quels points, ils étaient plus consistants. Mes chiffres de spins étaient plus resserrés, et la forme de mes coups meilleurs. Je veux être capable de taper des balles plus hautes avec plus de spin, sans toutefois perdre en distance. C’est ce que font les MB pour moi ! »

Concernant l’aspect visuel, Simpson ne tarit pas non plus d’éloges !

« Je pense que les 716 MB ont un look hybride entre les 680 que j’ai joué jusqu’à présent, et les lames les plus récentes. Je joue des MB depuis mes 15 ans. Je suis tombé amoureux de ce type de clubs. Et quand vous êtes jeune, vous aimez des clubs pour ce à quoi ils ressemblent plus que pour le feeling ou pour le jeu. Petit à petit, j’ai appris à les aimer pour ce qu’ils étaient. Je suis de la vieille école. J’aime les sensations de ce types de lames car j’aime la façon dont je vais pouvoir travailler la balle avec. »

Chez Titleist, un autre joueur utilise les lames MB, et ce n’est autre que la star australienne Adam Scott !

« Ce qui est vraiment important pour une lame, c’est essentiellement la semelle, et le leading edge (partie qui se trouve entre la semelle et la face, et en contact avec le sol). J’aime quand il n’y a pas trop de bounce sur un club. Je cherche la sensation de traverser le gazon au contact. Et pour moi, c’est la principale caractéristique d’une lame. »

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.