Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Twist Face: De quoi s’agit-il vraiment avec l’hybride TaylorMade M6 ?

Après avoir testé le nouvel hybride TaylorMade M6, et constaté une hausse de la vitesse de balle après l’impact, j’étais à la fois surpris et dubitatif. Comment augmenter la vitesse de balle générée par un club ? La tête du TaylorMade M6 présente un profil à la fois profond et large. Un tel profil peut tout à fait permettre une augmentation de la surface de frappe. Le centre de gravité reculé peut aussi favoriser un meilleur moment d’inertie. La surprise avec l’hybride M6, ce n’est pas seulement la vitesse de balle mais aussi le taux de spin contenu. A l’aide des outils à disposition dans le studio, j’ai mis en place un test complémentaire, et trouvé une explication plausible sur ce qu’est vraiment la Twist Face, et ce qui constitue réellement l’augmentation de la distance avec l'hybride M6…

Comprendre le fonctionnement d'un hybride M6, au-delà du marketing et de la pub

En comparant le M3 au M6, je savais que je comparais une tête avec un profil plutôt compact par rapport à une tête au profil plus large et plus profond.

Trouver un écart de smash factor favorable au M6 n’était pas en soi une surprise.

En revanche, le taux de spin très contenu du M6 par rapport à ce même M3 constituait pour moi une plus grosse surprise.

Entre les deux clubs, en-dehors du profil, TaylorMade a ajouté pour la première fois la twist face sur son dernier modèle.

Un an après son apparition, ce principe de face vrillée n’a pas encore démontré une aide massive pour la réduction de la dispersion.

Cependant, la Twist Face n’est pas dénuée d’intérêt.

Comment la Twist Face sur un hybride pourrait alors améliorer la performance d’un amateur ?

Au sein de notre studio d’essai indoor équipé d’un Trackman 4, lieu qui permet d’utiliser des balles premiums, et de tester sans perturbations extérieures (vent, température…), le seul revers de la médaille est le manque de lumière naturelle.

En indoor, difficile de profiter de la lumière du soleil…or, le Trackman a besoin d'un maximum de lumière pour capter la position de la balle dans la face à l'impact pour la restituer dans une nouvelle fonction, Impact Location qui permet de vérifier le centrage de balle.

Un élément qui devait me permettre de vérifier une hypothèse qui commençait à germer dans mon esprit, suite au premier essai.

En ajoutant des panneaux led en nombre, je suis arrivé à produire assez de lumière pour que le radar Trackman 4 soit capable de repérer les points d’impacts précis des balles dans la face.

J’aurai pu faire le même test en extérieur, mais sur un practice et avec des balles de practices.

J’ai préféré faire le test avec de bonnes balles. C’est plus simple et cela prémunit des problèmes d’irrégularités des balles de practices.

Après avoir vérifié les conditions du test, j’ai repris le M6 et le M3, pour vérifier les impacts dans la face, et tenter de comprendre l’origine du gain de performance avec le M6.

Sur une dizaine de frappes retenues pour le test, et après avoir enlevé les erreurs de calculs du Trackman sur le spin, j’ai obtenu une série de coups tapés à 85,6 mph de vitesse de swing pour le M3.

Dans ce cas, le smash factor ne dépasse pas 1.39 avec un angle d’attaque à peine positif (la balle n’était pas jouée sur un tee). Le smash factor traduit l’énergie donnée à la balle par rapport à la vitesse de swing.

Le taux de spin était quant à lui plutôt bas, soit 3300 tours pour une distance totale de 182 mètres.

Avec le M6, on peut imaginer que le profil de tête plus important ralentisse la vitesse de swing, de même que le shaft joue sans doute aussi un rôle.

Au lieu de swinguer 85,6 mph, je suis descendu à 84,2 mph, pourtant en y mettant la même intensité, et la même volonté.

Les faits notables du test

La vitesse de balle grimpe au-dessus de 124 mph avec le M6 tapé pourtant moins vite, contre moins de 119 mph pour le M3, tapé plus vite.

Le smash factor est notablement meilleur (1.47 contre 1.39).

Le profil de la tête et la face peuvent jouer sur ces éléments.

Par contre, le taux de spin est pratiquement identique entre les deux clubs ! Résultat, je gagne près de 9 mètres avec le M6. Il y a un loup.

C’est là où le fait d’utiliser un radar de mesure s’avère décisif.

Avec la carte synthétique des frappes dans la face, on peut relever un changement notable entre les deux clubs.

Bien que swingué par le même joueur, avec la même intensité, les frappes avec le M3 sont légèrement au-dessus de l’équateur de la Face, soit 3 millimètres en moyenne.

A l’inverse, avec le M6, pourtant avec un loft identique, soit 19 degrés, les frappes sont 1 millimètres sous l’équateur, et donc plus proches du sweet spot réel ou pertinent de la face.

Cet écart de quelques millimètres explique en fait pourquoi le smash factor est nettement meilleur avec le M6.

Pendant les deux tests, je me suis concentré à chercher un angle d’attaque plus négatif, justement pour éviter de taper trop haut dans la face, et en fait, perdre en rendement.

Je constate au final que j’ai plus facilement atteint mon objectif avec le M6 versus le M3.

J’en arrive à mon hypothèse.

Quelle vérité derrière la Twist Face ?

Sans être ingénieur ou clubfitter, je suppose que la face du M6 est en fait légèrement plus fermée (loft) que ce qui est annoncé, à savoir 19 degrés. Le M6 me paraît plutôt dans les faits un hybride de 18 degrés.

C’est l’explication la plus plausible.

L’autre argument étant que la Twist Face n’est pas exactement de 19 degrés de loft sur toute sa surface, mais plus ou moins un degré supplémentaire en haut en pointe, et plus ou moins un degré inférieur en talon bas.

Si on regarde à nouveau la carte résumant les impacts dans la face, j’ai plutôt tapé au centre ou vers le talon bas, sans le faire de manière intentionnelle.

On sait déjà depuis des années que les marques ont joué sur les lofts des fers pour annoncer des hausses de distances qui n’en étaient pas. Un fer 7 de loft 37 degrés devenant parfois un fers 7 de 28,5 degrés !

Qu’est-ce qui empêcherait une marque d’afficher un loft de 19 degrés pour un hybride 3, et en réalité de produire un loft de 18 degrés ? Qui pourrait le vérifier ?

Le cas présent, TaylorMade ne triche pas. La marque a bien prévenu avoir modifié sa face.

La twist face est bien un procédé qui consiste à enlever du loft sur les frappes en talon et basse, et en ajouter en pointe et haute.

Ci-dessus, une frappe avec le M6 prise en talon….

Ci-dessus, une autre frappe avec cette fois le M3 tapée en talon.

Ci-dessus, une frappe avec le M6 tapée plein centre de la face…

Ci-dessus, une frappe tapée plein centre de la face avec le M3.

Dans une comparaison entre un club sans la Twist face par rapport à un club avec, si les deux sont marqués hybride 19 degrés, un des deux permet en fait de descendre à 18…

Il y a deux façons de voir les choses en toute objectivité, et sans parti pris.

Soit, c’est une trouvaille intelligente pour faire correspondre une offre de performance additionnelle avec la demande d’un golfeur qui n’est pas professionnel, et ne centre donc pas la frappe au meilleur endroit.

Soit, c’est un artifice visant à échanger un hybride 19 degrés avec un hybride 18 degrés, et annoncer avoir cassé le code secret du matériel de golf.

En fin de compte, il faut être très pragmatique. Trouvaille ou artifice, est-ce que cela vous rend plus performant ?

La véritable prouesse pour un fabricant consiste à faire baisser le loft du club sans qu’il paraisse plus difficile à jouer.

Il est avéré qu’en-dessous de 23 degrés de loft, un amateur commence à rencontrer des difficultés pour faire voler régulièrement la balle.

La twist face n’est pas venue seule sur l’hybride M6… Le profil de la tête a été élargi et agrandi.

C’est ce qui rend le club suffisamment tolérant.

C’est aussi sans doute pour cette raison que TaylorMade s’est gardé de sortir un M5 plus compact. Sans doute que le bénéfice de la Twist Face aurait été perdu.

S’agissant du spin et pourquoi il est comparable à une tête plus compacte, on peut considérer qu’il n’est peut-être pas finalement si bas… pour un hybride 18 degrés ?

Bilan

En conclusion, j’ai gagné 9 mètres parce que ce club me permet de trouver plus fréquemment le sweet spot qui correspond à mon swing, soit plus près du talon que je ne l’aurai imaginé.

Sans doute grâce au profil de cette tête, j’ai créé un angle d’attaque plus facilement négatif vers le sol, et donc trouvé une zone de la face plus propice pour me restituer de la vitesse de balle, et ce, en comparaison avec le M3.

Selon les chiffres recueillis avec le Trackman, si on considère que les deux hybrides présentent des lofts identiques en théorie (19 degrés), avec le M3, mon loft dynamique, à savoir le loft réellement mis à l'impact avec la balle était de 20,4 degrés, alors qu'avec le M6, ce même loft dynamique n'était plus que de 19,7 degrés.

Considérant la forme de la face, plus petite avec le M6 en hauteur, j'ai aussi tapé plus bas, et donc généré plus de vitesse de balle.

A l’inverse, un golfeur qui taperait en pointe n’obtiendrait pas le même bénéfice : Il augmenterait surtout la hauteur de trajectoire par rapport à son hybride classique.

Pour un golfeur qui aurait du mal à lever les balles, cela pourrait s’avérer pertinent.

C’est peut-être cela le véritable bénéfice de la Twist Face : S’adapter à plus d’erreurs de centrages.

Pas évident qu’un professionnel augmente réellement ses distances avec ce club, surtout si on part du principe qu’il centre déjà très bien ses frappes.

Pour un amateur, à condition de taper plus près du talon, il y a peut-être une petite place pour de la distance en plus, et sans enfreindre les lois qui régissent les limitations du matériel.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.