Bien choisir ses wedges, ce qu’il faut savoir

De tous les clubs d’un sac, les wedges sont les clubs qui doivent vous procurer le plus de confiance en vous.  La plupart du temps, quand vous devez sortir un wedge du sac, c’est que vous avez un problème à régler. Vous pouvez avoir manqué le green, être coincé dans un rough ou dans un bunker, et votre wedge va devoir vous aider à sauver un par. A l’inverse, quand vous sortez un wedge à 60 ou 80 mètres d’un green en deuxième ou troisième coup sur un par-4 ou un par-5, c’est peut être votre meilleure chance de birdie. Pour toutes ces raisons, les wedges sont les clubs les plus importants du sac. Si vous n’avez pas confiance en eux, cela pourrait affecter toute la stratégie de votre partie. On passe en revue tout ce qu’il est bon de savoir, avant d’acheter de nouveaux wedges.

Les grandes familles de wedges

Les wedges se classent parmi cinq catégories : Pitching wedge, Gap wedge, Sand wedge, Lob wedge, et même Super lob wedge.

Les clubs diffèrent en longueur, en loft, en spécifications techniques comme le volume de la tête, le poids de la tête, le poids total du club, et parfois même le swing weight.

Ces clubs varient aussi selon les formes de têtes, et géométries des semelles.

Le pitch ou PW est en fait un fer-10. La plage de valeurs des lofts est généralement comprise entre 44 et 48 degrés.

Le pitch est plus généralement utilisé pour taper des pleins coups, mais il peut aussi servir autour du green, pour des coups roulés d’environ 50% de la longueur totale du coup.

Le sand wedge (SW) est vraiment très différent du pitching wedge. Gene Sarazen en est certainement l’inventeur.

Il a réalisé qu’une tête plus large, plus volumineuse permettait à la tête de club de rebondir plus facilement sur le sol.

Le sand wedge a été le premier club inventé réellement par un américain !

La plage de valeurs des lofts est généralement comprise entre 54 et 56 degrés.

Il sert principalement à sortir du bunker. Il est assez polyvalent pour bien fonctionner depuis le lie d’un fairway ou un rough plus épais en plein coup.

Le gap wedge (GW) a été inventé au moment où les marques ont commencé à refermer les lofts du pitch. Il y eut alors un « gap » à combler.

Les lofts vont de 48 à 52 degrés, pour justement éviter de bricoler un coup avec le pitch ou de forcer un sandwedge.

La plupart des golfeurs les utilisent pour des pleins coups, cependant, ils fonctionnent aussi très bien autour du green.

Le lob wedge (LW) a été inventé pour créer des fameux coups en lob shots, de manière plus facile, sans avoir à trop ouvrir la face d’un sandwedge.

Dans les bunkers, il sert avant tout à réaliser une sortie relativement haute, et notamment pour passer une lèvre importante, comme dans un bunker en pot.

Autre bénéfice du lob wedge, il permet au golfeur de frapper plus fort dans un rough dense ou haut, et sans que la balle ne parcoure une beaucoup plus longue distance.

Ce club présente des lofts allant de 58 à 60 degrés.

Moins commun, le super lob wedge (62 à 64 degrés de loft) demande une bonne dextérité pour être correctement utilisé. Un coup décentré, et c’est la catastrophe avec un fort risque de taper la balle avec le leading edge (le bord d’attaque du wedge situé entre la semelle et la face).

Les professionnels sont les principaux utilisateurs de ces clubs.

La plupart des amateurs emmènent 2, 3 ou 4 wedges, en partant du pitching wedge. Un écartement de 4 degrés semble toujours être l’idéal au moment de choisir les lofts, et en se basant sur le loft du pitch.

La forme de tête d’un wedge affecte particulièrement le type de coups à jouer

La forme de la tête d’un wedge est-elle-même déterminée par la forme de la face, la courbure de la semelle, la forme et l’épaisseur de la topline.

Les ingénieurs cherchent en permanence l’équilibre entre polyvalence et la tolérance, beauté et fonctionnalité.

Ces choix sont réalisés au moment du dessin de la tête, au tout début du processus de construction. C’est dire l’importance de la forme d’un wedge.

La forme de la semelle et du bord d’attaque agissent directement sur comment le wedge interagit avec le sol, tenant compte du type de gazon ou du type de coup.

L’angle de bounce (rebond) d’un wedge, ainsi que la profondeur de la semelle, dictent à quelle vitesse, et avec quelle force, la tête d’un club rebondit du sable ou du gazon.

Le compromis doit se faire entre un dessin qui privilégie de sortir rapidement du sol, alors qu’à l’inverse, cela pourra être plus difficile d’y entrer.

Le dessin d’une semelle peut être spécifique à un type de coup, à des conditions du parcours, à un swing ou même à un joueur.

La forme de la partie arrière d’une tête de wedge a aussi une influence considérable sur la stabilité du club, et sa tolérance, surtout dans le cas d’un club avec une cavité généreuse.

Un wedge à cavité, par opposition à un wedge lame (blade) repousse le poids dans le périmètre interne de la tête, ce qui augmente le moment d’inertie.

Plus le moment d’inertie est élevé, et plus la tête résiste aux phénomènes de vrilles (twists) qui arrivent sur les coups décentrés.

Les clubs à cavités sont justement conçus pour les golfeurs qui trouvent moins souvent le centre de la face à l’impact.

Un autre élément qui paraît mineur aux yeux des golfeurs amateurs revêt au contraire une très grande importance : La courbure du bord d’attaque ou leading edge.

Là encore, selon les clubs, les fabricants doivent faire des compromis entre polyvalence et confiance.

Le leading edge, la partie comprise entre la semelle, et la face, le bord d’attaque du club qui doit entrer en premier en contact avec le sol peut être très rectiligne ou au contraire arrondi.

Quand il est très droit, cela vous aide à positionner la face square plus rapidement derrière la balle.

Vous pouvez aussi placer le bord d’attaque plus facilement sous la balle, pour réaliser un contact de balle solide.

Un leading edge droit donne aussi l’impression de disposer d’une plus grande zone de frappe.

A l’inverse, un leading edge arrondi autorise plus de variétés de coups.

Quand la face est ouverte pour ajouter du loft, un bord d’attaque arrondi donne l’impression que la face est moins ouverte que ce qu’elle est en réalité, ce qui augmente la confiance, et la régularité du bon joueur.

Les critères de choix pour des wedges

Pour obtenir la meilleure performance possible avec vos wedges, il faut que vous déterminiez s’ils sont compatibles avec votre type de swing, et les conditions que vous jouez le plus souvent (terrain sec comme en Espagne ou très souple comme 80% du territoire français).

C’est ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais wedge, en termes de toucher, de contrôle, et de confiance.

Il y a au moins 4 éléments clés à prendre en compte au moment de choisir de nouveaux wedges : Le loft, le bounce, les rainures, et la face du club.

S’agissant du loft, tout doit être défini en partant de votre pitching wedge.

Depuis plusieurs années, le loft moyen d’un pitching wedge est tombé de 49 à 44 degrés, en particulier sur les séries « Game Improvment ».

Entre 44 degrés, et 52 degrés, 8 degrés d’écarts est un « gap » souvent trop important à combler.

Il faut penser à un 48 degrés ou alors espacer ses wedges de 6 degrés avec un 50 et un 56 degrés.

Tout dépend de l’équilibre que vous souhaitez donner à votre sac, entre longs fers, et clubs pour le petit-jeu.

Acheter un wedge sans connaître le bounce (rebond) revient à acheter un driver sans connaître le flex du shaft.

Si le shaft n’est pas adapté, vous ne pourrez pas swinguer à votre plein potentiel.

Trop de bounce dans des conditions fermes ou pas assez sur un terrain souple, et malgré la qualité de votre swing, vous n’aurez pas le maximum de contrôle sur vos coups.

Idem si vous avez un swing trop vertical ou trop horizontal.

Un swing trop plat qui créé des divots trop fins nécessite moins de bounce, alors qu’un swing plus « upright » et qui créé des divots plus profonds aura besoin de plus de bounce.

Pour les rainures, leur fonction est souvent mal comprise.

La mission d’une rainure est de conduire les débris et l’humidité à l’intérieur pour favoriser un contact face-balle plus direct, et ainsi créer plus de spin.

Si les rainures ne font pas correctement leur travail, vous perdez en qualité de contrôle. C’est pourquoi les pros nettoient systématiquement les rainures avant chaque coup.

Dernier élément, la face d’un wedge est déterminée par sa texture, et sa rugosité, ce qui aurait une influence considérable sur le spin, et le contrôle.

Cas particulier : L’intérêt ou pas des wedges avec une pointe relevée (high-toe)

Parmi les wedges que j’ai déjà pu tester figure le TaylorMade Hi-Toe ou le Callaway PM Grind. A ces deux modèles, vous pouvez ajouter le PING Glide 3.0 Eye2.

S’agissant du TaylorMade Hi-Toe, l’échantillon envoyé par la marque, un 52 degrés n’est pas réellement significatif d’un wedge avec une pointe relevée.

Cet agrandissement de la surface de frappe, et notamment en pointe se retrouve de manière plus spectaculaire sur les lofts les plus ouverts. C’est ce que j’ai pu constater au moment de tester le Callaway PM Grind 60 degrés.

Du fait de la forme de la face, et de l’ouverture du loft, vous êtes vraiment tenté de le jouer comme si vous vouliez faucher le gazon sous la balle.

Par conséquent, c’est l’un des clubs pour lequel, j’ai apporté le plus de loft dynamique (52 degrés), et donc par conséquent, le moins de chance de compresser la balle, et lui donner un maximum de vitesse.

Je dois bien avouer que pour l’instant, je n’ai pas réellement trouvé l’intérêt de tels clubs.

Au cours d’un précédent test réalisé en outdoor, et à 60 mètres d’un green, mes résultats avaient été erratiques avec le PM Grind.

Il s’agit clairement de wedges très particuliers, et pas nécessairement adaptés à tous les swings, et tous les golfeurs.

Au chapitre des avantages supposés, ces wedges permettraient de taper des coups qu’aucun autre wedge pourrait permettre.

Revers de la médaille, pour un coup rare dans une partie, vous avez une dizaine d’autres coups plus conventionnels, et dans ce cas, le « high-toe » peut être franchement contre-productif !

Le fait de relever la pointe de la face engendre le fait de relever le centre de gravité du club, soit l’inverse de ce que les marques tentent de faire le plus souvent, et en faveur des amateurs.

L’utilisation d’un tel club devient alors nettement plus difficile, alors que les sensations à l’impact sont aussi moins bonnes.

En réalité, le grand fan de ce club, ces initiales sont dessus « Phil Mickelson » aime surtout faire le show avec ce type de wedge, et notamment taper des coups qui montent très vite à la verticale pour redescendre aussi vite, et sans avoir parcouru une grande distance…

Typiquement le club qu’il utilise pour faire passer une balle au-dessus de la tête d’une personne pourtant située à moins d’un mètre devant lui !

Vous conviendrez que ce n’est pas le type de coup le plus fréquent sur le parcours, et pas nécessairement utile au score…

Le fait d’agrandir la surface de frappe par la pointe convient particulièrement aux golfeurs qui ont besoin d’une plus grande face pour espérer donner du spin à la balle.

La liste des principaux wedges offerts sur le marché

Ci-dessous, ce tableau présente pour la plupart des marques, les modèles de wedges classés par lofts, type de semelle, longueurs de manches, degrés de bounce, degrés de lies, swing weight…

Pour l'utiliser, je vous conseille de choisir votre marque préférée, de repérer les lofts qui vous conviendraient, et enfin de choisir par le bounce entre 8, 10 ou 12 degrés dans les cas les plus classiques...

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Commentaires   

jmvitiello@gmail.com
0 #1 Atvjmvitiello@gmail.com 16-11-2019 20:03
Bonjour
Je joue des atv seconde génération taylormade. Ils ne sont plus disponibles! En fait l'idee de "pas de valeur de bounce" des atv n'a jamais ete vraiment claire pour moi...mais le concept de pouvoir les utiliser plus ou moins ouverts sans souci est réelle en pratique. Ils posent tjs à plat, sans souci de top sur la leading edges, derisque de piocher le terrain ou de surfer le sol.
Une explication?
Merci

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.